Espagne: Un évêque tombe amoureux d’une autrice de romans sataniques

C’est en 2010 qu’il était désigné évêque de Solsona, communauté de 9000 âmes. A 41, il était ainsi devenu le plus jeune évêque d’Espagne(en Catalogne). Dans son exercice épiscopal, Mgr Xavier Novell Gomà était considéré comme conservateur parce qu’anti-homosexuel(déviation dont il faut se faire guérir par la prière!), anti-avortement et anti-divorce.

Pour « des raisons strictement personnelles », il a présenté sa démission au Pape. Le 23 aout 2021, cette démission a été acceptée si rapidement par le Vatican que même les prêtres de son diocèse étaient surpris.

Mgr Xavier Novell

Médiatisé par la cause indépendantiste qu’il défendait ardemment, les médias espagnols ne l’ont pas laissé en paix. C’est le quotidien El Pais qui a révélé que l’ex-évêque est tombé amoureux d’une femme psychologue de profession et autrice de romans tant érotiques que sataniques.

La haine dans le pré et dans la bergerie

A cause de ses positions et de ses désaccords avec l’Église du Pape François, 11 ans d’épiscopat ont été un calvaire pour lui et ont créé plus d’inimitiés que d’amitiés autour de lui. Il ne sentait que la haine dans la bergerie. Quoi d’anormal de chercher refuge dans le pré d’amour?

Ironie du sort. A 52 ans, celui qui « n’aimait pas les minijupes dans la messe », s’abandonne, de surcroit, dans les mains de Silvia Caballol Clemente(38 ans), divorcée et mère de deux enfants!

Silvia Caballol(Wikipedia)

Installé chez elle, à Manrese, en attendant un job d’ingénieur agronome, pourra-t-il se marier comme ils le souhaitent tous les deux, et cautionner ainsi le mariage des divorcés dont il ne voulait pas entendre parler avant?

By P.B

Haïti: Le président Jovenel Moïse et son épouse assassinés chez eux

Mercredi matin 7 juillet, le Président haïtien Jovenel Moïse a été assassiné chez lui par un commando formé d’éléments étrangers, a annoncé le Premier Ministre sortant Claude Joseph.

L’épouse du Président ,Martine Moïse a été blessée aussi dans cette attaque et hospitalisée mais n’a pas survécu de ces blessures. Elle serait morte avant d’être évacuée à l’étranger.

Martine Moise, Première Dame morte à 47 ans

Compte tenu des réactions insoupçonnées des Haïtens, l’ex-Premier Ministre a appelé la population au calme et indiqué que la police et l’armée allaient assurer le maintien de l’ordre.

La nation et la démocratie sont en jeu

Dans son communiqué officiel l’ex-Premier Ministre, Claude Joseph a donné tous les détails de l’assassinat:« Vers une (1) heure du matin, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, un groupe d’individus non identifiés, dont certains parlaient en espagnol, ont attaqué la résidence privée du Président de la République et ainsi blessé mortellement le Chef de l’Etat. Blessée par balle, la Première Dame prend les soins que nécessite son cas.

Condamnant cet acte odieux, inhumain et barbare, le Premier Ministre a.i, le Dr. Claude Joseph, et le CSPN appellent la population au calme. La situation sécuritaire du pays est sous le contrôle de la Police Nationale d’Haïti et des Forces Armées d’Haïti.

Toutes les mesures sont prises afin de garantir la continuité de l’Etat et protéger la Nation.

La démocratie et la République vaincront.

Dr. Claude Joseph Premier Ministre a.i »

Changement de gouvernement mal accepté?

Le président Moise venait tout juste de nommer lundi(5 juillet) un nouveau Premier ministre en la personne d’Ariel Henry, avec pour mission d’organiser des élections. Celui-ci n’a pas encore réagi.

Homme des affaires de 53 ans, Jovenel avait été élu président en 2016 et pris ses fonctions le 7 février 2017. Certains considéraient qu’il avait dépassé son mandat alors que lui pensait l’achever en 2022! Une situation qui lui valait d’être confronté à une vive défiance.

