Un Carême de partage vécu à l’École primaire de NYABIGOMA

Dans les moments difficiles, nos écoliers ont l’habitude de s’entraider mutuellement. Chaque fois que l’un d’entre eux perd un membre de la famille , ils se réunissent et collectent autant de vivres qu’ils peuvent..

Par exemple, au début de ce mois de Février 2021 , quand deux enfants ( confrères) de même classe ont perdu leurs papas, nos écoliers ont pu collecter divers vivres pour les soutenir, leur rendre visite et leur montrer qu’ils sont avec eux dans ces dures épreuves.

Publicités

C’est peu de choses , mais c’est réconfortant ,surtout pendant ce temps de Carême où l’esprit de partage doit être le fruit de nos privations. A la source de tous leurs témoignages: oeuvres-caritatives-au-sein-de-lecole-primaire-nyabigoma/

Pour la louange et la gloire de Dieu.

By P.Protogène BUTERA

RUSIZI: KUBONA AMAZI NI UKWIRIZA UMUNSI!

Muri ibi bihe bya Covid-19, abaturage basabwa gukaraba intoki n’ibiganza kenshi gashoboka mu rwego rwo kwirinda kwandura. Ikibabaje ni uko inzego z’ubuyobozi usanga zivuga cyane AMABWIRIZA ariko ntizite ku bikorwa remezo ayo mabwiriza agomba gushingiraho. Urugero rufatika ni urw’abaturage b’i MWEGERA na NYAKABUYE, cyane cyane ab’i NKUNGU ku ishyamba rigana i MIBILIZI. Amazi ni ingume pe!Abona umugabo agasiba undi.

N’aho WASAC yometse icyapa cyo kwiyamamaza ngo « Amazi ni ubuzima », kuzuza ijerekani rya litiro 20 ni ugutegereza umunsi wose.Tekereza abana baba bagomba kujya ku ishuri basize amazi mu rugo kugira ngo ababyeyi na bo babone ayo bakoresha. Bagira gukererwa, n’isuku ikagerwa ku mashyi.

Effet d'affichage sur l'eau
WASAC= Amazi ni ubuzima?

Hari n’aho abaturage bashatse uburyo bwo kwirwanaho, biyubakira ibigega bifata amazi avuye ku mazu. Birumvikana ko abigondera bene ibyo bigega na bo ari mbarwa kubera guhenda kwabyo. Na bo bagashaka kugaruza bagurisha amazi y’imvura ngo aya WASAC yabuze.

Ibi byose nta mugayo bibatera, kuko n’ababeshya ko amazi adahenda, bahaherutse bahandika IGICIRO NTARENGWA gusa, kandi amatiyo y’amazi yarafunganye. Aka wa mugani koko, ngo « RUBANDA IRARIKA IKANABESHYEKA. »

Iki kiguzi cy'amazi si ntarengwa?
Ce qui est rare est plus cher!

Ntawe bikwiye gutangaza kuba AKARERE ka RUSIZI karabaye aka nyuma mu Mihigo ya 2020. Abayobozi bafite ibindi bahugiyemo tutazi ibyo aribyo. Nyamara igihe cyari iki cyo KUBIKA AMAZI AHAGIJE bateganyiriza IMPESHYI.

Yanditswe na ICYIMPAYE Den/NKUNGU Sector

Journée internationale de l’infirmière:où se situe l’Afrique?

Le 12 mai de chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale de l’infirmière. Que ce métier des professionnels soignants soit occupé majoritairement par les femmes, cela peut être inquiétant pour certains.

Alors qu’ailleurs on peut entendre ce cri de leur colère, « Ni bonnes ni nonnes ni pigeonnes »,la question se pose autrement en Afrique:comment exercer,dans l’extrême pauvreté de la population, le manque d’équipement de formation continue, sa profession et sa vocation que l’on aime tant?

En mémoire de Florence Nightingale

Cette journée est célébrée en mémoire de Florence Nightingale qui a posé les bases de la profession infirmière contemporaine. Elle était très sensible aux conditions de vie des pauvres et des malades.

Elle a été la première personne à définir que chaque patient a des besoins individuels, que le rôle de l’infirmière vise à satisfaire ces besoins et elle a pris en compte les dimensions santé-maladie des soins infirmiers.

Elle a fait des soins infirmiers une occupation respectée en établissant une formation, en soulignant l’importance d’une éducation continue, et en distinguant les soins infirmiers de la médecine. Elle croyait qu’une bonne pratique infirmière ne grandit pas seule; elle est le résultat d’études, d’enseignement, d’entraînement, de pratique, qui se finalise dans une base solide qui peut se transférer dans tous les milieux, auprès de tous les patients. »

L’Afrique à la traine

Infirmières et santé communautaire!(RDC)

Très peu nombreux par rapport à la population(demande), infirmières et infirmiers sont très sollicités sur ce continent. Dans certains endroits reculés,ils sont considérés comme des médecins(docteurs)!S’il y a surcharge, il y a aussi reconnaissance sociale et respect. Le seul problème concerne le salaire qui est très bas et la formation peu spécialisée.

Contents et inquiets de leur métier

Mais pendant cette pandémie du Covid-19, ces professionnels de santé ont su montrer leur savoir-faire de mener une grande lutte avec des moyens de bords. L’état déplorable des infrastructures déplorables ne les a pas arrêtés.C’est aux décideurs de se mettre en question et de penser à l’amélioration des conditions de travail et de vie de ces gens de bonne volonté.

By Protogène BUTERA

Les Hosties sans gluten pour l’Eucharistie?

