RWANDA: Ces terres fertiles que nous avions vues…

Pourquoi ce pays aux Mille Collines nous a fascinés? Nous en gardons beaucoup de souvenirs..

Quel souvenir! C’était mardi 30 juillet 2019 ! Cela fait donc 2 ans que nous étions au Rwanda ! A cette date, nous laissions derrière nous le parc national de NYUNGWE, le cap vers le Centre du pays et Kigali, la capitale du Rwanda. 

Les collines s’effacent pour nous montrer une région au relief plus plat, plus vaste et riche…A lire absolument: une-region-centrale-riche-et-prospere/

Vifs témoignages de celle qui se souvient encore..

Jacqueline LIZE

Quinzième dimanche: Reprendre un bon chemin?

En tant que chrétiens, nous vivons pour louer Dieu qui nous a choisis pour servir en sa présence et nous réjouir de sa mission car il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit. Ainsi comblés, un bâton et des sandales suffisent pour nous mettre en route

Lectures proposées: Am 7, 12-15; Psaume 84(85), 9ab.10,11-12.13-14; Ep 1, 3-14; Mc 6, 7-13

Célébrons-nous un dimanche du prendre soin comme Amos qui soignait les sycomores ? Cela peut être vrai car il y en a qui ont besoin de beaucoup de soins, de soins très forts et même intensifs afin de porter des fruits qui demeurent.

Or, les soins à acquérir ou à donner poussent à beaucoup de recherches ou sont des fruits de recherches dont le but est de rendre au patient une certaine dignité. C’est cet esprit de recherche qui éclaircit la finalité de la vie. Grâce à lui, nous saisissons pourquoi nous vivons réellement.

En tant que chrétiens, nous vivons pour louer Dieu qui nous a choisis pour servir en sa présence et nous réjouir de sa mission car il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit. Ainsi comblés, un bâton et des sandales suffisent pour nous mettre en route reliant les villes marquées par l’hospitalité plutôt que par les hostilités repoussantes.

Rendons grâce à Dieu pour tous les chrétiens qui acceptent de travailler en équipe, deux à deux, chassent ainsi l’esprit mauvais de la solitude ou de l’individualisme missionnaire de manière à témoigner de l’esprit prophétique.

Que l’évangile de notre salut nous guérisse de tout ce qui cacherait la richesse de Dieu manifestée en Jésus Christ qui, par son Eucharistie et son Eglise, ouvre nos yeux à la beauté sublime de son regard car il n’hésitera pas à nous donner ce que nous lui demandons en chantant même : « Fais-nous voir, Seigneur, ton amour et donne-nous ton salut »

Oui, qui regarde vers Lui resplendira sans ombre ni trouble au visage (Psaume 33) et l’Eglise sera enrichie d’avoir permis aux fidèles de créer des liens d’amitié pour une sainteté plus grande enracinée dans l’amour réciproque suivant le chemin tracé afin de bien entretenir le domaine particulier de Dieu.

A chacun de prendre un bon chemin afin de voir ce qu’il y a à faire pour garder intacte la marque de ce domaine  de justice et de paix. Le Christ qui nous envoie nous donne sa paix en abondance pour en être témoins.

By Protogène BUTERA

Dimanche: Pourquoi déranger le Maître?

Pourquoi il y a ceux qui prient beaucoup et qui ne guérissent pas de leur maladie ? L’erreur  des non-croyants est une vérité pour eux : la prière est inutile !

Lectures prévues : Sagesse 1, 13-15.2, 23-24; Psaume 29

               2 Corinthiens 8, 7.9.13-15;  Marc 5, 21-43

Ces lectures que la Liturgie a prévues pour ce 13° dimanche du Temps ordinaire nous permettent de répondre à ces 2 questions  de tous les temps  et à une autre plus actuelle: Pourquoi Dieu a créé l’homme ? Est-ce pour une existence périssable seulement ?

Pourquoi il y a ceux qui prient beaucoup et qui ne guérissent pas de leur maladie ? L’erreur  des non-croyants est une vérité pour eux : la prière est inutile ! Cela correspond à la réaction de la foule après la mort de la fille de Jaïre: « Pourquoi déranger le Maître? »

Pour les plus croyants, la vérité est tout autre : le but de la prière n’est pas de s’attirer les faveurs divines (ce n’est pas de la magie) mais se disposer à accueillir les dons de Dieu. Il en est de même pour la création : c’est pour que le cœur de l’homme soit en fête devant son Dieu qui transforme son deuil en une danse(Psaume)

A partir de la première lecture(Sagesse), pensons surtout à ceux qui se sont perdus ou ont perdu la vie à cause de la jalousie ; ceux qui se donnent la mort, se séparent (familles) ou ne se parlent plus à cause d’elle, la jalousie (du diable).