Tout un pays plongé dans l’incertitude

Sur fond d’incompréhension, fallait-il le tuer? Est-ce un coup monté? Haïti va-t-il vivre le même scenario qu’l y a plus d’un siècle, en 1915, quand le président d’alors, Vilbrun Guillaume Sam, fut assassiné, entrainant l’intervention armée des États-Unis?

La triste nouvelle vient donc déstabiliser en profondeur le climat politique et sécuritaire de ce petit pays, le plus pauvre des Caraïbes, déjà bien fragile et gangrené surtout par des gangs pratiquant rançons et enlèvements.

Dans ce contexte, le Premier Ministre sortant rassure: « Les assassins du Président Jovenel Moïse vont payer pour ce qu’ils ont fait devant la justice, gardez votre calme la sécurité du pays est sous contrôle. Forces vives de la Nations, cherchons l’harmonie, avançons ensemble pour que le pays ne sombre dans dans le chaos« 

C’est à celui-ci de résoudre « les problèmes de l’heure » qu’il avait soulevés:

Etat de siège et fermeture de l’aéroport international

Le Premier ministre a déclaré l’« état de siège » octroyant des pouvoirs renforcés à l’exécutif quelques heures après l’assassinat du président. « Dans la stricte application de l’article 149 de la Constitution, je viens de présider un Conseil des ministres extraordinaire et nous avons décidé de déclarer l’état de siège sur tout le pays », a-t-il déclaré.

De plus, l’aéroport international de Port-au-Prince Haïti est fermé et les avions font demi-tour sans atterrir.

Ainsi, la compagnie aérienne haïtienne Sunrise Airlines annonce ceci: »En raison de la situation actuelle en Haïti, tous les vols sont annulés et retardés jusqu’à nouvel ordre, afin de protéger le personnel, les passagers et les équipements. Tous les billets seront modifiés gratuitement dans un délai de 6 mois… »

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell qui s’est dit « choqué » par l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse mercredi, craint que « ce crime entraine un risque d’instabilité et d’une spirale de violence »(sur son compte Twitter)

Paix et sécurité à tous les Haïtiens.

By Protogène BUTERA

FRANCE-RWANDA: Qui est Antoine ANFRE, ambassadeur accepté par KIGALI?

Ce samedi 12 juin 2021, le Conseil du cabinet des ministres dirigé par le président de la République, Paul KAGAME, a accepté la nomination de Mr Antoine ANFRE comme nouvel ambassadeur de la FRANCE au RWANDA, siège de Kigali qui était vacant depuis 2015.

Né le 7 janvier 1963, Antoine René ANFRE est considéré comme un connaisseur des dossiers des Grands Lacs. Secrétaire de l’ambassadeur de France à Kampala, Uganda(nord du Rwanda)entre 1987-1991(période de la naissance du Front Patriotique du Rwanda, FPR), il a été maintes fois cité dans le rapport Duclert sur la France, le Rwanda et le génocide des Tutsi-1990-1994.

Lui qui était sous-préfet de LIMOUX(2000-2003 ) a été aussi conseillé à l’ambassade de France en Turquie et au Kenya(2006-2009) ainsi qu’ au Royaume-Uni(2011-2014). Le seul pays où il a été comme ambassadeur, c’est au Niger(2014-2015)qui l’a chassé rapidement pour ses prises de position anti-gouvernementale.

La validation du choix de Paris par Kigali est-elle vraiment la concrétisation des volontés politiques de deux présidents, Emmanuel MACRON et Paul KAGAME, de normaliser les relations politico-diplomatiques de leurs pays respectifs? Il est permis de douter.

Emmanuel Macron et Paul Kagame à Kigali

Qualifié de « rwandophile » par Aujourd’hui au Fasso, Antoine ANFRE n’est-il pas nommé principalement pour les intérêts de la France? Sera-t-il capable d’assainir ce qui reste de ces relations(franco-rwandaises) et tenir le tempo pour longtemps? L’histoire nous dira si E.MACRON a été bien inspiré ou s’il n’a pas fait des erreurs d’appréciation! Est-ce que l’activité de cet ambassadeur ne sera pas de courte durée comme au Niger?

