RWANDA: UBUTAKA BURADUCIKA, ABABISHINZWE BAREBERA!

Abaturage b’u Rwanda baragenda barushaho kwiyongera, mu gihe ubutaka bwo burushaho kugunduka no gutwarwa n’isuri. Gahunda z’ibanze mu kuvugurura ubuhinzi zigomba gutanga umuti urambye w’icungwa n’ikoreshwa ry’ubutaka

Birazwi ko u Rwanda ari igihugu cy’imisozi miremire kugeza n’ubwo bakita Igihugu cy’Imisozi Igihumbi(1000) kubera ko kigizwe n’imisozi myinshi. Nyamara, ibi birukururira ibyago byo kuba igihugu kibasirwa n’inkangu, isuri ikabije, ndetse n’imyuzure aho bidasigana n’ihindagurika ry’ikirere kugeza ubwo bitwara ibikorwaremezo n’ubuzima bw’abagituye.

Photo prise par Gatete

Muri rusange, ubutaka bw’u Rwanda bugizwe n’umusenyi, ibumba ndetse n’amakoro. Bityo duhereye ku gice cy’akarere ubutaka buherereyemo bubasha gutanga umusaruro hakurikijwe igihingwa cyera muri ako karere. Ibyo bikajyana n’imiterere karemano y’ubwo butaka ari na yo ituma bwahura n’ibyago byo gutwarwa n’isuri bitewe n’imikoreshereze yabwo.

Ubwiyongere bw’abaturage buratungwa agatoki


Na none kandi, u Rwanda ruri muri bimwe mu bihugu by’Afurika bikennye cyane ndetse bikagira ubwiyongere bw’Abaturage buri ku kigero cyo hejuru, aho buri kuri 3.7% buri mwaka.

Mu mpera z’ikinyejana cya 20 ndetse no mu ntangiriro z’ikinyejana cya 21, u Rwanda rwagize impinduka igaragara mu miturire aho byagize ingaruka ku biza kamere biturutse ku mikoreshereze y’ubutaka mu buryo bw’akajagari, bityo bigira ingaruka mu gutwara ubuzima bw’abaturarwanda cyane cyane mu bice by’amajyaruguru, uburengerazuba n’amajyepfo ashyira uburengerazuba, ugana ku ishyamba rya Nyungwe ndetse n’imisozi ya Ndiza ugana mu majyaruguru y’u Rwanda.

Photo prise par Gatete

Umuzi wa byose hari abakeka ko ari buriya bw’iyongere bw’abaturage butuma n’abantu batura mu kajagari maze n’ibyo biza bikaboneraho. Byaba ari byo se?

Hakozwe byinshi mu gukumira ibiza kamere

Mu Rwanda, hashyizweho poliki y’imikoreshereze y’ubutaka ndetse n’imiturire aho buri Karere(District) kateguye igishushanyo-mbonera cy’imikoreshereze y’ubutaka ukurikije ubugomba guturwa n’ubugomba guhingwa.

Mu itegeko N° 27/2021 ryo ku wa 10/06/2021 rigenga ubutaka mu ngingo yaryo ya 33 ivuga Imitungire y’ubutaka bw’ibishanga, ivuga ko ubutaka bwo mu bishanga ari ubwa Leta.

Kubera iyo mpamvu, ntibushobora kwegurirwa burundu abantu ku giti cyabo, kandi nta we ushobora kwitwaza ko abumaranye igihe kirekire ngo abwegukane. Icyakora, ubutaka bw’ibishanga bushobora gutizwa umuntu hashingiwe ku masezerano yumvikanyweho hagati ya Minisiteri n’utizwa.

Ukurikije iby’iri tegeko, usanga abaturage bari batunze ubu butaka nka gakondo yabo, ntacyo bakora ngo baburinde isuri kubera ko nta cyangombwa cyabwo bafite kandi n’igihe cyose baba biteguye ko babwakwa.Ku rundi ruhande, ugasanga n’inzego zishinzwe kubukurikrana ntacyo zikora ngo batangire ayo mazi.

Nko mu bishanga biri mu mabanga y’imisozi, ujya kubona ukabona bimwe ubutaka bumaze kegenda hafi nka 1/3 mu turere twinshi tw’igihugu, ibindi byararengewe n’ubutaka buturuka muri iyo misozi kubera isuri.

Mu ngingo ya 44 y’iri tegeko ku nshingano zo kurinda, kubungabunga no gukoresha ubutaka, ufite uburenganzira ku butaka afite inshingano zo kuburinda, kububungabunga no kubukoresha hakurikijwe icyo bwagenewe.
Impungenge ni uko abenshi mu bakoresha ubutaka batazi inshingano bafite mu mikoreshereze yabwo bityo ukaba wakwibaza aho ikibazo kiri niba ari kubakoresha ubutaka cyangwa kubashyiraho amategeko ntibayasobanurire abo bireba?

Icyerekezo kirambye ku ikoreshwa ry’ubutaka


Abaturage b’u Rwanda baragenda barushaho kwiyongera, nyamara ubutaka bwo butiyongera, ahubwo bukarushaho kugunduka no gutwarwa n’isuri. Ibi birerekana ko gahunda z’ibanze mu kuvugurura ubuhinzi zigomba gutanga umuti urambye w’icungwa n’ikoreshwa ry’ubutaka, hagamijwe kuwubyaza umusaruro mwinshi.

Ni muri urwo rwego Leta yashyizeho gahunda yo guhuza ubutaka (Land consolidation), guhinga ibihingwa mu Turere tuberanye na byo, hagamijwe kongera umusaruro ku butaka buto dufite . Ibi kandi ntibyashoboka hatabayeho uburyo bufatika bwo gufata neza ubutaka no kongera ikoreshwa ry’inyongeramusaruro (amafumbire mvaruganda, imbuto nziza z’indobanure…).

Photo prise par Gatete

Twibuke ko ubutaka bugizwe n’ibice bine by’ingenzi: igitaka cy’urubumba, umusenyi, ishwagara n’imborera. Iteka ibi byose biba bivangiye mu butaka bumwe, ariko ku buryo busumbana.
Ibumba ryonyine rireruruka, ariko akenshi ugasanga ririmo umutuku cyangwa umuhondo. Amazi ntashobora kuryinjiramo ninayo mpamvu riyabika cyane. Ibumba ryonyine rirarushya guhinga.

Umusenyi uva mu mabuye akomeye cyane amanyagurikamo uduce duto cyane cyangwa agahindukamo nk’umukungugu. Mu musenyi amazi yinjiramo kandi agasohokamo ku buryo bworoshye. Ibi bituma ubutaka bw’umusenyi butabika ubuhehere maze bugashyuha mu gihe cy’izuba.

Ishwagara ni ibisigazwa by’udusimba twabayeho cyera cyane. Ishwagara nayo amazi ayinjiramo vuba, igihe cy’izuba iba umukungugu ariko mu mvura ikamatira cyane. Ishwagara ivanze n’ibumba ndetse n’imborera itanga ubutaka bwiza burumbuka.
Imborera ituruka ku bisigazwa by’inyamaswa n’ibimera byaboreye ahantu. Imborera ikungahaye ku byangombwa bitunga ibimera. Ubutaka bworoshye bunyurwamo n’amazi vuba (umusenyi) irabufatanya bukegerana. Ubutaka bufatanye cyane bw’intamenwa (ibumba ryumye) ibuha koroha bugahumeka.