De la deuxième lecture, rendons grâce à Dieu pour les actions de l’égalité face à ceux qui sont empressés de ramassés beaucoup trop sans regarder les besoins des autres engouffrés dans l’indigence extrême. Oui, ils sont nombreux, dans le monde entier, à manifester une grande générosité.

Par l’évangile partagé, reconnaissons l’effort et la souffrance des médecins qui essaient tous les traitements mais n’arrêtent pas la mort de leurs patients, parfois jeunes encore. Et prions pour tous ceux qui se sentent mal dans leurs corps à cause de leur propre souffrance ou des leurs ainsi que ceux qui ont du mal à supporter le poids des maladies incurables ou chroniques qui les exposent à des moqueries des non-croyants.

L’exemple de ce chef de synagogue est très parlant : supplication persévérante et insistante pour faire agir la puissance de Jésus, reconnu comme sauveur. Que dire de cette femme qui ne veut que toucher Jésus sans trop le déranger ?

Il est bon de méditer sur ces deux réponses de Jésus : « Ma fille, ta foi t’a sauvée .Va en paix ; Ne crains pas, crois seulement ». Non seulement Jésus reconnait la force de la foi mais, après, il prend aussi la main (de l’enfant) à relever et demande aux bien-portants de vérifier si la vie a été bien reprise : « Donnez-lui à manger »

Un repas, test de vie, signe de partage et de vitalité ! C’est ce que Jésus  a demandé à l’Eglise de perpétuer le mémorial de son amour dans chaque Eucharistie où il se donne en nourriture pour la multitude: « Faites-cela en mémoire de moi » Puisse chacun être touché par ce message fortifiant : « Debout ! Lève-toi » Mais, que vais-je faire, après ? Rayonner de sa vérité et témoigner de sa bonté sans limite.

Très bon dimanche!

By P.Protogène BUTERA

Rwanda-Covid: Encore des mesures les plus strictes après le décès d’un enfant de deux mois

C’est la semaine où le pays a été durement frappé par le Covid-19. Les chiffres de personnes testées positives sont en hausse. Depuis 10 jours(10 -21 juin); ils se comptent par plusieurs centaines et le nombre des morts ne cesse pas d’augmenter également.

Le gouvernement a lancé la sonnette d’alarme en prenant des mesures les plus strictes proches du premier confinement. Ainsi, dans sa réunion du 21 juin présidée par le président de la République, Paul Kagame, le couvre-feu est ramené à 19h00 au lieu de 21h00 et les déplacements sont interdits entre les Districts eux-mêmes et ceux-ci avec la Capitale, Kigali. Mesures du Cabinet des Ministres(Anglais)

Crainte du Variant Delta

La crainte du Variant Delta(de l’Inde)est palpable. Il arriverait de l’Ouganda qui a plusieurs kilomètres de frontière avec le Rwanda. Déjà, les vols de Rwanda Air vers Kampala sont suspendus. Et les voyageurs venant de ce pays comme de l’Inde, doivent passer 7 jours (à leur frais)en quarantaine, dans un hôtel indiqué par les autorités locales.

Publicités

Le coût des tests et de soin n’est pas aussi négligeable. Si, à l’aéroport de Kigali, il faut présenter le test PCR de 72 heures avant le départ, il est obligatoire de passer un autre à payer 60 dollars. Et si les résultats sont positifs, on est conduit au centre spécial de traitement Covid aux frais du patient! Que ce n’est pas simple…

L’heure est grave, pas de fêtes

La population et les voyageurs ont eu une journée et demie pour regagner leurs domiciles car les mesures commencent être appliquées ce mercredi 23 juin. La hausse régulière des cas positifs( le 21 juin ,ils étaient 622, le 22 juin: 861!)en rendra facile l’application.

Pour la première fois, le Rwanda a déploré un nombre important de morts: 6 personnes pour la journée de lundi 21 juin! Cela portait à 388 décès depuis le début de la pandémie. Ce qui a marqué davantage les gens, c’est le décès(parmi les 6) d’une fillette de 2 mois!

Bien que la vaccination continue à un rythme modéré(391000 vaccinés au 22 juin)et qu’il y ait possibilité des tests rapides(10 000frw soit 10€), toutes les fêtes (anniversaires)et célébrations de mariage sont interdites. Il faudra attendre deux semaines pour voir s’il y a allégement ou non de ces mesures.

