Troisième dimanche de Pâques: Le Dieu de nos pères, toujours bon à suivre?

En ce troisième dimanche de Pâques, nous comprenons pourquoi Jésus multiplie les apparitions : ressuscité, les disciples ne parviennent pas à le reconnaitre…

Troisième dimanche, troisième apparition et troisième question choc de Jésus ; éléments qui nous permettent de comprendre qu’il ne suffit pas d’être seulement tous ensemble pour réussir, si Jésus n’est pas là.

En ce troisième dimanche de Pâques, nous comprenons pourquoi Jésus multiplie les apparitions : ressuscité, les disciples ne parviennent pas à le reconnaitre. Par contre, c’est grâce à la multitude de poissons que Pierre le reconnait comme le Seigneur.

La tentation est grande de nous satisfaire des statistiques (grand nombre de baptêmes ou de mariage=le filet est plein de poissons parce que jeté au bon endroit !) ; dans le cas contraire, la tentation est de nous sentir découragés compte tenu des fruits attendus : s’il y a beaucoup de jeunes parents non-pratiquants alors qu’ils sont éduqués par les parents très pratiquants, que deviendront ces enfants baptisés par les non-pratiquants ? Heureusement que Jésus a promis d’être avec nous jusqu’à la fin des temps !

Lui-même, en leur partageant le pain, il redonne à ses disciples le signe qui leur permettra de proclamer encore partout son nom, tellement qu’ils pourront l’affirmer avec autant de confiance : « Nous sommes les témoins de tout cela avec l’Esprit Saint donné à ceux qui lui obéissent… »(première lecture)

Esprit Saint qui renouvelle vieux et jeunes pour exalter le Seigneur et repartir avec force dans la joie, en se sentant dignes de ne pas taire le Nom de Jésus. Oui, comme ces êtres vivants et anciens dans le concert des anges, et qui entourent l’Agneau Immolé, nous pouvons glorifier Dieu car chacun sera capable de dire comme le Psalmiste : « Je t’exalte, Seigneur, tu m’as relevé »

Pour que sa présence (de Jésus) continue de nourrir toutes ses brebis, il veut se rassurer que notre amour soit enraciné en Lui ou si l’enseignement reçu de nos parents nous a conduits à l’aimer vraiment. C’est le sens de cette triple question de Jésus : « Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu, vraiment » ?

Alors qu’au début, il s’adresse aux disciples en ces termes simples : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger » ? à notre tour, nous pouvons nous poser cette question : que faire pour que les enfants de la génération actuelle participent activement à l’œuvre de Jésus dans le monde qui est le nôtre ?

En même temps, pensons aux jeunes dont l’envie est de faire ce qu’ils veulent de sorte que les parents s’en trouvent désarmés quand ils voient que ces jeunes n’ont pas envie de suivre Jésus faute de ne pas avoir la foi.

Ainsi, en ce mois de mai, nous prions avec le Pape François, pour la foi des jeunes : « Prions pour que les jeunes, appelés à une vie en plénitude, découvre en Marie l’écoute, la profondeur du discernement, le courage de la foi et le dévouement au service »

Plus encore, en cette fête du Travail, que Saint Joseph intercède pour nous afin que l’œuvre de chacun contribue au bonheur et au bien-être du genre humain. Pour ce faire, puisse l’Eglise continuer d’entretenir tous les dons qui sont à l’origine du suprême bonheur pour que le peuple des rachetés s’épanouisse dans celui qui a été établi Prince et Sauveur : à lui, gloire , honneur et louange éternellement.

Très bon dimanche!

P.B

Comment PAQUES alimente votre ESPERANCE…

Et si l’espérance était comme cette maladie devenue pandémie,tant elle se répand si sournoisement et silencieusement?

Fêter Pâques tout en guerre

Ou encore dans la tourmante

Est-ce un élément qui alimente

Votre espérance?

Pour certains, c’est du leurre;

Nul n’a point de confiance

D’hommes et de femmes

Tout autant.

A la maison vous avez raison

De rester zen, tranquillement…

Mais si l’espérance

Ressemblait à cette maladie

Devenue pandémie

Tant elle se répand

Si sournoisement et silencieusement ?

Sitôt déclarée dans un pays

Sitôt contaminant tous les habitants

Sitôt reconnue imparable

Sitôt l’univers se réveille

Conférences virtuelles et palabres

Mutuelles et assurances

Préparent les feuilles de paye.

Regards sont tournés vers laboratoires

Entraînés aux jeux de la compétition

Où le palme de la victoire

Revient au premier offrant.

Vous pensez que tests et vaccins

Sont totalement gratuits.

Même à un prix modique

Importe que mesures bien s’appliquent.

Or, dans la foi rien n’est à vendre

Tout est à reprendre et réapprendre

Vivre avec ou sans masques

Pour l’expérience du visage

Défiguré ou fatigué

Qui change avec l’âge

Dans ce corps qui a connu

Les crachats et les claques.