Kumenya imiterere y’isuri n’uburyo bwo kuyirinda


Isuri ni uburyo bwose butsimbura ubutaka bugatuma buva aho bwagombaga gukoresherezwa bukajya ahandi hatateganyijwe.
N’ubwo hari n’isuri ituruka ku muyaga, ariko izwi cyane ni iterwa n’amazi y’imvura ikaba ari na yo iri buvugweho mu mirongo igiye gukurikira.

ISURI Y’IMVURA ITANGIRA RYARI?


Muri make, isuri y’imvura itangira igihe igitonyanga kikubise ku butaka kikabutandukanya. Mbese twavuga ko isuri ari nk’indwara: itangira yerekana utumenyetso, nyuma ikagenda yiyongera.

Uburyo bwo kurwanya isuri

Ihame rimwe ryo kurwanya isuri ni ugufasha amazi kwinjira mu butaka ukayarinda gutemba hejuru y’ubutaka. Nta muhinzi umwe ushobora kurwanya isuri ngo abishobore. Isuri irwanyirizwa hamwe n’abatuye ku musozi.

Uburyo bwo kurwanya isuri ni bwinshi kandi buratandukanye bitewe n’ubutaka, ubuhaname, icyo ubutaka bukoreshwa, aho buri, n’ibindi. Reka turebe bumwe mu buryo bwa kwifashishwa mu kurwanya isuri.

  1. Uburyo gakondo bwarindaga isuri mu Rwanda (Kuraza ihinga)

Mu Rwanda rwo hambere ubutaka bwararazwaga byibuze ibihembwe by’ihinga nka bitatu bityo bukazongera guhingwa bwarisubiye. Ibi byakorwa kugira ngo ibyatsi n’amababi bizaborere mu butaka ndetse n’ibinyabuzima by’igasozi bikomeze kongera intungabihingwa n’ifumbire mu butaka. Ariko bitewe n’ubwiyongera bw’abaturage, ubutaka buhingwa bugenda bugabanuka kubera imiturire, n’ubusigaye na bwo bukibasirwa  n’isuri. Turasabwa gushyira ijwi hejuru ngo tuburinde.

  1. Gutera ibyatsi bifata ubutaka

Ubu ni uburyo bwifashishwa mu buhinzi aho batera ibyatsi bifite imizi miremire bigafata ubutaka bushobora kugenda bitewe ni isuri aha twavuga nka tiribusakumu, sitariya, mukuna, urubingo,…

  1. Guhinga ku mirongo

Ubu ni uburyo bwo gufata ubutaka aho bahinga ku mirongo, bityo ibihingwa bigafatafata amzi y’imvura bikagabanya isuri aho ubutaka bufatwa n’imyaka iteye k’umurongo,…

  1. Gusasira ibihingwa

Ubu buryo bwo gusasira imyaka bukorwa bafata ibyatsi byumye, bigashyirwa hasi kugira ngo bitwikire ubutaka bityo imvura uko igwa igacengera mu butaka, maze isuri ikagabanuka kuko iyo imvura isanga ubutaka butambaye ubusa.

  1. Kwirinda kuragira ku gasozi

Kuragira kugasozi amatungo menshi bituma ibyatsi bishiraho bityo imvura yagwa igatwara ubutaka kuko ntakiba kibutangira. Ibi bigira ingaruka ikomeye kuko imisozi yambaye ubusa usanga yatwawe n’inkangu. Kororera mu biraro rero bigabanya isuri iterwa no kuragira ku gasozi;

Aho amatungo yaragiwe hahinduka agasi(Kigalitoday)
  1. Gutera ibiti

Gutera ibiti harimo ibivangwa n’imyaka ni bumwe mu buryo bwiza bwo kugabanya ndetse no kurwanya isuri kuko bifata imisozi bityo imvura iguye ntigire ubukana k’ubutaka kuko ifatwa mu mashami n’ibibabi ikagera hasi itagifite ubukana ahubwo amazi y’imvura agacengera mu butaka. Ni ngombwa rero kongera gutera amashyamba aho yarari hakurikijwe ubuhaname bw’umusozi, ndetse no gutera ibiti bivangwa n’imyaka ahagenewe ubuhinzi.

  1. Imirwanyasuri

Ubu ni uburyo bwakoreshwaga kuva kera aho bacukura ibyobo bifata amazi y’imvura ku mirongo bakurikije imiterere y’umusozi. Kuri iyi mirwanyasuri kandi hanaterwaho ibyatsi bifata ubutaka bityo bikorohereza amazi y’imvura kwinjira mu butaka.

  1. Imiyoboro ikamura amazi

Ubu ni uburyo bukoreshwa aho baca imiyoboro ku misozi ndetse no mubishanga bityo amazi akaboneza inzira imwe ajya ahabugenewe mu bidendezi n’ahandi bikarinda isuri.

Mu bishanga, ubutaka ntibugende turebera

Mu mpinduramatwara yo mu buhinzi bwo mu Rwanda hashyizweho abashinzwe ubuhinzi mu nzego zose z’igihugu aho kuva ku Karere, mu Mirenge, mu Kagali ndetse no ku rwego rw’Umudugudu tuhababona abajyanama b’ubuhinzi n’ubworozi, hakiyongeraho n’abagoronome b’abamakoperataive akomeye yo mu buhinzi n’ubworozi hamwe na hamwe.

Ariko biratangaje kubona ubutaka bwo ku nkombe z’imigenzi bugenda ku buryo hasigara hari nk’ikibuga cy’umupira, ahantu hari akagezi gato kambukwa uteye intambwe imwe!! Bituma wibaza ibyo za nzego zikora twavuze haruguru cya neko hari n’abashinzwe ibidukikije muri izo nzego zose

Biteye agahinda iyo usanze ari hafi y’ubuyobozi bw’Akarere cyangwa se bw’Umurenge. Uretse ko unakurikije uko uru rwego rw’ubutaka n’ibidukikije rwubakitse, ntihakabaye hari ibyangirika biri no ku rwego rworoheje bidasaba ingengo y’imali ihanitse

Yego birashoboka ko covid-19 yatumye bisubira inyuma bitewe n’ingamba zo kwirinda iki cyorezo aho ibikorwa rusange byahagaze nk’imiganda nibindi, ariko dukwiriye gutabara amazi atararenga inkombe

Ubutaka butwarwa n’isuri ni bwinshi

Ubushakashatsi bwakozwe mu mwaka wa 2016, bwagaragaje ko ubutaka bungana na toni 250 kuri hegitari butwarwa n’isuri, bityo ubungana na toni miliyoni 595 mu gihugu cyose bukagenda buri mwaka. Ibyo bikagira ingaruka kukugabanuka k’umusaruro w’ibiva mu buhinzi bitewe n’uko intugabihingwa z’ubutaka ziba zatwawe n’isuri.

Uko isuri itwara ubutaka
Photo Gatete

Leta nitabare turugarijwe . Ubutaka buraducika turebera kandi hari icyakorwa ngo tububungabunge. Ariko se ko n’u bwo mu bishanga bugenda kandi ababurinda bahari, ntibabibona?

By Eustache

POUR SAUVER LES ABEILLES ET LA BIODIVERSITE

Il est urgent et impératif de développer des moyens alternatifs aux pesticides, revenir à une agriculture en lien avec les territoires, s’éloigner des pratiques de remembrement et de monoculture

Nul n’ignore que les abeilles  ne produisent pas seulement le miel mais favorisent également la pollinisation des plantes sauvages et cultivées. Ces activités les rendent très sensibles aux traitements phytosanitaires. Depuis quelques années, le sort des abeilles est devenu inquiétant : leur taux de surmortalité a atteint 30 à 35 %, taux anormalement élevé qui atteint dans certains cas 50 % de pertes hivernales.