Un autre problème concerne les examens de fin d’année pour élèves et écoliers qui devraient terminer leur cycle(primaire et secondaire). Est-ce que le calendrier des examens et des vacances va être maintenu? Vont-ils subir une deuxième année blanche?

L’heure est vraiment grave. Même les matchs de Football Primus League risquent d’être suspendus deux jours avant la fin des compétitions qui se passaient à huis clos! Peut-être que l’été va ramener un peu de gaieté!

Douzième dimanche: Etendue des vagues si vous n’avez pas encore la foi…

La liturgie de ce douzième dimanche nous permet d’établir des liens forts avec le Christ et de le découvrir sous un soleil nouveau surtout pendant cette période où toutes les nations sont confrontées  aux vagues successives de la pandémie. Ceux qui ont continué de prier (pour la fin de cette maladie)ont éprouvé peut-être le même sentiment que ces disciples obligés de réveiller Jésus : « Nous sommes perdus, cela ne te fait rien ? » On comptera jusqu’à combien (première vague, deuxième, troisième ,quatrième..)pour que cela s’arrête ?

D’autre part, « un monde nouveau est déjà né » qui prend très peu de temps pour écouter Jésus ; « Toute la journée, Jésus avait parlé à la foule »(évangile). Qui peut supporter encore une telle longueur de discours ? Un monde nouveau est déjà là dont la naissance va de pair avec l’abandon de certains endroits difficiles d’accès et où les gens fréquentent Jésus sans croire en Lui tant « leur vie est centrée sur eux-mêmes  et non sur sa personne» D’où cette proposition du Maitre à ses disciples : « Passons sur l’autre rive »

Par ailleurs, où que nous allions, il est encourageant d’être avec Jésus. Mais, si sa présence est rassurante, elle ne veut pas être envahissante. A travers les vagues et les tempêtes, les disciples découvrent le vrai visage du Christ et sa nature même.

Après une journée de travail, Jésus-homme a besoin de repos. Tranquille, « lui dormait sur le coussin à l’arrière », les disciples l’ont vraiment mal reconnu dans cette attitude étonnante alors qu’ils sont marrés, perdus. A leur question, Jésus répond par une double question : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? »

Puisque la tempête peut-être dans les cœurs ou dans les têtes (pensées politico-économiques, socio-familiales des vacances ou du tourisme pour admirer les merveilles de la mer), il y en a qui sont dans l’action de grâce parce que par son « silence, tais-toi », il a apaisé ce qui les perturbait de l’intérieur. Oui, « dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur, et lui les a tirés de la détresse »(Psaume)

En ce dimanche où l’on célèbre la journée mondiale des réfugiés, il est bon de penser à toutes ces gens qui ont connu les détresses de la mer et à ces milliers d’autres qui ont succombé à des tempêtes qu’ils n’ont pas pu traversées. C’est triste : leurs désirs et leur sagesse ont été engloutis par la Méditerranée, surtout.

Il reste à chacun de répondre à la deuxième partie de la question de Jésus : « N’avez-vous pas encore la foi ? » Réponse de solidarité et de partage ou courage dans la prière et confiance obéissante.

Oui, Jésus n’est pas absent. Si nous lui permettons de prendre place, il pourra calmer le reste de nos inquiétudes et nous laisser nous étonner : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

C’est Lui notre Seigneur et Sauveur qui, comme à Job, s’adresse à toi ,aujourd’hui: «Tu viendras jusqu’ici ! Tu n’iras pas plus loin, ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ».

Ce faisant, nous pourrons dire comme saint Paul : « Désormais nous ne regardons plus personne d’une manière simplement humaine ». La connaissance du Christ a changé nos regards. Que la puissance de son Eucharistie renouvèle nos vies et augment en nous la foi, vitamines dont ont besoin notre corps et notre âme pour lutter contre les vagues.

VOICI LES LECTURES DE CE DIMANCHE

PREMIÈRE LECTURE

« Ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ! » (Jb 38, 1.8-11)

Lecture du livre de Job

Le Seigneur s’adressa à Job du milieu de la tempête et dit :
« Qui donc a retenu la mer avec des portes,
quand elle jaillit du sein primordial ;
quand je lui mis pour vêtement la nuée,
en guise de langes le nuage sombre ;
quand je lui imposai ma limite,
et que je disposai verrou et portes ?
Et je dis : “Tu viendras jusqu’ici !
tu n’iras pas plus loin,
ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots !” »

DEUXIÈME LECTURE

« Un monde nouveau est déjà né » (2 Co 5, 14-17)

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
l’amour du Christ nous saisit
quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous,
et qu’ainsi tous ont passé par la mort.
Car le Christ est mort pour tous,
afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes,
mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
Désormais nous ne regardons plus personne
d’une manière simplement humaine :
si nous avons connu le Christ de cette manière,
maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.
Si donc quelqu’un est dans le Christ,
il est une créature nouvelle.
Le monde ancien s’en est allé,
un monde nouveau est déjà né.