Le rachat est attendu pour Pâques

Le temps de déstockage

De la maison intérieure

Où la Paix sera la bienvenue

Pour un monde si meilleur

Si demain vous savez

Dans quelle main sera

Ce qu’en commun vous avez.

Très bientôt!!!

P.B

Méditation du dimanche: Miséricordieux comme Dieu?

Prions pour ceux qui font l’éloge du sang quand ils revendiquent le nombre d’ennemis tués dans la guerre orchestrée au nom du bien ou ceux qui cherchent toujours la confrontation plutôt que le compromis et la paix

Pour l’impératif d’être miséricordieux comme l’est notre Dieu, la Liturgie de ce septième dimanche du Temps ordinaire nous annonce la manière pratique d’exercer cet impératif dans notre vie quotidienne et chrétienne.

Quotidienne, car pour être miséricordieux, il suffira de ne faire à personne ce que nous n’aimons pas pour nous : « Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux ». C’est un désir universel du Bien.

En cela, David (première lecture) a été un exemple. Il a fait preuve de bonté, d’innocence et de magnanimité à l’égard de Saül qui s’était transformé en ennemi mais que lui continuait de considérer comme « celui qui a reçu l’onction du Seigneur » ou le « messie du Seigneur »

En ne mettant pas la main sur Saül, David se montre « homme de bien » et confirme même le sens de son nom : « Bien-aimé ». Aimé, il cherche du bien à celui qui le poursuivait. Ce faisant, son message est clair : « devenu roi, je ne veux pas être tué par mon ennemi ». Ainsi, ce dicton ne pourra etre appliqué sur lui: « Qui a tué par l’épé, périra par l’épé »

Prions pour ceux qui font l’éloge du sang quand ils revendiquent le nombre d’ennemis tués dans la guerre orchestrée au nom du bien ou ceux qui cherchent toujours la confrontation au lieu de passer sur l’autre versant de la montagne, se mettre à une bonne distance et appeler à un compromis pour la paix.

C’est à ce niveau (de recherche de compromis)que la vie chrétienne marque les points dans la pratique de la miséricorde (ce que fait la Communauté Sant Egidio,par exemple) car la vie chrétienne reconnait la force de la grâce divine qui soutient la fragilité humaine héritée d’Adam et la puissance du don de la vie que nous avons dans le Christ Jésus(deuxième lecture)

En Lui et par Lui, nous sommes capables de faire du bien à ceux qui nous haïssent, de souhaiter du bien à ceux qui nous maudissent et de prier pour nos calomniateurs.

Puissent les biens spirituels que nous recevons et partageons, nous aider à progresser dans la recherche inlassable du bien pour le salut de tous et l’unité parfaite de notre chère Eglise qui en a tant besoin compte tenu du nombre d’adversaires ou d’ennemis déclarés en son sein.

Dieu soit loué pour tant de femmes et d’hommes qui se laissent illuminer par sa lumière à tel point qu’ils parviennent à témoigner de sa tendresse, Lui qui est « bon pour les ingrats et les méchants ». Vous le faites tous les jours quand vous vous dites: « Pardon, chéri.e! Pardon, mon amour! » Pardonnés, c’est l’allégresse et action de grâce en tout.

P.Protogène BUTERA

RENNES se manifeste pour la hausse des salaires et contre le mal-logement

La majorité de ces manifestants étaient des jeunes. Mais leurs revendications sont multiples et variées: hausse des salaires pour certains, repas et logements pour d’autres, ou fin des restrictions sanitaires

Ils étaient, ce jeudi 27 janvier, des milliers d’étudiants, enseignants, professeurs et élèves à s’adresser contre les policiers, dans le Centre Ville de Rennes. De 10h30 à 13h00, les dérapages n’ont pas tardé. Les policiers ont dû utiliser la force pour les repousser.

Revendications multiples

La majorité de ces manifestants étaient des jeunes. Mais leurs revendications sont multiples et variées: hausse des salaires pour certains, repas et logements pour d’autres, ou fin des restrictions sanitaires trop liberticides pour quelques-uns.

La cible principale était le Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel BLANQUER et la « macronie » pro-patronale qui « annonce la casse de l’université publique avec des années bientôt à plusieurs milliers d’euros comme cela se fait déjà pour les étudiants étrangers »

Lutte de classes dans la présidentielle

A travers tracts et affiches distribués, la plupart ne cachent pas leur détermination de naviguer contre-courant de la majorité. Ils revendiquent, entre autres, « les moyens massifs dans les services publics, un SMIC à 1800€ nets, un revenu étudiant à la hauteur du SMIC…. »

Place de la République(Rennes)

Leur volonté est claire: « inviter la lutte des classes dans la présidentielle »! Ont-ils des moyens adaptés pour le faire dans l’ordre et le respect des autres? Ils questionnent le principe-valeur de la FRATERNITE. Qui leur donnera la bonne réponse? Les candidats sont très attendus.

