Méditation du trentième dimanche: « Que veux-tu que je fasse pour toi? »

Bartimée est l’un de nous avec nos maladies, et son insistance nous rappelle ceux qui sont restés au bord du chemin ,attendant d’être intégrés dans le peuple des enfants de Dieu.

Les temps sont favorables pour raviver l’espérance. Les signes de désespoir et de défiance sont si nombreux qu’il faut des paroles  et des actes d’encouragement ou de consolation. Même les gouvernements s’en rendent comptent et jouent avec l’inflation. Leur geste devient une bonne nouvelle pour quelques foyers.

Pour nous, la bonne nouvelle c’est que Jésus s’adresse à chacun qui veut sortir de l’anonymat, le reconnait comme le Messie, Fils de David devant lequel il peut présenter son besoin de guérir. Bartimée est donc l’un de nous, et son insistance nous rappelle ceux qui sont restés au bord du chemin ,attendant d’être intégrés dans le peuple des enfants de Dieu.

Le message de Jésus à la foule et à ses disciples nous y conduit impérativement : « Appelez-le ». En effet, Fils bien-aimé, il veut partager son amour reçu du Père et rétablir ainsi les relations des hommes avec leur Dieu. Notre mission est de donner confiance à celui qui est appelé : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle »A l’instar du prophète Jérémie, nous sommes invités également à montrer que Dieu intervient dans notre vie pour nous rassembler davantage quand nous étions dispersés ou isolés. Et c’est Dieu lui-même qui l’affirme : « Voici que je les fais revenir du pays du nord ; que je les rassemble des confins de la terre »

 Le Pape François, dans son message pour la Journée missionnaire de 2021, ajoute un point essentiel : « En la Journée Mondiale des Missions, qui se célèbre chaque année,  l’avant dernier dimanche d’octobre, nous nous souvenons avec reconnaissance de toutes les personnes dont le témoignage de vie nous aide à renouveler notre engagement baptismal à être des apôtres généreux et joyeux de l’Évangile. Nous nous souvenons en particulier de ceux qui ont été capables de se mettre en chemin, de quitter leur terre et leur famille pour que l’Évangile puisse atteindre sans délai et sans crainte les peuples et les villes les plus éloignés où tant de vies sont assoiffées de bénédiction. »

Le Saint Père n’a pas omis d’indiquer les défis et l’exigence d’une telle mission : « Notre vie de foi s’affaiblit, perd prophétie et capacité d’émerveillement et de gratitude dans l’isolement personnel ou en s’enfermant en petits groupes. Par sa propre dynamique, elle exige une ouverture croissante capable d’atteindre et d’embrasser tout le monde. »

Prophètes de ce monde, nous participons à la Parole de Dieu et l’Eucharistie afin d’avoir assez de force et d’énergie nous permettant de dire à tous les peuples : « Poussez des cris de joie pour Jacob..Faites résonner vos louanges » Oui! Qu’ils ne s’arrêtent ni ne se taisent, ceux qui ont vu tout le bien que Dieu a fait autour d’eux ou en eux.

Aujourd’hui, si je suis attentif à la question de Jésus, je pourrai répondre comme Bartimée en me mettant en chemin ! Voilà qu’Il me regarde : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Très bon dimanche de la Journée missionnaire.

By P.Protogène BUTERA

Vingt-huitième dimanche: « Qui pourra être sauvé? »

Là où il parait impossible d’avoir le temps pour Dieu ou de nous détacher de nos entraves, le Psaume du jour nous livre un vrai secret : « Apprends-nous à bien compter nos jours pour que nos cœurs découvrent la sagesse »

La prière peut être inutile si elle aboutit toujours à des questions sans réponses. Quiconque ne la fait pas souvent connait cette triste expérience..Parfois, plus on possède beaucoup de biens ou de choses à faire, moins on a le temps de prier ; on est trop pris.

C’est dans ce sens que la Liturgie de ce dimanche nous éclaire sur les fruits de la prière et les moyens de nous mettre dans la bonne voie. Or, la voie de Dieu, ce n’est pas seulement de l’écouter ou de suivre ses commandements pour s’en aller  finalement tout triste. Le jeune homme de l’évangile nous est donné en exemple.

Oui, là où il parait impossible d’avoir le temps pour Dieu ou de nous détacher de nos entraves, le Psaume du jour nous livre un vrai secret : « Apprends-nous à bien compter nos jours pour que nos cœurs découvrent la sagesse »

Et comment la découvrir ? Eh bien ! Comme Salomon (première lecture) : « J’ai prié, et le discernement m’a été donné. J’ai supplié, et l’esprit de la sagesse est venu en moi. » Et par quelle voie passe cet esprit ? C’est grâce à la Parole de Dieu que est vivante, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du cœur« (deuxième lecture)

Parole vivante du Père, Jésus nous aide à trancher comme des disciples ou comme le jeune homme. D’une part, comme les disciples, nous pouvons rester interloqués, déconcertés par la gravité des exigences du Royaume de Dieu : « Qui pourra être sauvé ? » Et si Jésus promet le centuple et la vie éternelle, il n’exclut pas les persécutions.

D’autre part, comme le jeune homme, chacun d’entre nous peut s’en aller tout triste parce que tous les biens qu’il possède ne sont pas vendables. « Va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis, viens, suis-moi ». Mais alors, qui pourra acheter mon égoïsme, ma révolte, mon indifférence, ma cupidité ou mes convoitises ? N’ai-je pas raison de m’en aller tout triste parce que je n’aurai pas d’acheteur ?