De moins en moins d’abeilles dans les ruches

Or, 80% des espèces végétales dépendent directement de la pollinisation par les insectes. En ville, une même espèce de plante est souvent fort éloignée, il est donc indispensable qu’un insecte pollinisateur puisse transporter le pollen d’une fleur mâle vers la fleur femelle d’une même espèce. Comme agent pollinisateur, l’abeille domestique contribue une part importante à cet équilibre.

Comme elles meurent de faim

A cause d’une baisse considérable de la biodiversité dans les cultures, les abeilles se sont mises progressivement à visiter d’autres cultures, comme les céréales et les graines, très gourmandes en pesticides. Les abeilles pourraient ainsi être, malgré elles, responsables de la propagation des OGM, tout en étant intoxiquées par ces plantes génétiquement modifiées qui produisent leur propre insecticide.

Dans certaines régions mêmes, ces abeilles meurent de faim, car les monocultures ne leur fournissent pas assez de nourriture. Pourtant, la nature propose des milliers de végétaux: ronces, fleurs sauvages, eucalyptus, poirier, laurier, orties, bourdaine, noisetiers, tilleul, châtaigner, acacia, érable, dont certains sont jugés indésirables par les agriculteurs ou jardiniers. Que des haies et des jardins qui disparaissent du paysage, certaines exploitations qui couvrent des hectares de monoculture!

C’est le temps des actions concrètes

Il est urgent et impératif de développer des moyens alternatifs aux pesticides, revenir à une agriculture en lien avec les territoires, s’éloigner des pratiques de remembrement et de monoculture, qui attirent davantage les subventions et autres financements aux dépends de la vie des abeilles. Les responsables publics qui se cantonnent pour l’instant à de grands discours doivent prendre la vraie mesure de l’enjeu et respecter les engagements du Grenelle de l’environnement.

L’usage irréfléchi des pesticides dans l’agriculture démontre une faible sensibilisation à l’écologie dans les collectivités mais aussi chez les particuliers qui ont tendance à ne pas respecter les doses des fabricants. D’après le Rapport ANSES 2008, « Le catalogue des produits phytopharmaceutiques dénombre aujourd’hui 5 000 produits commerciaux dont l’utilisation selon des méthodes non autorisées est susceptible de provoquer des dommages irréversibles sur les colonies d’abeilles » .

Publicités

Plus que jamais, une autre agriculture plus respectueuse de l’environnement et une large sensibilisation sont nécessaires. L’abeille est un maillon indispensable des écosystèmes. La protéger, c’est nous éviter le cauchemar d’un nouvel écocide irréversible.

Ce n’est pas pour rien que les défenseurs des abeilles ont attribué à Albert Einstein, cette citation:

« Si les abeille venaient à disparaitre, l’humanité n’aurait plus que quatre années devant elle. »

Disons-le encore, la science doit être soumise à l’éthique pour éviter tout débordement.

Par EUSTACHE

Au RWANDA aussi, les ABEILLES sont menacées!

Avant, on faisait l’agriculture traditionnelle et on produisait beaucoup de miels qui nous permettaient d’avoir assez d’argent pour développer et servir la communauté..Actuellement,c’est difficile de vivre de l’apiculture.

Le développement agricole dans le monde entier exige des techniques et la technologie avancée sans toutes fois oublier l’écosystème et la protection de l’environnement pour nourrir la population du monde, de générations en générations.

Avec la nouvelle technologie, les pays se sont concentrés sur le développement des villes, industries, constructions des travaux publics,… mais surtout sur le développement du secteur agricole, en se basant sur l’alimentation de la forte pression de la démographie du monde. Pour y arriver, on a développé l’utilisation des intrants, et produits chimiques (engrais chimiques, pesticides, herbicides,…) de manière à augmenter les produits agricoles et satisfaire la demande des usines.

Du fait de ses avantages en termes de rendement économique et d’amélioration de la santé et du bien-être de l’homme, cette technique très chimique a été rapidement adoptée dans le monde entier. Toutefois, l’utilisation des insecticides dans les pays développés est souvent réglementée et surveillée à cause des problèmes qu’elle peut entraîner si elle n’est pas judicieuse. Ce qui n’est pas le cas pour de nombreux pays en voie de développement.

Depuis plusieurs années déjà, on assiste à une multiplication des substances chimiques et des pesticides dans l’environnement (Cruiser, Poncho, Gaucho, Cheyenne). Si certains sont interdits, les firmes spécialisées ont mis au point d’autres produits similaires qui pourraient être fatals à des millions d’hommes pour le profit de quelques multinationales. Les abeilles meurent à cause du traitement des semences.

Les abeilles se nichaient dans les feuilles des arbres!

@kubahonet.com

Les abeilles qui sont concernées

Les abeilles forment un groupe d’insectes hyménoptères de la super-famille des Apoïdes. Au moins 20 000 espèces d’abeilles sont répertoriées sur la planète. Au Rwanda, l’espèce la plus connue est Apis mellifera qui, comme la plupart des abeilles à miel, appartient au genre Apis. Cependant, la majorité des abeilles ne produit pas de miel; elles se nourrissent du nectar des fleurs. Une abeille peut vivre entre 28-45 jours.

En général, les abeilles peuvent être classées aussi selon leur mode de vie : abeilles domestiques ou sauvages, solitaires ou bien sociales, etc. Elles sont nettement distinctes des guêpes par leur morphologie et leur comportement, notamment leur alimentation. Les bourdons en revanche sont un groupe particulier d’abeilles.

Du nectar pour les abeilles

Les abeilles, et les autres espèces de pollinisateurs, sont actuellement gravement menacées, avec un taux d’extinction qui est « de 100 à 1 000 fois plus élevé que la normale », selon l’ONU. Lors de la Journée mondiale des abeilles , le 20 mai 2019, l’ONU a détaillé les principales causes du déclin des pollinisateurs : l’utilisation de pesticides, la monoculture, les pratiques agricoles intensives, le changement climatique, le changement d’affectation des terres et la destruction des habitats.

Abeilles vraiment menacées au Pays des Mille Collines?

Même dans les pays des Grands Lacs africains, nous suivons la même politique internationale que l’on trouve dans les objectifs de développement du millénaire(MDGs) et (SDGs) pour lutter contre l’insécurité alimentaire. Le Pays des milles collines, s’est voulu le plus respectueux de la mise en application de ces politiques.

Et avec raison. Le secteur agricole du Rwanda était menacé à cause de la faible productivité des terres due à la surexploitation des mêmes terres et à la faible utilisation des intrants dont les fertilisants, les semences améliorées et les produits phytosanitaires.

Pour résoudre ce problème , il y a eu l’utilisation des produits chimiques en de très grandes quantités comme engrais, insecticides ou herbicides ou régulateurs de la croissance des plantes. Les insecticides et les herbicides sont épandus dans l’environnement pour lutter contre les insectes, les mauvaises herbes, les maladies des plantes etc..

De plus, pour combattre la malnutrition et l’insécurité alimentaire et de satisfaire le marché local, régional et international bien sûr des produits manufacturiers (Industrie agro pastoral) ; nous avons adopté la monoculture et le développement des villes. Les espaces libres sont largement limités et même disparaissent dans plusieurs région du pays.