– Parole du Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Toute la journée,
Jésus avait parlé à la foule.
Le soir venu, Jésus dit à ses disciples :
« Passons sur l’autre rive. »
Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était,
dans la barque,
et d’autres barques l’accompagnaient.
Survient une violente tempête.
Les vagues se jetaient sur la barque,
si bien que déjà elle se remplissait.
Lui dormait sur le coussin à l’arrière.
Les disciples le réveillent et lui disent :
« Maître, nous sommes perdus ;
cela ne te fait rien ? »
Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer :
« Silence, tais-toi ! »
Le vent tomba,
et il se fit un grand calme.
Jésus leur dit :
« Pourquoi êtes-vous si craintifs ?
N’avez-vous pas encore la foi ? »
Saisis d’une grande crainte,
ils se disaient entre eux :
« Qui est-il donc, celui-ci,
pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Très bon dimanche !

By P.Protogène BUTERA

USA: Interdits de donner des bisous aux poulets, ils sont en colère!

Même s’ils semblent propres, ces animaux, comme les poules ou les canards, peuvent transporter la salmonelle, une bactérie pouvant provoquer diarrhées, fièvre et vomissements

C’est une recommandation très sérieuse. Face à une recrudescence des cas de salmonellose aux Etats-Unis, les autorités sanitaires ont demandé aux Américains d’arrêter d’embrasser leurs poules et autres volailles.

«Ne faites pas de bisous ni de câlins aux volailles de basse-cour, et ne mangez ni ne buvez près d’elles», ont très sérieusement demandé les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays.

Chicken kiss
Baiser au poulet(Photo MutualArt)

Selon les CDC, une poussée du nombre de cas de salmonellose est en partie liée à ce comportement: 163 cas ont été enregistrés depuis mi-février, dont 34 hospitalisations.

«Des entretiens avec les personnes malades ont montré que des contacts avec des volailles étaient probablement la source de l’épidémie», ont-ils ajouté.

DES DIZAINES DE MILLIONS DE CAS PAR AN

Même s’ils semblent propres, ces animaux, comme les poules ou les canards, peuvent transporter la salmonelle, une bactérie pouvant provoquer diarrhées, fièvre et vomissements, ont prévenu les CDC.

Les autorités ont également recommandé de se laver scrupuleusement les mains après un contact avec une volaille, et de décourager les enfants de jouer avec elles. Généralement, les infections surviennent par l’ingestion d’œufs ou de produits laitiers contaminés.

En compagnie des poulets

Des dizaines de millions de cas sont enregistrés chaque année, mais ils sont rarement mortels. C’est un argument de poids pour ceux qui sont contre une telle interdiction. Pour eux, aucune raison de se priver du plaisir dont ils ne courent aucun danger grave! Et la santé publique?

By P.Protogène BUTERA

Umutagatifu w’umunsi: MATIYASI INTUMWA, umurinzi w’abubatsi

Matiyasi ni umuntu urangwa n’umutima mwiza no kwitangira abandi atizigamye. Kubera iki?

Yuda Isikariyoti amaze kwiyahura, hakenewe umusimbura kugira ngo umubare w’Intumwa ukomeze kuba cumi n’ebyiri nk’uko Yezu yari yarabiteganije kandi uhwane n’imiryango 12 ya Isiraheli.

Yezu amaze gusubira mu ijuru(Asensiyo),inama y’abantu 120 bayobowe na Petero yarateranye, bahitamo babiri bagomba gutorwamo umwe wiyongera ku Ntumwa 11 zari zisigaye.

Abo babiri ni YOZEFU witwaga BARISABA ndetse wari warahimbwe NTUNGANE(Justus), na MATTHIAS. Nyamara nyuma y’isengesho ni MATTHIAS watorewe uwo mwanya kugira ngo na we abe umuhamya w’Izuka rya Nyagasani(Int 1, 20-26)

Ikibazo kikibazwa ni iki: ko Pawulo na we yatorewe kuba Intumwa nk’uko abyivugira(Rm 1,1; 1Cor1,1…), Matthias ni Intumwa ya 12 cyangwa ni iya 13?