By P.Protogène BUTERA

Démocratie ou l’arrogance du plus fort!

Dans son encyclique Fratelli Tutti, surtout les numéros 14 et 15, le Pape François a fait une analyse de la démocratie qui pourra marquer les siècles. En tant que Chef d’un petit Etat du monde(Vatican), il était dans son droit d’indiquer ce qui fait la force d’un pays ou d’un peuple.

Même quand il rencontre les présidents ou les sultans musulmans, le Pape François ne cesse pas de rappeler cette idée essentielle:  » chaque peuple doit s’inspirer de ses propres valeurs pour construire un système politique digne de lui. « 

Ainsi, au nom de cette dignité, il affirme que « les peuples qui aliènent leur tradition, et qui par une manie imitative, par violence sous forme de pressions, par une négligence impardonnable ou apathie, tolèrent qu’on leur arrache leur âme, perdent, avec leur identité spirituelle, leur consistance morale et, enfin, leur indépendance idéologique, économique et politique ».

Instrumentalisation des mots

Par quels moyens ces peuples peuvent-ils garder leur indépendance? Le Saint Père en établit d’abord une mise en garde : »Un moyen efficace de liquéfier la conscience historique, la pensée critique, la lutte pour la justice ainsi que les voies d’intégration consiste à vider de sens ou à instrumentaliser les mots importants. « 

Et il se pose la question: « Que signifient aujourd’hui des termes comme démocratie, liberté, justice, unité ? Ils ont été dénaturés et déformés pour être utilisés comme des instruments de domination, comme des titres privés de contenu pouvant servir à justifier n’importe quelle action. »

Jeu de soupçon et de disqualification

Pour le Pape, les obstacles ne viennent que de l’esprit de domination qui hante certains pays dont la stratégie qu’ils ont trouvée la meilleure pour avancer comme ils veulent est de « semer le désespoir et de susciter une méfiance constante, même sous le prétexte de la défense de certaines valeurs. Aujourd’hui, dans de nombreux pays, on se sert du système politique pour exaspérer, exacerber et pour polariser. « 

Par divers procédés, continue-t-il, le droit d’exister et de penser est nié aux autres, et pour cela, on recourt à la stratégie de les ridiculiser, de les soupçonner et de les encercler. Leur part de vérité, leurs valeurs ne sont pas prises en compte, et ainsi la société est appauvrie et réduite à s’identifier avec l’arrogance du plus fort.

Quelles sont les conséquences? Pour lui, elles sont de l’ordre politique car, vu ce qui précède, « la politique n’est plus une discussion saine sur des projets à long terme pour le développement de tous et du bien commun, mais uniquement des recettes de marketing visant des résultats immédiats qui trouvent dans la destruction de l’autre le moyen le plus efficace. Dans ce jeu mesquin de disqualifications, le débat est détourné pour créer une situation permanente de controverse et d’opposition.« 

A ce niveau, il est difficile de trouver ce qui doit être considéré comme un bien commun à protéger, car chacun ne regarde que ses intérêts. Quelle vie quand l’autre est nié ou réduit au néant? Pour suivre toute la pensée du Pape ou au moins lire les 14-15 numéros, lisez:

By P.Protogène BUTERA

OUEST DU RWANDA : Éruption de NYIRAGONGO et attaque de BWEYEYE, quelle coïncidence?

Au Nord-Kivu, toute la région a été tellement touchée que l’on serait tenté de parler de malheur ou de malédiction même!!Il s’agit surtout de la région de l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) se trouvant au Nord-Ouest du Rwanda , là où il y a une chaine de volcans dont deux sont encore en activité(NYIRAGONGO et NYAMURAGIRA)

Dès Samedi 22 mai 2021, le danger est venu de l’éruption du Volcan NYIRAGONGO qui a fait plus de 30 victimes, plus de 100 000 enfants séparés de leurs parents qui sont exilés au Rwanda (dans la Province de l’Ouest, District RUBAVU)ou dans d’autres régions voisines de Goma(Sake…)

Les conséquences sont multiples de l’autre côté du Rwanda! Les laves qui sont sorties du chemin, coulent jusqu’aux champs rwandais et endommagent des plantations.