En ce dimanche où l’Eglise se veut synodale parce que tout le peuple des baptisés marche ensemble vers là où se trouve le vrai trésor, invoquons l’Esprit saint avec le Pape François (Discours sur le processus synodal, 9 octobre 2021) :

« Viens, Esprit Saint. Toi qui suscites de nouvelles langues et mets des paroles de vie sur nos lèvres, préserve-vous de devenir une église-musée, belle mais silencieuse, avec un grand passé mais peu d’avenir. Viens parmi nous, pour que dans l’expérience synodale, nous ne nous laissions pas envahir par le désenchantement, que nous n’édulcorions pas la prophétie, que nous ne réduisions pas tout à des discussions stériles. Viens Esprit Saint d’amour, ouvre nos cœurs à l’écoute. Viens Esprit de sainteté, renouvèle le peuple fidèle de Dieu. Viens, Esprit saint renouvèle la face de la terre. Amen »

Que le Seigneur consolide nos mains et nos prière pendant ce mois missionnaire.

By P.Protogène BUTERA

Vingt-sixième dimanche : « Qui n’est pas contre nous est pour nous ? », 26 septembre 2021

De par notre baptême, nous sommes « prêtres, prophètes et rois »pour la gloire du Christ : prêtres quand nous intercédons pour les autres ; prophètes quand nous proclamons

La Liturgie de ce dimanche nous aide à détecter la nuisance de l’esprit de jalousie et de compétition (première lecture) ou esprit de profit et de résistance(deuxième lecture) dont l’aboutissement est l’exclusion. C’est dans cet ordre que  Jésus nous dit : « Qui n’est pas contre nous est pour nous »(Evangile)

Partant, il est temps de nous émerveiller de ce que font les autres. Et d’ailleurs, qu’y a-t-il de plus beau que de faire partie d’une église, communauté, où tout le peuple de Dieu s’adonne à prophétiser tout en se rappelant que, précisant saint Pierre, « il y eut aussi des prophètes de mensonge dans le peuple, comme il y aura parmi vous des maîtres de mensonge, qui introduiront des hérésies menant à la perdition et renieront le maitre souverain qui les a rachetés. »(2 P2, 1) ?

D’où l’exigence de l’esprit d’intelligence et de discernement, car ce peuple prophétisera s’il reconnait que l’Esprit de Dieu repose sur lui afin de constituer une communauté sacerdotale, comme le souligne encore Saint Pierre : « Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels agréables à Dieu, par Jésus Christ » (1P2, 5)

Et c’est un fait. De par notre baptême, nous sommes « prêtres, prophètes et rois »pour la gloire du Christ : prêtres quand nous intercédons pour les autres ; prophètes quand nous proclamons la Parole de Dieu ; rois quand nous nous comportons comme des princes héritiers du Royaume.

Et Jésus qui veut aiguiser en nous cette conscience, nous amène à couper court avec toute occasion de chute ou de scandale. Plutôt que de subir un châtiment semblable à l’application de la Charia (une meule au cou), mieux vaut de se corriger soi-même..Ce n’est donc pas quelqu’un d’autre qui viendra couper ou trancher la partie entravant de mon corps afin de mettre un frein à la frénésie de mes désirs.  

Mais alors, que faire de l’œil qui ne voit que des richesses en regardant peu les pauvres ?Que faire de la main qui, au lieu de donner le salaire à l’ouvrier lui prive le trousseau de son bonheur ? Que faire du pied qui court vers le mal de la division, et au lieu d’apporter les bonnes nouvelles, ramasse les malédictions ?

En ce dimanche, pensons à ceux qui ont cessé de prophétiser ou d’invoquer le nom de Jésus à cause des esprits mauvais de toute sorte. Que cette Eucharistie soit un vrai remède et source de bénédiction pour tous ceux qui s’y approchent en répétant ces paroles du chant de communion : « Prenons le temps, le temps de vivre en grâce avec nos frères »

Très bon dimanche à toutes et à tous.

P.Protogène BUTERA

Espagne: Un évêque tombe amoureux d’une autrice de romans sataniques

C’est en 2010 qu’il était désigné évêque de Solsona, communauté de 9000 âmes. A 41, il était ainsi devenu le plus jeune évêque d’Espagne(en Catalogne). Dans son exercice épiscopal, Mgr Xavier Novell Gomà était considéré comme conservateur parce qu’anti-homosexuel(déviation dont il faut se faire guérir par la prière!), anti-avortement et anti-divorce.

Pour « des raisons strictement personnelles », il a présenté sa démission au Pape. Le 23 aout 2021, cette démission a été acceptée si rapidement par le Vatican que même les prêtres de son diocèse étaient surpris.

Mgr Xavier Novell

Médiatisé par la cause indépendantiste qu’il défendait ardemment, les médias espagnols ne l’ont pas laissé en paix. C’est le quotidien El Pais qui a révélé que l’ex-évêque est tombé amoureux d’une femme psychologue de profession et autrice de romans tant érotiques que sataniques.

La haine dans le pré et dans la bergerie

A cause de ses positions et de ses désaccords avec l’Église du Pape François, 11 ans d’épiscopat ont été un calvaire pour lui et ont créé plus d’inimitiés que d’amitiés autour de lui. Il ne sentait que la haine dans la bergerie. Quoi d’anormal de chercher refuge dans le pré d’amour?

Ironie du sort. A 52 ans, celui qui « n’aimait pas les minijupes dans la messe », s’abandonne, de surcroit, dans les mains de Silvia Caballol Clemente(38 ans), divorcée et mère de deux enfants!

Silvia Caballol(Wikipedia)

Installé chez elle, à Manrese, en attendant un job d’ingénieur agronome, pourra-t-il se marier comme ils le souhaitent tous les deux, et cautionner ainsi le mariage des divorcés dont il ne voulait pas entendre parler avant?