Témoignage des apiculteurs

Selon le témoignage de certains apiculteurs, les abeilles sont visiblement en voie de disparition totale. Damien Ntihinyurwa( 67ans) apiculteur dans la partie riveraine de la forêt de Nyungwe depuis plus de 50ans, nous a témoigné que la production du miel a diminué gravement, comparativement aux 20 dernières années. Il affirme qu’il avait pu scolariser ses enfants jusqu’à l’université mais que, maintenant, il ne peut pas contribuer au développement de son ménage à cause de l’utilisation des produits chimiques  dans l’agriculture.

Le nombre d’abeilles diminue!

@kubahonet.com

Avant, nous disait-il, on faisait l’agriculture traditionnelle et on produisait beaucoup de miels qui nous permettaient d’avoir assez d’argent pour développer et servir la communauté alors que le prix des miels de 1kg variait de 1500-2000Frw(=2€)! Actuellement, se désole-t-il, le prix est à 6000frw/kg (6€)et c’est difficile de vivre de l’apiculture!

Ruche traditionnelle du Rwanda

@kubahonet.com

Le problème se trouve dans la reproduction des abeilles. On a remarqué que dans la ruche, la prolifération des abeilles est limitée à cause du manque de nourriture. Les ouvriers, femelles de la colonie qui en assurent l’entretien et la survie par la fabrication du miel, sont très menacés par l’activité du développement agricole.En effet, lorsque l’abeille(ouvrière) butine une fleur traitée, elle meurt avant d’avoir pu retourner à la ruche.

Par contre, les faux-bourdons, gentils géniteurs qui ne fabriquent pas de miel et ne peuvent même pas assurer la protection de la ruche puisqu’ils ne piquent pas, sont dans la ruche uniquement pour s’accoupler avec la reine. Cette dernière, pour le moment, on la trouve en grande quantité dans la même ruche. Cas très inattendus pour les apiculteurs rwandais qui restent sans réponse.

Par Eustache/KIGALI

En quoi les dollars sont-ils distincts de vos euros?

Les dollars américains sont communément appelés les billets verts. Pour comprendre pourquoi certains pays préfèrent utiliser ces billets que leur monnaies nationales(par exemple: Zimbabwe, RDC..), il faut remonter au XIX siècle quand le gouvernement des Etats-Unis luttaient contre les faussaires.

Alors que d’autres monnaies changent de couleur suivant la valeur du billet,comme c’est le cas pour les euros, toutes les valeurs du dollar sont représentées sous la même couleur verte. Ce qui rend difficile toute tentative de piratage ou d’imitation.

Les euros en couleur!
La différence des billets en euros

Dans le courant des années 1850, lorsque les billets ont commencé à être édités massivement, les fabricants de fausses coupures se sont en effet rendus compte que l’encre – noire – utilisée pour l’impression des vrais billets pouvait facilement disparaître après un simple «lavage».

Une découverte qui leur a permis d’émettre facilement de la fausse monnaie. Pour enrayer ce trafic, un imprimeur, Tracy R. Edson(1809-1881), a mis au point une encre verte indélébile et résistante à tout lavage.

Tracy R.Edson
Tracy R.Edson Photo artnet

Face à ce succès, le gouvernement américain lui a alors accordé le monopole de la fabrication de tous les billets. C’est ainsi que depuis 1861, la couleur verte indélébile n’a pas quitté le dollar.

A l’origine du dollar

Etymologiquement, le mot dollar remonte des années 1518 des pièces appelées « joachimsthaler » issues de la mine d’argent se trouvant à Sankt-Joachimsthal(République tchèque). Ces pièces seront simplifiées en « thaler », monnaie qui deviendra populaire grâce à la compagnie néerlandaise des Indes orientales.

Publicités

Dans le Nouveau Monde, cette monnaie prendra le nom de « daalder », anglicisé en dollar à la fin du 17° siècle. En 1776, le dollar devient la monnaie des Etats-Unis indépendants, et donc le dollar américain. Mais la mention « In God we Trust » , y sera ajoutée en 1864. Chez l’Oncle Sam, tout est lié: Dieu et l’argent!

Sources: cnews.fr

By P.Protogène BUTERA

Coronavirus-Allemagne:Un ministre des Finances se suicide

Très inquiet des conséquences désastreuses de la Pandémie Cocid-19 sur l’économie,le ministre des Finances de Hesse, Thomas Schaefer, s’est suicidé.C’est ce qu’a annoncé dimanche 29 mars le Premier ministre de ce land allemand, Volker Bouffier.

Cet homme de 54 ans, marié et père de deux enfants, a été retrouvé mort samedi près d’une voie de chemin de fer. Le parquet de Wiesbaden a indiqué privilégier l’hypothèse d’un suicide.

Thomas Schaefer était responsable, depuis dix ans, des finances de ce land où se trouve Francfort, le centre financier allemand, siège de la Banque centrale européenne et de grandes banques allemandes.

« Sous le choc » et pris de court

Il travaillait « nuit et jour » pour aider les entreprises et employés à s’adapter aux répercussions économiques de la pandémie, a indiqué Volker Bouffier, se disant « sous le choc », dans une déclaration enregistrée.

« Aujourd’hui nous pouvons supposer qu’il était profondément inquiet », a ajouté ce responsable, allié proche de la chancelière Angela Merkel et membre de la CDU comme Schaefer.

Totalement éprouvé, Bouffier a déclaré encore: « C’est précisément dans ces moments difficiles que nous aurions eu besoin de quelqu’un comme lui ». Tout le monde est pris de court par un tel suicide dans un pays qui connait moins de 800 malades;meilleure gestion de la pandémie,au niveau européen.

Sources: Leparisien.fr

By P.Protogène BUTERA

Le marché de Plélan le Grand: contrôle d'attestation de sortie!

Une commune de 4022 habitants, Plélan le Grand est connu pour son marché du dimanche où l’on trouve tous les produits frais. A partir de 9h00, il était habituellement bondé de monde. Mais ce dimanche 22 mars, quoique ouvert, l’atmosphère était morose.

Les agents de sécurité ont beau marqué très tôt les possibilités d’attroupement réglementé, la distanciation allait de soi. Les clients n’avaient pas besoin de faire la queue. Est-ce la présence des gendarmes qui a joué un rôle dissuasif? En tous cas, même avec son sac d’achats, on devait montrer son attestation de sortie!

Et à 12h au lieu de 13h, les marchands fermaient leurs stands.La ville redevenait ainsi déserte. Retour au confinement.Une question ouverte: marchands et maraichers ont-ils fait de bonnes affaires ou ont-ils travaille en pure perte?Réponse pour dimanche 29 si la situation ne s’empire!

Fin du marché de Plélan

Qu’en pensent–ils ces gendarmes qui ne portaient pas de masques, et donc exposés à la contagion? J’imagine qu’ils sont aussi inquiets.Tant qu’il n’y en a pas encore à être diagnostiqués positifs, ils continuent. Jusqu’à quand?

By Protogène BUTERA

Lesotho: le cannabis c’est de l’or vert sans faire des morts!

Dans certains pays, le cannabis fait des ravages en tant que stupéfiant le plus consommé. Son trafic, quoi que pénalisé(peine de prison maximale de 10 ans ou une amende pouvant atteindre 7 500 000 d’euros)reste encore florissant en France. Cela n’est pas le cas au Lesotho.

Petit royaume d’Afrique australe, le Lesotho a été le premier pays africain à légaliser le cannabis médicinal en 2017. Deux ans plus tard, la récolte des fruits de cet or vert se compte en milliards de dollars. Ainsi légalisé, il fait moins de morts et de règlements de comptes.