Pire encore, l’éruption de ce Volcan est suivi d’une fréquence terrible de tremblements de terre qui nous arrivent aussi bien à Kigali qu’à Rasano. Ces tremblements ont aussi causé les grandes fissures du sol : les routes, les hôtels ,les écoles , les maisons sont détruites . ..

BWEYEYE attaqué?

Comme si le malheur appelle le malheur, une autre mauvaise nouvelle s’en est ajoutée: dans la nuit de dimanche 23 mai, une dizaine de rebelles ont attaqué le Secteur BWEYEYE, dans la Cellule NYAMUZI (l’une de 5 Cellules de BWEYEYE dont fait partie RASANO) tout près du Parc National de Nyungwe . Ils provenaient de la forêt de KIBIRA ,prolongation de Nyungwe , du côté du Burundi(Commune MABAYI) .

Tout lire sur: sourireauxmillecollines.com/ouest-du-rwanda-eruption-volcanique-de-nyiragongo-et-attaque-militaire-de-bweyeye/

IBIDUKIKIJE: INGARUKA Z’IRUKA RY’IKIRUNGA CYA NYIRAGONGO

Mu gihe cy’amasaha atatu bimenyekanye, abagera ku bihumbi 3500 bari bamaze guhungira mu Rwanda mu mujyi wa Gisenyi. Uko bwagiye bucya ni ko abaturage bagiye baba benshi

Amakuru y’iruka ry’ikirunga cya NYIRAGONGO yatangiye kumenyekana ku mu goroba w’uyu wa gatandatu tariki ya 23 ubwo amahindure (laves)yatangiraga gusohoka hanze ku gasongero k’icyo kirunga akamanuka atwika imisozi ntacyo asize inyuma, maze hejuru y’umujyi wa Goma hakuzura ibicu by’umutuku uvanze n’umuhondo.

La coulée des laves(umushongi w’amakoro wamanukaga)

Imiterere y’iki kirunga

Ikirunga cya Nyiragongo ni ikirunga kimaze imyaka itari mike kibayeho, kikaba giherereye mu burasirazuba bw’ Igihugu cya RD.Congo, nko mu birometero icumi ( km10) uvuye mu mujyi wa Goma uhana imbibi n’u Rwanda mu burengerazuba bwarwo, mu Karere ka Rubavu, umujyi wa Gisenyi.

Icyo kirunga cyigeze kuruka ahagana mumwaka 1977, ubwo abasaga 600 bahaburiraga ubuzima ndetse hakanangirikira byinshi. Cyaherukaga kuruka na none mu mwaka wa 2002 aho abagera kuri 250 bahasize ubuzima n’abasaga 120000 bagasigara badafite aho kuba ndetse hakangirika byinshi ku kigereranyo cya 20% cy’abaturage b’umujyi wa Goma.

Nta bimenyetso bya vuba

Ibimenyetso by’uko icyo kirunga kigiye kongera kuruka byari byatangiye kugaragara mu mwaka wa 2020. Muri uyu mwaka nta bimenyetso cyagaragaje. Gusa ubusanzwe ni cyo kirunga giteje impagarara kurusha ibindi biri muri parike y’Ibirunga/ Virunga , iri hagati ya RD. Congo, Uganda ndetse n’u Rwanda. Kuba kitarazima, bituma abaturage batari bake baturiye imijyi ya Goma na Gisenyi bahora bahangayitse.

Muri iyi minsi y’ibigeragezo, Inzego z’umutekano za Kongo n’ikigo cy’igihugu gishinzwe imiterere y’ibirunga(Observatoire vulcanologique)bakoze iyo bwabaga ngo baburire abaturage uko bagomba kwitwara n’ibice bagomba kwerekezamo bahunga.

Ingaruka ni nyinshi

Mu gihe cy’amasaha atatu bimenyekanye, abagera ku bihumbi 3500 bari bamaze guhungira mu Rwanda mu mujyi wa Gisenyi. Uko bwagiye bucya ni ko abaturage bagiye baba benshi, bagahunga berekeza mu Rwanda, bitwaje ibikoresho byabo harimo n’ibiryamirwa.