By P.B

Méditation du dimanche: Ouvre-toi à la vie!

Ceux que Jésus a fortifiés par sa parole et son pain dans chaque eucharistie quotidienne ou dominicale, un message de rappel est lancé : « Voici votre Dieu »auquel il est salutaire de tourner entièrement les regards.

La liturgie de ce vingt-troisième dimanche du temps ordinaire B, nous révèle le visage de Dieu comme un bon parent qui ne fait pas de différences entre ses enfants mais les entoure de tout son amour car Dieu le Père nous a montré de quel amour il nous aime en nous envoyant son Fils devenu notre Seigneur et not Sauveur.

Parole vivante du Père, ce Fils s’adresse à ceux qui ont des difficultés de la vie, sont malades, et parfois dans des territoires appauvris ou abandonnés. Dans ces territoires, ceux qui l’écoutent ne peuvent ne pas l’aimer. Profondément touchés de l’intérieur et rendus riches dans la foi, ils le proclament librement et le font connaitre partout dans la mesure où il les a aidés à parler correctement.

Peut-être que la même mission est perpétuée par les professionnels qui ont reçu le don et la formation de poser des gestes qui sauvent : orthophonistes (correction de la voix), kinésithérapeutes ou masseurs(qui savent où poser la main pour soulager la douleur…). Encore qu’ils le fassent sans lien avec la foi, il y en a qui croient pourtant à la puissance de la main invisible.

En même temps, ceux que Jésus a fortifiés par sa parole et son pain dans chaque eucharistie quotidienne ou dominicale, un message de rappel est lancé : « Voici votre Dieu »auquel il est salutaire de tourner entièrement les regards.

N’est-ce pas Lui que nous recevons comme « Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » ? Il s’adresse ainsi à chacun, avec soupir : « Effata, ouvre-toi ». Oui, ouvre-toi à la bonne nouvelle ! Le Seigneur vient te guérir pour que tu ne rentres pas triste parce que tu as manqué des honneurs que tu chérissais tant ou attendais absolument.

Aujourd’hui, il me guérit de mon affolement pour retrouver la paix et la joie auprès de celui qui « a bien fait toutes choses » ! Quelle bonne nouvelle ! Pourquoi ne pas dire ou chanter comme le Psalmiste : « Je veux louer le Seigneur tant que je vis » ?

Très bon dimanche pour vous et les vôtres.

By P.Protogène BUTERA

RWANDA: Ces terres fertiles que nous avions vues…

Pourquoi ce pays aux Mille Collines nous a fascinés? Nous en gardons beaucoup de souvenirs..

Quel souvenir! C’était mardi 30 juillet 2019 ! Cela fait donc 2 ans que nous étions au Rwanda ! A cette date, nous laissions derrière nous le parc national de NYUNGWE, le cap vers le Centre du pays et Kigali, la capitale du Rwanda. 

Les collines s’effacent pour nous montrer une région au relief plus plat, plus vaste et riche…A lire absolument: une-region-centrale-riche-et-prospere/

Vifs témoignages de celle qui se souvient encore..

Jacqueline LIZE

Quinzième dimanche: Reprendre un bon chemin?

En tant que chrétiens, nous vivons pour louer Dieu qui nous a choisis pour servir en sa présence et nous réjouir de sa mission car il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit. Ainsi comblés, un bâton et des sandales suffisent pour nous mettre en route

Lectures proposées: Am 7, 12-15; Psaume 84(85), 9ab.10,11-12.13-14; Ep 1, 3-14; Mc 6, 7-13

Célébrons-nous un dimanche du prendre soin comme Amos qui soignait les sycomores ? Cela peut être vrai car il y en a qui ont besoin de beaucoup de soins, de soins très forts et même intensifs afin de porter des fruits qui demeurent.

Or, les soins à acquérir ou à donner poussent à beaucoup de recherches ou sont des fruits de recherches dont le but est de rendre au patient une certaine dignité. C’est cet esprit de recherche qui éclaircit la finalité de la vie. Grâce à lui, nous saisissons pourquoi nous vivons réellement.

En tant que chrétiens, nous vivons pour louer Dieu qui nous a choisis pour servir en sa présence et nous réjouir de sa mission car il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit. Ainsi comblés, un bâton et des sandales suffisent pour nous mettre en route reliant les villes marquées par l’hospitalité plutôt que par les hostilités repoussantes.

Rendons grâce à Dieu pour tous les chrétiens qui acceptent de travailler en équipe, deux à deux, chassent ainsi l’esprit mauvais de la solitude ou de l’individualisme missionnaire de manière à témoigner de l’esprit prophétique.

Que l’évangile de notre salut nous guérisse de tout ce qui cacherait la richesse de Dieu manifestée en Jésus Christ qui, par son Eucharistie et son Eglise, ouvre nos yeux à la beauté sublime de son regard car il n’hésitera pas à nous donner ce que nous lui demandons en chantant même : « Fais-nous voir, Seigneur, ton amour et donne-nous ton salut »

Oui, qui regarde vers Lui resplendira sans ombre ni trouble au visage (Psaume 33) et l’Eglise sera enrichie d’avoir permis aux fidèles de créer des liens d’amitié pour une sainteté plus grande enracinée dans l’amour réciproque suivant le chemin tracé afin de bien entretenir le domaine particulier de Dieu.

A chacun de prendre un bon chemin afin de voir ce qu’il y a à faire pour garder intacte la marque de ce domaine  de justice et de paix. Le Christ qui nous envoie nous donne sa paix en abondance pour en être témoins.