By P.Protogène BUTERA

LA MERE DE DIEU ET LE NOUVEL AN

En cette fête de la Mère de Dieu, nous pensons aux « orphelins spirituels » qui, certes, n’ont pas eu de cadeaux désirés mais surtout n’ont personne capable de leur parler de la foi, de Dieu et de la lumière qui éclaire l’intelligence, la raison et la conscience.

Il est de bonne augure de commencer l’année avec Marie qui dit à ses amis et connaissances : « Regardez mon fils ! Celui-ci est vraiment mon fils ! Jésus que vous connaissez bien est mon fils ». Avec cet échange, tout change.

L’Église a vu juste de rappeler aux croyants que celle qui a donné naissance au Maître du temps et de l’univers est toujours là pour nous indiquer le moment précieux du passage du Maître afin de l’accueillir, le saluer et lui parler.

Il n’y a de plus précieux moment que le début de l’année où les enfants commencent à comparer les cadeaux reçus des uns et des autres. Parfois c’est la maman qui les aide à garder le plus important dont elle leur redonne le sens, avec douceur et tendresse.

En cette fête de la Mère de Dieu, nous pensons aux « orphelins spirituels » qui, certes, n’ont pas eu de cadeaux désirés mais surtout n’ont personne capable de leur parler de la foi, de Dieu et de la lumière qui éclaire l’intelligence, la raison et la conscience.

Rendons grâce également pour les parents qui ont connu des évènements heureux de leurs enfants ou petits-enfants leur permettant de reprendre les énergies renouvelables d’allégresse, de paix et d’espérance.

Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

Avec Marie, Mère de l’Espérance et de l’Église, nous sommes entrainés par l’Esprit Saint à l’École de Jésus, lui qui fait briller l’œuvre de Dieu, le Père, de manière à l’admirer avec engouement, l’adorer avec piété et l’annoncer aux autres avec ferveur.

                      Sainte Marie, Mère de Dieu ; priez pour nous

                     Sainte Marie, Splendeur du Monde ; priez pour nous

                     Sainte Marie, Modèle des épouses ; priez pour nous

                     Reine de la paix et de la réconciliation ; priez pour nous

 Pour une année paisible et prospère en toutes sortes de grâces à recevoir gratuitement dans le Christ Jésus notre Seigneur, l’Emmanuel dans nos vies, que la bénédiction de notre Dieu descende sur chacun et lui fasse porter tous les fruits.

Je vous souhaite une année de paix et de bienfaits.

P.Protogène BUTERA

Covid-19: Il voulait recevoir la 9°dose du vaccin!

Vraiment une « mule » à vaccin, à Charleroi, qui s’apprêtait à recevoir une 9ème dose contre le Covid-19. Il se rendait régulièrement dans un centre de vaccination. Il est soupçonné d’avoir reçu de l’argent de personnes qui..

S’il y a beaucoup d’anti-vaccins, il y a également ceux qui aiment les doses comme les baguettes du pain quotidien!Récemment, un quidam a été interpellé en Belgique pour avoir reçu huit injections du vaccin contre le Covid-19. Il s’est présenté dans un centre de vaccination avec des cartes d’identité différentes, probablement pour procurer des pass sanitaires à des personnes non vaccinées.

Vraiment une « mule » à vaccin, à Charleroi, qui s’apprêtait à recevoir une 9ème dose du vaccin contre le Covid-19. Il se rendait régulièrement dans un centre de vaccination. Il est soupçonné d’avoir reçu de l’argent de personnes qui ne voulaient pas recevoir les injections mais qui souhaitaient le pass sanitaire. 

Les personnes qui ont eu recours à ses services seront également visées et poursuivies puisqu’elles ont été identifiées.Au moment de son arrestation,l’ état de santé de ce gourmand des vaccins « avait l’air bon » .

Effectivement,il a été appréhendé par la police. Une plainte avec constitution de partie civile sera prochainement déposée contre cette mule, ainsi que contre les personnes qui ont fait appel à son service.

Une affaire lucrative

Le vaccin devient finalement une affaire très lucrative. Deux médecins généralistes du Brabant wallon font, eux aussi, l’objet d’une plainte avec constitution de partie civile pour avoir réalisé une cinquantaine de vaccinations suspectes. Une requête unilatérale d’urgence en justice a permis à l’Aviq de leur retirer l’accès au logiciel d’encodage de la vaccination. Le retrait en pharmacie des vaccins ne leur est également plus possible. Les faux CST délivrés sont en train d’être désactivés.

Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

Fin novembre, des mesures fermes avaient été prises contre un médecin liégeois suspecté d’avoir fourni plus de 2.000 faux certificats de vaccination à la suite d’une plainte et d’une constitution de partie civile de l’Aviq (l’Agence wallonne pour une Vie de Qualité).

Originaire de Liège, l’homme, qui aimait l’argent ou encore les belles voitures, a délivré les CST contre rémunérations. Certaines d’entre elles étaient parfois importantes, allant jusqu’à 1.000 euros.