Baje ijoro ryose bambuka umupaka w’u Rwanda

Mu gitondo cyo ku cyumweru tariki ya 23 Gicurasi, umuyobozi w’umujyi wa Gisenyi yatangarije Radio Rwanda ko abari hagati ya 5000-7000 b’abaturage ba RD.Congo bamaze guhungira mu Rwanda. Yongeyeho ko mu ijoro ribanza, hagaragaye umubare w’abatari bake bari bahagaze ku mupaka uhuza u Rwanda na Congo(Petite Barrière) uri i Rubavu mu mujyi wa Gisenyi.

Ubwinshi bw’impunzi…

Hagati aho, kuri uyu wa mbere tariki 24, byagaragaye ko umuriro w’amashanyarazi wari wabuze mu bice byinshi by’umujyi wa Goma ,ndetse ko n’umuhanda munini uyihuza n’uwa Beni wari wuzuriwe n’amahindure(laves) ava muri icyo kirunga.

N’ubwo abantu 15 ari bo byari bimaze kumenyekana ko bahasize ubuzima, ku ruhande rw’u Rwanda naho imitingito ya hato na hato imaze kwangiza byinshi birimo amazu, imihanda n’imyaka mu mirima.

Imirima, amazu n’imihanda byangiritse

Byumvikane ko mu minsi iri imbere, hashobora kuba ikibazo cy’ibiribwa ku masoko kuko imihanda y’ingenzi binyuzwamo yafunganye bikomeye. Si abarwayi gusa mu bitaro kubera indwara zizaterwa n’ibura ry’amazi(imiyoboro yacikaguritse), ni no kwitega inzara mu baturage, haba i Goma cyangwa i Rubavu.

Posté par Eugène Be.

USA-Afghanistan: Vingt ans de guerre sans fin et sans raison!

Le retrait des 2 500 soldats américains encore déployés en Afghanistan constitue “la plus grande surprise des 100 premiers jours de Joe Biden à la présidence, en matière de politique étrangère”

Aux Talibans, la pourpre des vainqueurs! Ce samedi 1 mai 2021, l’armée américaine a commencé à se retirer d’Afghanistan après 20 ans d’une guerre sans fin parce que conçue comme une expédition punitive visant à anéantir les Talibans après les attentats du 11 septembre 2001.

Ils étaient arrivés en sauveurs!

Le discours officiel américain est évidemment bien différent, observe la BBC. “Le président américain Joe Biden estime que le retrait des troupes est justifié car les forces américaines ont veillé à ce que le pays ne puisse plus servir de base à des jihadistes étrangers pour planifier des attaques contre l’Occident”

Pour Axios, le retrait des 2 500 soldats américains encore déployés en Afghanistan constitue “la plus grande surprise des 100 premiers jours de Joe Biden à la présidence, en matière de politique étrangère”, et la décision est loin d’avoir fait l’unanimité dans l’entourage du président.

Publicités

Il aura fallu pour cela “une guerre sans fin” de 20 ans – selon les mots de Joe Biden – ayant coûté la vie à plus de 2 000 soldats américains et plusieurs dizaines de milliers de civils afghans, pour une facture totale de plus de 1 000 milliards de dollars.

Une guerre aux fruits amers

Ce retrait peu glorieux montre incontestablement que cette guerre n’avait pas de raison d’être. Il pose même la question de savoir si, au cas où les talibans s’empareraient du pouvoir, ne laisseront pas Al-Qaïda utiliser à nouveau l’Afghanistan comme base arrière pour mener ses attaques contre ses ennemis occidentaux t?

Sans avouer directement leur échec, « les Américains abandonnent vraiment ce pays dans un état pire encore qu’en 2001”. Ils regretteront une telle débandade qui laisse le gouvernement de Kaboul dans les griffes des Talibans, prêts à fêter leur victoire.