By Protogène BUTERA

Haïti: Le président Jovenel Moïse et son épouse assassinés chez eux

Mercredi matin 7 juillet, le Président haïtien Jovenel Moïse a été assassiné chez lui par un commando formé d’éléments étrangers, a annoncé le Premier Ministre sortant Claude Joseph.

L’épouse du Président ,Martine Moïse a été blessée aussi dans cette attaque et hospitalisée mais n’a pas survécu de ces blessures. Elle serait morte avant d’être évacuée à l’étranger.

Martine Moise, Première Dame morte à 47 ans

Compte tenu des réactions insoupçonnées des Haïtens, l’ex-Premier Ministre a appelé la population au calme et indiqué que la police et l’armée allaient assurer le maintien de l’ordre.

La nation et la démocratie sont en jeu

Dans son communiqué officiel l’ex-Premier Ministre, Claude Joseph a donné tous les détails de l’assassinat:« Vers une (1) heure du matin, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, un groupe d’individus non identifiés, dont certains parlaient en espagnol, ont attaqué la résidence privée du Président de la République et ainsi blessé mortellement le Chef de l’Etat. Blessée par balle, la Première Dame prend les soins que nécessite son cas.

Condamnant cet acte odieux, inhumain et barbare, le Premier Ministre a.i, le Dr. Claude Joseph, et le CSPN appellent la population au calme. La situation sécuritaire du pays est sous le contrôle de la Police Nationale d’Haïti et des Forces Armées d’Haïti.

Toutes les mesures sont prises afin de garantir la continuité de l’Etat et protéger la Nation.

La démocratie et la République vaincront.

Dr. Claude Joseph Premier Ministre a.i »

Changement de gouvernement mal accepté?

Le président Moise venait tout juste de nommer lundi(5 juillet) un nouveau Premier ministre en la personne d’Ariel Henry, avec pour mission d’organiser des élections. Celui-ci n’a pas encore réagi.

Homme des affaires de 53 ans, Jovenel avait été élu président en 2016 et pris ses fonctions le 7 février 2017. Certains considéraient qu’il avait dépassé son mandat alors que lui pensait l’achever en 2022! Une situation qui lui valait d’être confronté à une vive défiance.

Tout un pays plongé dans l’incertitude

Sur fond d’incompréhension, fallait-il le tuer? Est-ce un coup monté? Haïti va-t-il vivre le même scenario qu’l y a plus d’un siècle, en 1915, quand le président d’alors, Vilbrun Guillaume Sam, fut assassiné, entrainant l’intervention armée des États-Unis?

La triste nouvelle vient donc déstabiliser en profondeur le climat politique et sécuritaire de ce petit pays, le plus pauvre des Caraïbes, déjà bien fragile et gangrené surtout par des gangs pratiquant rançons et enlèvements.

Dans ce contexte, le Premier Ministre sortant rassure: « Les assassins du Président Jovenel Moïse vont payer pour ce qu’ils ont fait devant la justice, gardez votre calme la sécurité du pays est sous contrôle. Forces vives de la Nations, cherchons l’harmonie, avançons ensemble pour que le pays ne sombre dans dans le chaos« 

C’est à celui-ci de résoudre « les problèmes de l’heure » qu’il avait soulevés:

Etat de siège et fermeture de l’aéroport international

Le Premier ministre a déclaré l’« état de siège » octroyant des pouvoirs renforcés à l’exécutif quelques heures après l’assassinat du président. « Dans la stricte application de l’article 149 de la Constitution, je viens de présider un Conseil des ministres extraordinaire et nous avons décidé de déclarer l’état de siège sur tout le pays », a-t-il déclaré.

De plus, l’aéroport international de Port-au-Prince Haïti est fermé et les avions font demi-tour sans atterrir.

Ainsi, la compagnie aérienne haïtienne Sunrise Airlines annonce ceci: »En raison de la situation actuelle en Haïti, tous les vols sont annulés et retardés jusqu’à nouvel ordre, afin de protéger le personnel, les passagers et les équipements. Tous les billets seront modifiés gratuitement dans un délai de 6 mois… »

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell qui s’est dit « choqué » par l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse mercredi, craint que « ce crime entraine un risque d’instabilité et d’une spirale de violence »(sur son compte Twitter)

Paix et sécurité à tous les Haïtiens.

By Protogène BUTERA

Dimanche: Pourquoi déranger le Maître?

Pourquoi il y a ceux qui prient beaucoup et qui ne guérissent pas de leur maladie ? L’erreur  des non-croyants est une vérité pour eux : la prière est inutile !

Lectures prévues : Sagesse 1, 13-15.2, 23-24; Psaume 29

               2 Corinthiens 8, 7.9.13-15;  Marc 5, 21-43

Ces lectures que la Liturgie a prévues pour ce 13° dimanche du Temps ordinaire nous permettent de répondre à ces 2 questions  de tous les temps  et à une autre plus actuelle: Pourquoi Dieu a créé l’homme ? Est-ce pour une existence périssable seulement ?

Pourquoi il y a ceux qui prient beaucoup et qui ne guérissent pas de leur maladie ? L’erreur  des non-croyants est une vérité pour eux : la prière est inutile ! Cela correspond à la réaction de la foule après la mort de la fille de Jaïre: « Pourquoi déranger le Maître? »

Pour les plus croyants, la vérité est tout autre : le but de la prière n’est pas de s’attirer les faveurs divines (ce n’est pas de la magie) mais se disposer à accueillir les dons de Dieu. Il en est de même pour la création : c’est pour que le cœur de l’homme soit en fête devant son Dieu qui transforme son deuil en une danse(Psaume)

A partir de la première lecture(Sagesse), pensons surtout à ceux qui se sont perdus ou ont perdu la vie à cause de la jalousie ; ceux qui se donnent la mort, se séparent (familles) ou ne se parlent plus à cause d’elle, la jalousie (du diable).