Ntiyaje kuzuza umubare

N’ubwo bimeze gutyo, Mutagatifu Matiyasi ntiyaje kuzuza umubare gusa! Uwo Kiliziya ihimbaza kuri iyi tariki ya 14 Gicurasi,bivugwa ko yashinze Kiliziya yo muri Etiopiya aho yigishije Ivanjili imyaka irenga 33.

Yaguye i Yeruzalemu mu myaka ya 63 cyangwa 81 nyuma ya Yezu. Kimwe n’izindi Ntumwa, yishwe azira ukwemera. Yicishijwe ishoka(hache)ikaba ari yo mpamvu ari UMUVUGIZI w’ABUBATSI(Charpentiers),’ABABAZI(Bouchers).

Matiyasi arangwa n’iki?

Nk’uko izina rye ribisobanura, Matthias ni impine ya Mattathias(Don de Dieu). Ni umuntu urangwa n’umutima mwiza no kwitangira abandi(générosité)kandi agatwarwa cyane(sentimental).

Mu byo akora, yibanda cyane kubikurura umutima we(passion)kandi bimufitiye akamaro(ce qui l’intéresse).Hari ubwo ashobora kugaragaza ubushake buke ariko iyo amaze kumenya neza umuhamagaro we, yitanga atizigamye.

Mwese abamwiyambaza tubifurije umunsi mukuru mwiza. Mutagatifu Matthias, udusabire.

By P.Protogène BUTERA

Vous dormez moins de 6 heures? Démence et Alzheimer vous attendent!

De plus en plus de données de recherche suggèrent que les habitudes de sommeil sont susceptibles de contribuer au développement de la démence.

Dormir moins de six heures par nuit, entre 50 et 70 ans, pourrait provoquer « un risque accru de démence ». Réalisée sur près de 8 000 adultes britanniques, cette nouvelle étude publiée mardi 20 avril dans la revue « Nature Communications » et menée par des chercheurs de l’Inserm et de l’Université de Paris en collaboration avec l’University College de Londres, suggère que ce risque augmente de 20 à 40 % chez les petits dormeurs, par rapport à ceux qui ont des nuits « normales » de 7 heures.

Peu de sommeil conduit à la démence!

Toutefois, « les résultats ne permettent pas d’établir une relation de cause à effet »explique à Franceinfo Séverine Sabia, chercheuse à l’Inserm, qui a dirigé ces travaux.« Pourquoi sommes-nous si fatigués ? » Quand l’Histoire se penche sur notre lassitude

Les scientifiques ont également observé un risque accru de démence de 30 % chez les personnes âgées de 50 à 70 ans qui avaient systématiquement une courte durée de sommeil, indépendamment de leurs éventuels problèmes de santé cardiovasculaire, métabolique ou mentale (dépression) qui constituent des facteurs de risque de démence.

Près de dix millions de nouveaux cas de démence, dont la maladie d’Alzheimer, sont dénombrés chaque année dans le monde, selon l’OMS. Le sommeil est fréquemment altéré chez les patients qui en sont atteints. Cependant, de plus en plus de données de recherche suggèrent que les habitudes de sommeil, avant l’apparition de la démence, sont aussi susceptibles de contribuer au développement de la maladie.« Le sommeil en milieu de vie pourrait jouer un rôle pour la santé du cerveau, ce qui confirme l’importance d’une bonne hygiène du sommeil pour la santé. » Apocalypse zombie, médecins érotisés, réalité alternative : ce que vos rêves de confinés racontent.

Lien entre démence et Alzheimer

Selon l’OMS, la démence qui est « une des causes principales de handicap et de dépendance parmi les personnes âgées dans le monde » est un syndrome où l’on observe « une dégradation de la mémoire, du raisonnement, du comportement et de l’aptitude à réaliser les activités quotidiennes ».

L’Organisation note également que la maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune de la démence et serait à l’origine de 60-70% des cas. Mais, ce qu’elles ont en commun, c’est qu’elles « figurent désormais parmi les 10 principales causes de mortalité dans le monde et se classaient au troisième rang dans les Amériques et en Europe en 2019. Ces affections touchent les femmes de façon disproportionnée : à l’échelle mondiale, 65 % des décès dus à la maladie d’Alzheimer et à d’autres formes de démence concernent des femmes. « 

Publicités

Le monde scientifique étant conscient que « la démence a des conséquences physiques, psychologiques, sociales et économiques pour les personnes atteintes de la maladie », mais aussi pour les personnels en charge de soins, les familles et la société en général, « des recherches futures pourraient être en mesure de déterminer si l’amélioration des habitudes de sommeil peut aider à prévenir la démence« , note de son côté « Nature ».

