Rwanda-Covid: La vaccination, une arme pour la discrimination?

C’est vraiment une faute contre l’humanisme d’agir comme si la vaccination était déjà réalisée à 100 % de la population, et de pourchasser les gens pour les vacciner contre leur gré comme si c’étaient des animaux menacés d’extinction, qu’il faut protéger à tout prix.

Au début du mois de décembre, seulement 36% de la population était vaccinée. Le but du Gouvernement rwandais était d’atteindre 40% à la fin de décembre 2021. Pari réussi? Le variant Omicron a poussé l’accélération de la cadence. On vaccine à tout vent pour atteindre, coûte que coûte, 70% à la fin de 2022!

Alors que la Constitution établit la liberté de la conscience, l’état sanitaire a aboli le respect de la constitutionnalité. A partir du 20 décembre, les non-vaccinés sont interdits d’accéder à tout lieu ouvert au public! Interdiction renouvelée pour le 10 janvier 2022!

C’est vraiment une faute contre l’humanisme d’agir comme si la vaccination était déjà réalisée à 100 % de la population, et de pourchasser les gens pour les vacciner contre leur gré comme si c’étaient des animaux menacés d’extinction, qu’il faut protéger à tout prix.

A titre d’exemple, regardons cette vielle dame qui refusait catégoriquement ce vaccin. Comme elle le dit elle-même, quand elle avait faim, personne n’est venu la voir; quand elle a été malade, nul n’est venu la visiter ou lui apporter des médicaments. Maintenant qu’elle peut marcher en s’appuyant sur sa canne, tout le monde court derrière elle, au nom de ce machin de vaccin!

Dans sa fugue, telle était sa seule demande: « Laissez-moi en paix ». Pourquoi n’est-elle pas entendue?

La femme qui voulait se suicider au lieu de se faire vacciner par force(correspondant kubahonet.com)

Testez-vous tous les jours, c’est moins cher!

Outre cet acharnement, il y a une autre aberration qui ne dit pas son nom: le prix du Test PCR. Vacciné ou non, on doit se faire tester à un prix exorbitant :30 000frw(30€)actuellement, contre 47 000frw avant décembre. Le slogan est aussi curatif: testez-vous tous les jours, c’est moins cher que la réanimation. Bien sûr que oui!

Mais, même à ce prix diminué, c’est toujours au-dessus d’un salaire mensuel pour la majorité des Rwandais! Que cela soit pour les clubs de sport qui doivent le faire 3 fois par semaine ou les mariés dont les invités doivent être testés, c’est une mesure financièrement insupportable.

Une autre forme de discrimination

L’article 11 de la Constitution rwandaise(2008)stipule ce qui suit: « 

Toute discrimination fondée notamment sur la religion ou croyance, l’opinion.. sur toute autre forme de discrimination est prohibée et punie par la loi »

Or, sous prétexte de l’urgence vaccinale, certaines autorités s’en prennent à un petit nombre d’ Adventistes du septième Jour à cause de leur croyance de ne recevoir des médicaments/vaccins qu’au moment où leur conscience est suffisamment éclairée au-dessus de tout soupçon.

Même en dehors de la religion, il n’est pas interdit d’avoir une opinion différente de la doctrine officielle. N’est-il pas autant injuste qu’illégal d’instaurer un délit d’opinion sur un sujet de vaccins pour lesquels on demande pourtant un consentement? A quoi ça sert le formulaire à signer, si l’on ne peut pas dire non? Un consentement signé par force est-il effectivement voulu parce que éclairé?

Peut-être que nos chefs locaux ou nationaux ignorent ce que dit la Constitution:

« tout citoyen est délié du devoir d’obéissance, lorsque l’ordre reçu de l’autorité supérieure constitue une atteinte sérieuse et manifeste aux droits de la personne et aux libertés publiques »(art.48, alinéa b.)

Exemples d’atteinte sérieuse aux libertés publiques? Si pour entrer dans une église, dans un temple ou dans une mosquée, dans un bus, dans un bar et même au marché, il faut être vacciné, n’est-il pas vrai qu’il y aura au moins 30% de la population qui sera exclus de la circulation?

Plus qu’une atteinte, n’est-ce pas là une autre forme de discrimination qui est prohibée et punie par la loi? Mais que faire quand celui qui a le droit de punir est également le maitre de la prohibition?

Point de liberté d’aller et venir

L’enfreinte à cette liberté d’aller et venir a commencé avec le port de masque et les amendes injustifiées pour les personnes toutes seules ou en plein air. Mais la résistance prend forme parfois par la voix des plus petits.

C’est l’exemple de cette jeune fille qu’on qualifiait de folle. Elle a une raison que les plus raisonnables n’ont pas. Mais, elle doit payer pour ses petits mouvements de chez elle!

Elle a une autre opinion sur le port de masque…

Un jour, les constitutionnalistes reconnaitront que « tout citoyen rwandais a le droit de se déplacer et de se fixer librement sur le territoire national« (article 23).. que « la liberté de pensée , d’opinion et de conscience est garantie par l’Etat« (article 33)au lieu d’être bafouée par lui.

Attraper les petits-poissons par les lumières

Il est incompréhensible que la haine et l’agression viennent des vaccinés. J’ai envie de leur dire: « Si ça marche, vous serez nombreux à être sauvés; si ça ne marche pas, le petit nombre s’occupera de vous. Question de précaution et de prudence »

Pêche des petits-poissons du Kivu

Ceux qui ont l’expérience de la pêche des petits-poissons(surtout dans le lac Kivu)le savent: ces derniers sont attrapés grâce à la force des lumières dans la nuit des eaux apparemment tranquilles.

Il est dangereux de miser sur une seule lumière: le vaccin. N’omettez pas d’autres lumières. Lesquelles? Que les vaccinés soient autorisés à aller aux stades soutenir leurs clubs, aux cinémas ou aux concerts regarder leurs stars en respectant les mesures barrières mais sans contraintes de dépenses de plus(TESTS, TESTS, TESTS…).

Vous verrez. Il y aura du monde à se faire vacciner pour ne pas rater ces belles occasions de divertissement. Ils le feront pour le plaisir de vibrer de vie, et ce sera bénéfique pour tous.

L’idée n’est pas bonne de considérer les citoyens comme les animaux que l’on conduit à l’abattoir pour la santé des consommateurs. Non plus celle de penser que les bons citoyens doivent agir comme des robots obéissant à la commande de la technique ou des tireurs des ficelles.

Comme le dit ARISTOTE, « Il est inconséquent d’abuser de sa force contre les faibles »(Ethique à Nicomaque,IV,3,§§22)

By Protogène BUTERA

RWANDA: UBUTAKA BURADUCIKA, ABABISHINZWE BAREBERA!

Abaturage b’u Rwanda baragenda barushaho kwiyongera, mu gihe ubutaka bwo burushaho kugunduka no gutwarwa n’isuri. Gahunda z’ibanze mu kuvugurura ubuhinzi zigomba gutanga umuti urambye w’icungwa n’ikoreshwa ry’ubutaka

Birazwi ko u Rwanda ari igihugu cy’imisozi miremire kugeza n’ubwo bakita Igihugu cy’Imisozi Igihumbi(1000) kubera ko kigizwe n’imisozi myinshi. Nyamara, ibi birukururira ibyago byo kuba igihugu kibasirwa n’inkangu, isuri ikabije, ndetse n’imyuzure aho bidasigana n’ihindagurika ry’ikirere kugeza ubwo bitwara ibikorwaremezo n’ubuzima bw’abagituye.

Photo prise par Gatete

Muri rusange, ubutaka bw’u Rwanda bugizwe n’umusenyi, ibumba ndetse n’amakoro. Bityo duhereye ku gice cy’akarere ubutaka buherereyemo bubasha gutanga umusaruro hakurikijwe igihingwa cyera muri ako karere. Ibyo bikajyana n’imiterere karemano y’ubwo butaka ari na yo ituma bwahura n’ibyago byo gutwarwa n’isuri bitewe n’imikoreshereze yabwo.

Ubwiyongere bw’abaturage buratungwa agatoki


Na none kandi, u Rwanda ruri muri bimwe mu bihugu by’Afurika bikennye cyane ndetse bikagira ubwiyongere bw’Abaturage buri ku kigero cyo hejuru, aho buri kuri 3.7% buri mwaka.