De la deuxième lecture, rendons grâce à Dieu pour les actions de l’égalité face à ceux qui sont empressés de ramassés beaucoup trop sans regarder les besoins des autres engouffrés dans l’indigence extrême. Oui, ils sont nombreux, dans le monde entier, à manifester une grande générosité.

Par l’évangile partagé, reconnaissons l’effort et la souffrance des médecins qui essaient tous les traitements mais n’arrêtent pas la mort de leurs patients, parfois jeunes encore. Et prions pour tous ceux qui se sentent mal dans leurs corps à cause de leur propre souffrance ou des leurs ainsi que ceux qui ont du mal à supporter le poids des maladies incurables ou chroniques qui les exposent à des moqueries des non-croyants.

L’exemple de ce chef de synagogue est très parlant : supplication persévérante et insistante pour faire agir la puissance de Jésus, reconnu comme sauveur. Que dire de cette femme qui ne veut que toucher Jésus sans trop le déranger ?

Il est bon de méditer sur ces deux réponses de Jésus : « Ma fille, ta foi t’a sauvée .Va en paix ; Ne crains pas, crois seulement ». Non seulement Jésus reconnait la force de la foi mais, après, il prend aussi la main (de l’enfant) à relever et demande aux bien-portants de vérifier si la vie a été bien reprise : « Donnez-lui à manger »

Un repas, test de vie, signe de partage et de vitalité ! C’est ce que Jésus  a demandé à l’Eglise de perpétuer le mémorial de son amour dans chaque Eucharistie où il se donne en nourriture pour la multitude: « Faites-cela en mémoire de moi » Puisse chacun être touché par ce message fortifiant : « Debout ! Lève-toi » Mais, que vais-je faire, après ? Rayonner de sa vérité et témoigner de sa bonté sans limite.

Très bon dimanche!

By P.Protogène BUTERA

Rwanda-Covid: Encore des mesures les plus strictes après le décès d’un enfant de deux mois

C’est la semaine où le pays a été durement frappé par le Covid-19. Les chiffres de personnes testées positives sont en hausse. Depuis 10 jours(10 -21 juin); ils se comptent par plusieurs centaines et le nombre des morts ne cesse pas d’augmenter également.

Le gouvernement a lancé la sonnette d’alarme en prenant des mesures les plus strictes proches du premier confinement. Ainsi, dans sa réunion du 21 juin présidée par le président de la République, Paul Kagame, le couvre-feu est ramené à 19h00 au lieu de 21h00 et les déplacements sont interdits entre les Districts eux-mêmes et ceux-ci avec la Capitale, Kigali. Mesures du Cabinet des Ministres(Anglais)

Crainte du Variant Delta

La crainte du Variant Delta(de l’Inde)est palpable. Il arriverait de l’Ouganda qui a plusieurs kilomètres de frontière avec le Rwanda. Déjà, les vols de Rwanda Air vers Kampala sont suspendus. Et les voyageurs venant de ce pays comme de l’Inde, doivent passer 7 jours (à leur frais)en quarantaine, dans un hôtel indiqué par les autorités locales.

Publicités

Le coût des tests et de soin n’est pas aussi négligeable. Si, à l’aéroport de Kigali, il faut présenter le test PCR de 72 heures avant le départ, il est obligatoire de passer un autre à payer 60 dollars. Et si les résultats sont positifs, on est conduit au centre spécial de traitement Covid aux frais du patient! Que ce n’est pas simple…

L’heure est grave, pas de fêtes

La population et les voyageurs ont eu une journée et demie pour regagner leurs domiciles car les mesures commencent être appliquées ce mercredi 23 juin. La hausse régulière des cas positifs( le 21 juin ,ils étaient 622, le 22 juin: 861!)en rendra facile l’application.

Pour la première fois, le Rwanda a déploré un nombre important de morts: 6 personnes pour la journée de lundi 21 juin! Cela portait à 388 décès depuis le début de la pandémie. Ce qui a marqué davantage les gens, c’est le décès(parmi les 6) d’une fillette de 2 mois!

Bien que la vaccination continue à un rythme modéré(391000 vaccinés au 22 juin)et qu’il y ait possibilité des tests rapides(10 000frw soit 10€), toutes les fêtes (anniversaires)et célébrations de mariage sont interdites. Il faudra attendre deux semaines pour voir s’il y a allégement ou non de ces mesures.

Un autre problème concerne les examens de fin d’année pour élèves et écoliers qui devraient terminer leur cycle(primaire et secondaire). Est-ce que le calendrier des examens et des vacances va être maintenu? Vont-ils subir une deuxième année blanche?

L’heure est vraiment grave. Même les matchs de Football Primus League risquent d’être suspendus deux jours avant la fin des compétitions qui se passaient à huis clos! Peut-être que l’été va ramener un peu de gaieté!

Douzième dimanche: Etendue des vagues si vous n’avez pas encore la foi…

La liturgie de ce douzième dimanche nous permet d’établir des liens forts avec le Christ et de le découvrir sous un soleil nouveau surtout pendant cette période où toutes les nations sont confrontées  aux vagues successives de la pandémie. Ceux qui ont continué de prier (pour la fin de cette maladie)ont éprouvé peut-être le même sentiment que ces disciples obligés de réveiller Jésus : « Nous sommes perdus, cela ne te fait rien ? » On comptera jusqu’à combien (première vague, deuxième, troisième ,quatrième..)pour que cela s’arrête ?