Par contre, si les forces américaines ont commencé par quitter Kandahar le 6 mai 2021, le report du retrait total de toutes les troupes au 4 juillet plutôt que le 11 septembre va-t-il abaisser le courroux des Talibans et les amener à diminuer leurs attaques. Rien n’est moins sûr!

Retour pour une prochaine guerre plus convaincante.

Quel retour à la raison ! Et si Joe Biden se préparait à une offensive discrète pour une guerre de plus grande envergure ? Peut- il accepter d’être considéré un jour par l’histoire comme le seul président américain de ces derniers siècles à être si pacifique qu’il n’aurait pas mis les autres nations sous ses pieds et les pulvériser par ses drones mortifères?

Le problème Corée du Nord
Ennemi numéro 1?

Non, les Américains ne le lui pardonneraient pas. Il doit tester l’efficacité de son arsenal et la primauté de sa puissance. Ce ne sera peut-être pas avec la Russie mais le Nord-coréen ou l’Iranien! Comme toute rapace, l’Oncle SAM veille sur sa prochaine proie.

By P.Protogène BUTERA

RDC: Eruption du volcan NYIRAGONGO confirmée par le Gouverneur militaire

Nous confirmons l’éruption du volcan NYIRAGONGO depuis ce samedi 22 mai vers 19h00. La coulée des laves se dirige vers le RWANDA

Selon Radio Okapi, le lieutenant général Constant Ndima, le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, confirme l’éruption du volcan de Nyiragongo. Il l’a annoncé samedi 22 mai(21h00) lors d’une adresse à la population.

« Je porte à la connaissance de la population de la ville de Goma (Nord-Kivu) et ses environs que l’observatoire volcanologique et la protection civile confirment l’éruption du volcan Nyiragongo depuis ce samedi 22 mai vers 19 heures », a déclaré le gouverneur militaire Constant Ndima.

Il indique que les investigations sont en cours et appelle la population à garder son calme.

« La population doit suivre les instructions du coordonnateur provincial de la protection civile, selon le plan de contingence en vigueur. La Police et l’armée vont donner des amples explications à la population pour la canaliser vers les directions où elle sera en sécurité », a recommandé le gouverneur militaire, Constant Ndima.

Eruption douce aux laves se dirigeant vers le Rwanda.

Situé au Nord de la Ville de Goma et du lac Kivu,et à l’Ouest du Rwanda(Gisenyi),le Volcan de Nyiragongo a une altitude de 3 470 m surplombant les montagnes des Virunga.

Ce samedi, l’odeur de souffre dans un ciel rouge faisait fuir les habitants de la ville. Comme MONUSCO et l’observatoire volcanologique affirment que « la coulée des laves se dirige vers le Rwanda », Goma ne risque pas de connaître les mêmes dégâts qu’en janvier 2002 où plus de cents personnes y avait perdu la tête.

Il s’agit d’une éruption jugée « douce », car la plus meurtrière est celle de 1977 qui avait fait plus de 600 morts. Cela n’empêche pas de faire plus d’attention:

Infos à suivre…

RWANDA-RDC : Les femmes congolaises réagissent aux propos de Paul Kagame

Les propos du président rwandais, Paul Kagame, sur la situation sécuritaire en RDC ont provoqué une vague d’indignation surtout des femmes volant au secours du Docteur Denis MUKWEGE

Lors d’un entretien accordé à France 24 et RFI ce mardi 17 mai, le président rwandais Paul Kagame a abordé les massacres à l’Est de la RDC, l’état de siège ainsi que le rôle et la mission de la Monusco.

Ces propos ne sont pas passés inaperçus et suscitent une vague de réaction. Julienne Lusenge, Rose Kahambu et Tatiana Mukanire, ont appelé la CPI à réagir, l’Etat congolais à faire respecter son territoire et son peuple, avant d’assurer leur soutien au prix Nobel de la paix qui a lui aussi fait l’objet de vives critiques lors de cette entrevue. 