Mu mpera z’ikinyejana cya 20 ndetse no mu ntangiriro z’ikinyejana cya 21, u Rwanda rwagize impinduka igaragara mu miturire aho byagize ingaruka ku biza kamere biturutse ku mikoreshereze y’ubutaka mu buryo bw’akajagari, bityo bigira ingaruka mu gutwara ubuzima bw’abaturarwanda cyane cyane mu bice by’amajyaruguru, uburengerazuba n’amajyepfo ashyira uburengerazuba, ugana ku ishyamba rya Nyungwe ndetse n’imisozi ya Ndiza ugana mu majyaruguru y’u Rwanda.

Photo prise par Gatete

Umuzi wa byose hari abakeka ko ari buriya bw’iyongere bw’abaturage butuma n’abantu batura mu kajagari maze n’ibyo biza bikaboneraho. Byaba ari byo se?

Hakozwe byinshi mu gukumira ibiza kamere

Mu Rwanda, hashyizweho poliki y’imikoreshereze y’ubutaka ndetse n’imiturire aho buri Karere(District) kateguye igishushanyo-mbonera cy’imikoreshereze y’ubutaka ukurikije ubugomba guturwa n’ubugomba guhingwa.

Mu itegeko N° 27/2021 ryo ku wa 10/06/2021 rigenga ubutaka mu ngingo yaryo ya 33 ivuga Imitungire y’ubutaka bw’ibishanga, ivuga ko ubutaka bwo mu bishanga ari ubwa Leta.

Kubera iyo mpamvu, ntibushobora kwegurirwa burundu abantu ku giti cyabo, kandi nta we ushobora kwitwaza ko abumaranye igihe kirekire ngo abwegukane. Icyakora, ubutaka bw’ibishanga bushobora gutizwa umuntu hashingiwe ku masezerano yumvikanyweho hagati ya Minisiteri n’utizwa.

Ukurikije iby’iri tegeko, usanga abaturage bari batunze ubu butaka nka gakondo yabo, ntacyo bakora ngo baburinde isuri kubera ko nta cyangombwa cyabwo bafite kandi n’igihe cyose baba biteguye ko babwakwa.Ku rundi ruhande, ugasanga n’inzego zishinzwe kubukurikrana ntacyo zikora ngo batangire ayo mazi.

Nko mu bishanga biri mu mabanga y’imisozi, ujya kubona ukabona bimwe ubutaka bumaze kegenda hafi nka 1/3 mu turere twinshi tw’igihugu, ibindi byararengewe n’ubutaka buturuka muri iyo misozi kubera isuri.

Mu ngingo ya 44 y’iri tegeko ku nshingano zo kurinda, kubungabunga no gukoresha ubutaka, ufite uburenganzira ku butaka afite inshingano zo kuburinda, kububungabunga no kubukoresha hakurikijwe icyo bwagenewe.
Impungenge ni uko abenshi mu bakoresha ubutaka batazi inshingano bafite mu mikoreshereze yabwo bityo ukaba wakwibaza aho ikibazo kiri niba ari kubakoresha ubutaka cyangwa kubashyiraho amategeko ntibayasobanurire abo bireba?

Icyerekezo kirambye ku ikoreshwa ry’ubutaka


Abaturage b’u Rwanda baragenda barushaho kwiyongera, nyamara ubutaka bwo butiyongera, ahubwo bukarushaho kugunduka no gutwarwa n’isuri. Ibi birerekana ko gahunda z’ibanze mu kuvugurura ubuhinzi zigomba gutanga umuti urambye w’icungwa n’ikoreshwa ry’ubutaka, hagamijwe kuwubyaza umusaruro mwinshi.

Ni muri urwo rwego Leta yashyizeho gahunda yo guhuza ubutaka (Land consolidation), guhinga ibihingwa mu Turere tuberanye na byo, hagamijwe kongera umusaruro ku butaka buto dufite . Ibi kandi ntibyashoboka hatabayeho uburyo bufatika bwo gufata neza ubutaka no kongera ikoreshwa ry’inyongeramusaruro (amafumbire mvaruganda, imbuto nziza z’indobanure…).

Photo prise par Gatete

Twibuke ko ubutaka bugizwe n’ibice bine by’ingenzi: igitaka cy’urubumba, umusenyi, ishwagara n’imborera. Iteka ibi byose biba bivangiye mu butaka bumwe, ariko ku buryo busumbana.
Ibumba ryonyine rireruruka, ariko akenshi ugasanga ririmo umutuku cyangwa umuhondo. Amazi ntashobora kuryinjiramo ninayo mpamvu riyabika cyane. Ibumba ryonyine rirarushya guhinga.

Umusenyi uva mu mabuye akomeye cyane amanyagurikamo uduce duto cyane cyangwa agahindukamo nk’umukungugu. Mu musenyi amazi yinjiramo kandi agasohokamo ku buryo bworoshye. Ibi bituma ubutaka bw’umusenyi butabika ubuhehere maze bugashyuha mu gihe cy’izuba.

Ishwagara ni ibisigazwa by’udusimba twabayeho cyera cyane. Ishwagara nayo amazi ayinjiramo vuba, igihe cy’izuba iba umukungugu ariko mu mvura ikamatira cyane. Ishwagara ivanze n’ibumba ndetse n’imborera itanga ubutaka bwiza burumbuka.
Imborera ituruka ku bisigazwa by’inyamaswa n’ibimera byaboreye ahantu. Imborera ikungahaye ku byangombwa bitunga ibimera. Ubutaka bworoshye bunyurwamo n’amazi vuba (umusenyi) irabufatanya bukegerana. Ubutaka bufatanye cyane bw’intamenwa (ibumba ryumye) ibuha koroha bugahumeka.

Kumenya imiterere y’isuri n’uburyo bwo kuyirinda


Isuri ni uburyo bwose butsimbura ubutaka bugatuma buva aho bwagombaga gukoresherezwa bukajya ahandi hatateganyijwe.
N’ubwo hari n’isuri ituruka ku muyaga, ariko izwi cyane ni iterwa n’amazi y’imvura ikaba ari na yo iri buvugweho mu mirongo igiye gukurikira.

ISURI Y’IMVURA ITANGIRA RYARI?


Muri make, isuri y’imvura itangira igihe igitonyanga kikubise ku butaka kikabutandukanya. Mbese twavuga ko isuri ari nk’indwara: itangira yerekana utumenyetso, nyuma ikagenda yiyongera.

Uburyo bwo kurwanya isuri

Ihame rimwe ryo kurwanya isuri ni ugufasha amazi kwinjira mu butaka ukayarinda gutemba hejuru y’ubutaka. Nta muhinzi umwe ushobora kurwanya isuri ngo abishobore. Isuri irwanyirizwa hamwe n’abatuye ku musozi.

Uburyo bwo kurwanya isuri ni bwinshi kandi buratandukanye bitewe n’ubutaka, ubuhaname, icyo ubutaka bukoreshwa, aho buri, n’ibindi. Reka turebe bumwe mu buryo bwa kwifashishwa mu kurwanya isuri.

  1. Uburyo gakondo bwarindaga isuri mu Rwanda (Kuraza ihinga)

Mu Rwanda rwo hambere ubutaka bwararazwaga byibuze ibihembwe by’ihinga nka bitatu bityo bukazongera guhingwa bwarisubiye. Ibi byakorwa kugira ngo ibyatsi n’amababi bizaborere mu butaka ndetse n’ibinyabuzima by’igasozi bikomeze kongera intungabihingwa n’ifumbire mu butaka. Ariko bitewe n’ubwiyongera bw’abaturage, ubutaka buhingwa bugenda bugabanuka kubera imiturire, n’ubusigaye na bwo bukibasirwa  n’isuri. Turasabwa gushyira ijwi hejuru ngo tuburinde.