En attendant, « ne pas fumer, boire avec modération, rester actif mentalement et physiquement, avoir une alimentation équilibrée et contrôler ses niveaux de cholestérol et de tension artérielle peuvent aider à garder notre cerveau en bonne santé à mesure que nous vieillissons », conclut la Dr Sara Imarisio, de l’Alzheimer’s Research Trust.

By P.Protogène BUTERA

Natalité italienne: 250 euros par enfant qui naitra!

En Italie, le planning familial ne s’oriente plus vers la réduction des naissances. Au contraire, pour faire face à la surmortalité due au Covid-19, le Sénat italien a approuvé une allocution mensuelle de 250 euros par enfant jusqu’à ses 21 ans.

C’est la somme que recevra chaque famille dans le but de booster la fécondité en baisse dans ce pays dont la politique familiale n’est pas des plus généreuses de l’Europe. Par rapport aux pays scandinaves(Suède, Norvège et Danemark), par exemple, qui dépensent 3 à 4% de leur PIB aux aides familiales, l’Italie n’en dépense que 1,5%

Des naissances en baisse

Le résultat de cette politique parcimonieuse n’est rien d’autre que la baisse vertigineuse des naissances. Ainsi en 2019, il y a eu 435000 naissances seulement alors qu’elles étaient 753000 en France pour la population dont le nombre est comparable. L’amplification du chômage des femmes ne favorisera pas la tâche dans un pays où seule une femme sur deux travaille(50%)contre 73% en Allemagne, 62% en France et 58% en Espagne.

A cela s’ajoute le vieillissement de la population dont l’âge moyen est de 45 ans et le taux de fécondité est de 1,3 enfants par femme alors que le taux de renouvellement de la population doit être de 2,1 par femme. Ces incitations à faire des enfants auront quels résultats dans ce pays où 25% sont des couples volontairement sans enfants? A moins d’ouvrir les portes aux immigrés!

Sources: FranceInfo.

By P.Protogène BUTERA

L’eau, une source de vie à protéger et à partager

Dans toutes les civilisations, l’eau est un symbole de régénération, car c’est la boisson
dont nous avons constamment besoin
; elle nettoie et restaure constamment notre vie. Elle peut être maltraitée, rendue inutilisable et non potable, polluée et gaspillée, mais le seul fait qu’elle soit nécessaire pour la vie humaine, animale et végétale exige de nous – selon nos différentes fonctions en tant que responsables religieux, politiciens et législateurs, acteurs économiques et du monde des affaires, agriculteurs ruraux ou agriculteurs industriels, etc. – de faire preuve ensemble de responsabilité.

Les enfants et l'eau
Une corvée pour les enfants

Comme des gisements d’or cachés

Le problème, c’est qu’il y a beaucoup d’eau sur la planète Terre! Il suffit de penser aux océans immenses et profonds. On estime ordinairement que l’eau salée représente environ 97, 5% du total des ressources en eau, et l’eau douce seulement 2, 5%. Sur cet ensemble d’eau douce, environ 98, 8% se trouvent dans les glaciers et dans le sous-sol, et le 1, 2% restant représente l’eau située dans l’atmosphère et chez les êtres vivants, ainsi que l’eau douce facilement accessible aux humains dans les lacs, les marais et les rivières. Ce petit pourcentage d’eau douce facilement accessible suffisait à répondre aux besoins de la population mondiale
au début du XXIème siècle.

Dans de nombreux cas, la fourniture, le transport, le traitement et les opérations de purification
pour avoir accès à l’eau potable (ainsi qu’à l’eau douce à d’autres usages, comme dans l’agriculture, le bâtiment et l’industrie), ont un coût. Il est donc juste de reconnaître le rôle de l’eau dans la production et donc dans l’économie, ce qui équivaut à reconnaître que l’eau possède une “valeur économique.”

Gain pour certains et droit inaccessible pour d’autres

Cette valeur économique se voit à travers le coût ou le tarif que tout
marché ou fournisseur (qu’il soit public ou privé) peut fixer pour l’eau (y compris le commerce des droits de l’eau pour l’irrigation, et le marché de l’eau en bouteilles),coût qui ne sera jamais à la hauteur de l’utilité et de l’essentialité de l’eau (qui est inestimable) ; il ne peut pas non plus constituer un obstacle au droit à l’accès universel de l’eau, en particulier le droit pour les populations pauvres de boire et d’assurer leur hygiène personnelle, de cuisiner et, là où c’est nécessaire, d’avoir accès à un minimum d’irrigation de subsistance (usage domestique)

L'eau des puits
Plus de biceps pour avoir de l’eau!