Il y a des personnes qui sont allergiques au gluten. Elles ne peuvent communier que grâce aux hosties ou aux pains sans gluten . Or,dans la lettre publiée le 15 juin 2017, la Congrégation pour le Culte divin affirme ceci:«Les hosties totalement privées de gluten sont une matière invalide pour la célébration de l’Eucharistie. » Dans ce cas, comment aider les catholiques réellement intolérants au gluten à communier au Corps du Christ? Discipline des sacrements:sur le pain et le vin pour l’Eucharistie

Un peu de réalisme!

Selon la même Congrégation, ces personnes céliaques pourront « communier seulement sous l’espèce du vin et recevoir ainsi la grâce du sacrement ». Cela est certainement  conforme au canon 925 du Code de droit canonique : « La sainte communion sera donnée sous la seule espèce du pain ou, selon les lois liturgiques, sous les deux espèces ; mais en cas de nécessité, ce pourra aussi être sous la seule espèce du vin.»

Mais le problème s’aggrave quand il y en a qui s’interdisent de tout alcool. Là aussi la réponse de ladite Congrégation est difficile à comprendre et à mettre en pratique: «Le moût c’est-à-dire le jus de raisin, frais ou conservé, dont on suspend la fermentation grâce à des procédés qui n’en altèrent pas la nature, est une matière valide pour l’Eucharistie

Si ce n’est pas le prêtre qui est atteint de céliachie, il faudra prévoir au moins deux calices: pour le vin et pour le moût. De même pour communier « sous la seule espèce du vin », le prêtre ne devra pas avoir mélangé le pain et le vin lors de la consécration qui transforme le tout en un seul Corps ou avoir un autre calice à part.

Dès que demeure le motif solide

Ce texte apporte finalement une réponse applicable selon le jugement de l’Ordinaire(Évêque): “Les Ordinaires sont compétents pour concéder, aux prêtres ou aux fidèles, la licence d’utiliser comme matière eucharistique du pain comportant une faible teneur de gluten ou du moût. Cette licence peut être concédée, de manière habituelle, tant que dure la situation qui l’a motivée.”

Afin d’éclairer la conscience des chrétiens, cette doctrine bien établie de l’Eglise catholique est à rappeler telle qu’elle est précisée dans le Missel Romain sur la communion et en prolongement du Concile de Trente:

« Avant tout, on avertira aux fidèles de ce que la foi catholique nous enseigne: même sous une seule des deux espèces,on reçoit le Christ tout entier,sans aucun manque,et le sacrement dans toute sa vérité;par suite,en ce qui concerne les fruits de la Communion,ceux qui la reçoivent sous une seule espèce ne sont privés d’aucune grâce nécessaire au salut.« 

Missel Romain n°241

Approchons-nous tous de la Table du Seigneur.Nous le reconnaissons par la fraction du pain. Dans nos mains, il devient le Pain de la vie.

By Protogène BUTERA

Sauvé par son doigt dans l’œil du crocodile qui l’attaquait!

Un garde-forestier australien a réussi à s’échapper des dents acérées d’un crocodile « particulièrement fourbe », après lui avoir mis un doigt dans l’œil au cours d’une lutte acharnée.

Un animal de près de 3 mètres

Craig Dickmann, parti à la pêche dimanche 10 novembre dans un endroit reculé du nord de l’Australie, a déclaré que l’animal de 2,8 mètres de long l’a attaqué par derrière au moment où il quittait la plage.

Selon l’homme de 54 ans, le crocodile l’a attaqué au niveau de la cuisse et a tenté de l’entraîner dans l’eau afin de le noyer.

Un animal « fourbe et sournois »

Craig Dickmann a alors eu l’idée d’enfoncer son pouce dans l’œil du reptile, seule « partie souple » de l’animal, qui a une peau très dure.

« J’ai poussé aussi loin que possible et il a commencé à lâcher prise », a expliqué le garde-forestier.

Au bout de quelques minutes, il dit avoir réussi à se mettre sur le dos du crocodile, à lui fermer les mâchoires, puis à le repousser.

Craig Dickmann, qui s’en est sorti avec des morsures aux mains et aux jambes, a ensuite conduit sa voiture pendant 45 minutes jusqu’à son domicile, avant d’appeler les secours.

Sur son lit d’hôpital, le pêcheur n’a pas oublié ce triste événement:  » Ce bruit me hantera pour toujours, je pense. Le bruit du claquement des mâchoires. »

Craig Dickmann à l’Hôpital

Les autorités de Queensland affirment avoir euthanasié ce crocodile aussi fourbe que sournois. Le geste de Craig est-il un astuce à conseiller aux gens attaqués par cet animal rarement dangereux envers les humains?

La Rédaction

3 Novembre: Journée mondiale de la GENTILLESSE

L’idée est née à Singapour en 2000: les chercheurs se sont rendus compte que les gens gentils sont en meilleure santé! D’où le « World Kindness Day » promulgué par « Word Kindness Movement » (Japan, 1998).

Pour les pays francophones, ce sera « La journée mondiale de la Gentillesse. » Son but est de mettre fin aux idées reçues : que la gentillesse est bonne pour les enfants; que c’est un signe de faiblesse ou de naïveté; que la gentillesse conduit à l’inefficacité…

Pourtant, le monde est à la bienveillance. Que cela soit en famille, au travail ou à l’école, la primauté est au souci de l’autre, à l’attention et au soin de ses collaborateurs. No stress au travail et dans sa vie!

Gentillesse et bien-être familial

Cette journée est donc l’occasion de faire preuve d’amabilité et de bienveillance. Ce qui n’est pas toujours gagné. Certains diront qu’il ne faut pas être gentil envers les politiques, par exemple! Car, il faut une certaine méchanceté pour les obliger à ne penser qu’à leurs propres intérêts.