  1. Gutera ibyatsi bifata ubutaka

Ubu ni uburyo bwifashishwa mu buhinzi aho batera ibyatsi bifite imizi miremire bigafata ubutaka bushobora kugenda bitewe ni isuri aha twavuga nka tiribusakumu, sitariya, mukuna, urubingo,…

  1. Guhinga ku mirongo

Ubu ni uburyo bwo gufata ubutaka aho bahinga ku mirongo, bityo ibihingwa bigafatafata amzi y’imvura bikagabanya isuri aho ubutaka bufatwa n’imyaka iteye k’umurongo,…

  1. Gusasira ibihingwa

Ubu buryo bwo gusasira imyaka bukorwa bafata ibyatsi byumye, bigashyirwa hasi kugira ngo bitwikire ubutaka bityo imvura uko igwa igacengera mu butaka, maze isuri ikagabanuka kuko iyo imvura isanga ubutaka butambaye ubusa.

  1. Kwirinda kuragira ku gasozi

Kuragira kugasozi amatungo menshi bituma ibyatsi bishiraho bityo imvura yagwa igatwara ubutaka kuko ntakiba kibutangira. Ibi bigira ingaruka ikomeye kuko imisozi yambaye ubusa usanga yatwawe n’inkangu. Kororera mu biraro rero bigabanya isuri iterwa no kuragira ku gasozi;

Aho amatungo yaragiwe hahinduka agasi(Kigalitoday)
  1. Gutera ibiti

Gutera ibiti harimo ibivangwa n’imyaka ni bumwe mu buryo bwiza bwo kugabanya ndetse no kurwanya isuri kuko bifata imisozi bityo imvura iguye ntigire ubukana k’ubutaka kuko ifatwa mu mashami n’ibibabi ikagera hasi itagifite ubukana ahubwo amazi y’imvura agacengera mu butaka. Ni ngombwa rero kongera gutera amashyamba aho yarari hakurikijwe ubuhaname bw’umusozi, ndetse no gutera ibiti bivangwa n’imyaka ahagenewe ubuhinzi.

  1. Imirwanyasuri

Ubu ni uburyo bwakoreshwaga kuva kera aho bacukura ibyobo bifata amazi y’imvura ku mirongo bakurikije imiterere y’umusozi. Kuri iyi mirwanyasuri kandi hanaterwaho ibyatsi bifata ubutaka bityo bikorohereza amazi y’imvura kwinjira mu butaka.

  1. Imiyoboro ikamura amazi

Ubu ni uburyo bukoreshwa aho baca imiyoboro ku misozi ndetse no mubishanga bityo amazi akaboneza inzira imwe ajya ahabugenewe mu bidendezi n’ahandi bikarinda isuri.

Mu bishanga, ubutaka ntibugende turebera

Mu mpinduramatwara yo mu buhinzi bwo mu Rwanda hashyizweho abashinzwe ubuhinzi mu nzego zose z’igihugu aho kuva ku Karere, mu Mirenge, mu Kagali ndetse no ku rwego rw’Umudugudu tuhababona abajyanama b’ubuhinzi n’ubworozi, hakiyongeraho n’abagoronome b’abamakoperataive akomeye yo mu buhinzi n’ubworozi hamwe na hamwe.

Ariko biratangaje kubona ubutaka bwo ku nkombe z’imigenzi bugenda ku buryo hasigara hari nk’ikibuga cy’umupira, ahantu hari akagezi gato kambukwa uteye intambwe imwe!! Bituma wibaza ibyo za nzego zikora twavuze haruguru cya neko hari n’abashinzwe ibidukikije muri izo nzego zose

Biteye agahinda iyo usanze ari hafi y’ubuyobozi bw’Akarere cyangwa se bw’Umurenge. Uretse ko unakurikije uko uru rwego rw’ubutaka n’ibidukikije rwubakitse, ntihakabaye hari ibyangirika biri no ku rwego rworoheje bidasaba ingengo y’imali ihanitse

Yego birashoboka ko covid-19 yatumye bisubira inyuma bitewe n’ingamba zo kwirinda iki cyorezo aho ibikorwa rusange byahagaze nk’imiganda nibindi, ariko dukwiriye gutabara amazi atararenga inkombe

Ubutaka butwarwa n’isuri ni bwinshi

Ubushakashatsi bwakozwe mu mwaka wa 2016, bwagaragaje ko ubutaka bungana na toni 250 kuri hegitari butwarwa n’isuri, bityo ubungana na toni miliyoni 595 mu gihugu cyose bukagenda buri mwaka. Ibyo bikagira ingaruka kukugabanuka k’umusaruro w’ibiva mu buhinzi bitewe n’uko intugabihingwa z’ubutaka ziba zatwawe n’isuri.

Uko isuri itwara ubutaka
Photo Gatete

Leta nitabare turugarijwe . Ubutaka buraducika turebera kandi hari icyakorwa ngo tububungabunge. Ariko se ko n’u bwo mu bishanga bugenda kandi ababurinda bahari, ntibabibona?

By Eustache

Méditation du deuxième Dimanche de l’AVENT

Que cet Avent soit l’occasion pour chacun de faire des progrès significatifs dans la connaissance de Dieu pour Le suivre dans la paix et dans la joie.

Le Dieu que nous voulons suivre est Celui qui nous conduit à la joie et à la lumière par les deux chemins de la miséricorde (amour extrême) et de la justice. Ce Dieu nous le connaissons grâce à Jésus, tendresse du Père qui a voulu marquer l’histoire du monde gouverné par les grands hommes tels qu’Hérode, Pilate, Tibère…

La bonne nouvelle est là : c’est par Jésus que « tout homme verra le salut de Dieu », et non par ces grands hommes que le pouvoir rend parfois injustes. Pour voir ce salut, il faut être dans la position qui nous le permette : debout ou bien se tenir sur la hauteur comme Jérusalem, de manière à « voir les enfants rassemblés par la Parole du Dieu Saint. »

Photo de Pok Rie sur Pexels.com

Or, nombreux sont les obstacles à la bonne vision, car les divisions et les dispersions sont aussi flagrantes, que cela soit dans nos relations humaines ou dans la gestions des biens . C’est pour cela que nous continuons de prier les uns pour les autres, et chacun comme Saint Paul : « Dans ma prière, je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la pleine connaissance et en toute clairvoyance pour discerner ce qui est important »

Cette prière personnelle et commune est une façon de répondre à l’appel du Seigneur : « Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ». Comme les catéchistes jouent un rôle essentiel dans l’entrainement des enfants sur ce chemin (de choisir ce qui est important) nous pouvons nous joindre également à l’intention du Pape François pour ce mois de décembre :

« Prions pour les catéchistes, appelés à annoncer la Parole de Dieu ; qu’ils en témoignent avec courage et créativité, dans la puissance de l’Esprit Saint »

Que cet Avent soit l’occasion pour chacun de faire des progrès significatifs dans la connaissance du mystère de la foi grâce à cette Eucharistie que nous célébrons avec amour et sagesse nous conduisant à évaluer les réalités de ce monde pour la gloire de Dieu, dans la mesure où nous optons pour ce qui est plus important vraiment.

Très bon dimanche vers un NOËL joyeux.

By P.Protogène BUTERA

POUR SAUVER LES ABEILLES ET LA BIODIVERSITE

Il est urgent et impératif de développer des moyens alternatifs aux pesticides, revenir à une agriculture en lien avec les territoires, s’éloigner des pratiques de remembrement et de monoculture

Nul n’ignore que les abeilles  ne produisent pas seulement le miel mais favorisent également la pollinisation des plantes sauvages et cultivées. Ces activités les rendent très sensibles aux traitements phytosanitaires. Depuis quelques années, le sort des abeilles est devenu inquiétant : leur taux de surmortalité a atteint 30 à 35 %, taux anormalement élevé qui atteint dans certains cas 50 % de pertes hivernales.

De moins en moins d’abeilles dans les ruches

Or, 80% des espèces végétales dépendent directement de la pollinisation par les insectes. En ville, une même espèce de plante est souvent fort éloignée, il est donc indispensable qu’un insecte pollinisateur puisse transporter le pollen d’une fleur mâle vers la fleur femelle d’une même espèce. Comme agent pollinisateur, l’abeille domestique contribue une part importante à cet équilibre.