Que se passe-t-il quand il y a coupures d’eau? De nombreuses familles sont obligées d’acheter de l’eau à des vendeurs informels à des prix très élevés (par rapport à leurs revenus modestes et comparé à ce que coûterait l’eau fournie par des systèmes publics de distribution). Par ailleurs, elles n’ont pas la possibilité de contrôler la qualité de l’eau qu’elles achètent souvent à des camions citernes informels.

Pire encore, les populations particulièrement pauvres risquent de ne pas être en mesure de payer leur facture d’eau ou d’acheter de l’eau. La suppression de fontaines publiques ou leur fermeture (par exemple en périodes de sécheresse) peut mettre en péril l’approvisionnement en eau de certains groupes pauvres. Un autre problème dramatique est constitué par les cas d’exploitation sexuelle pour avoir accès à l’eau : si les autorités ne protègent pas correctement leurs citoyens, il arrive que des fonctionnaires ou des techniciens chargés de la distribution de l’eau ou du relevé des compteurs profitent de leur position pour exercer un chantage sur les personnes incapables de payer l’eau (généralement des femmes), exigeant d’avoir des rapports sexuels pour ne pas interrompre la fourniture d’eau. Ce type d’abus et de corruption est appelé
sextorsion dans le domaine de l’eau.

Publicités

Nul ne doit être laissé en arrière

S’il existe un “droit” à ne pas être laissé à l’arrière sur la voie du développement, alors l’accès à l’eau et à l’assainissement doit être un droit qui comporte un “devoir” de ne laisser personne en arrière. Cela doit guider l’action de tous les décideurs publics et privés ainsi que des consommateurs, des juristes, des familles et de la communauté scientifique.

Chacun a le devoir de ne pas gaspiller l’eau et de modérer sa consommation. Transporter, purifier et consommer l’eau a un coût et requiert de l’énergie et l’on peut dire, au moins dans certains cas, que les sommes dépensées pourraient l’être de façon plus utile en aidant les personnes très pauvres dans leur développement intégral.

Selon OMS(Organisation mondiale de la santé), pour boire et satisfaire ses besoins d’hygiène, chaque personne a besoin, chaque jour, de 20 à 50 litres d’eau ne contenant ni produits chimiques dangereux ni contaminants microbiens. Il est prouvé que les investissements en faveur de l’eau de boisson salubre et de l’amélioration de l’assainissement améliorent la santé et la productivité économique. Beaucoup reste à faire pour fournir ces services fondamentaux à une large part de la population.

L'eau du robinet
L’eau du robinet toute potable?

Il est donc important d’informer les citoyens des droits dont ils jouissent dans un pays donné, en particulier le droit humain à l’eau potable, et les aider, si c’est possible, à obtenir justice au cas où le droit à l’eau potable est violé.

By Protogène BUTERA

Un Carême de partage vécu à l’École primaire de NYABIGOMA

Dans les moments difficiles, nos écoliers ont l’habitude de s’entraider mutuellement. Chaque fois que l’un d’entre eux perd un membre de la famille , ils se réunissent et collectent autant de vivres qu’ils peuvent..

Par exemple, au début de ce mois de Février 2021 , quand deux enfants ( confrères) de même classe ont perdu leurs papas, nos écoliers ont pu collecter divers vivres pour les soutenir, leur rendre visite et leur montrer qu’ils sont avec eux dans ces dures épreuves.

Publicités

C’est peu de choses , mais c’est réconfortant ,surtout pendant ce temps de Carême où l’esprit de partage doit être le fruit de nos privations. A la source de tous leurs témoignages: oeuvres-caritatives-au-sein-de-lecole-primaire-nyabigoma/

Pour la louange et la gloire de Dieu.

By P.Protogène BUTERA

De bien jolis paniers prêts et tout près de vous!

L’Association « le Creuset du Pardon » de Muyange(Diocèse Cyangugu-Rwanda)continue de s’équiper grâce aux aides des amis de Rennes(France). Machines à coudre sont achetées. Bientôt des machines à tricoter? Ce sera possible par la vente de leurs jolis paniers qu’il devient difficile d’écouler sur place à cause du Covid. Regardez-les sur:https://sourireauxmillecollines.wordpress.com/2021/03/12/de-bien-jolis-paniers-prets-et-tout-pres-de-vous/

LE RWANDA ET SES PAYSAGES VERDOYANTS

Quand nous sommes arrivés au Rwanda(2019), nous avons constaté que c’est un pays aux paysages variés avec des richesses naturelles importantes tant au niveau de la forêt que de la faune..