Les autorités de ce pays ont su que le cannabis est un produit d’avenir. D’ores et déjà, Maseru est la seule capitale en Afrique à faire de la recherche et le développement sur ce cannabis médical(CDB),une marijuana légale et dépourvue de tout agent psychotrope.

Des bénéfices inéquitables

Plus de cinq compagnies étrangères(des Canadiens ou Américains)ont obtenu la licence de production et d’exploitation de ce cannabis sur tout le territoire. Le Gouvernement espère ainsi en retirer quelques profits pour réduire le chômage qui atteint la majorité des 2,2 millions d’habitants de ce royaume enclavé au cœur de l’Afrique du Sud.

La licence étant très chère(30 000 € par an),les Basotho ne peuvent pas y accéder. Forte de ses découvertes, l’entreprise Medigrow a investi 17,4 millions d’euros et elle est prête à satisfaire le marché colossal de 135 millions d’euros. L’avenir est aux chasseurs des gains!

Dans cette course aux bénéfices inéquitables, c’est l’accomplissement de l’adage: « On ne prête qu’aux riches. » Ah oui! Au Royaume du Ciel de Maseru, habitants et petits agriculteurs gardent les yeux tournés vers le ciel, en attendant que le gouvernement pense également à ses citoyens pauvres mais désireux d’entreprendre.

By Protogène BUTERA

Événement: pour un « Economy of Francesco » du Pape François avec les jeunes entrepreneurs

Le Pape François invite les jeunes entrepreneurs du monde entier à deux journées de réflexion sur une nouvelle économie qu’il espère plus efficace, solidaire et responsable.

Ce sera à Assise. C’est en effet là que François se dépouilla de toute mondanité pour choisir Dieu comme étoile du berger de sa vie, en se faisant pauvre avec les pauvres, frère universel. De son choix de pauvreté est également née une vision de l’économie qui reste très actuelle.

Celle-ci peut donner de l’espérance à notre lendemain, au bénéfice non seulement des plus pauvres, mais de toute l’humanité. Elle est même nécessaire pour le destin de toute la planète, notre maison commune, «notre sœur la Mère Terre», comme l’appelle François dans son Cantique de Frère Soleil. »

Le pape François et les jeunes du Kénya

Je vous écris,dit le Pape, pour vous inviter à une initiative que j’ai tant désirée: un événement qui me permette de rencontrer ceux qui, aujourd’hui, se forment et commencent à étudier et pratiquer une économie différente, qui fasse vivre et non pas mourir, qui inclut et n’exclut pas, qui humanise et ne déshumanise pas, qui prenne soin de la création sans la piller.

Un événement qui nous aide à être ensemble et à nous connaître, et qui nous conduise à faire un «pacte» pour changer l’économie actuelle et donner une âme à l’économie de demain.

Participez à cet « Economy of Francesco »

Le nom de cet événement — «Economy of Francesco» — fait clairement référence au saint d’Assise et à l’Évangile qu’il vécut en totale cohérence également sur le plan économique et social. Il nous offre un idéal et, d’une certaine manière, un programme. Pour moi, qui ai pris son nom, il est une source d’inspiration permanente.

Le Pape François et les entrepreneurs italiens

Avec vous, et pour vous, je ferai appel à quelques-uns des meilleurs experts et expertes de la science économique, ainsi qu’à des entrepreneurs et entrepreneuses qui, aujourd’hui, sont déjà engagés au niveau mondial pour une économie cohérente avec ce cadre idéal.

J’ai confiance dans le fait qu’ils répondront. Et j’ai surtout confiance en vous les jeunes, capables de rêver et prêts à construire, avec l’aide de Dieu, un monde plus juste et plus beau.

Un rendez-vous à ne pas rater

Voici ce que le Pape vous demande de noter dans vos Agendas: « Le rendez-vous est pour les journées du 26 au 28 mars 2020. Avec l’évêque d’Assise, dont le prédécesseur Guido accueillit dans sa maison le jeune François dans le geste prophétique de son dépouillement il y a huit siècles, je compte vous accueillir moi aussi. Je vous attends et dès à présent je vous salue et je vous bénis ».

By Protogène BUTERA

Source: Vaticanews:Aux jeunes économistes, entrepreneurs et entrepreneuses du monde entier

Ni iki gituma utinya kwaka inguzanyo cyangwa kuguriza abandi?

Uwo wagurije amafaranga yawe agutakira,ujya kuyamwaka, akagukwepa,akagukura no ku murongo wa telefone.

Ibintu byarahindutse. Nta nshuti y’ifaranga ikibaho. Iyo bigeze ku nguzanyo, ho biba  ibindi. Uwo wagurije amafaranga yawe agutakira hafi yo gupfukama, ujya kuyamwaka akagukwepa ndetse akagukura no ku murongo wa telepfone. Bikaba aka wa mugani ngo « Umanika agati wicaye, wajya kukamanura ugahaguruka. » Nuko, aho gukomeza kuba incuti, mugahinduka abanzi; ukicuza icyo wabikoreye.

Si byo gusa. Reba na wa wundi watse inguzanyo muri Banki, abantu bakabona ibintu byuzuriranye, amagorofa y’akataraboneka azamuka amanywa n’ijoro nk’ibihumyo. Bamwe bati « Si gusa, uriya muntu AJYA IKUZIMU. »

Bumva ibye neza iyo Banki itangiye kubiteza  cyamura, na we mu kanya gato akayoberwa aho birigitiye. Koko rero, ibintu ni nk’umuyaga. Akabura ubwishyu kandi atunze! Abashinyaguzi bakabyitegereza bati  » Yewee, kurya ntibyanze nko kwishyura! » Ku rundi ruhand ariko, reka twumve umwanditsi w’Umuhanga mu by’Ijambo ry’Imana ( Mwene Siraki 29,1-7) icyo abitubwiraho n’inama atugira :

Uguriza mugenzi we aba ari umunyampuhwe, kandi umuteye inkunga aba akurikije amategeko. Jya uguriza mugenzi wawe igihe abikeneye, kandi nawe wishyure mu gihe cyagenwe.

Jya ukomera ku ijambo ryawe, woye kwivuguruza, bityo, igihe cyose uzabona icyo ukeneye. Benshi bibwira ko ibyo bagurijwe ari nk’ibitorano, bigatuma batera ingorane ababafashije. Iyo ntacyo araguha, mugenzi wawe uramuhobera, ukamuvugisha witonze kubera feza ye; ariko igihe cyo kumugarurira ibye cyagera, ukazarira, ukamwishyura amagambo y’ishavu, umuganyira ko wagize ibyago.

N’iyo waba utunze byinshi, uwakugurije nunamwishyura icya kabiri cy’umwenda wari umurimo, yashobora kuvuga ko agize Imana. Naho nubura ubwishyu uzaba unyereje umutungo we, abe yikururiye umwanzi nta mpamvu, umwitura imivumo n’ibitutsi, kandi aho kubahana muzasuzugurana.

Benshi banga kuguriza abandi, atari ubugome, ahubwo ari ugutinya guhemukirwa. 

Hari n’ubwo hikubitaho inyungu z’ubutinde kandi warakoreye mu gihombo.Nuko umutima ukajya mu mutwe!

Byari birakubaho? Wabonye se imyenda cyangwa inguzanyo ari wowe ibera umutwaro gusa, cyangwa ituma nawe ubera abawe n’abandi umutwaro? Aho ubuhamya bwawe ntibwafasha abandi?