Sources: lavenir.net

VOTRE TAUX DE CHOLESTÉROL DANS LE CREUX DE VOS MAINS!

Il suffit d’appliquer un réactif fluorescent sur la paume de la main, puis de la placer sur un détecteur, qui va analyser le spectre lumineux de la peau

Le taux de cholestérol, qui est un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires, est d’habitude obtenu par une analyse de sang dans un laboratoire. Mais pour les personnes devant avoir un suivi régulier, ce type de prélèvement n’est pas forcément pratique ni confortable. De plus, le taux de cholestérol sanguin fluctue selon l’heure de la journée, l’apport alimentaire et l’exercice physique. Des chercheurs de l’Académie des sciences chinoise et de l’Université des sciences et technologies de Chine, à Hefei, ont donc mis au point une méthode pour lire le taux de cholestérol cutané… au creux de votre main !

Publicités

Il suffit d’appliquer un réactif fluorescent sur la paume de la main, puis de la placer sur un détecteur, qui va analyser le spectre lumineux de la peau, c’est-à-dire la façon dont elle absorbe et diffuse la lumière. Selon la quantité du réactif, qui se lie spécifiquement au cholestérol cutané, le système va ainsi pouvoir déterminer le taux de cholestérol du patient. « Ce système non invasif pourrait être utilisé pour la surveillance à long terme des taux de lipides dans les maladies cardiovasculaires, notamment pour la gestion des médicaments », avance le communiqué de l’Académie des sciences chinoise.

Une étude portant sur 121 patients atteints de maladie coronarienne a confirmé la corrélation étroite entre la réduction du cholestérol cutané et celle du taux sanguin de LDL-C (« mauvais cholestérol ») et d’Apo-B (un récepteur qui favorise la capture du cholestérol dans les cellules), généralement considérés comme principaux indicateurs pour mesurer le risque de maladies cardiovasculaires. De plus, « le cholestérol cutané fluctue moins et moins vite que le LDL-C et pourrait donc constituer un indicateur plus fiable », assure Yikun Wang, qui a dirigé l’équipe

A lire sur Futura-sciences.com

Trente-troisième dimanche: Ils se réveilleront pour ne point dormir dans la poussière!

Comment leur dire à quelle porte Jésus se trouve? Sans doute qu’il faudra passer la première porte de ces besoins et aller à la deuxième

Pour ce trente-troisième dimanche du temps ordinaire, la Liturgie nous montre comment  Dieu s’adresse à ceux dont la détresse n’a pas fermé ni les yeux ni la porte. Les uns n’ont pas sombré dans le désespoir même si, de leurs yeux, ils continuent de subir les mêmes violences et maltraitances. Les autres n’ont pas manqué leur porte même si elle tourne toujours sur elle-même. Ils ne se sont pas enfermés sur eux-mêmes ; Ils ont osé sortir à la rencontre des autres et montré ainsi qu’ils ont des choses à partager malgré leur situation de détresse.

La Journée du Pauvre est ainsi un rappel de ce qui se passe ces temps-ci. Derrière les masques, chacun a une indigence qu’il a envie de partager ou d’abandonner: ce quelque chose qui l’empêche de briller et de retrouver sa splendeur première.

Photo de Arvind shakya sur Pexels.com

Devant la porte, se tient Jésus Christ que ces temps-ci nous empêchent de voir. Ils s’est approché de nous mais lui, ne figure pas parmi un tas de besoins à satisfaire. Comme le Pape François l’a bien souligné à Assise (vendredi 12 novembre 2021), continuer de donner à la personne les choses matérielles seulement sans la mettre en contact avec Jésus, c’est l’abandonner à la dépendance et à l’insatisfaction alors que c’est Jésus qui « conduit à la perfection ceux qu’il sanctifie »(deuxième lecture)

Or, selon l’ONU, dans son premier objectif de développement durable, le slogan est très radical:« Pas de Pauvreté »! Pourquoi? Parce que plus de 700 millions de personnes, soit 10 % de la population mondiale, vivent encore aujourd’hui dans l’extrême pauvreté et luttent pour satisfaire leurs besoins fondamentaux, notamment accéder aux soins de santé, à l’éducation ainsi qu’à l’eau et à l’assainissement. Mais comment leur dire à quelle porte Jésus se trouve? Sans doute qu’il faudra passer la première porte de ces besoins et aller à la deuxième, celle du mystère de la foi.

Ressuscité, Jésus est assis près du Père. Là, devant sa face, tout le monde apprendra le chemin de la vie à saisir avec débordement de joie. Oui, joie de faire partie de ceux qui se réveillent et cessent de dormir dans la poussière. Joie d’avoir des décideurs, maîtres de cette justice qui supprime les inégalités et stabilise la dignité de tout être humain.

C’est le sens de la prière de l’Église et la nôtre pour que Dieu sur qui nous comptons tous nous enveloppe de sa bonté puissante de manière à être vraiment des acteurs du salut que le Christ est venu apporter à la multitude. Que Marie notre Dame des Pauvres nous soutienne toujours pour que chacun puisse dire : « Le Seigneur est à ma droite, je suis inébranlable »

Je vous souhaite un très bon dimanche.