La gentillesse, c’est oser être bon

Nul n’ignore que « le prix de la bonté est une méchanceté. » Le risque est grand de penser que les gens profitent trop de votre gentillesse sans aucun signe de reconnaissance.

La gentillesse est donc oser toujours être bon, car cela fait du bien plutôt à votre santé psychique et physique. C’est l’exemple des bénévoles dont le bien-être augmente par le fait d’aller vers les autres, les aider ou les servir. Bien sûr avec mesure, sans s’oublier soi-même.

C’est  » oser être bon » pour les représentants politiques qui savent que l’opinion sera rarement en leur faveur à cent pour cent mais qu’ils auront le bénéfice d’être gentils en évitant les couacs pour plus d’efficacité.

La gentillesse fera sa revanche

Du point de vue de la santé, qui n’a pas été tenté de continuer avec son médecin (ophtalmologue, gynécologue, dentiste…) parce que le toubib a été tout le temps gentil avec lui? Ses prescriptions font le reste.

Relation médecin-patient

D’autre part, qu’avez-vous remarqué au volant de votre voiture? Quand vous avez été agressifs et intolérants face aux autres qui sont très lents ou tournent sans clignoter, voyez comme vous avez été désarmés par la gentillesse de votre passagère!

La gentillesse est vraiment le maître-mot qui met fin à votre pouvoir de tout contrôler en vous laissant seulement le pouvoir de vous contrôler vous-mêmes. Il peut venir de la bouche et de l’enthousiasme des enfants qui en ont marre des chicaneries de leurs parents, toute la nuit.

Enthousiasme qui change tout

Un jour vous serez reconnaissants au meneur du jeu : « John, ta gentillesse nous a sauvés. Tu nous as tirés du gouffre. Tout était prêt pour nous séparer. Merci d’avoir été si gentils, tous les deux, à notre égard. Vous avez été plus forts que nous. » Ouf! A votre tour, lancez-vous! Mission pour la gentillesse.

By Protogène BUTERA

Commémoration de tous les Défunts ou des Âmes du Purgatoire?

Le lendemain de la Toussaint, l’Église intercède pour tous ses membres endormis dans la mort et qui souffrent dans une ultime purification avant d’entrer dans la Gloire »; elle n’oublie pas donc les âmes du Purgatoire. Celui-ci est, selon le Curé d’Ars, « l’infirmerie du Bon Dieu. »

Ainsi, le 2 novembre, pour n’oublier personne, il est prévu 3 messes. Mais, si toutes célèbrent la commémoration de tous les fidèles Défunts, la troisième concerne les intentions du Souverain Pontife. Comme c’est le début du mois, c’est cette dernière que j’ai choisie.

Or, les intentions du Saint Père pour ce mois de novembre évoquent le dialogue et la réconciliation au Proche-Orient. C’est un appel qui sous-entend les pertes insupportables en terme de vies humaines. Nous le savons bien, plus il y a des morts au combat, plus diminuent les chances du dialogue et de la réconciliation.

Le Pape veut que nous priions pour le Proche-Orient parce que le péché ou l’horreur de la guerre y a établi son règne de mort. Mais, parce que c’est très loin de nous(Européens), nous pouvons ne pas y prêter beaucoup d’attention.

Le livre de la Sagesse nous l’a rappelé:  » La fascination du mal fait perdre de vue le bien ». Notre regard(infos en continue)s’est habitué à ce mal de la guerre qu’on ne voit plus grand-chose. Pourtant, ils sont nombreux à mourir avant l’âge, car ils sont vieux à trente ans!

Inconcevable. Nul ne sait le nombre de morts qu’il y a eus durant tant d’années de guerre(Irak, Syrie,…)Morts sous les bombardements, morts dans les camps de réfugiés ou sur la route de l’exil. Tous fidèles à la vie.

Notre prière pour eux, c’est une manière de « rester en tenue de service. » Comme nous serions heureux si le Maître de la vie nous trouvait en train de veiller à ce que « les liens de la morts » soient brisés et que surabondent la miséricorde de Dieu sur tous ceux qui,de leur vie,ont aimé le nom de Jésus Christ notre Seigneur!

A Lui qui connaît la foi et la droiture de tous les fidèles défunts,l’Église adresse ses prières pour le salut de leurs âmes afin qu’ils puissent entrer dans la communion des habitants du ciel et jouir de la vision du bonheur éternel.

Si vous n’avez pas eu l’occasion de participer à cette commémoration, vous pouvez dire cette prière pour les âmes du Purgatoire. La grâce de l’intercession vous sera donnée.

O Divin Cœur de Jésus,
accordez, je vous prie,
aux âmes du Purgatoire, le repos éternel;
à ceux qui doivent mourir aujourd’hui, la grâce finale;
aux pécheurs, la vraie pénitence;
aux païens, la lumière de la foi;
à moi et à tous les miens, votre bénédiction.


Je vous recommande donc,
ô Cœur très miséricordieux de Jésus,
toutes ces âmes et je vous offre pour elles,
tous vos mérites avec ceux de votre Bienheureuse Mère,
de tous les Saints et des Anges,
et toutes les Messes, les Saintes Communions,
les prières et les bonnes œuvres qui sont faites aujourd’hui
dans tout le monde chrétien.
 
Doux Cœur de Marie,
consolation de ceux qui souffrent,
priez pour nous et pour les âmes
abandonnées du Purgatoire !

Équipes Notre Dame

By Père Protogène BUTERA

Côte d’Ivoire-30 Octobre: Disons Bienvenue, la Vie!

Le 30 octobre, c’est la Journée mondiale de la Vie et nous fêtons la Saint Bienvenue. C’est pourquoi il est juste de dire: Bienvenue la Vie! Oui, célébrons la Vie!