By Protogène BUTERA

Au Kenya,les bêtes sauvages sont attirées par les trains!

En cette période de la saison sèche, les acacias se font chétifs et l’herbe rare.Aussi les animaux trouvent-ils refuge à l’ombre de l’immense pont qui traverse le parc national de Nairobi.C’est le cas de ces Impalas.

Normalement, dans le parc, la ligne de chemin de fer sera surélevée, perchée sur des piliers de 18 mètres de haut en moyenne, sur une distance de 6 kilomètres. Les piliers devraient être peints de manière à se fondre dans la savane, les nuisances sonores devraient être réduites à l’aide de déflecteurs et les animaux pourront continuer à circuler sous le pont.

Photo de lesoir.be

Le parc national de Nairobi, le doyen des parcs d’Afrique de l’Est, imaginé dans les années 1940 par les colons britanniques, est d’une étendue de près de 120 km² en bordure de la capitale kényane et un refuge pour lions, zèbres, crocodiles, rhinocéros, hippopotames, antilopes et autres buffles.

Les animaux y viennent via, au sud, un couloir de migration vers d’autres parcs naturels comme le célèbre Masai Mara. D’après les défenseurs de l’environnement, le chemin de fer est une menace directe pour la survie de ce parc sans équivalent dans le monde.

Inauguré en mai 2017, ce nouveau chemin de fer aérien relie la capitale kényane à la ville de Naivasha, 120 kilomètres au nord-ouest, et il devrait être opérationnel à partir du 1er  juin 2019.Ne serait-il pas plutôt un saut en avant de plusieurs pas  de liberté de mouvement et de circulation?A moins que les Chinois ne le construisent pour tout contrôler.

Par Protogène BUTERA

Le 1 mai: Grande fête avec deux grands saints en J: Joseph et Jérémie!

Le premier mai est généralement la fête du travail. Les chrétiens font mémoire de Saint Joseph l’artisan. Pourquoi ne pas penser aussi à saint Jérémie pour relier ainsi l’Ancien Testament et le Nouveau Testament,le passé et l’avenir?

Saint Joseph l’artisan

Nous savons bien que Joseph a eu le mérite d’initier Jésus, le Fils de Dieu, aux travaux des hommes. C’est pour cela qu’il est le modèle et le protecteur des travailleurs chrétiens qui le vénèrent en ce jour où, dans de nombreux pays du monde, on célèbre la fête du travail.

C’est le Pape Pie XII qui a institué, en 1955, la fête de saint Joseph artisan, destinée à être célébrée le 1er mai de chaque année. En effet, à l’ exemple de Joseph, ceux qui exercent les professions laborieuses doivent apprendre de lui selon quel plan et quel esprit ils doivent accomplir leur charge afin qu’en obéissant tout d’abord à l’ordre de Dieu, ils soumettent la terre et contribuent à la prospérité économique, tout en gagnant en même temps les récompenses de la vie éternelle.

Nous le croyons également que le gardien prévoyant de la Famille de Nazareth n’abandonnera pas ceux qui sont ses compagnons de métier et de travail : il les couvrira de sa protection et il enrichira leurs maisons par les richesses célestes.

Saint Jérémie, le prophète

Les décideurs et les chefs des gouvernements ont besoin de la voix d’un prophète pour opérer les changements nécessaires à la promotion des meilleures conditions de travail,et d’une vie digne des travailleurs.

Le prophète Jérémie

Jérémie en est un exemple de ces prophètes qui ont longuement et durement travaillé sous plusieurs règnes(en Israël) de telle manière que,de siècle en siècle,il y ait quelque chose de nouveau. Écoutons un peu son message:


 PAROLES DE JEREMIE, fils de Helkias, l’un des prêtres qui étaient à Anatoth, au pays de Benjamin.
 La parole du Seigneur lui fut adressée au temps de Josias, fils d’Amone, roi de Juda, la treizième année de son règne ;
 puis au temps de Joakim, fils de Josias, roi de Juda, jusqu’à la fin de la onzième année de Sédécias, fils de Josias, roi de Juda, jusqu’à la déportation de Jérusalem, au cinquième mois.
La parole du Seigneur me fut adressée : « Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, je te connaissais ; avant que tu viennes au jour, je t’ai consacré ; je fais de toi un prophète pour les nations. »
 Et je dis : « Ah ! Seigneur mon Dieu ! Vois donc : je ne sais pas parler, je suis un enfant ! »
 Le Seigneur reprit : « Ne dis pas : “Je suis un enfant !” Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai ; tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras.
 Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. »
 Puis le Seigneur étendit la main et me toucha la bouche. Il me dit : « Voici, je mets dans ta bouche mes paroles !
 Vois : aujourd’hui, je te donne autorité sur les nations et les royaumes, pour arracher et renverser, pour détruire et démolir, pour bâtir et planter. »
 La parole du Seigneur me fut adressée : « Que vois-tu, Jérémie ? » Je dis : « C’est une branche d’amandier que je vois. »
 Le Seigneur me dit : « Tu as bien vu, car je veille sur ma parole pour l’accomplir. »
 Une deuxième fois, la parole du Seigneur me fut adressée : « Que vois-tu ? » Je dis : « C’est un chaudron bouillonnant que je vois ; il s’ouvre depuis le nord. »
 Le Seigneur me dit : « Du nord, va déferler le malheur sur tous les habitants du pays…
 Toi, mets ta ceinture autour des reins et lève-toi, tu diras contre eux tout ce que je t’ordonnerai. Ne tremble pas devant eux, sinon c’est moi qui te ferai trembler devant eux.
 Moi, je fais de toi aujourd’hui une ville fortifiée, une colonne de fer, un rempart de bronze, pour faire face à tout le pays, aux rois de Juda et à ses princes, à ses prêtres et à tout le peuple du pays.
1Ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. »

Jérémie 1,1-14.17-19

Saint Jérémie est donc le patron de ceux qui travaillent inlassablement dans la vigne du Seigneur pour que l’homme ne pense pas seulement au fruit de la terre et du travail en oubliant celui qui donne la croissance et l’être.

Si on regarde les manifestations du 1 mai, il n’est pas étonnant que ceux qui portent ces prénoms de Jérémie, Jo, Josée, Jos, Josephine, Josemaria, Josiane ou Youssef, croient vraiment à ce dicton: «  A la Saint Jérémie, tout est permis. »

Très bonne fête à vous!

By Protogène BUTERA

Rwanda: Gahunda za Leta zo gushyigikira abahinzi zirasigirije pe!

Inkuru ya

NYIRINKINDI André

Muri iyi nyandiko, tuzinduwe no kubasangiza ubutumwa Nyirinkindi André, umuhinzi ushaka kubigira umwuga, yifuje kugeza ku basomyi b’uru rubuga no ku bandi basangiye ikibazo cyangwa se bamufasha gusobanukirwa neza iby’inkunga za Leta mu buhinzi,bigenda bigaragara ko zisigirije by’ubufindo.

We ngo atangazwa n’ukuntu gahunda nyinshi za Leta baziheruka bazitaka mu manama no mu biganiro ku maradiyo, ariko byagera mu giturage iwabo bikaba ibindi. Mu kanya gato cyane ngo ibyari gahunda nziza bihinduka amagambo asize umunyu. Ikibabaje ni uko nta n’uwemerewe kuvuga ko atari byo cyangwa ngo asobanurirwe niba ibyo babwiwe mbere byarahindutse.