D’autre part, « un monde nouveau est déjà né » qui prend très peu de temps pour écouter Jésus ; « Toute la journée, Jésus avait parlé à la foule »(évangile). Qui peut supporter encore une telle longueur de discours ? Un monde nouveau est déjà là dont la naissance va de pair avec l’abandon de certains endroits difficiles d’accès et où les gens fréquentent Jésus sans croire en Lui tant « leur vie est centrée sur eux-mêmes  et non sur sa personne» D’où cette proposition du Maitre à ses disciples : « Passons sur l’autre rive »

Par ailleurs, où que nous allions, il est encourageant d’être avec Jésus. Mais, si sa présence est rassurante, elle ne veut pas être envahissante. A travers les vagues et les tempêtes, les disciples découvrent le vrai visage du Christ et sa nature même.

Après une journée de travail, Jésus-homme a besoin de repos. Tranquille, « lui dormait sur le coussin à l’arrière », les disciples l’ont vraiment mal reconnu dans cette attitude étonnante alors qu’ils sont marrés, perdus. A leur question, Jésus répond par une double question : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? »

Puisque la tempête peut-être dans les cœurs ou dans les têtes (pensées politico-économiques, socio-familiales des vacances ou du tourisme pour admirer les merveilles de la mer), il y en a qui sont dans l’action de grâce parce que par son « silence, tais-toi », il a apaisé ce qui les perturbait de l’intérieur. Oui, « dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur, et lui les a tirés de la détresse »(Psaume)

En ce dimanche où l’on célèbre la journée mondiale des réfugiés, il est bon de penser à toutes ces gens qui ont connu les détresses de la mer et à ces milliers d’autres qui ont succombé à des tempêtes qu’ils n’ont pas pu traversées. C’est triste : leurs désirs et leur sagesse ont été engloutis par la Méditerranée, surtout.

Il reste à chacun de répondre à la deuxième partie de la question de Jésus : « N’avez-vous pas encore la foi ? » Réponse de solidarité et de partage ou courage dans la prière et confiance obéissante.

Oui, Jésus n’est pas absent. Si nous lui permettons de prendre place, il pourra calmer le reste de nos inquiétudes et nous laisser nous étonner : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

C’est Lui notre Seigneur et Sauveur qui, comme à Job, s’adresse à toi ,aujourd’hui: «Tu viendras jusqu’ici ! Tu n’iras pas plus loin, ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ».

Ce faisant, nous pourrons dire comme saint Paul : « Désormais nous ne regardons plus personne d’une manière simplement humaine ». La connaissance du Christ a changé nos regards. Que la puissance de son Eucharistie renouvèle nos vies et augment en nous la foi, vitamines dont ont besoin notre corps et notre âme pour lutter contre les vagues.

VOICI LES LECTURES DE CE DIMANCHE

PREMIÈRE LECTURE

« Ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ! » (Jb 38, 1.8-11)

Lecture du livre de Job

Le Seigneur s’adressa à Job du milieu de la tempête et dit :
« Qui donc a retenu la mer avec des portes,
quand elle jaillit du sein primordial ;
quand je lui mis pour vêtement la nuée,
en guise de langes le nuage sombre ;
quand je lui imposai ma limite,
et que je disposai verrou et portes ?
Et je dis : “Tu viendras jusqu’ici !
tu n’iras pas plus loin,
ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots !” »

DEUXIÈME LECTURE

« Un monde nouveau est déjà né » (2 Co 5, 14-17)

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
l’amour du Christ nous saisit
quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous,
et qu’ainsi tous ont passé par la mort.
Car le Christ est mort pour tous,
afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes,
mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
Désormais nous ne regardons plus personne
d’une manière simplement humaine :
si nous avons connu le Christ de cette manière,
maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.
Si donc quelqu’un est dans le Christ,
il est une créature nouvelle.
Le monde ancien s’en est allé,
un monde nouveau est déjà né.

– Parole du Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Toute la journée,
Jésus avait parlé à la foule.
Le soir venu, Jésus dit à ses disciples :
« Passons sur l’autre rive. »
Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était,
dans la barque,
et d’autres barques l’accompagnaient.
Survient une violente tempête.
Les vagues se jetaient sur la barque,
si bien que déjà elle se remplissait.
Lui dormait sur le coussin à l’arrière.
Les disciples le réveillent et lui disent :
« Maître, nous sommes perdus ;
cela ne te fait rien ? »
Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer :
« Silence, tais-toi ! »
Le vent tomba,
et il se fit un grand calme.
Jésus leur dit :
« Pourquoi êtes-vous si craintifs ?
N’avez-vous pas encore la foi ? »
Saisis d’une grande crainte,
ils se disaient entre eux :
« Qui est-il donc, celui-ci,
pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Très bon dimanche !

By P.Protogène BUTERA

RWANDA: LA SEMAINE DE L’EDUCATION CATHOLIQUE.

Chaque année, au Rwanda, que cela soit dans les écoles, églises paroissiales et diocésaines ainsi qu’au niveau national , on fête la semaine de l’éducation catholique. Cette année 2021, le thème choisi par le Service National pour l’Education Catholique(SNEC)est celui-ci: ETUDIER ET PRIER PROFONDEMENT » Kwiga no gusenga bivuye ku mutima. »

AU NIVEAU DU DIOCÈSE DE CYANGUGU

Vendredi le 29/05/2021 à 9heure du matin, nous nous sommes rencontrés au TTC (Teacher Training College)MURURU(un collège dirigé par la congrégation des Frères Maristes , et qui forment les futurs enseignants qualifiés). A ce moment, avec tous les invités du District de Nyamasheke et ceux de Rusizi , nous avons entamé la la festivité avec la célébration Eucharistique.