Comme elles meurent de faim

A cause d’une baisse considérable de la biodiversité dans les cultures, les abeilles se sont mises progressivement à visiter d’autres cultures, comme les céréales et les graines, très gourmandes en pesticides. Les abeilles pourraient ainsi être, malgré elles, responsables de la propagation des OGM, tout en étant intoxiquées par ces plantes génétiquement modifiées qui produisent leur propre insecticide.

Dans certaines régions mêmes, ces abeilles meurent de faim, car les monocultures ne leur fournissent pas assez de nourriture. Pourtant, la nature propose des milliers de végétaux: ronces, fleurs sauvages, eucalyptus, poirier, laurier, orties, bourdaine, noisetiers, tilleul, châtaigner, acacia, érable, dont certains sont jugés indésirables par les agriculteurs ou jardiniers. Que des haies et des jardins qui disparaissent du paysage, certaines exploitations qui couvrent des hectares de monoculture!

C’est le temps des actions concrètes

Il est urgent et impératif de développer des moyens alternatifs aux pesticides, revenir à une agriculture en lien avec les territoires, s’éloigner des pratiques de remembrement et de monoculture, qui attirent davantage les subventions et autres financements aux dépends de la vie des abeilles. Les responsables publics qui se cantonnent pour l’instant à de grands discours doivent prendre la vraie mesure de l’enjeu et respecter les engagements du Grenelle de l’environnement.

L’usage irréfléchi des pesticides dans l’agriculture démontre une faible sensibilisation à l’écologie dans les collectivités mais aussi chez les particuliers qui ont tendance à ne pas respecter les doses des fabricants. D’après le Rapport ANSES 2008, « Le catalogue des produits phytopharmaceutiques dénombre aujourd’hui 5 000 produits commerciaux dont l’utilisation selon des méthodes non autorisées est susceptible de provoquer des dommages irréversibles sur les colonies d’abeilles » .

Publicités

Plus que jamais, une autre agriculture plus respectueuse de l’environnement et une large sensibilisation sont nécessaires. L’abeille est un maillon indispensable des écosystèmes. La protéger, c’est nous éviter le cauchemar d’un nouvel écocide irréversible.

Ce n’est pas pour rien que les défenseurs des abeilles ont attribué à Albert Einstein, cette citation:

« Si les abeille venaient à disparaitre, l’humanité n’aurait plus que quatre années devant elle. »

Disons-le encore, la science doit être soumise à l’éthique pour éviter tout débordement.

Par EUSTACHE

Vingt-huitième dimanche: « Qui pourra être sauvé? »

Là où il parait impossible d’avoir le temps pour Dieu ou de nous détacher de nos entraves, le Psaume du jour nous livre un vrai secret : « Apprends-nous à bien compter nos jours pour que nos cœurs découvrent la sagesse »

La prière peut être inutile si elle aboutit toujours à des questions sans réponses. Quiconque ne la fait pas souvent connait cette triste expérience..Parfois, plus on possède beaucoup de biens ou de choses à faire, moins on a le temps de prier ; on est trop pris.

C’est dans ce sens que la Liturgie de ce dimanche nous éclaire sur les fruits de la prière et les moyens de nous mettre dans la bonne voie. Or, la voie de Dieu, ce n’est pas seulement de l’écouter ou de suivre ses commandements pour s’en aller  finalement tout triste. Le jeune homme de l’évangile nous est donné en exemple.

Oui, là où il parait impossible d’avoir le temps pour Dieu ou de nous détacher de nos entraves, le Psaume du jour nous livre un vrai secret : « Apprends-nous à bien compter nos jours pour que nos cœurs découvrent la sagesse »

Et comment la découvrir ? Eh bien ! Comme Salomon (première lecture) : « J’ai prié, et le discernement m’a été donné. J’ai supplié, et l’esprit de la sagesse est venu en moi. » Et par quelle voie passe cet esprit ? C’est grâce à la Parole de Dieu que est vivante, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du cœur« (deuxième lecture)

Parole vivante du Père, Jésus nous aide à trancher comme des disciples ou comme le jeune homme. D’une part, comme les disciples, nous pouvons rester interloqués, déconcertés par la gravité des exigences du Royaume de Dieu : « Qui pourra être sauvé ? » Et si Jésus promet le centuple et la vie éternelle, il n’exclut pas les persécutions.

D’autre part, comme le jeune homme, chacun d’entre nous peut s’en aller tout triste parce que tous les biens qu’il possède ne sont pas vendables. « Va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis, viens, suis-moi ». Mais alors, qui pourra acheter mon égoïsme, ma révolte, mon indifférence, ma cupidité ou mes convoitises ? N’ai-je pas raison de m’en aller tout triste parce que je n’aurai pas d’acheteur ?

En ce dimanche où l’Eglise se veut synodale parce que tout le peuple des baptisés marche ensemble vers là où se trouve le vrai trésor, invoquons l’Esprit saint avec le Pape François (Discours sur le processus synodal, 9 octobre 2021) :

« Viens, Esprit Saint. Toi qui suscites de nouvelles langues et mets des paroles de vie sur nos lèvres, préserve-vous de devenir une église-musée, belle mais silencieuse, avec un grand passé mais peu d’avenir. Viens parmi nous, pour que dans l’expérience synodale, nous ne nous laissions pas envahir par le désenchantement, que nous n’édulcorions pas la prophétie, que nous ne réduisions pas tout à des discussions stériles. Viens Esprit Saint d’amour, ouvre nos cœurs à l’écoute. Viens Esprit de sainteté, renouvèle le peuple fidèle de Dieu. Viens, Esprit saint renouvèle la face de la terre. Amen »

Que le Seigneur consolide nos mains et nos prière pendant ce mois missionnaire.

By P.Protogène BUTERA

Vingt-sixième dimanche : « Qui n’est pas contre nous est pour nous ? », 26 septembre 2021

De par notre baptême, nous sommes « prêtres, prophètes et rois »pour la gloire du Christ : prêtres quand nous intercédons pour les autres ; prophètes quand nous proclamons

La Liturgie de ce dimanche nous aide à détecter la nuisance de l’esprit de jalousie et de compétition (première lecture) ou esprit de profit et de résistance(deuxième lecture) dont l’aboutissement est l’exclusion. C’est dans cet ordre que  Jésus nous dit : « Qui n’est pas contre nous est pour nous »(Evangile)

Partant, il est temps de nous émerveiller de ce que font les autres. Et d’ailleurs, qu’y a-t-il de plus beau que de faire partie d’une église, communauté, où tout le peuple de Dieu s’adonne à prophétiser tout en se rappelant que, précisant saint Pierre, « il y eut aussi des prophètes de mensonge dans le peuple, comme il y aura parmi vous des maîtres de mensonge, qui introduiront des hérésies menant à la perdition et renieront le maitre souverain qui les a rachetés. »(2 P2, 1) ?

D’où l’exigence de l’esprit d’intelligence et de discernement, car ce peuple prophétisera s’il reconnait que l’Esprit de Dieu repose sur lui afin de constituer une communauté sacerdotale, comme le souligne encore Saint Pierre : « Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels agréables à Dieu, par Jésus Christ » (1P2, 5)

Et c’est un fait. De par notre baptême, nous sommes « prêtres, prophètes et rois »pour la gloire du Christ : prêtres quand nous intercédons pour les autres ; prophètes quand nous proclamons la Parole de Dieu ; rois quand nous nous comportons comme des princes héritiers du Royaume.

Et Jésus qui veut aiguiser en nous cette conscience, nous amène à couper court avec toute occasion de chute ou de scandale. Plutôt que de subir un châtiment semblable à l’application de la Charia (une meule au cou), mieux vaut de se corriger soi-même..Ce n’est donc pas quelqu’un d’autre qui viendra couper ou trancher la partie entravant de mon corps afin de mettre un frein à la frénésie de mes désirs.  

Mais alors, que faire de l’œil qui ne voit que des richesses en regardant peu les pauvres ?Que faire de la main qui, au lieu de donner le salaire à l’ouvrier lui prive le trousseau de son bonheur ? Que faire du pied qui court vers le mal de la division, et au lieu d’apporter les bonnes nouvelles, ramasse les malédictions ?