Ngo mu biganiro binyura ku maradiyo, iby’izo nkunga abayobozi bakuru babivuga neza rwose. Ariko iyo bigeze mu nzego z’ibanze cyangwa z’Akarere, ugirango nta bisobanuro bahawe cyangwa hari impamvu zibatera kubyirengagiza. Ubwo ba Rwiyemezamirimo na bo baboneraho bakagora abaturage, iyo batabunamyeho.

Inkunga ku mashini zivomerera imyaka

Nyirinkindi ngo yari yishimiye cyane inkunga ya Leta ku mashini zivomerera imyaka. Yari yizeye ko agiye guhagarika no gukemura bidatinze ikibazo cyo kudahinga mu Mpeshyi kandi ari bwo business y’ubuhinzi igenda neza. Ntiyatinze kubyitabira no kubyirukamo kuko 50% asabwa atari kuyabura.

Yageze mu Mudugudu bati zana icyemezo cy’iyandikisha ry’ubukode n’amasezerano y’ubukode…Arabitanga ye!Bati ngiyi « proforma invoice » uzajyana muri SOCOSE Ltd. Ubwo yahise yibwira ko ari umwe muri abo ba Rwiyemezamirimo yumvise mu biganiro byo kuri Radio ko bakorana na Leta mu kugeza izo mashini ku bahinzi.[embeddoc url= »https://kubahonet.files.wordpress.com/2020/01/6d21c-icyemezo-001.jpg » viewer= »google »]

Mu minsi itatu yari yageze aho kuri SOCOSE. Na bo bamwakira neza cyane pe. Bamuhaye icyemezo cy’iminsi mirongo 30, ataha yirya icyara ngo buriya mu kwezi gukurikiyeho ntazongera gutaka izuba. None kuva tariki ya 27 Kamena 2017 kugera tariki ya 27 Kanama 2018(umwaka urenga!), amaso yaheze mu kirere. Uko agiye kwibutsa, igisubizo ni kimwe: tegereza! Byamuciye intege ku buryo n’iby’imashini zihinga bari kwamamaza atakibyitabira. Dore uko abyivugira…

Inguzanyo ya Banki na yo ni amahirwe!

Nyura ku mirima ya bake izi gahunda zagezeho( n’ubwo ari nka 2% mu Murenge wacu), nabona ukuntu imyaka yabo imeze neza, nkabura uwo mbaza uko nabigenza kugira ngo nanjye niyongere kuri uwo mubare. Kandi numva ibintu nk’ibi bidakwiye kubamo ruswa.

Namaze kurambwira ntekereza kugana amabanki ngo nake inguzanyo isimbura iyo nkunga. Nabyo nsanga ari ibibazo. Uretse abafite amamiliyoni, naho rubanda rugufi ntibyoroshye kubona inguzanyo muri Bank. Ugerayo, watanga umushinga bakaguca 15000 yo kujya kureba ingwate! Bahagera bakareba hejuru ngo tuzakubwira!

Natangiye mu kwa 4 nibwira ko mu mezi atatu bizaba birangiye, none ukwa 9 kwikubisemo. Ari inkunga ya Leta, ari inguzanyo, byose bibaye kimwe. Niba hari uzi izindi nzira nanyuramo, azanyibire akabanga. Nizeye ko abayobozi b’uru rubuga bazaduhuza.

By NYIRINKINDI André/Gasabo District

Rwanda:TUBURA mu bahinzi si amashyirahamwe y’abacancuro n’abambuzi?

Par

KAMANAYO Ezéchiel/Gasabo District

Baje batubwira ngo bagiye kudufasha kongera umusaruro no kwivana mu bukene. Ngo ni yo mpamvu izina ry’ikigo cyabo ari TUBURA!Nyamara umuhinzi iyo agezemo ni bwo amenya neza ibyo bintu ibyo ari byo.

Umuntu ajyamo yiruka ngo umusaruro ugiye gutubuka, bugacya asanga watubye maze n’agasambu bakagateza kugira ngo biyishyure. Njye mbimazemo imyaka 3, ariko bisa n’aho ntacyo byamariye pe!Muti gute?

Tubura y’inyongeramusaruro ntayo nabonye

Kuri bo,gukorera mu matsinda yari intego yo gufasha abakene kubona inyogeramusaruro mu buryo bw’ubwisungane. Twe twibwiraga ko TUBURA ituzaniye inyongeramusaruro(ifumbire mvaruganda) ngo twikure mu bukene.

Bigitangira muri 2006, inkunga ya Leta yari 50%. Ninjiyemo muri 2014 ngira ngo ni ibintu bizima.Ibyago byanjye ni uko muri 2017 iyo nkunga yashyizwe kuri 25%. Ubu gahunda ni uko ngo abahinzi ari twe tugomba kwitangira ayo 75% asigaye.
Twibaza impamvu icyo kintu cya TUBURA cyateretswe hagati y’umuhinzi na Leta kidafite ubushobozi bwo kuyunganira?Ese ubifitemo inyungu ni nde?

Amashyirahamwe y’abambuzi n’abacancuro

Aho iyo nkunga ya Leta igabanirijwe, abafite amafranga menshi babonye uburyo bwo kwikorera ubucuruzi. Ubu ni bo basigaye bishyira hamwe bakagura inyongeramusaruro(ifumbire)mu izina ry’abahinzi kugira ngo bayigurishe ku kilo n’abafite ubushobozi buke ariko bumvise akamaro k’icyo kintu(besoin créé).

Aba rwose (nanjye ndimo)bari gusubira ku kabo.Ese iyo mirima twari twaramenyereje imvaruganda izihanganira imborera yonyine? Nsigaye ndeba ukuntu henshi umusaruro watangiye kugabanuka, bikanyobera.

Nawe mbwira:Abahinzi b’abakene ni nde uzabakura mu nzara(griffes) z’abo bambuzi n’abacancuro? Cyangwa ni bya Byanditswe Byera bibuzurizwaho ngo « Ufite azongererwa… »?!Ahaaa! Nzaba mbarirwa, singiye guca urwa Nzabandora!

Byanditswe na KAMANAYO Ezéchiel/GASABO

Comment les Japonais luttent contre le vieillissement:Hara Hachi Bu

Les habitants d’Okinawa, au Japon, ont leur secret de longévité. Sur cette île de 1 500 000 habitants, les centenaires en très bonne santé se comptent par milliers(33 de plus 87 ans sur 100 000 habitants). Ce qui est remarquable, c’est qu’il est rare d’y trouver des personnes obèses.

Une philosophie de vie: Hara Hachi Bu

Pour lutter contre le vieillissement et l’obésité, leur philosophie de vie n’est rien d’autre que l’application de ce principe de Confucius: « Hara Hachi Bu= règle du ventre à 80% ». Cela veut dire qu’en mangeant, ils s’arrêtent avant la satiété ou encore à 80% de leur faim.

Cette pratique semble impensable pour une autre culture où l’on serait habitué à terminer obligatoirement son assiette! Or, l’estomac rempli à 100% se distend davantage et l’on a envie de manger de plus en plus, ce qui conduit à la prise du poids et à des maladies de toute sorte.

Un régime alimentaire naturel et familial

A Okinawa, le régime alimentaire est très simple: nourriture moins grasse, avec peu de viande. La préférence est du côté du poisson(3 fois par semaine), du riz, des légumes(concombre), des fruits et des épices(à la place du sel ou du sucre).