Flot d’indignations

Julienne Lusenge, présidente de la SOFEPADI et du Fonds pour les femmes congolaises (FFC)le fait savoir: « Je pense à ce que Paul Kagame et tous les Rwandais peuvent ressentir lorsqu’on essaye de nier le génocide de Kigali. C’est ce même sentiment que les Congolais ont eu à l’égard des propos tenus par Kagame. Il ne peut pas continuer à cracher sur les os des cadavres congolais qui l’ont enrichi, qui ont enrichi le Rwanda. En tant qu’être humain, il faut à un moment arrêter de se moquer des morts. Les Rwandais veulent à ce que les meurtres commis à Kigali en 1994 soient reconnus. Les Congolais ont le plein droit de réclamer la même chose. Ses propos sont un mépris total de l’être humain .»

Publicités

Et Rose Kahambu Tuombeane, Coordonnatrice de la Dynamique des femmes pour la bonne gouvernance (Dyfegou) et à la tête d’une délégation en quête de la paix à l’Est s’en offusque: « Ces propos démontrent clairement qu’il est le grand et le principal auteur intellectuel de tous les crimes qui se passent à l’Est. Il est anormal que le président d’un pays voisin puisse banaliser à ce niveau, la question des massacres, des conflits, des crimes qui se commettent à l’Est de la RDC »

Tatiana Mukanire, présidente du Mouvement des survivantes des violences sexuelles, elle, s’interroge: « Les propos du président Paul Kagame sont des propos insultants la mémoire des milliers de morts en RDC et toutes ces femmes dont les corps ont été utilisés comme armes de guerre tout comme moi. Ce ne sont pas des propos qui méritent d’être tenus.  Comment on peut cracher sur 5.000.000 de morts cités dans le rapport de Mapping ? »

Propos qui devraient attirer l’attention de la CPI

Concernant le Rapport Mapping, Rose Kahambu a une proposition qu’elle juge indispensable: « Je pense que, étant donné qu’il s’est exprimé dans les médias internationaux, la Cour pénale internationale devrait se saisir de Paul Kagame. Les Nations Unies ont produit un rapport (Mapping) qui identifie plusieurs crimes commis en RDC, et le président d’un pays voisin à la RDC, de surcroit qui partage ses frontières avec la partie Est de la RDC où sont commis ces massacres, qui les banalise, je pense vraiment qu’il devrait être interpellé par la CPI.

Nous attendons cette réaction de la part de la Cour Pénale Internationale. Au cas où cela ne se fait pas, nous allons dénoncer la passivité de la Communauté internationale. Son interpellation aidera ou éclairera la justice internationale à pouvoir réunir les éléments nécessaires pour que la vérité éclate »

Etat de siège : Kagame n’a pas de leçon à donner au président de la RDC

Ces propos de Paul Kagame ont été tenus alors que la RDC a décrété l’Etat de siège, le 04 mai dernier en réponse aux conflits armés dans la partie Est du pays où les gouverneurs civils ont été remplacés par les gouverneurs militaires.

Julienne Lusenge émet ses observations: « Nul n’a le droit de porter un jugement sur l’action du Chef de l’Etat. Kagame n’a pas de leçon à donner au président de la RDC. Il peut planifier ses actions dans son pays et laisser la RDC agir. Il ne doit pas se moquer des gens. Je sais que les Congolais sont déterminés à accompagner cette action, les populations veulent aussi que cette action réussisse parce que c’est l’un des nos derniers remparts pour restaurer la paix à l’Est. Kagame sait que si la paix est rétablie à l’Est, il ne pourra plus construire Kigali » !

Publicités

Tout en modérant un peu, Tatiana Mukanire  n’épargne pas son pays: « L’Etat de siège est impliqué dans la situation sécuritaire à l’Est de notre pays. Il n’a pas le droit d’en parler parce que le Congo est un pays indépendant. Je pense que les FARDC font leur travail et nous sommes tous derrière les Forces armées pour que cette insécurité qui a détruit notre communauté cesse. Nous devons nous entraider pour qu’il y ait un tribunal international de la RDC. L’Etat devrait avoir la force de se faire respecter pour tous les crimes subis par sa population »