En ce dimanche, pensons à ceux qui ont cessé de prophétiser ou d’invoquer le nom de Jésus à cause des esprits mauvais de toute sorte. Que cette Eucharistie soit un vrai remède et source de bénédiction pour tous ceux qui s’y approchent en répétant ces paroles du chant de communion : « Prenons le temps, le temps de vivre en grâce avec nos frères »

Très bon dimanche à toutes et à tous.

P.Protogène BUTERA

RWANDA: LA SEMAINE DE L’EDUCATION CATHOLIQUE.

Chaque année, au Rwanda, que cela soit dans les écoles, églises paroissiales et diocésaines ainsi qu’au niveau national , on fête la semaine de l’éducation catholique. Cette année 2021, le thème choisi par le Service National pour l’Education Catholique(SNEC)est celui-ci: ETUDIER ET PRIER PROFONDEMENT » Kwiga no gusenga bivuye ku mutima. »

AU NIVEAU DU DIOCÈSE DE CYANGUGU

Vendredi le 29/05/2021 à 9heure du matin, nous nous sommes rencontrés au TTC (Teacher Training College)MURURU(un collège dirigé par la congrégation des Frères Maristes , et qui forment les futurs enseignants qualifiés). A ce moment, avec tous les invités du District de Nyamasheke et ceux de Rusizi , nous avons entamé la la festivité avec la célébration Eucharistique.

Après la messe, nous avons entendu plusieurs messages revenant sur le thème du jour et le message de Son Excellence Monseigneur Evêque de Cyangugu pour l’attention portée à l’éducation dans son Diocèse et les différentes activités réalisées dans les écoles catholiques du Diocèse de Cyangugu .

On a aussi profondément remercié son Excellence Mgr Edouard SINAYOBYE pour son implication dans l’éducation ; ici on a signalé que les écoles dirigées par les Prêtres ainsi que les Religieux , réussissent brillamment dans les examens d’Etat, et que la discipline …. A lire sur :sourireauxmillecollines.com

DIMANCHE : Y’a-t-il des raisons d’avoir confiance en Dieu?

En voulant nous expliquer ce que c’est le Royaume de Dieu, Jésus lui-même n’hésite pas à se poser  la question : « A quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? » De même, nous aussi, pour tirer bénéfice des lectures de ce onzième dimanche, il est bon de nous poser certaines  questions : Qu’est-ce qui nous pousse à aimer Dieu, être ses  disciples et parler de Lui ? Y’a-t-il des raisons d’avoir confiance en Lui ?

Et d’ailleurs, croire n’est-il pas une maladie qui attaque ceux qui n’ont pas confiance en eux-mêmes et la cherchent en dehors ou  l’extérieur d’eux-mêmes ? Sous cet angle, ils ont raison ceux qui font attention pour ne pas être malades de cette manière. En s’éloignant de Dieu, ils prennent soin d’eux. En s’approchant de Lui, ils se perdent dans la foule. Raison pour laquelle Jésus « expliquait tout à ses disciples en particulier »

Comme saint Paul, nous pouvons affirmer que « nous avons confiance » parce que « nous cheminons dans la foi ». Mais que pouvons-nous apprendre de ceux-là qui demeurent loin de Dieu par rapport à notre vision et ambition chrétiennes  de l’au-delà ou de la résurrection ?

Nous le savons bien : pour bien entendre, il faut être tout près de celui qui parle, surtout quand on a des problèmes des oreilles. Et plus on l’aime, plus on s’approche de lui pour tout saisir et ne rien rater. Plus encore quand celui qui a la parole est un jeune qui n’a pas l’habitude de parler très forts et à l’assemblée!

En regardant ce que fait le Seigneur qui prend une tige toute jeune, la plante sur une montagne très élevée où elle portera du fruit, nous aussi, à la fin de l’année, en pensant que « le temps de la moisson est arrivé », nous faisons un exercice de bilan, de relecture pour savoir ce qui a germé, quelle croissance y-a-t-il eu et ce qu’on attend de ce qui a germé ?

Nous confions tout à Dieu qui donne la croissance et l’être dans la mesure où il relève l’arbre renversé et fait reverdir celui qui est sec. C’est son amour qui attire le nôtre et le fortifie. Nous l’aimons parce qu’il prend soin de nous comme cette tige qui doit porter du fruit tout en gardant son essence première.

Il est infructueux de se fier trop au jugement des autres qui pourraient t’entrainer dans la chute et te porter à dire comme Sartre que « l’enfer c’est les autres » (aliénant). Infructueux car, nous tous « apparaitrons à découvert, devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps »(deuxième lecture)

Tu as tout fait pour ton bien, pour le bien des autres , sans oublier Dieu ? Tu as tout fait pour toi et les autres en oubliant Dieu ? Tu as tout fait pour ton bien sans Dieu ni les autres? Tu comprends ce que tu as gagné ou ce que tu as perdu.

Rendons grâce à Dieu qui nous permet de prendre part à la mission de son Christ, lui Lumière des cœurs et des nations disposés à « faire leur nid à son ombre ». Et il y a assez de fraicheur!

LES TROIS TEXTES DU JOUR:

Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 17, 22-24)

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
« À la cime du grand cèdre,
je prendrai une tige ;
au sommet de sa ramure,
j’en cueillerai une toute jeune,
et je la planterai moi-même
sur une montagne très élevée.
Sur la haute montagne d’Israël
je la planterai.
Elle portera des rameaux, et produira du fruit,
elle deviendra un cèdre magnifique.
En dessous d’elle habiteront tous les passereaux
et toutes sortes d’oiseaux,
à l’ombre de ses branches ils habiteront.
Alors tous les arbres des champs sauront
que Je suis le Seigneur :
je renverse l’arbre élevé
et relève l’arbre renversé,
je fais sécher l’arbre vert
et reverdir l’arbre sec.
Je suis le Seigneur, j’ai parlé,
et je le ferai. »

– Parole du Seigneur.

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (2 Co 5, 6-10)

Frères,
nous gardons toujours confiance,
tout en sachant que nous demeurons loin du Seigneur,
tant que nous demeurons dans ce corps ;
en effet, nous cheminons dans la foi,
non dans la claire vision.
Oui, nous avons confiance,
et nous voudrions plutôt quitter la demeure de ce corps
pour demeurer près du Seigneur.
Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors,
notre ambition, c’est de plaire au Seigneur.
Car il nous faudra tous apparaître à découvert
devant le tribunal du Christ,
pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait,
soit en bien soit en mal,
pendant qu’il était dans son corps.

– Parole du Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc(Mc 4, 26-34)

En ce temps-là,
parlant à la foule, Jésus disait :
« Il en est du règne de Dieu
comme d’un homme qui jette en terre la semence :
nuit et jour,
qu’il dorme ou qu’il se lève,
la semence germe et grandit,
il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe,
puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le blé est mûr,
il y met la faucille,
puisque le temps de la moisson est arrivé. »

Il disait encore :
« À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ?
Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ?
Il est comme une graine de moutarde :
quand on la sème en terre,
elle est la plus petite de toutes les semences.
Mais quand on l’a semée,
elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ;
et elle étend de longues branches,
si bien que les oiseaux du ciel
peuvent faire leur nid à son ombre. »

Par de nombreuses paraboles semblables,
Jésus leur annonçait la Parole,
dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre.
Il ne leur disait rien sans parabole,
mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Très bon dimanche à chacune et à chacun qui, en prenant de l’âge, fructifie encore des œuvres dignes de son nom et de son Dieu.

By P.Protogène BUTERA

Un Carême de partage vécu à l’École primaire de NYABIGOMA

Dans les moments difficiles, nos écoliers ont l’habitude de s’entraider mutuellement. Chaque fois que l’un d’entre eux perd un membre de la famille , ils se réunissent et collectent autant de vivres qu’ils peuvent..

Par exemple, au début de ce mois de Février 2021 , quand deux enfants ( confrères) de même classe ont perdu leurs papas, nos écoliers ont pu collecter divers vivres pour les soutenir, leur rendre visite et leur montrer qu’ils sont avec eux dans ces dures épreuves.

Publicités

C’est peu de choses , mais c’est réconfortant ,surtout pendant ce temps de Carême où l’esprit de partage doit être le fruit de nos privations. A la source de tous leurs témoignages: oeuvres-caritatives-au-sein-de-lecole-primaire-nyabigoma/

Pour la louange et la gloire de Dieu.