Et c’est depuis 2008 que cette journée est fêtée par plus de 40 pays au monde: Côte d’Ivoire, Bénin, France, Norvège, Haïti…

Que faire en cette journée?

C’est la seule journée d’inspiration africaine qui a pris une portée mondiale. Elle a commencé dans la ville d’Abidjan, Capitale de la Côte d’Ivoire. Mais, parce qu’elle n’est pas encore reconnue par l’ONU, on n’en parle pas comme d’une journée internationale.

Pourtant, ses deux actions devraient l’inscrire dans le concert de toutes les nations, car chaque pays se bat pour préserver et améliorer la vie de ses citoyens et de tous les vivants. Voici ces actions:

La promotion des valeurs de la vie

  • conférences sur les droits de l’homme, la santé mentale, la nutrition, la sécurité routière.
  • organisation du don de sang géant.
  • consultations médicales et soins gratuits dans plus de 10 disciplines médicales.
  • défilé des vivants, sur le thème de la préservation de la vie,  notre bien le plus précieux.
  • concerts de la Vie avec de nombreux artistes locaux de tous les horizons.

Une minute d’acclamation

Une chaine planétaire a été lancée depuis quelques années; elle consiste à organiser partout dans le monde une minute mondiale d’acclamation. Et de quoi s’agit-il ?

Chaque 30 octobre, à 13 h 00 GMT précises, l’humanité tout entière est appelée à observer 1 minute d’acclamation en l’honneur de la Vie. Et ce vaste mouvement laisse libre cours à de nombreuses formes d’expression selon les cultures locales.

Cette minute a fait son chemin et a déjà été observée jusqu’à Hawaï aux U.S.A. Elle permet à chacun de se rendre compte qu’être en vie est un privilège et que cela se fête.

Voilà une belle occasion de célébrer et de fructifier ce don de la vie, quelques jours avant les fêtes de la Toussaint et de tous les Défunts. Ah! Oui! Que « la culture de la vie » remporte sur « la culture de la mort. »

Appréciez la vie à juste titre sans en faire un objet de culte. Faites ensemble du bruit dans le bourg et au village selon les expressions de votre culture. Chantez, sautez, criez même! Une minute seulement pour éviter toute nuisance sonore et perturbation du bon voisinage.

Journée de la vie au Norvège
Fêtons la vie comme en Norvège

En respectant cette minute, nous accomplissons ce bel enseignement d’Aristote: « La norme de la vie, c’est la respiration. » Ainsi, les vitalistes qui s’inspirent de la Bible diront: « Un cœur calme est la vie du corps  » (Pr14,30).

De la même manière, aujourd’hui, ceux qui croient au Christ ont vraiment leur mot à dire: « En Lui, nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Ac 17,28)

Très bonne fête de la VIE!!Mais comment la vie est fêtée dans votre pays s’il y a beaucoup d’injustices, de violences et de maltraitances?

La Rédaction

Dore ibyiza bya divayi wanywereye ku rugero!

Abakunda agahiye bakavuga imyato, barenza kakabavugisha. Abandi bagahera aho ngo « Soma gake, divayi itera gukubagana. » Hari n’abahisemo kwinywera amazi cyangwa icyayi byonyine ngo batazagwa muri uwo mutego. Bakibagirwa ko Ikirahure cya divayi cyongera amahirwe yo kubaho!

Nyamara iyo barwaye, hari ubwo bagera kwa muganga akabandikira imiti irimo ka « alcool » nibura 10% kugira ngo bakire! Mu by’ukuri, abaganga bazi neza ko umubiri ukeneye « alcool. » Ikibazo ni uko abenshi bayirenza nk’abaca agahigo.

Aha ni ho Ijambo ry’Imana ritubwira ibyiza bya divayi wanywereye ku rugero. Reka tubyumve mu ijwi rya Mwene Siraki:

« Ntukavuge ko Divayi nta cyo yagutwara, kuko divayi yishe benshi.

Uko iziko rishegesha icyuma mu bushyuhe bwaryo, ni na ko divayi igenzereza abasinda bakirata.

Divayi ni ubuzima ku muntu, iyo uyinyoye mu rugero.

Ubuzima bumariye iki umuntu utagira divayi? Kandi yararemewe gushimisha abantu!

Divayi unywereye mu gihe ukayihaga, inezeza umutima.

Divayi wanyoye ukarenza urugero, kubera intego cyangwa ushotorana, igushengura umutima.

Ubusinzi bwongera umujinya w’igicucu, kugeza ubwo gikoze ishyano, bugabanya imbaraga, bugakurura inguma.

Niba mu birori mwanyweye divayi cyane, ntugatonganye mugenzi wawe, ntuzamusuzugurire ko yanezerewe, ntuzamubwire amagambo amutoneka, cyangwa ngo umuhungabanye umwishyuza. » (Sir 31, 25-31)

Buri wese yakuramo ibimureba, akamenya ibyo yakosora. Uwo  Divayi cyangwa Manyinya yagize imbata yakitegeza inguma ahorana nk’uwarwaye igicuri!Ugasoma asabana n’abandi cyangwa akarenza ku ifunguro rye rya buri munsi, tumwifurije kwizihirwa no gukomeza kuryoherwa.Naho ukararira akakiririrwa, we ni akumiro! Hari icyo yakura muri iyi nyigisho yibera wenyine? Naho se abo itera akanyamuneza bagasabagizwa n’ibyishimo?

Ibyiza Bya Divayi
Ibyiza Bya Divayi

Ubwo turi mu mpera z’ukwezi kandi, ntibitangaje ko hari abo kasize mu madeni, ejo bundi bakazahembwa bishyura. Ntibazibagirwe gufata ingamba zo kudahera muri urwo, dore ko hari igihe abo mu rugo bo bataba bazi n’uko gahumura!