Gorilles des montagnes(volcans)
Gorilles des Volcans

Les montagnes sont admirablement exploitées en une agriculture en terrasses où des céréales(blé … ) ou des légumes(pommes de terres..)sont semées

Pommes de terre en terrasses
Plantation des pommes de terre

Au centre du Rwanda, nous trouvons les champs de café (à gauche) et de thé ( à droite) dans les plaines, et parfois sur les collines.

Suivez tout le témoignage de Jacqueline LIZE sur sourireauxmillecollines: diversite-de-lagriculture-et-du-paysage-du-rwanda/

RECETTES ET CUISINE RWANDAISES

La cuisine rwandaise est copieuse, bonne et seine. Il est possible de manger, pour le petit-déjeuner, salé ou/et sucré. Exemple : potage, omelette … café/thé, lait, confiture, miel/sucre, beurre/margarine, pains/brioches.

Les repas déjeuner/ dîner peuvent se composer de différents aliments: potage, fruits : bananes, prunes du japon, fruits de la passion riz, haricot rouge, pomme de terre, poissons , frites, sauce tomate, petits pois, oignons, carottes…

Pour les hôtes d’honneur, il peut y avoir une brochette de chèvre. Cuisine très appréciée par les Rwandais..

Repas avec brochette de chèvre
Brochette de chèvre offerte à NKOMBO

S’il y a plusieurs sortes d’aliments et de fruits, c’est parce que l’agriculture rwandaise est très variée en fonction de la géographie du terroir. D’où la belle variété de fruits et légumes au marché .

Fruits au marché (Rwanda)
Différents fruits au marché

Lisez tout le témoignage de Jacqueline: Et-si-nous-parlions-de-la-cuisine-rwandaise.

Pour tout apprécier vous-mêmes, ne ratez pas l’occasion de visiter le Rwanda. Vous verrez mieux et davantage!

By P.Protogène BUTERA

4 février: Journée internationale de la FRATERNITE HUMAINE!

Dans son encyclique « Fratelli tutti » sur la fraternité et l’amitiés sociales, le Pape François s’est permis de rêver en formulant des vœux d’un monde où les humains seraient tous frères et sœurs marchant ensemble:  » Voici un très beau secret pour rêver et faire de notre vie une belle aventure. Personne ne peut affronter la vie de manière isolée. […] Nous avons besoin d’une communauté qui nous soutient, qui nous aide et dans laquelle nous nous aidons mutuellement à regarder de l’avant. Comme c’est important de rêver ensemble ! […] Seul, on risque d’avoir des mirages par lesquels tu vois ce qu’il n’y a pas ; les rêves se construisent ensemble ».Rêvons en tant qu’une seule et même humanité, comme des voyageurs partageant la même chair humaine, comme des enfants de cette même terre qui nous abrite tous, chacun avec la richesse de sa foi ou de ses convictions, chacun avec sa propre voix, tous frères. »(n°8)

Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes a voulu expliciter la manière de mettre cela en pratique. Voici ce qu’il dit: » Saisis par la beauté de l’être humain, nous voulons nous comporter comme des frères et sœurs les uns avec les autres. Plus que cela, ayant conscience que chaque être humain partage la même humanité, nous éprouvons l’obligation de vivre fraternellement… Oui, la fraternité est le lien le plus évident et le plus profond qui relie les êtres humains, fils et filles de l’unique Dieu Père, créés à son image et à sa ressemblance. « 

En situant l’idée du Pape dans son contexte et ses incidences sur la marche du monde, l’archevêque de Rennes a tenu à souligner le premier résultat: « le pape François et le grand iman Ahmad al-Tayeb ont signé à Abou Dhabi le 4 février 2019 le « Document sur la fraternité humaine ». Un an plus tard a été créé le Haut Comité de la fraternité. Indépendant, il a pour mission de mettre en œuvre ce Document. Et voilà que son travail a abouti à une décision de l’ONU(RES/75/200), le 21 décembre 2020 : le 4 février est désormais la « Journée internationale de la fraternité humaine ». La première fois sera donc en 2021.

Dès lors, s’interroge l’évêque, ce 4 février, quelle conversion pour que grandisse la fraternité ? Et si chaque chrétien demandait à l’Esprit Saint d’ouvrir son cœur afin d’entendre et de vivre la parole de Jésus :« Vous êtes tous frères ! » Ce ne sera pas sans doute pour une seule journée, si mondiale ou internationale soit-elle, mais pour la vie et au quotidien! Que cette pensée de Frédéric BASTIAT alimente une telle démarche:

« LA FRATERNITE EST SPONTANEE OU N’EST PAS. LA DECRETER C’EST L’ANEANTIR »(Pamphlets, p.59)

By Protogène BUTERA