By P.Protogène BUTERA

RUSIZI: KUBONA AMAZI NI UKWIRIZA UMUNSI!

Muri ibi bihe bya Covid-19, abaturage basabwa gukaraba intoki n’ibiganza kenshi gashoboka mu rwego rwo kwirinda kwandura. Ikibabaje ni uko inzego z’ubuyobozi usanga zivuga cyane AMABWIRIZA ariko ntizite ku bikorwa remezo ayo mabwiriza agomba gushingiraho. Urugero rufatika ni urw’abaturage b’i MWEGERA na NYAKABUYE, cyane cyane ab’i NKUNGU ku ishyamba rigana i MIBILIZI. Amazi ni ingume pe!Abona umugabo agasiba undi.

N’aho WASAC yometse icyapa cyo kwiyamamaza ngo « Amazi ni ubuzima », kuzuza ijerekani rya litiro 20 ni ugutegereza umunsi wose.Tekereza abana baba bagomba kujya ku ishuri basize amazi mu rugo kugira ngo ababyeyi na bo babone ayo bakoresha. Bagira gukererwa, n’isuku ikagerwa ku mashyi.

Effet d'affichage sur l'eau
WASAC= Amazi ni ubuzima?

Hari n’aho abaturage bashatse uburyo bwo kwirwanaho, biyubakira ibigega bifata amazi avuye ku mazu. Birumvikana ko abigondera bene ibyo bigega na bo ari mbarwa kubera guhenda kwabyo. Na bo bagashaka kugaruza bagurisha amazi y’imvura ngo aya WASAC yabuze.

Ibi byose nta mugayo bibatera, kuko n’ababeshya ko amazi adahenda, bahaherutse bahandika IGICIRO NTARENGWA gusa, kandi amatiyo y’amazi yarafunganye. Aka wa mugani koko, ngo « RUBANDA IRARIKA IKANABESHYEKA. »

Iki kiguzi cy'amazi si ntarengwa?
Ce qui est rare est plus cher!

Ntawe bikwiye gutangaza kuba AKARERE ka RUSIZI karabaye aka nyuma mu Mihigo ya 2020. Abayobozi bafite ibindi bahugiyemo tutazi ibyo aribyo. Nyamara igihe cyari iki cyo KUBIKA AMAZI AHAGIJE bateganyiriza IMPESHYI.

Yanditswe na ICYIMPAYE Den/NKUNGU Sector

Journée internationale de l’infirmière:où se situe l’Afrique?

Le 12 mai de chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale de l’infirmière. Que ce métier des professionnels soignants soit occupé majoritairement par les femmes, cela peut être inquiétant pour certains.

Alors qu’ailleurs on peut entendre ce cri de leur colère, « Ni bonnes ni nonnes ni pigeonnes »,la question se pose autrement en Afrique:comment exercer,dans l’extrême pauvreté de la population, le manque d’équipement de formation continue, sa profession et sa vocation que l’on aime tant?

En mémoire de Florence Nightingale

Cette journée est célébrée en mémoire de Florence Nightingale qui a posé les bases de la profession infirmière contemporaine. Elle était très sensible aux conditions de vie des pauvres et des malades.

Elle a été la première personne à définir que chaque patient a des besoins individuels, que le rôle de l’infirmière vise à satisfaire ces besoins et elle a pris en compte les dimensions santé-maladie des soins infirmiers.

Elle a fait des soins infirmiers une occupation respectée en établissant une formation, en soulignant l’importance d’une éducation continue, et en distinguant les soins infirmiers de la médecine. Elle croyait qu’une bonne pratique infirmière ne grandit pas seule; elle est le résultat d’études, d’enseignement, d’entraînement, de pratique, qui se finalise dans une base solide qui peut se transférer dans tous les milieux, auprès de tous les patients. »

L’Afrique à la traine

Infirmières et santé communautaire!(RDC)

Très peu nombreux par rapport à la population(demande), infirmières et infirmiers sont très sollicités sur ce continent. Dans certains endroits reculés,ils sont considérés comme des médecins(docteurs)!S’il y a surcharge, il y a aussi reconnaissance sociale et respect. Le seul problème concerne le salaire qui est très bas et la formation peu spécialisée.

Contents et inquiets de leur métier

Mais pendant cette pandémie du Covid-19, ces professionnels de santé ont su montrer leur savoir-faire de mener une grande lutte avec des moyens de bords. L’état déplorable des infrastructures déplorables ne les a pas arrêtés.C’est aux décideurs de se mettre en question et de penser à l’amélioration des conditions de travail et de vie de ces gens de bonne volonté.

By Protogène BUTERA

Les Hosties sans gluten pour l’Eucharistie?

Il y a des personnes qui sont allergiques au gluten. Elles ne peuvent communier que grâce aux hosties ou aux pains sans gluten . Or,dans la lettre publiée le 15 juin 2017, la Congrégation pour le Culte divin affirme ceci:«Les hosties totalement privées de gluten sont une matière invalide pour la célébration de l’Eucharistie. » Dans ce cas, comment aider les catholiques réellement intolérants au gluten à communier au Corps du Christ? Discipline des sacrements:sur le pain et le vin pour l’Eucharistie

Un peu de réalisme!

Selon la même Congrégation, ces personnes céliaques pourront « communier seulement sous l’espèce du vin et recevoir ainsi la grâce du sacrement ». Cela est certainement  conforme au canon 925 du Code de droit canonique : « La sainte communion sera donnée sous la seule espèce du pain ou, selon les lois liturgiques, sous les deux espèces ; mais en cas de nécessité, ce pourra aussi être sous la seule espèce du vin.»

Mais le problème s’aggrave quand il y en a qui s’interdisent de tout alcool. Là aussi la réponse de ladite Congrégation est difficile à comprendre et à mettre en pratique: «Le moût c’est-à-dire le jus de raisin, frais ou conservé, dont on suspend la fermentation grâce à des procédés qui n’en altèrent pas la nature, est une matière valide pour l’Eucharistie

Si ce n’est pas le prêtre qui est atteint de céliachie, il faudra prévoir au moins deux calices: pour le vin et pour le moût. De même pour communier « sous la seule espèce du vin », le prêtre ne devra pas avoir mélangé le pain et le vin lors de la consécration qui transforme le tout en un seul Corps ou avoir un autre calice à part.

Dès que demeure le motif solide

Ce texte apporte finalement une réponse applicable selon le jugement de l’Ordinaire(Évêque): “Les Ordinaires sont compétents pour concéder, aux prêtres ou aux fidèles, la licence d’utiliser comme matière eucharistique du pain comportant une faible teneur de gluten ou du moût. Cette licence peut être concédée, de manière habituelle, tant que dure la situation qui l’a motivée.”

Afin d’éclairer la conscience des chrétiens, cette doctrine bien établie de l’Eglise catholique est à rappeler telle qu’elle est précisée dans le Missel Romain sur la communion et en prolongement du Concile de Trente:

« Avant tout, on avertira aux fidèles de ce que la foi catholique nous enseigne: même sous une seule des deux espèces,on reçoit le Christ tout entier,sans aucun manque,et le sacrement dans toute sa vérité;par suite,en ce qui concerne les fruits de la Communion,ceux qui la reçoivent sous une seule espèce ne sont privés d’aucune grâce nécessaire au salut.« 

Missel Romain n°241

Approchons-nous tous de la Table du Seigneur.Nous le reconnaissons par la fraction du pain. Dans nos mains, il devient le Pain de la vie.

By Protogène BUTERA

Sauvé par son doigt dans l’œil du crocodile qui l’attaquait!

Un garde-forestier australien a réussi à s’échapper des dents acérées d’un crocodile « particulièrement fourbe », après lui avoir mis un doigt dans l’œil au cours d’une lutte acharnée.

Un animal de près de 3 mètres

Craig Dickmann, parti à la pêche dimanche 10 novembre dans un endroit reculé du nord de l’Australie, a déclaré que l’animal de 2,8 mètres de long l’a attaqué par derrière au moment où il quittait la plage.

Selon l’homme de 54 ans, le crocodile l’a attaqué au niveau de la cuisse et a tenté de l’entraîner dans l’eau afin de le noyer.