By Protogène BUTERA

Noma,malédiction ou maladie de la misère?

Ce 17 octobre, c’est la Journée mondiale du refus de la misère ou pour la réduction de la pauvreté. Le thème de cette année 2019 est précis: « Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. »Qui pensent à ceux que le Noma introduit sur le trône de la condamnation?

Oh! Voyez vous-mêmes. Le visage est défiguré. Le nez est déformé. La personne atteinte est méconnaissable. Cette maladie abime les gencives et ravage le visage en détruisant les tissus musculaires et osseux de la face.

Adulte défiguré par Noma

Le noma est vraiment une gangrène de la bouche et la partie du nez.C’est une maladie qui touche principalement les prématurés et enfants malnutris en bas âge(moins de 6 ans).

Généralement, c’est une pathologie qu’on rencontre chez les populations qui vivent dans une extrême pauvreté (Afrique de l’Ouest, du Sahel,Inde…)entrainant malnutrition et moult problèmes d’hygiène.

Même si le traitement médical(antibiotiques) et chirurgical(reconstruction et réparation)existe, la maladie cause des déformations de la partie atteinte et laisse les séquelles faciales énormes. Chez l’adulte mal soigné, c’est une catastrophe.

Maladie ou malédiction?

Dans certains pays comme Niger,de nombreuses victimes du noma sont rejetées par leur communauté car la maladie y est considérée comme une malédiction. Les enfants ayant survécu, sont sujets à une anxiété, un sentiment de culpabilité et un repli sur eux-mêmes.

Ce sentiment vient s’ajouter aux difficultés fonctionnelles de nutrition, de langage et de respiration.Quant au regard,c’est la perte de toute beauté et les qualités d’une vie hautement digne.

Noma au Niger

Pourtant, si le taux de mortalité atteint 80 à 90%, la guérison en a autant(80 à 90%). Ce qui veut dire que le Noma n’est pas inguérissable.Il est important de mettre en place des mesures de prévention et l’acquisition suffisante des connaissances avérées dans la médecine plastique et reconstructrice.

Non contagieuse ni transmissible, cette maladie ne devrait pas être un obstacle au droit à la belle image du visage. Merci aux Associations qui luttent pour le « nonoma » ou « pour-vaincre-noma. » Il reste à savoir si les États concernés sont prêts à donner satisfaction à cette santé inexorablement publique.

By Protogène BUTERA

Pourquoi le Pape François instaure un DIMANCHE DE LA PAROLE DE DIEU?

Ce 30 septembre 2019 en la fête de Saint Jérôme,lui qui a contribué à la vulgarisation de la Bible en la traduisant en Latin(Vulgate), le Pape François a institué le Dimanche de la Parole de Dieu.

Par sa lettre apostolique en forme de « Motu Proprio »c’est-à-dire un Décret, « Aperuit illis »(il leur ouvrit l’intelligence), le Pape explique la raison de l’ instauration d’un tel dimanche.

Il dit: « Consacrer de façon particulière un dimanche de l’Année liturgique à la Parole de Dieu permet, par-dessus tout, de faire revivre à l’Église le geste du Ressuscité qui ouvre également pour nous le trésor de sa Parole afin que nous puissions être dans le monde des annonciateurs de cette richesse inépuisable« 

Quand et comment faire ce dimanche?

C’est la question à laquelle le Pape ne pouvait ne pas répondre. Par cette institution, il déclare, en effet: « 

J’établis donc que le IIIe Dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu. Ce dimanche de la Parole de Dieu viendra ainsi se situer à un moment opportun de cette période de l’année, où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens. « 

Le Saint Père n’a pas choisi ce dimanche par hasard car il survient après la semaine pour l’unité des chrétiens et la conversion de Saint Paul. Aussi,affirme le Pape, « il ne s’agit pas d’une simple coïncidence temporelle : célébrer le Dimanche de la Parole de Dieu exprime une valeur œcuménique, parce que l’Écriture Sainte indique à ceux qui se mettent à l’écoute, le chemin à suivre pour parvenir à une unité authentique et solide ».

Une nouveauté: célébrer le ministère du lectorat

Ce dimanche voulu par notre Pape François, comprend plusieurs nouveautés dont la principale est l’instauration du ministère du lectorat en lien étroit avec la liturgie entière.

Ainsi, déclare le Pape, « en ce dimanche, de façon particulière, il sera utile de souligner sa proclamation et d’adapter l’homélie pour mettre en évidence le service rendu à la Parole du Seigneur. Les Évêques pourront, en ce dimanche, célébrer le rite du lectorat ou confier un ministère similaire, pour rappeler l’importance de la proclamation de la Parole de Dieu dans la liturgie ».

Alors que dans nos paroisses ou dans les églises locales, nous avons l’habitude de prendre à la volée , le premier arrivé pour faire des lectures sans avoir le sens de la proclamation, le Pape François prescrit ceci: « Il est fondamental, en effet, de faire tous les efforts nécessaires pour former certains fidèles à être de véritables annonciateurs de la Parole avec une préparation adéquate, comme cela se produit de manière désormais habituelle pour les acolytes ou les ministres extraordinaires de la communion. « 

Pour aller plus loin,  » les prêtres en paroisse pourront trouver la forme la plus adéquate pour la remise de la Bible, ou de l’un de ses livres, à toute l’assemblée, afin de faire ressortir l’importance d’en continuer la lecture dans sa vie quotidienne, de l’approfondir et de prier avec la Sainte Écriture, se référant de manière particulière à la Lectio Divina ».