By P.Protogène BUTERA

Covid-19 augmente le nombre de suicides et de dépression chez lez jeunes!

Selon les données, un jeune sur cinq âgé de 15 à 24 ans déclare se sentir souvent déprimé ou avoir peu d’intérêt pour la réalisation de ses activités.

Dans un rapport publié par l’agence onusienne pour l’enfance (UNICEF), il apparait que la pandémie de Covid-19 a eu un impact considérable sur la santé des jeunes, générant une grande détresse psychologique. Or, les investissements institutionnels pour y faire face sont encore trop rares.

Toutes les 11 minutes, un adolescent se donne la mort

Ce sont des chiffres inquiétants qui ressortent du rapport intitulé : “La condition des enfants dans le monde – Dans ma tête : promouvoir, protéger et soutenir la santé mentale des enfants et des jeunes”. Selon ces données, plus d’un adolescent sur sept, âgé de 10 à 19 ans, vit avec un trouble mental diagnostiqué, et la prévalence est masculine – 89 millions contre 77 millions de filles. Un malaise qui peut parfois devenir insupportable et qui conduit chaque année près de 46 000 adolescents à mettre fin à leurs jours, soit plus d’un toutes les 11 minutes.

Dans les diagnostics de troubles mentaux, l’anxiété et la dépression prédominent, avec un taux d’environ 40 %, les taux étant plus élevés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Dans certains cas, la détresse mentale – selon l’Unicef – est telle qu’elle donne aux jeunes le sentiment de n’avoir aucune issue.

Ainsi le suicide devient l’une des cinq premières causes de décès entre 15 et 19 ans dans le monde, mais en Europe occidentale, c’est la deuxième cause de décès la plus fréquente, avec 4 cas pour 100 000, après les accidents de la route.

Impact social et faible investissement

Chaque problème de santé mentale diagnostiqué a un impact sur les enfants et la société dans son ensemble, qu’il s’agisse de troubles de l’attention, d’autisme, de troubles bipolaires ou de troubles du comportement et de l’alimentation.

Une nouvelle analyse réalisée par la London School of Economics dans le cadre de ce même rapport indique que la contribution perdue aux économies, en raison de problèmes de santé mentale entraînant une invalidité ou un décès chez les jeunes, est estimée à près de 390 milliards de dollars par an.

Face à cela, «les gouvernements investissent trop peu pour répondre à ces besoins fondamentaux», assène Henrietta Fore, directrice générale de l’Unicef. À l’échelle mondiale, les interventions en matière de santé mentale représentent environ 2 % du financement public de la santé. «Trop peu par rapport aux besoins», prévient le rapport.

Le coût psychologique de la pandémie : la pointe de l’iceberg

Le nouveau rapport présente également une enquête menée par l’Unicef et l’institut américain Gallup dans 21 pays, qui estime le coût psychologique de la pandémie, dont l’impact pourrait se faire sentir durant de nombreuses années. Selon les données, un jeune sur cinq âgé de 15 à 24 ans déclare se sentir souvent déprimé ou avoir peu d’intérêt pour la réalisation de ses activités.

La raison n’est pas à chercher très loin: dans le monde, au moins un enfant sur sept a été directement touché par des fermetures d’écoles, tandis que plus de 1,6 milliard d’enfants ont perdu une partie de leur éducation en raison de ces fermetures. La perturbation des habitudes, de l’éducation et des activités de loisirs, ainsi que les préoccupations relatives aux revenus et à la santé des familles, explique le rapport, font que de nombreux jeunes ont peur, sont en colère et s’inquiètent de leur avenir.

Ces générations covid ont vécu beaucoup de temps sous l’Etat d’urgence sanitaire et destructeur. Point de place aux espaces de plaisir et de divertissement. A la longue, l’isolement fera plus de victimes que la pandémie.

Le Pape François a eu raison

S’agit-il d’une intuition? Le Pape François avait pressenti toutes ces conséquences en formulant son intention de prière pour le mois de novembre: « Prions pour que les personnes qui souffrent de la dépression ou de burn-out trouvent un soutien et une lumière qui les ouvre à la vie. » Il a eu donc raison.

Oui, il est temps d’y penser et d’y remédier autant politiquement qu’économiquement.

Sources: https://www.vaticannews.va

By P.Protogène BUTERA

Méditation du trentième dimanche: « Que veux-tu que je fasse pour toi? »

Bartimée est l’un de nous avec nos maladies, et son insistance nous rappelle ceux qui sont restés au bord du chemin ,attendant d’être intégrés dans le peuple des enfants de Dieu.

Les temps sont favorables pour raviver l’espérance. Les signes de désespoir et de défiance sont si nombreux qu’il faut des paroles  et des actes d’encouragement ou de consolation. Même les gouvernements s’en rendent comptent et jouent avec l’inflation. Leur geste devient une bonne nouvelle pour quelques foyers.