Un animal « fourbe et sournois »

Craig Dickmann a alors eu l’idée d’enfoncer son pouce dans l’œil du reptile, seule « partie souple » de l’animal, qui a une peau très dure.

« J’ai poussé aussi loin que possible et il a commencé à lâcher prise », a expliqué le garde-forestier.

Au bout de quelques minutes, il dit avoir réussi à se mettre sur le dos du crocodile, à lui fermer les mâchoires, puis à le repousser.

Craig Dickmann, qui s’en est sorti avec des morsures aux mains et aux jambes, a ensuite conduit sa voiture pendant 45 minutes jusqu’à son domicile, avant d’appeler les secours.

Sur son lit d’hôpital, le pêcheur n’a pas oublié ce triste événement:  » Ce bruit me hantera pour toujours, je pense. Le bruit du claquement des mâchoires. »

Craig Dickmann à l’Hôpital

Les autorités de Queensland affirment avoir euthanasié ce crocodile aussi fourbe que sournois. Le geste de Craig est-il un astuce à conseiller aux gens attaqués par cet animal rarement dangereux envers les humains?

La Rédaction

3 Novembre: Journée mondiale de la GENTILLESSE

La gentillesse est oser toujours être bon, car cela fait du bien plutôt à votre santé psychique et physique. La gentillesse est vraiment le maître-mot qui met fin à votre pouvoir de tout contrôler en vous laissant seulement le pouvoir de vous contrôler vous-mêmes.

L’idée est née à Singapour en 2000: les chercheurs se sont rendus compte que les gens gentils sont en meilleure santé! D’où le « World Kindness Day » promulgué par « Word Kindness Movement » (Japan, 1998).

Pour les pays francophones, ce sera « La journée mondiale de la Gentillesse. » Son but est de mettre fin aux idées reçues : que la gentillesse est bonne pour les enfants; que c’est un signe de faiblesse ou de naïveté; que la gentillesse conduit à l’inefficacité…

Pourtant, le monde est à la bienveillance. Que cela soit en famille, au travail ou à l’école, la primauté est au souci de l’autre, à l’attention et au soin de ses collaborateurs. No stress au travail et dans sa vie!

Gentillesse et bien-être familial

Cette journée est donc l’occasion de faire preuve d’amabilité et de bienveillance. Ce qui n’est pas toujours gagné. Certains diront qu’il ne faut pas être gentil envers les politiques, par exemple! Car, il faut une certaine méchanceté pour les obliger à ne penser qu’à leurs propres intérêts.

La gentillesse, c’est oser être bon

Nul n’ignore que « le prix de la bonté est une méchanceté. » Le risque est grand de penser que les gens profitent trop de votre gentillesse sans aucun signe de reconnaissance.

La gentillesse est donc oser toujours être bon, car cela fait du bien plutôt à votre santé psychique et physique. C’est l’exemple des bénévoles dont le bien-être augmente par le fait d’aller vers les autres, les aider ou les servir. Bien sûr avec mesure, sans s’oublier soi-même.

C’est  » oser être bon » pour les représentants politiques qui savent que l’opinion sera rarement en leur faveur à cent pour cent mais qu’ils auront le bénéfice d’être gentils en évitant les couacs pour plus d’efficacité.

La gentillesse fera sa revanche

Du point de vue de la santé, qui n’a pas été tenté de continuer avec son médecin (ophtalmologue, gynécologue, dentiste…) parce que le toubib a été tout le temps gentil avec lui? Ses prescriptions font le reste.

Relation médecin-patient

D’autre part, qu’avez-vous remarqué au volant de votre voiture? Quand vous avez été agressifs et intolérants face aux autres qui sont très lents ou tournent sans clignoter, voyez comme vous avez été désarmés par la gentillesse de votre passagère!

La gentillesse est vraiment le maître-mot qui met fin à votre pouvoir de tout contrôler en vous laissant seulement le pouvoir de vous contrôler vous-mêmes. Il peut venir de la bouche et de l’enthousiasme des enfants qui en ont marre des chicaneries de leurs parents, toute la nuit.

Enthousiasme qui change tout

Un jour vous serez reconnaissants au meneur du jeu : « John, ta gentillesse nous a sauvés. Tu nous as tirés du gouffre. Tout était prêt pour nous séparer. Merci d’avoir été si gentils, tous les deux, à notre égard. Vous avez été plus forts que nous. » Ouf! A votre tour, lancez-vous! Mission pour la gentillesse.

By Protogène BUTERA

Commémoration de tous les Défunts ou des Âmes du Purgatoire?

Le lendemain de la Toussaint, l’Église intercède pour tous ses membres endormis dans la mort et qui souffrent dans une ultime purification avant d’entrer dans la Gloire »; elle n’oublie pas donc les âmes du Purgatoire. Celui-ci est, selon le Curé d’Ars, « l’infirmerie du Bon Dieu. »

Ainsi, le 2 novembre, pour n’oublier personne, il est prévu 3 messes. Mais, si toutes célèbrent la commémoration de tous les fidèles Défunts, la troisième concerne les intentions du Souverain Pontife. Comme c’est le début du mois, c’est cette dernière que j’ai choisie.

Or, les intentions du Saint Père pour ce mois de novembre évoquent le dialogue et la réconciliation au Proche-Orient. C’est un appel qui sous-entend les pertes insupportables en terme de vies humaines. Nous le savons bien, plus il y a des morts au combat, plus diminuent les chances du dialogue et de la réconciliation.

Le Pape veut que nous priions pour le Proche-Orient parce que le péché ou l’horreur de la guerre y a établi son règne de mort. Mais, parce que c’est très loin de nous(Européens), nous pouvons ne pas y prêter beaucoup d’attention.

Le livre de la Sagesse nous l’a rappelé:  » La fascination du mal fait perdre de vue le bien ». Notre regard(infos en continue)s’est habitué à ce mal de la guerre qu’on ne voit plus grand-chose. Pourtant, ils sont nombreux à mourir avant l’âge, car ils sont vieux à trente ans!

Inconcevable. Nul ne sait le nombre de morts qu’il y a eus durant tant d’années de guerre(Irak, Syrie,…)Morts sous les bombardements, morts dans les camps de réfugiés ou sur la route de l’exil. Tous fidèles à la vie.

Notre prière pour eux, c’est une manière de « rester en tenue de service. » Comme nous serions heureux si le Maître de la vie nous trouvait en train de veiller à ce que « les liens de la morts » soient brisés et que surabondent la miséricorde de Dieu sur tous ceux qui,de leur vie,ont aimé le nom de Jésus Christ notre Seigneur!

A Lui qui connaît la foi et la droiture de tous les fidèles défunts,l’Église adresse ses prières pour le salut de leurs âmes afin qu’ils puissent entrer dans la communion des habitants du ciel et jouir de la vision du bonheur éternel.

Si vous n’avez pas eu l’occasion de participer à cette commémoration, vous pouvez dire cette prière pour les âmes du Purgatoire. La grâce de l’intercession vous sera donnée.

O Divin Cœur de Jésus,
accordez, je vous prie,
aux âmes du Purgatoire, le repos éternel;
à ceux qui doivent mourir aujourd’hui, la grâce finale;
aux pécheurs, la vraie pénitence;
aux païens, la lumière de la foi;
à moi et à tous les miens, votre bénédiction.


Je vous recommande donc,
ô Cœur très miséricordieux de Jésus,
toutes ces âmes et je vous offre pour elles,
tous vos mérites avec ceux de votre Bienheureuse Mère,
de tous les Saints et des Anges,
et toutes les Messes, les Saintes Communions,
les prières et les bonnes œuvres qui sont faites aujourd’hui
dans tout le monde chrétien.
 
Doux Cœur de Marie,
consolation de ceux qui souffrent,
priez pour nous et pour les âmes
abandonnées du Purgatoire !

Équipes Notre Dame

By Père Protogène BUTERA

Côte d’Ivoire-30 Octobre: Disons Bienvenue, la Vie!

Le 30 octobre, c’est la Journée mondiale de la Vie et nous fêtons la Saint Bienvenue. C’est pourquoi il est juste de dire: Bienvenue la Vie! Oui, célébrons la Vie!