Changement: se reconnaître comme peuple de foi

Dans l’Église catholique, il est dangereux de séparer la table de la Parole avec celle du Sacrifice. Les deux ne font qu’un. Ainsi, « la fréquentation constante de l’Écriture Sainte et la célébration de l’Eucharistie rendent possible la reconnaissance entre personnes qui s’appartiennent. En tant que chrétiens, nous sommes un seul peuple qui marche dans l’histoire, fort de la présence du Seigneur parmi nous qui nous parle et nous nourrit. »

A ceux qui penseraient que ce dimanche est un ajout de plus, sinon inutile, le Pape rappelle que « ce jour consacré à la Bible veut être non pas « une seule fois par an », mais un événement pour toute l’année, parce que nous avons un besoin urgent de devenir familiers et intimes de l’Écriture Sainte et du Ressuscité, qui ne cesse de rompre la Parole et le Pain dans la communauté des croyants. »

Il est important de savoir que « l’Écriture et les Sacrements sont donc inséparables. Car lorsque les sacrements sont introduits et illuminés par la Parole, ils se manifestent plus clairement comme le but d’un chemin où le Christ lui-même ouvre l’esprit et le cœur pour reconnaître son action salvifique.

C’est pourquoi nous avons besoin d’entrer constamment en confiance avec l’Écriture Sainte, sinon le cœur restera froid et les yeux resteront fermés, frappés comme par d’innombrables formes de cécité. »

Sources: vaticannews.va

La Rédaction.

Le Saint du jour: François d’Assise,le roi de la jeunesse

Né à Assise au foyer de Pierre Bernardone et de Dame Pica, François vit d’abord une jeunesse folle. Participant à la guerre entre Assise et Pérouse, il est fait prisonnier. Plus tard, parti pour une autre guerre, il entend une voix lui dire: « Pourquoi sers-tu le serviteur et non le maître? »

C’est pour lui le début d’une nouvelle existence. Rentré à Assise, « le roi de la jeunesse » se tourne vers les pauvres et les lépreux. Il a 24 ans. Dans la chapelle de Saint Damien, il entend le grand crucifix lui dire: « Répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruines. » Le voilà transformé en maçon.

Pour réparer la chapelle, il dépense l’argent de son père qui l’assigne devant l’évêque. Il se dépouille alors de tous ses vêtements en déclarant qu’il n’a d’autre père que celui qui est aux cieux.

Un matin, il entend l’évangile de l’envoi en mission des disciples. Appliquant l’Évangile à la lettre, il parcourt la campagne, pieds nus et une corde pour ceinture, en annonçant: « Que le Seigneur vous donne sa paix. » Des compagnons lui viennent et il leur rédige une Règle faite de passages d’Évangile. Quand ils seront douze, ils iront à Rome la faire approuver par le Pape Innocent III.

Pour les laïcs, il fonde un troisième Ordre, appelé aujourd’hui « la Fraternité séculière. » Il envoie ses frères de par le monde et lui-même rencontre le sultan à Damiette pour faire cesser la guerre entre chrétiens et musulmans.

A son retour, il trouve l’Ordre en grandes difficultés d’unité. Il rédige une nouvelle Règle et se retire, épuisé, sur le mont Alverne où il reçoit les stigmates du Christ en croix. Il connaît ainsi dans son coeur l’infini de l’amour du Christ donnant sa vie pour les hommes.

En 1226, au milieu de très grandes souffrances, il compose son « Cantique des Créatures » et le 4 octobre, « nu, sur la terre nue », il accueille « notre sœur la mort corporelle. »

Patron des louveteaux, de l’écologie et de la non-violence, le saint italien évoque un art de vivre et une manière d’être chrétien. Sur les routes, jusqu’en Terre sainte, il prêcha à tous l’amour de Dieu, cherchant par sa parole et ses gestes à suivre le mieux possible le Christ.

C’est pour cela que depuis 1220,un an après la rencontre de François avec le Sultan Malik Al-Kamil, les Frères Mineurs sont les gardiens officiels des lieux saints à Jérusalem(Custodie franciscaine de Terre Sainte). Préparons-nous à fêter les 800 ans de leur présence en pensant au Poverello qui leur disait:

Rappelez-vous que lorsque vous quittez cette terre, vous n’emportez rien de ce que vous avez reçu-uniquement ce que vous avez donné. »

François d’Assise

Heureux qui persévèrent dans la paix, car c’est le Très-Haut qui les couronnera. »

François d’Assise

Sources: nominis.fr

P.Protogène BUTERA

Du suicide: 800 000 morts chaque année!

Le 10 septembre, c’est la journée mondiale de prévention du suicide.Évitable, le suicide fait pourtant 1 victime toutes les 40 secondes. Chaque année, ce sont donc plus de 800 000 personnes qui se donnent la mort.

En 2012,ils étaient 804000, soit 11,4 pour 100 000 habitants. Cette situation a poussé l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) à établir un plan de réduction du suicide de 10% pour 7 ans: de 2013-2020.

En 2019, c’est la 17° édition de cette journée pour sensibiliser le public aux facteurs de risques et les moyens de les éviter. C’était le 10 septembre 2003 que cette journée a été créée. Ce qui est toujours préoccupant, c’est que ce sont les jeunes de 15 à 29 ans qui sont les plus touchés.

Les pays champions du suicide

Il a été remarqué que ceux qui se suicident,le font par pendaison,par ingestion des pesticides ou par armes à feu(aux États-Unis où l’accès est très facile). Pour les pays les plus riches,ils étaient 17,9 pour 100 000 habitants  dont 5,7% sont des femmes et 15% d’hommes.En France,ils sont 12,1 pour 100 000 habitants.

Sur le continent africain,le taux de suicide est de 12,6 pour 100 000 habitants dont 5,8% de femmes et 14,4% d’hommes. Comme ailleurs, ce sont parfois les personnes âgées(plus de 70 ans) qui sont plus concernées à cause du désespoir ou de l’isolement.