Pour nous, la bonne nouvelle c’est que Jésus s’adresse à chacun qui veut sortir de l’anonymat, le reconnait comme le Messie, Fils de David devant lequel il peut présenter son besoin de guérir. Bartimée est donc l’un de nous, et son insistance nous rappelle ceux qui sont restés au bord du chemin ,attendant d’être intégrés dans le peuple des enfants de Dieu.

Le message de Jésus à la foule et à ses disciples nous y conduit impérativement : « Appelez-le ». En effet, Fils bien-aimé, il veut partager son amour reçu du Père et rétablir ainsi les relations des hommes avec leur Dieu. Notre mission est de donner confiance à celui qui est appelé : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle »A l’instar du prophète Jérémie, nous sommes invités également à montrer que Dieu intervient dans notre vie pour nous rassembler davantage quand nous étions dispersés ou isolés. Et c’est Dieu lui-même qui l’affirme : « Voici que je les fais revenir du pays du nord ; que je les rassemble des confins de la terre »

 Le Pape François, dans son message pour la Journée missionnaire de 2021, ajoute un point essentiel : « En la Journée Mondiale des Missions, qui se célèbre chaque année,  l’avant dernier dimanche d’octobre, nous nous souvenons avec reconnaissance de toutes les personnes dont le témoignage de vie nous aide à renouveler notre engagement baptismal à être des apôtres généreux et joyeux de l’Évangile. Nous nous souvenons en particulier de ceux qui ont été capables de se mettre en chemin, de quitter leur terre et leur famille pour que l’Évangile puisse atteindre sans délai et sans crainte les peuples et les villes les plus éloignés où tant de vies sont assoiffées de bénédiction. »

Le Saint Père n’a pas omis d’indiquer les défis et l’exigence d’une telle mission : « Notre vie de foi s’affaiblit, perd prophétie et capacité d’émerveillement et de gratitude dans l’isolement personnel ou en s’enfermant en petits groupes. Par sa propre dynamique, elle exige une ouverture croissante capable d’atteindre et d’embrasser tout le monde. »

Prophètes de ce monde, nous participons à la Parole de Dieu et l’Eucharistie afin d’avoir assez de force et d’énergie nous permettant de dire à tous les peuples : « Poussez des cris de joie pour Jacob..Faites résonner vos louanges » Oui! Qu’ils ne s’arrêtent ni ne se taisent, ceux qui ont vu tout le bien que Dieu a fait autour d’eux ou en eux.

Aujourd’hui, si je suis attentif à la question de Jésus, je pourrai répondre comme Bartimée en me mettant en chemin ! Voilà qu’Il me regarde : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Très bon dimanche de la Journée missionnaire.

By P.Protogène BUTERA

Espagne: Un évêque tombe amoureux d’une autrice de romans sataniques

C’est en 2010 qu’il était désigné évêque de Solsona, communauté de 9000 âmes. A 41, il était ainsi devenu le plus jeune évêque d’Espagne(en Catalogne). Dans son exercice épiscopal, Mgr Xavier Novell Gomà était considéré comme conservateur parce qu’anti-homosexuel(déviation dont il faut se faire guérir par la prière!), anti-avortement et anti-divorce.

Pour « des raisons strictement personnelles », il a présenté sa démission au Pape. Le 23 aout 2021, cette démission a été acceptée si rapidement par le Vatican que même les prêtres de son diocèse étaient surpris.

Mgr Xavier Novell

Médiatisé par la cause indépendantiste qu’il défendait ardemment, les médias espagnols ne l’ont pas laissé en paix. C’est le quotidien El Pais qui a révélé que l’ex-évêque est tombé amoureux d’une femme psychologue de profession et autrice de romans tant érotiques que sataniques.

La haine dans le pré et dans la bergerie

A cause de ses positions et de ses désaccords avec l’Église du Pape François, 11 ans d’épiscopat ont été un calvaire pour lui et ont créé plus d’inimitiés que d’amitiés autour de lui. Il ne sentait que la haine dans la bergerie. Quoi d’anormal de chercher refuge dans le pré d’amour?

Ironie du sort. A 52 ans, celui qui « n’aimait pas les minijupes dans la messe », s’abandonne, de surcroit, dans les mains de Silvia Caballol Clemente(38 ans), divorcée et mère de deux enfants!

Silvia Caballol(Wikipedia)

Installé chez elle, à Manrese, en attendant un job d’ingénieur agronome, pourra-t-il se marier comme ils le souhaitent tous les deux, et cautionner ainsi le mariage des divorcés dont il ne voulait pas entendre parler avant?

By P.B

Méditation du dimanche: Ouvre-toi à la vie!

Ceux que Jésus a fortifiés par sa parole et son pain dans chaque eucharistie quotidienne ou dominicale, un message de rappel est lancé : « Voici votre Dieu »auquel il est salutaire de tourner entièrement les regards.