Et c’est depuis 2008 que cette journée est fêtée par plus de 40 pays au monde: Côte d’Ivoire, Bénin, France, Norvège, Haïti…

Que faire en cette journée?

C’est la seule journée d’inspiration africaine qui a pris une portée mondiale. Elle a commencé dans la ville d’Abidjan, Capitale de la Côte d’Ivoire. Mais, parce qu’elle n’est pas encore reconnue par l’ONU, on n’en parle pas comme d’une journée internationale.

Pourtant, ses deux actions devraient l’inscrire dans le concert de toutes les nations, car chaque pays se bat pour préserver et améliorer la vie de ses citoyens et de tous les vivants. Voici ces actions:

La promotion des valeurs de la vie

  • conférences sur les droits de l’homme, la santé mentale, la nutrition, la sécurité routière.
  • organisation du don de sang géant.
  • consultations médicales et soins gratuits dans plus de 10 disciplines médicales.
  • défilé des vivants, sur le thème de la préservation de la vie,  notre bien le plus précieux.
  • concerts de la Vie avec de nombreux artistes locaux de tous les horizons.

Une minute d’acclamation

Une chaine planétaire a été lancée depuis quelques années; elle consiste à organiser partout dans le monde une minute mondiale d’acclamation. Et de quoi s’agit-il ?

Chaque 30 octobre, à 13 h 00 GMT précises, l’humanité tout entière est appelée à observer 1 minute d’acclamation en l’honneur de la Vie. Et ce vaste mouvement laisse libre cours à de nombreuses formes d’expression selon les cultures locales.

Cette minute a fait son chemin et a déjà été observée jusqu’à Hawaï aux U.S.A. Elle permet à chacun de se rendre compte qu’être en vie est un privilège et que cela se fête.

Voilà une belle occasion de célébrer et de fructifier ce don de la vie, quelques jours avant les fêtes de la Toussaint et de tous les Défunts. Ah! Oui! Que « la culture de la vie » remporte sur « la culture de la mort. »

Appréciez la vie à juste titre sans en faire un objet de culte. Faites ensemble du bruit dans le bourg et au village selon les expressions de votre culture. Chantez, sautez, criez même! Une minute seulement pour éviter toute nuisance sonore et perturbation du bon voisinage.

Journée de la vie au Norvège
Fêtons la vie comme en Norvège

En respectant cette minute, nous accomplissons ce bel enseignement d’Aristote: « La norme de la vie, c’est la respiration. » Ainsi, les vitalistes qui s’inspirent de la Bible diront: « Un cœur calme est la vie du corps  » (Pr14,30).

De la même manière, aujourd’hui, ceux qui croient au Christ ont vraiment leur mot à dire: « En Lui, nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Ac 17,28)

Très bonne fête de la VIE!!Mais comment la vie est fêtée dans votre pays s’il y a beaucoup d’injustices, de violences et de maltraitances?

La Rédaction

Dore ibyiza bya divayi wanywereye ku rugero!

Abakunda agahiye bakavuga imyato, barenza kakabavugisha. Abandi bagahera aho ngo « Soma gake, divayi itera gukubagana. » Hari n’abahisemo kwinywera amazi cyangwa icyayi byonyine ngo batazagwa muri uwo mutego. Bakibagirwa ko Ikirahure cya divayi cyongera amahirwe yo kubaho!

Nyamara iyo barwaye, hari ubwo bagera kwa muganga akabandikira imiti irimo ka « alcool » nibura 10% kugira ngo bakire! Mu by’ukuri, abaganga bazi neza ko umubiri ukeneye « alcool. » Ikibazo ni uko abenshi bayirenza nk’abaca agahigo.

Aha ni ho Ijambo ry’Imana ritubwira ibyiza bya divayi wanywereye ku rugero. Reka tubyumve mu ijwi rya Mwene Siraki:

« Ntukavuge ko Divayi nta cyo yagutwara, kuko divayi yishe benshi.

Uko iziko rishegesha icyuma mu bushyuhe bwaryo, ni na ko divayi igenzereza abasinda bakirata.

Divayi ni ubuzima ku muntu, iyo uyinyoye mu rugero.

Ubuzima bumariye iki umuntu utagira divayi? Kandi yararemewe gushimisha abantu!

Divayi unywereye mu gihe ukayihaga, inezeza umutima.

Divayi wanyoye ukarenza urugero, kubera intego cyangwa ushotorana, igushengura umutima.

Ubusinzi bwongera umujinya w’igicucu, kugeza ubwo gikoze ishyano, bugabanya imbaraga, bugakurura inguma.

Niba mu birori mwanyweye divayi cyane, ntugatonganye mugenzi wawe, ntuzamusuzugurire ko yanezerewe, ntuzamubwire amagambo amutoneka, cyangwa ngo umuhungabanye umwishyuza. » (Sir 31, 25-31)

Buri wese yakuramo ibimureba, akamenya ibyo yakosora. Uwo  Divayi cyangwa Manyinya yagize imbata yakitegeza inguma ahorana nk’uwarwaye igicuri!Ugasoma asabana n’abandi cyangwa akarenza ku ifunguro rye rya buri munsi, tumwifurije kwizihirwa no gukomeza kuryoherwa.Naho ukararira akakiririrwa, we ni akumiro! Hari icyo yakura muri iyi nyigisho yibera wenyine? Naho se abo itera akanyamuneza bagasabagizwa n’ibyishimo?

Ibyiza Bya Divayi
Ibyiza Bya Divayi

Ubwo turi mu mpera z’ukwezi kandi, ntibitangaje ko hari abo kasize mu madeni, ejo bundi bakazahembwa bishyura. Ntibazibagirwe gufata ingamba zo kudahera muri urwo, dore ko hari igihe abo mu rugo bo bataba bazi n’uko gahumura!

By Protogène BUTERA

Noma,malédiction ou maladie de la misère?

Ce 17 octobre, c’est la Journée mondiale du refus de la misère ou pour la réduction de la pauvreté. Le thème de cette année 2019 est précis: « Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. »Qui pensent à ceux que le Noma introduit sur le trône de la condamnation?

Oh! Voyez vous-mêmes. Le visage est défiguré. Le nez est déformé. La personne atteinte est méconnaissable. Cette maladie abime les gencives et ravage le visage en détruisant les tissus musculaires et osseux de la face.

Adulte défiguré par Noma

Le noma est vraiment une gangrène de la bouche et la partie du nez.C’est une maladie qui touche principalement les prématurés et enfants malnutris en bas âge(moins de 6 ans).

Généralement, c’est une pathologie qu’on rencontre chez les populations qui vivent dans une extrême pauvreté (Afrique de l’Ouest, du Sahel,Inde…)entrainant malnutrition et moult problèmes d’hygiène.

Même si le traitement médical(antibiotiques) et chirurgical(reconstruction et réparation)existe, la maladie cause des déformations de la partie atteinte et laisse les séquelles faciales énormes. Chez l’adulte mal soigné, c’est une catastrophe.

Maladie ou malédiction?

Dans certains pays comme Niger,de nombreuses victimes du noma sont rejetées par leur communauté car la maladie y est considérée comme une malédiction. Les enfants ayant survécu, sont sujets à une anxiété, un sentiment de culpabilité et un repli sur eux-mêmes.

Ce sentiment vient s’ajouter aux difficultés fonctionnelles de nutrition, de langage et de respiration.Quant au regard,c’est la perte de toute beauté et les qualités d’une vie hautement digne.

Noma au Niger

Pourtant, si le taux de mortalité atteint 80 à 90%, la guérison en a autant(80 à 90%). Ce qui veut dire que le Noma n’est pas inguérissable.Il est important de mettre en place des mesures de prévention et l’acquisition suffisante des connaissances avérées dans la médecine plastique et reconstructrice.

Non contagieuse ni transmissible, cette maladie ne devrait pas être un obstacle au droit à la belle image du visage. Merci aux Associations qui luttent pour le « nonoma » ou « pour-vaincre-noma. » Il reste à savoir si les États concernés sont prêts à donner satisfaction à cette santé inexorablement publique.

By Protogène BUTERA

%d blogueurs aiment cette page :