Parmi les pays dont le taux est plus élevé, neuf peuvent être considérés comme des champions:Guyana(ancienne colonie britannique) située entre le Venezuela et le Surinam(30,2 pour 100 000 habitants par ingestion des pesticides, la Russie par excès d’alcool, Lituanie,Ouganda, Lesotho, Sri-Lanka,Corée du Sud,Inde et le Japon pour des facteurs multiples(individuels,communautaires,troubles mentaux…)

Que faire au niveau national?

L’Internet et le téléphone pourront aider beaucoup.Comme il y en a qui imitent les méthodes suicidaires observées dans les séries TV ou se laissent entrainer par les messages reçus sur leur mobiles,les pays doivent mettre en place les services audio-visuels qui permettent de positiver la vie.

S’il est impérieux de réduire l’accès aux moyens qui conduisent à l’exécution du suicide(pesticides,armes à feu…),il faut aussi tenir compte des problèmes de pauvreté,de chômage ainsi que des conditions de travail favorisant le bien-être mental, social et relationnel.

Sources: OMS, Prévention du suicide.L’état d’urgence mondiale.

By Protogène BUTERA

Kunyara ku buriri uri mukuru, ni indwara cyangwa ni ubukunguzi?

Umusomyi wacu yabajije aho yakura umuti wo kunyara ku buriri kandi ari mukuru.Ngo ni ikibazo yahoranye kuva akiri muto.Abakuru bamubwiraga ko nazana umugore akagira n’abana bizacika.Nyamara abana bamaze kuba 4 bikimukurikirana.

Pipi au lit pour adulte?

Ishyano muraribarirwa!

Aho bibera bibi cyane ngo ni uko umugore we amuhoza ku nkeke amwita inkunguzi.Uko babyutse,ikibazo aba ari kimwe buri gihe: « Abana bazajya banyara ku buriri, nawe unyare kugeza ryari? »Ngo kubera kwanga ikimwaro no kwiteza abana,yagezeho akajya yirarira mu kabari.

None rero ati « Mungire inama cyangwa mumbwire umuti waba uwuhe kugira ngo nsubire iwanjye mu buryamo nk’abandi bagabo nta pfunwe. » Ubusanzwe,ibibazo nk’ibi abantu bakunze kubyihererana, bakumva nta mpamvu yo kujya kwa muganga kandi ntaho baribwa cyangwa bababara.

Au lit avec alarme à énurésie

Kwirinda biruta kwivuza

N’ubwo nta wundi ushobora kukwandikira umuti ukwiye uretse muganga,ariko burya ngo « Kwirinda biruta kwivuza. »Icyiza kuruta byose ni uko abo bireba bose bakumva ko icyo kibazo ari indwara cyangwa ibimenyetso(symptômes) by’indi ndwara, ko atari UBUKUNGUZI(porte-malheur).

Mu ndimi z’amahanga,iyi ndwara yitwa « énurésie »(pipi nocturne au lit).Impamvu ziyitera ni nyinshi kandi ziratandukanye.Ishobora kuba indwara y’igisekuru cyangwa y’ikiryango(héréditaire),bityo ikaba uruhererekane.Icyo gihe,bene ubwite biga uko babyitwaramo.

Hari n’ubwo iterwa n’uko urwungano rw’inkari(système urinaire)rudakora neza cyane cyane nk’iyo agasabo k’indurwe(vessie)gafite ibibazo.Ahangaha ni bwo iba ikimenyetso cy’izindi ndwara zitandukanye nka Diabètes, Alzheimer,umuhangayiko ukabije(stress),n’izindi.

Uko wabigenza

N’ubwo uwatse ubufasha atatubwiye imyaka ye,akwiye kumenya ko abantu bageze mu za bukuru(hejuru ya 75)batangira kugira ibi bibazo(abagore kimwe n’abagabo) kuko imitsi imwe n’imwe iba yararegeye ku buryo inkari zimena(fuites urinaires)nk’uko biba ku mwana uri munsi y’imyaka 5 utaragira imitsi y’ikibuno(sphincter)ikomeye.

Accès aux toilettes

Aho kwigunga cyangwa ngo arare mu kabari,agomba kurushaho kwiyitaho: kwihagarika kenshi(aux toilettes)nta kurindira cyangwa gutegereza cyane,kandi akirinda gufata ibinyobwa ibyo aribyo byose nyuma ya saa kumi n’ebyiri z’umugoroba(18h)kugira ngo bitamutera kubyuka kenshi nijoro cyangwa kwiganyira kubyuka ari byo byongera ibyago byo kunyara ku buriri bene ako kageni.

Iyo bikomeje,nta kundi ni ukwegera muganga kuko ashobora kukwandikira imiti wafatanya na alarme (STOP PIPI) igukangura mu gihe cyose umubiri ugaragaje ubushake bwo kunyara nijoro.

Ntibitangaje ko yanakugira inama yo kwambara imyenda y’imbere yabugenewe(couches ou protections à énurésie)nk’uko abagore n’abakobwa babigenza iyo bari mu mihango.Ahasigaye ni ahawe kuri urwo rugamba rwo kwisubiza icyubahiro.

Sources: medisite.fr

By Protogène BUTERA

Homélie du 13° dimanche du Temps Ordinaire:  » La main à la charrue »

En ce 13° dimanche du Temps ordinaire qui coïncide avec la belle chaleur de l’été, nous pouvons méditer sur le rapport entre l’appel et les différentes transformations du visage qui s’en suivent nécessairement.

