Le musicien sud-africain Johnny CLEGG est mort à 66 ans

Ce mardi 16 juillet 2019,celui qui était surnommé « le zoulou blanc »est décédé du cancer du pancréas diagnostiqué en 2015.Quatre ans de dur combat contre cette terrible maladie, par la musique.

Par la musique,Clegg luttait contre la maladie

Asimbonanga(Nous ne l’avons pas vu,en langue zoulou)est le titre qui a fait de lui le chantre révolutionnaire anti-Apartheid en Afrique du Sud.C’était en 1987.Entonné comme un cri,avec une longue pause entre les deux premières syllabes et les trois dernières,il symbolise le début et la fin de la vie de prison de Nelson Mandela.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=BGS7SpI7obY%5B/embedyt%5D

Né en 1953 au Royaume-Uni d’un père britannique et d’une mère zimbabwéenne, chanteuse de jazz de cabaret, Johnny Clegg débarque à l’âge de 7 ans dans une Afrique du Sud où la minorité blanche règne en maître absolue sur la majorité noire.

Initié aux cultures locales par son beau-père journaliste, Johnny Clegg assure que son refus de l’apartheid n’a rien de politique. »Je n’étais pas motivé politiquement mais culturellement. J’aime la musique et la danse« , expliquait-il simplement.

Les yeux ouverts dans un pays borgne, il se glisse dès 15 ans dans les foyers de travailleurs noirs, au mépris des interdits. Là, il découvre les danses et les mélodies zoulou et s’invite secrètement pour danser avec les troupes traditionnelles.

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=qnYtcH4YS44%5B/embedyt%5D

Ces paroles du Prix Nobel de la paix,Nelson Mandela,seront la marque de la mémoire que le » Pays d’Arc-en-Ciel »gardera de Johnny Clegg: « C’est la musique et la danse qui me mettent en paix avec le monde » L’Afrique du Sud suivra-t-il son héritage d’un pays sans mépris racial?

By Protogène BUTERA


Afrique du Sud: Paroxysme de la haine des étrangers immigrés!

La xénophobie gagne de plus en plus la « Nation arc-en-ciel ». Les manifestations anti-étrangers sont devenues monnaie courante.L’Afrique du Sud est désormais de moins en moins hospitalière, vue la rage de xénophobie contre les Noirs immigrés.

La fin de ce mois de mars 2019 a été aussi tragique qu’ensanglantée.A Pretoria et au KwaZulu Natal, le monde entier a assisté aux scènes macabres de violence et de pillage des maisons et magasins des Africains venant surtout de Mozambique, Somalie, Ethiopie, Zimbabwe…

Horrible. Ce n’est pas seulement en Libye post-Khadafi que les Subsahariens sont traités comme des animaux. Même au pays de Nelson Mandela, les Noirs ne peuvent pas y trouver un refuge; ils sont accusés de voleurs d’emplois.

Est-ce vraiment le chômage qui fait naître une telle rage? Les Sud-Africains ont-ils oublié qu’ils furent, eux aussi, des exilés pendant l’Apartheid?Quelle image de cette Afrique où les Noirs chassent et tuent d’autres Noirs, même s’ils n’épargnent pas les Malaisiens?

Dans de telles circonstances, qui donnerait tort aux Européens,très heureux que la Méditerranée les protège contre ces malheureux indésirables partout, même chez eux? La pauvreté est devenue plus qu’un vice: une faute punissable!

Mais,si quelques-uns de ces coléreux sont chrétiens, qu’ils relisent ces paroles de Moïse: « Vous aimerez l’étranger,car vous avez été étrangers dans le pays de…« (Deutéronome 10,19).

By Protogène BUTERA

Afrique du Sud: Malades mentaux entre la rue et la mort

Ils sont nombreux à être abandonnés à leur triste sort.Comme dans la majorité des pays africains,ces malades manquent de soins adéquats.Ils dorment dans les rues ou dans les caniveaux faute de lieux adaptés.

Là où ils existent,les hôpitaux psychiatriques sont mal équipés.Mais en Afrique du Sud,cela ne devrait pas arriver si ce n’était pas pour le souci de faire des économies.Il en fut ainsi dans « Life Esidimeni Hospital ».Afrique du Sud

La fermeture de cet hôpital a conduit au grand scandale de l’année.Les malades mentaux ont été transférés vers d’autres centres situés à Johannesburg ou Pretoria.Avec des moyens limités,118 patients y sont morts de faim ou de déshydratation.

Les familles des victimes pleurent les leur.Mais depuis 2016,c’est l’oubli qui est en train de gagner.

Même si le rapport ne le précise pas,les mesures prises par le département de santé de la province de Gauteng sont jugés irresponsables.De surcroit,cette maladie semble être raciste, car elle atteint quasiment les Noirs. Pourquoi en est-il ainsi?

By P.B

Afrique du Sud: Mandela Day ou le complexe de l’héritage

En Afrique du Sud,le désenchantement est total. « Mandela Day » de chaque année va-t-il encore revivre l’espoir du changement?

Mandela a voulu un pays sans apartheid ni inégalités.Il a lutté pour un pays de bonté,d’Ubuntu.Il avait la vision d’une nation arc-en-ciel où Noirs et Blancs seraient réconciliés.

Après sa mort,son héritage est très lourd et complexe pour l’Afrique du Sud. L’abîme des inégalités s’approfondit. La majorité des Noirs continuent de subir le désastre de la pauvreté.

Résultat de recherche d'images pour
A cause du chômage et de la pauvreté les jeunes jettent dans la rue.

L’ANC (African National Congress)est en perte de vitesse. La corruption gangrène les hauts responsables du parti,principalement Jacob Zuma,président. Le désenchantement est total.

Mandela Day de chaque année va-t-il encore revivre l’espoir du changement sinon de la révolution non-sanglante?

By P.B

%d blogueurs aiment cette page :