Après la messe, nous avons entendu plusieurs messages revenant sur le thème du jour et le message de Son Excellence Monseigneur Evêque de Cyangugu pour l’attention portée à l’éducation dans son Diocèse et les différentes activités réalisées dans les écoles catholiques du Diocèse de Cyangugu .

On a aussi profondément remercié son Excellence Mgr Edouard SINAYOBYE pour son implication dans l’éducation ; ici on a signalé que les écoles dirigées par les Prêtres ainsi que les Religieux , réussissent brillamment dans les examens d’Etat, et que la discipline …. A lire sur :sourireauxmillecollines.com

FRANCE-RWANDA: Qui est Antoine ANFRE, ambassadeur accepté par KIGALI?

Ce samedi 12 juin 2021, le Conseil du cabinet des ministres dirigé par le président de la République, Paul KAGAME, a accepté la nomination de Mr Antoine ANFRE comme nouvel ambassadeur de la FRANCE au RWANDA, siège de Kigali qui était vacant depuis 2015.

Né le 7 janvier 1963, Antoine René ANFRE est considéré comme un connaisseur des dossiers des Grands Lacs. Secrétaire de l’ambassadeur de France à Kampala, Uganda(nord du Rwanda)entre 1987-1991(période de la naissance du Front Patriotique du Rwanda, FPR), il a été maintes fois cité dans le rapport Duclert sur la France, le Rwanda et le génocide des Tutsi-1990-1994.

Lui qui était sous-préfet de LIMOUX(2000-2003 ) a été aussi conseillé à l’ambassade de France en Turquie et au Kenya(2006-2009) ainsi qu’ au Royaume-Uni(2011-2014). Le seul pays où il a été comme ambassadeur, c’est au Niger(2014-2015)qui l’a chassé rapidement pour ses prises de position anti-gouvernementale.

La validation du choix de Paris par Kigali est-elle vraiment la concrétisation des volontés politiques de deux présidents, Emmanuel MACRON et Paul KAGAME, de normaliser les relations politico-diplomatiques de leurs pays respectifs? Il est permis de douter.

Emmanuel Macron et Paul Kagame à Kigali

Qualifié de « rwandophile » par Aujourd’hui au Fasso, Antoine ANFRE n’est-il pas nommé principalement pour les intérêts de la France? Sera-t-il capable d’assainir ce qui reste de ces relations(franco-rwandaises) et tenir le tempo pour longtemps? L’histoire nous dira si E.MACRON a été bien inspiré ou s’il n’a pas fait des erreurs d’appréciation! Est-ce que l’activité de cet ambassadeur ne sera pas de courte durée comme au Niger?

By P.Protogène BUTERA

DIMANCHE : Y’a-t-il des raisons d’avoir confiance en Dieu?

En voulant nous expliquer ce que c’est le Royaume de Dieu, Jésus lui-même n’hésite pas à se poser  la question : « A quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? » De même, nous aussi, pour tirer bénéfice des lectures de ce onzième dimanche, il est bon de nous poser certaines  questions : Qu’est-ce qui nous pousse à aimer Dieu, être ses  disciples et parler de Lui ? Y’a-t-il des raisons d’avoir confiance en Lui ?

Et d’ailleurs, croire n’est-il pas une maladie qui attaque ceux qui n’ont pas confiance en eux-mêmes et la cherchent en dehors ou  l’extérieur d’eux-mêmes ? Sous cet angle, ils ont raison ceux qui font attention pour ne pas être malades de cette manière. En s’éloignant de Dieu, ils prennent soin d’eux. En s’approchant de Lui, ils se perdent dans la foule. Raison pour laquelle Jésus « expliquait tout à ses disciples en particulier »

Comme saint Paul, nous pouvons affirmer que « nous avons confiance » parce que « nous cheminons dans la foi ». Mais que pouvons-nous apprendre de ceux-là qui demeurent loin de Dieu par rapport à notre vision et ambition chrétiennes  de l’au-delà ou de la résurrection ?

Nous le savons bien : pour bien entendre, il faut être tout près de celui qui parle, surtout quand on a des problèmes des oreilles. Et plus on l’aime, plus on s’approche de lui pour tout saisir et ne rien rater. Plus encore quand celui qui a la parole est un jeune qui n’a pas l’habitude de parler très forts et à l’assemblée!

En regardant ce que fait le Seigneur qui prend une tige toute jeune, la plante sur une montagne très élevée où elle portera du fruit, nous aussi, à la fin de l’année, en pensant que « le temps de la moisson est arrivé », nous faisons un exercice de bilan, de relecture pour savoir ce qui a germé, quelle croissance y-a-t-il eu et ce qu’on attend de ce qui a germé ?

Nous confions tout à Dieu qui donne la croissance et l’être dans la mesure où il relève l’arbre renversé et fait reverdir celui qui est sec. C’est son amour qui attire le nôtre et le fortifie. Nous l’aimons parce qu’il prend soin de nous comme cette tige qui doit porter du fruit tout en gardant son essence première.

Il est infructueux de se fier trop au jugement des autres qui pourraient t’entrainer dans la chute et te porter à dire comme Sartre que « l’enfer c’est les autres » (aliénant). Infructueux car, nous tous « apparaitrons à découvert, devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps »(deuxième lecture)

Tu as tout fait pour ton bien, pour le bien des autres , sans oublier Dieu ? Tu as tout fait pour toi et les autres en oubliant Dieu ? Tu as tout fait pour ton bien sans Dieu ni les autres? Tu comprends ce que tu as gagné ou ce que tu as perdu.

Rendons grâce à Dieu qui nous permet de prendre part à la mission de son Christ, lui Lumière des cœurs et des nations disposés à « faire leur nid à son ombre ». Et il y a assez de fraicheur!