Observons le visage de celui qui attend un appel pour le service dont la candidature a été retenue. Ce visage d’un lycéen qui attend les résultats du BAC ; ce militaire appelé au rang de supérieur avec des galons sur les épaules ; ce jeune appelé aux Ordres du Sacerdoce ou du Diaconat (d’autres sont décalés) ; mais surtout celui de l’athlète  qui est proclamé vainqueur parce qu’il a su bien géré ses derniers rounds.

Ce qui permet une telle variation de tous ces visages, c’est d’abord la qualité ou la densité du service attendu, ensuite la rapidité de celui qui court devant ou derrière (maitre ou concurrent) et enfin, la direction ou le point d’arrivée, finalité de la mission.

Concernant le service, on constate que là où il n’a pas donné beaucoup de résultats (fruits), on change de ville pour s’installer ailleurs. Et on y va avec détermination : réussir ou mourir. C’est pourquoi on doit évaluer les risques de l’égoïsme afin de s’ouvrir aux autres ; risque de l’affrontement conduisant à l’échec et risque de dissensions internes, obstacles à tout rayonnement.

Dans le cas contraire, s’il y a plus d’affluence et de clients, on étend l’espace d’activité. Pour que cette extension se fasse efficacement, il faut bien préparer la suite et la succession. C’est ce que fit Elie par rapport à Elisée. Celui-ci doit prendre le temps pour comprendre les exigences de la mission et les contours du service.

Pour partir, il est important de déterminer une direction et de savoir qu’il y a des moments et des endroits où il n’est pas permis de faire demi-tour ou se perdre dans les détails. Il faut aller à l’essentiel et laisser ce qui n’est pas important.

Face au refus, il est possible de recourir à la violence (réaction de ces 2 disciples, Jacques et Jean). Or, cela n’est pas la logique de Jésus qui veut nous aider à tenir bon sur la route d’autant qu’il nous a libérés de tout esclavage pour nous envoyer comme ses messagers. Voilà que nous craignons autant pour nos tendances éloignées de son message de paix et d’amour que le refus lié au lieu de passage.

Comme il est déterminé à aller de l’avant (jusqu’à Jérusalem), demandons la grâce de ne pas le perdre de vue, lui qui nous apprend le chemin de la vie si délicieuse et débordante de joie grâce la puissance de ses sacrements qui nous rétablissent dans la Nouvelle Alliance du salut atteignable dans le Royaume de Dieu par l’Esprit Saint qui nous est donné. Si nous nous laissons conduire par lui, en avant, la main sur la charrue !

Par P.Protogène BUTERA

Pour ce bon dimanche,lisez-vous mêmes ces textes proposés par la Liturgie:

PREMIÈRE LECTURE
Lecture du premier livre des Rois (1 R 19, 16b.19-21)
En ces jours-là,
le Seigneur avait dit au prophète Élie :
« Tu consacreras Élisée, fils de Shafath,
comme prophète pour te succéder. »
    Élie s’en alla.
Il trouva Élisée, fils de Shafath, en train de labourer.
Il avait à labourer douze arpents,
et il en était au douzième.
Élie passa près de lui et jeta vers lui son manteau.
    Alors Élisée quitta ses bœufs, courut derrière Élie,
et lui dit :
« Laisse-moi embrasser mon père et ma mère,
puis je te suivrai. »
Élie répondit :
« Va-t’en, retourne là-bas !
Je n’ai rien fait. »
    Alors Élisée s’en retourna ;
mais il prit la paire de bœufs pour les immoler,
les fit cuire avec le bois de l’attelage,
et les donna à manger aux gens.
Puis il se leva, partit à la suite d’Élie
et se mit à son service.
   
– Parole du Seigneur.
DEUXIÈME LECTURE
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates  (Ga 5, 1.13-18)
Frères,
    c’est pour que nous soyons libres
que le Christ nous a libérés.
Alors tenez bon,
ne vous mettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage.
    Vous, frères, vous avez été appelés à la liberté.
Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte
pour votre égoïsme ;
au contraire, mettez-vous, par amour,
au service les uns des autres.
    Car toute la Loi est accomplie
dans l’unique parole que voici :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
    Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres,
prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres.
    Je vous le dis :
marchez sous la conduite de l’Esprit Saint,
et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de la chair.
    Car les tendances de la chair s’opposent à l’Esprit,
et les tendances de l’Esprit s’opposent à la chair.
En effet, il y a là un affrontement
qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez.
    Mais si vous vous laissez conduire par l’Esprit,
vous n’êtes pas soumis à la Loi.
   
– Parole du Seigneur.
ÉVANGILE
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 9, 51-62)
Comme s’accomplissait le temps
où il allait être enlevé au ciel,
Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem.
    Il envoya, en avant de lui, des messagers ;
ceux-ci se mirent en route
et entrèrent dans un village de Samaritains
pour préparer sa venue.
    Mais on refusa de le recevoir,
parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.
    Voyant cela,
les disciples Jacques et Jean dirent :
« Seigneur, veux-tu que nous ordonnions
qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? »
    Mais Jésus, se retournant, les réprimanda.
    Puis ils partirent pour un autre village.
    En cours de route, un homme dit à Jésus :
« Je te suivrai partout où tu iras. »
    Jésus lui déclara :
« Les renards ont des terriers,
les oiseaux du ciel ont des nids ;
mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
    Il dit à un autre :
« Suis-moi. »
L’homme répondit :
« Seigneur, permets-moi d’aller d’abord
enterrer mon père. »
    Mais Jésus répliqua :
« Laisse les morts enterrer leurs morts.
Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. »
    Un autre encore lui dit :
« Je te suivrai, Seigneur ;
mais laisse-moi d’abord faire mes adieux
aux gens de ma maison. »
    Jésus lui répondit :
« Quiconque met la main à la charrue,
puis regarde en arrière,
n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »

   – Acclamons la Parole de Dieu.