La liturgie de ce vingt-troisième dimanche du temps ordinaire B, nous révèle le visage de Dieu comme un bon parent qui ne fait pas de différences entre ses enfants mais les entoure de tout son amour car Dieu le Père nous a montré de quel amour il nous aime en nous envoyant son Fils devenu notre Seigneur et not Sauveur.

Parole vivante du Père, ce Fils s’adresse à ceux qui ont des difficultés de la vie, sont malades, et parfois dans des territoires appauvris ou abandonnés. Dans ces territoires, ceux qui l’écoutent ne peuvent ne pas l’aimer. Profondément touchés de l’intérieur et rendus riches dans la foi, ils le proclament librement et le font connaitre partout dans la mesure où il les a aidés à parler correctement.

Peut-être que la même mission est perpétuée par les professionnels qui ont reçu le don et la formation de poser des gestes qui sauvent : orthophonistes (correction de la voix), kinésithérapeutes ou masseurs(qui savent où poser la main pour soulager la douleur…). Encore qu’ils le fassent sans lien avec la foi, il y en a qui croient pourtant à la puissance de la main invisible.

En même temps, ceux que Jésus a fortifiés par sa parole et son pain dans chaque eucharistie quotidienne ou dominicale, un message de rappel est lancé : « Voici votre Dieu »auquel il est salutaire de tourner entièrement les regards.

N’est-ce pas Lui que nous recevons comme « Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » ? Il s’adresse ainsi à chacun, avec soupir : « Effata, ouvre-toi ». Oui, ouvre-toi à la bonne nouvelle ! Le Seigneur vient te guérir pour que tu ne rentres pas triste parce que tu as manqué des honneurs que tu chérissais tant ou attendais absolument.

Aujourd’hui, il me guérit de mon affolement pour retrouver la paix et la joie auprès de celui qui « a bien fait toutes choses » ! Quelle bonne nouvelle ! Pourquoi ne pas dire ou chanter comme le Psalmiste : « Je veux louer le Seigneur tant que je vis » ?

Très bon dimanche pour vous et les vôtres.

By P.Protogène BUTERA

RWANDA: L’EAU, ressource importante mais difficile d’accès

Les Rwandais qui habitent dans les montagnes font de nombreux kilomètres pour pouvoir s’approvisionner en eau. Une vraie contradiction. Faute de moyens ou d’infrastructures…

Le territoire rwandais dispose d’une grande richesse hydraulique: ses lacs,
ses rivières, l’eau qui descend des montagnes… Je suis surprise par ces grandes diversités. Petit pays , intérieur d’Afrique, tourné vers ses lacs!

Le problème, c’est que les Rwandais qui habitent dans les montagnes font de nombreux kilomètres pour pouvoir s’approvisionner en eau. Une vraie contradiction. Manque de moyens ou d’infrastructures(pompes) pour faciliter l’accès à ce bien abondamment répandu dans ce pays?

Ce n’est pas beau seulement pour les touristes! Les Lacs KIVU à l’Ouest et MUHAZI à l’Est sont vraiment de joyaux de la nature. C’est une grande joie de les traverser en petits bateaux artisanaux.

A lire sur https://sourireauxmillecollines.wordpress.com/2021/06/04/leau-une-ressource-importante-au-rwanda/

Paroisse MUYANGE: Le fruit du soutien des amis de RENNES

Après avoir reçu cette aide envoyée par les amis du Diocèse de RENNES, les membres du Creuset du Pardon ont vite commencé les activités de fabrication des paniers et les filles-mères ont entamé la couture.



Depuis l’année 2019, lors de leur visite au Rwanda, le groupe des amis du Diocèse de RENNES en France, sont arrivés dans le Diocèse de CYANGUGU. En parcourant notre Diocèse de CYANGUGU, ils ont pu arriver au sein de la Paroisse MUYANGE.

De retour en France, Catherine, Michel et le groupe ont senti combien les membres du Creuset du Pardon avaient besoin de vivre ensemble et d’être unies, mais qu’ils n’avaient pas assez de moyen financier pour soutenir leurs petits projets de développement économique. C’est pour cette raison que ce groupe a décidé de leur venir en aide. Le premier lot de leur aide a permis de réaliser les activités que voici:

  • Acheter du matériel de la vannerie dans le cadre de la fabrication des paniers.
  • Organiser une formation des membres à la fabrication de ces paniers.
  • Payement du perdiem à la formatrice.
  • Acheter une machine à coudre pour les filles-mères.

L’AIDE A DONNE DU FRUIT


Après avoir reçu cette aide envoyée par les amis du Diocèse de RENNES, les membres du Creuset du Pardon ont vite commencé les activités de fabrication des paniers et les filles-mères ont entamé la couture.