LES TROIS TEXTES DU JOUR:

Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 17, 22-24)

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
« À la cime du grand cèdre,
je prendrai une tige ;
au sommet de sa ramure,
j’en cueillerai une toute jeune,
et je la planterai moi-même
sur une montagne très élevée.
Sur la haute montagne d’Israël
je la planterai.
Elle portera des rameaux, et produira du fruit,
elle deviendra un cèdre magnifique.
En dessous d’elle habiteront tous les passereaux
et toutes sortes d’oiseaux,
à l’ombre de ses branches ils habiteront.
Alors tous les arbres des champs sauront
que Je suis le Seigneur :
je renverse l’arbre élevé
et relève l’arbre renversé,
je fais sécher l’arbre vert
et reverdir l’arbre sec.
Je suis le Seigneur, j’ai parlé,
et je le ferai. »

– Parole du Seigneur.

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (2 Co 5, 6-10)

Frères,
nous gardons toujours confiance,
tout en sachant que nous demeurons loin du Seigneur,
tant que nous demeurons dans ce corps ;
en effet, nous cheminons dans la foi,
non dans la claire vision.
Oui, nous avons confiance,
et nous voudrions plutôt quitter la demeure de ce corps
pour demeurer près du Seigneur.
Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors,
notre ambition, c’est de plaire au Seigneur.
Car il nous faudra tous apparaître à découvert
devant le tribunal du Christ,
pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait,
soit en bien soit en mal,
pendant qu’il était dans son corps.

– Parole du Seigneur.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc(Mc 4, 26-34)

En ce temps-là,
parlant à la foule, Jésus disait :
« Il en est du règne de Dieu
comme d’un homme qui jette en terre la semence :
nuit et jour,
qu’il dorme ou qu’il se lève,
la semence germe et grandit,
il ne sait comment.
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe,
puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.
Et dès que le blé est mûr,
il y met la faucille,
puisque le temps de la moisson est arrivé. »

Il disait encore :
« À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ?
Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ?
Il est comme une graine de moutarde :
quand on la sème en terre,
elle est la plus petite de toutes les semences.
Mais quand on l’a semée,
elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ;
et elle étend de longues branches,
si bien que les oiseaux du ciel
peuvent faire leur nid à son ombre. »

Par de nombreuses paraboles semblables,
Jésus leur annonçait la Parole,
dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre.
Il ne leur disait rien sans parabole,
mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Très bon dimanche à chacune et à chacun qui, en prenant de l’âge, fructifie encore des œuvres dignes de son nom et de son Dieu.

By P.Protogène BUTERA

Démocratie ou l’arrogance du plus fort!

Dans son encyclique Fratelli Tutti, surtout les numéros 14 et 15, le Pape François a fait une analyse de la démocratie qui pourra marquer les siècles. En tant que Chef d’un petit Etat du monde(Vatican), il était dans son droit d’indiquer ce qui fait la force d’un pays ou d’un peuple.

Même quand il rencontre les présidents ou les sultans musulmans, le Pape François ne cesse pas de rappeler cette idée essentielle:  » chaque peuple doit s’inspirer de ses propres valeurs pour construire un système politique digne de lui. « 

Ainsi, au nom de cette dignité, il affirme que « les peuples qui aliènent leur tradition, et qui par une manie imitative, par violence sous forme de pressions, par une négligence impardonnable ou apathie, tolèrent qu’on leur arrache leur âme, perdent, avec leur identité spirituelle, leur consistance morale et, enfin, leur indépendance idéologique, économique et politique ».

Instrumentalisation des mots

Par quels moyens ces peuples peuvent-ils garder leur indépendance? Le Saint Père en établit d’abord une mise en garde : »Un moyen efficace de liquéfier la conscience historique, la pensée critique, la lutte pour la justice ainsi que les voies d’intégration consiste à vider de sens ou à instrumentaliser les mots importants. « 

Et il se pose la question: « Que signifient aujourd’hui des termes comme démocratie, liberté, justice, unité ? Ils ont été dénaturés et déformés pour être utilisés comme des instruments de domination, comme des titres privés de contenu pouvant servir à justifier n’importe quelle action. »

Jeu de soupçon et de disqualification

Pour le Pape, les obstacles ne viennent que de l’esprit de domination qui hante certains pays dont la stratégie qu’ils ont trouvée la meilleure pour avancer comme ils veulent est de « semer le désespoir et de susciter une méfiance constante, même sous le prétexte de la défense de certaines valeurs. Aujourd’hui, dans de nombreux pays, on se sert du système politique pour exaspérer, exacerber et pour polariser. « 

Par divers procédés, continue-t-il, le droit d’exister et de penser est nié aux autres, et pour cela, on recourt à la stratégie de les ridiculiser, de les soupçonner et de les encercler. Leur part de vérité, leurs valeurs ne sont pas prises en compte, et ainsi la société est appauvrie et réduite à s’identifier avec l’arrogance du plus fort.

Quelles sont les conséquences? Pour lui, elles sont de l’ordre politique car, vu ce qui précède, « la politique n’est plus une discussion saine sur des projets à long terme pour le développement de tous et du bien commun, mais uniquement des recettes de marketing visant des résultats immédiats qui trouvent dans la destruction de l’autre le moyen le plus efficace. Dans ce jeu mesquin de disqualifications, le débat est détourné pour créer une situation permanente de controverse et d’opposition.« 

A ce niveau, il est difficile de trouver ce qui doit être considéré comme un bien commun à protéger, car chacun ne regarde que ses intérêts. Quelle vie quand l’autre est nié ou réduit au néant? Pour suivre toute la pensée du Pape ou au moins lire les 14-15 numéros, lisez:

By P.Protogène BUTERA