Comme complément indispensable, les séniors pratiquent quotidiennement l’activité physique, s’abstiennent de fumer et écoutent leur corps:respiration, concentration sur le rythme cardiaque et méditation pour agir avec patience, raison et relativité(sans dépenser inutilement leur énergie).

Sport sénior
L’activité physique est maintenue à tout âge

Mais c’est particulièrement le contact avec la nature, exprimé par le maintien des liens sociaux et familiaux, qui fait du Hara Hachi Bu un remède inégalé pour lutter contre le vieillissement précoce. Holà ! Le problème! Ce remède n’est pas facile à avaler pour les jeunes générations aux prises avec le fast-food et la malbouffe.

By Protogène BUTERA

Canada: un pays à la recherche des travailleurs étrangers

Alors que les migrants africains sont cantonnés dans les camps d’esclavages en Libye, le gouvernement canadien annonçait vouloir accueillir 300.000 nouveaux arrivants chaque année. Compte tenu des besoins, ce volume semble être de plus en plus insuffisant. C’est pourquoi, l’an prochain, le Canada prévoit d’accorder la résidence permanente à 310.000 étrangers, puis 330.000 un an plus tard et 340.000 en 2020.

Qui sont concernés?

Comme vous le remarquez, le Canada a réellement prévu d’attirer un million de nouveaux migrants d’ici la fin 2020.Le but est de répondre aux besoins de main d’œuvre de son économie, a annoncé Ahmed Hussen, le ministre de l’Immigration, lors d’une conférence de presse à Toronto.

Ces arrivées importantes d’immigrants vont se faire par le biais du regroupement familial et la poursuite de l’accueil de réfugiés. « En réponse aux demandes des entreprises canadiennes et aux besoins de main d’oeuvre », l’arrivée de nouveaux migrants « soutiendra la croissance économique ».

Faire face au vieillessement de la population

Ce n’est pas seulement les besoins économiques. Ces nouveaux migrants nous aideront à faire face aux défis des prochaines années, comme le ralentissement de la croissance de la force de travail et le manque de main d’œuvre lié au vieillissement de la population », a expliqué Ahmed Hussen.

Le ratio de 6,6 personnes actives pour un retraité en 1971 est passé à 4,2 en 2012 et risquerait de tomber à 2 d’ici 2036 si aucun plan d’immigration n’était mis en œuvre, a souligné le ministre canadien lui-même. Pourtant, les Européens empêchent ces migrants de traverser la Méditerranée. Pourquoi? Ignorent-ils cette politique du gouvernement canadien? Peut-être y a-t-il un autre marché à faire.

By Protogène BUTERA

Pourquoi l’Allemagne rapatrie toute sa réserve d’or stocké à Paris?

Dans la plus grande discrétion, toutes les réserves d’or stockées à Paris ont rejoint les chambres fortes de la Bundesbank à Francfort. Alors que ce chantier long et subtil devait être finalisé d’ici 2020, la banque centrale allemande, la Bundesbank, s’est grandement activée pour rapatrier l’intégralité des lingots d’or stockée dans la capitale française.

Une réserve considérable

Depuis 2013, 11% du total des réserves allemandes, soit 374 tonnes du précieux métal, ont quitté les coffres de la Banque de France, ainsi que 300 tonnes stockées à la Réserve fédérale à New York, pour rejoindre les chambres fortes de la Bundesbank à Francfort.

Désormais, la part d’or stockée en Allemagne représente plus de 50% des réserves de la Bundesbank, contre 31% en 2013. Mais ce rapatriement est loin de concerner la totalité des réserves, car 1 236 tonnes sont toujours gardées à New York pour une durée indéfinie, alors que 432 tonnes sont également stockées à la Banque d’Angleterre, à Londres.

Pourquoi cet abandon de Paris?

En 2012,l’Allemagne a décidé de pouvoir disposer à tout moment de son trésor, et a donc relancé le rapatriement de ses réserves d’or acquis depuis des années 1950 et confié à ses alliés(New York,Londres et Paris).

Selon lepetitjournal.com,cette décision a été mal perçue par les observateurs europpéens, car elle intervient en pleine tourmante avec l’euro,la crise grecque et le Brexit.

La France qui détient la 4°réserve mondiale en or n’a t-elle point besoin de cet or allemand?A-t-elle perdu la confiance de l’Allemagne ou plutôt en a-t-elle gagné davantage face au refus de la Réserve Fédérale des Etats-Unis(FED)de rapatrier lor de Bundesbank?Pourquoi pas un jeu d’influence sur l’avenir de l’Europe(après Brexit)entre les deux grandes capitales:Paris et Berlin?

By Protogène BUTERA

Cyangugu:Inkuba n’inkubi y’umuyaga byabasize habi

By GASHEMA Philemon

Ntabyo mu Kinyaga!Ukwezi kwa cumi kudusize habi.Ukwa cumi na kumwe ko twagutangiranye akaga gakomeye.N’ubwo Cyangugu yose(Rusizi na Nyamasheke) yibasiwe, hano mu Murenge wa Bweyeye twarakubititse kabisa .Ariko cyane cyane mu Kagari ka Rasano aho  inkuba n’inkubi y’umuyaga  byaje ari simusiga.

Kandi koko burya ibyago byibasira abanyantegenke.Abari baherutse kubakirwa aho gukinga umusaya,umuyaga warahushye ntiwagira icyo usiga inyuma.Abaturage bari baherutse gukurwa mu manegeka bararira ayo kwarika.Umutindi nta kabi kamurenga pe.Kuri bo,ngo ayo manegeka ni yo yabarindaga imiyaga!

N’amashuri ntiyasigaye

Uretse abo baturage bangirijwe n’imyaka bagasigara iheruheru,n’ibigo by’amashuri byagiye hasi ibindi birashegeshwa bikomeye.Kwitabaza umuganda ni byiza ariko ntibihagije.Hakenewe ingufu za Leta zo mu rwego rwo hejuru.

Ubwo twabasuraga bari mu myiteguro y’umuganda w’ukwezi,bavugaga ko bazatabara ibigo by’amashuri gusa.Ngo abaturage bazirwanaho.Ariko umuntu yarebaga uko bamerewe,akibaza aho bazakura ubushobozi.Uko bamerewe biteye agahinda.Ngo inkuba zo bazazikizwa n’Imana yonyine kuko nta muturage wa hano wakwigondera « imirindankuba ».

By GASHEMA Philemon/Bweyeye

Afrique du Sud: Malades mentaux entre la rue et la mort

Ils sont nombreux à être abandonnés à leur triste sort.Comme dans la majorité des pays africains,ces malades manquent de soins adéquats.Ils dorment dans les rues ou dans les caniveaux faute de lieux adaptés.

Là où ils existent,les hôpitaux psychiatriques sont mal équipés.Mais en Afrique du Sud,cela ne devrait pas arriver si ce n’était pas pour le souci de faire des économies.Il en fut ainsi dans « Life Esidimeni Hospital ».Afrique du Sud

La fermeture de cet hôpital a conduit au grand scandale de l’année.Les malades mentaux ont été transférés vers d’autres centres situés à Johannesburg ou Pretoria.Avec des moyens limités,118 patients y sont morts de faim ou de déshydratation.

Les familles des victimes pleurent les leur.Mais depuis 2016,c’est l’oubli qui est en train de gagner.

Même si le rapport ne le précise pas,les mesures prises par le département de santé de la province de Gauteng sont jugés irresponsables.De surcroit,cette maladie semble être raciste, car elle atteint quasiment les Noirs. Pourquoi en est-il ainsi?

By P.B

%d blogueurs aiment cette page :