Malgré le Covid, les réunions régulières de l’association ont été organisées dans le cadre de rebâtir la cohésion sociale et les rencontres hebdomadaires ont été aussi faites.
L’achat du matériel se continue pour renforcer les activités de vannerie et la fabrication des paniers. En espérant de trouver un marché …

Tout lire sur: https://sourireauxmillecollines.wordpress.com/muyange-rwanda-le-creuset-du-pardon-et-ses-amis-francais/

LE NOUVEL EVÊQUE DE CYANGUGU ACCUEILLI PAR LA PAROISSE NYABITIMBO

Après son passage à la Paroisse RASANO, le nouvel évêque de Cyangugu, Mgr Edouard SINAYOBYE a été accueilli par la Paroisse NYABITIMBO qui a donné naissance à Rasano.

Il vient de découvrir ainsi les deux paroisses situées dans la région d’UBUSOZO. Il était accompagné par Mgr Célestin Hakizimana, Administrateur apostolique jusqu’à l’ordination épiscopale le 25 mars dont voici l’invitation:

Publicités

Avec le Chancelier, P. Athanase KOMERUSENGE, ils ont rencontré les prêtres en mission dans cette paroisse: le curé, RUKUNDO François Xavier, le Vicaire-économe, UMWANZAVUGAYE Calliope. Le troisième, Abbé HATEGEKIMANA Faustin était parti se faire soigner à l’hôpital.

Devant le presbytère de Nyabitimbo(à gauche):P. Calliope, Mgr Célestin, Mgr Edouard, P. Xavier et P. Athanase

Quant aux paroissiens , ils les ont accueillis joyeusement sous les danses et les tambours.

Tous ont pris le temps d’admirer les infrastructures disposées sur cette montagne bien perchée, en face du BURUNDI.

Avec quelques chrétiens, prêtres et ces deux évêques ont saisi de l’occasion pour faire l’Adoration du Très Sacrement dans cette église dédiée à Notre Dame, Mère de Dieu.

Un périple qui s’est achevé dans la paroisse de Mashyuza, traversant de la sorte toutes les paroisses frontalières du BURUNDI, et donc les plus éloignées de l’évêché de Cyangugu. Ainsi, le nouvel évêque sera à même de « pourvoir d’une manière plus adaptée au bien des fidèles » dont il aura connu « les besoins dans le contexte social où ils vivent »(Christus Dominus n°16,§5)

By Protogène BUTERA

RUSIZI: ELEVES ET ENSEIGNANTS FACE A LA PLUIE DANS DES ECOLES INACHEVEES(vidéos)

Dans le District de RUSIZI(Ouest du Rwanda),beaucoup de nouvelles classes n’ont pas été achevées avant la réouverture des écoles. Le taux d’occupation, sinon de surpopulation, est encore élevée. Le problème n’a pas été résolu. Le but de construction de nouvelles salles n’a pas été atteint.

Or, au Rwanda, on est dans la période des pluies. La situation est vraiment désastreuse. Faute d’information et de concertation, élèves et enseignants peuvent avoir l’impression d’être abandonnés par les autorités. Certes, il y a des régions qui sont devenues inaccessibles à cause des pluies même: ponts coupés ou routes complètement boueuses..

Mais, pourquoi les organisateurs de ces travaux de construction n’ont pas tout anticipé pour terminer à temps comme dans les Districts de l’Est, par exemple? Sur ces 2 vidéos, regardez le désarroi de ces établissements lorsqu’il pleut:

  1. A MUNYOVE(Secteur Gihundwe)
Publicités

2. A NYABIGOMA( Secteur Bweyeye)

Sans doute que tout cela va être corrigé immédiatement.

Posté par E.G

EXPANSION DES ÉCOLES CATHOLIQUES A RASANO

La Paroisse RASANO se situe , administrativement, dans le District de RUSIZI(Ouest du Rwanda), dans les deux Secteurs (Imirenge) BWEYEYE(à l’Est) et BUTARE (à l’Ouest). Ces deux Secteurs comptent sept Cellules (Utugari) qui sont :Nyamuzi, Gikungu, Kiyabo , Murwa (là où il y a l’EP NYABIGOMA ) et Rasano (là où il y a le siège de la Paroisse).

Les deux autres Cellules (Nyamihanda et Rwambogo )se trouvent dans le Secteur de BUTARE. Les fidèles catholiques de notre Paroisse sont ainsi éparpillés au sein des 36 Villages (Imidugudu)dont la grande partie(au Nord)est entourée par la forêt naturelle de NYUNGWE(Parc National).

Du côté du Secteur de BUTARE, il y a seulement deux écoles catholiques: NYAMIHANDA et BAYUMBA. Quant au côté de BWEYEYE, il n’y a qu’une: NYABIGOMA A. Suivez tout sur: https://sourireauxmillecollines.wordpress.com/2021/02/26/expansion-des-ecoles-catholiques-a-rasano/

Le Père Francis LASSALLE en photos

Comme vous le savez, le Père Francis est décédé le 12 février et enterré le 17 février 2021. Ici, je vais rafraichir votre mémoire par ses photos lors de l’anniversaire de ses 60 ans du Sacerdoce(2016).

Gardons encore ces beaux souvenirs.

By P.Protogène BUTERA

%d blogueurs aiment cette page :