Par rapport au docteur Mukwege, Rose Kahambu est dépassée par ses transports: « je pense qu’il tente de menacer, d’intimider le grand défenseur des droits de l’homme en RDC pour que les autres qui l’accompagnent dans cette lutte se découragent. Mais cela ne va pas atteindre les cœurs et les esprits pourtant révoltés. Ce sont des racontars. Un auteur ne peut pas trouver une solution. Il mérite la prison, l’attention de la justice internationale. Nous n’avons pas besoin du soutien des criminels »

A Tatiana Mukanire d’ajouter, « le  Docteur Denis Mukwege est au front, dans les hôpitaux, dans les salles d’opération, pour redonner la vie aux personnes comme moi, qui ont vécu des atrocités dans leurs corps. Paul Kagame ne devrait pas parler de lui ! »

Autant de réactions des femmes qui ont fait parler d’elles. La question est de savoir pourquoi ce sont elles qui sont si remontées? Est-ce que la voix féminine est la plus entendue en RDC plus qu’au Rwanda?

Sources: Actualité.cd

By P.Protogène BUTERA

FRANCE-RWANDA: Pourquoi Emmanuel MACRON veut se rendre hâtivement à KIGALI, fin mai?

Le président de la République française a déclaré sa visite au Rwanda pour fin mai. Son déplacement portera sur des thématiques « à la fois politique, mémorielle mais aussi économique et sanitaire. » Kigali s’en réjouit.

Selon la Libération, le chef de l’Etat français ira rendre visite au président Paul Kagame dans le cadre du réchauffement entre les deux pays initié par l’Elysée, notamment après la publication de rapports sur le rôle de la France dans le génocide de 1994. Une façon de rendre la pareille au président rwandais qui était à Paris du 16-19 mai 2021.

Les deux présidents français et rwandais
Photo Présidence Urugwiro

Ce n’est plus un secret. Le président de la République française avait hâte de se rendre au Rwanda qu’il le fera fin mai: du 27 au 29. Emmanuel Macron déclare avoir «à cœur» avec le président Paul Kagame «d’écrire une nouvelle page de la relation» entre la France et le Rwanda. Il rendra donc la pareille à son homologue rwandais, présent à Paris pour le sommet sur la dette africaine.

Selon lui, la France et le Rwanda ont désormais l’opportunité de bâtir «une bonne relation», après la publication en mars d’un rapport d’historiens français concluant à des «responsabilités accablantes» de Paris dans le génocide des Tutsis du Rwanda en 1994.

Nombreuses attentes à KIGALI

S’entretenant en marge d’une réunion sur le soutien à la transition au Soudan, les deux responsables «se sont félicités des derniers développements favorables et ont confirmé l’objectif d’aller encore plus loin dans la normalisation et l’approfondissement de la relation entre la France et le Rwanda», selon la présidence française.

D’après le Figaro, le déplacement du président français portera sur des thématiques « à la fois politique, mémorielle mais aussi économique et sanitaire. » Interrogé sur d’éventuelles excuses que pourrait faire la France comme l’a fait la Belgique quelques années après le génocide, le président français s’est refusé de préciser ce qu’il comptait déclarer aux Rwandais: « Ce que j’aurai à y dire, je le dirai à ce moment-là », a-t-il répondu.

Publicités

Et de fait, les attentes de Kigali sont aussi nombreuses que controversées. Il y en a qui pensent que le président français exprimera des excuses sincères après avoir visité des sites mémoriels, par exemple celui de GISOZI.

D’autres plus dubitatifs affirment que la France ne va pas faire , en Afrique, ce qu’elle n’a pas fait 80 ans avant, à moins qu’elle ne veuille rattraper son retard!

D’autres plus enthousiastes, considèrent la visite de Macron comme une chance pour les deux pays:

Peut-être aussi une occasion de désigner l’ambassadeur de France au Rwanda, poste qui était vacant depuis que Michel FLESCH a quitté(2015). N’oublions pas les opportunités économiques qui s’offrent aux entreprises françaises dont le Rwanda avait besoin pour leur expertise(high-tech, agrobusiness,…). Pourquoi pas des surprises d’Emmanuel MACRON avant de continuer sa tournée vers l’Afrique du Sud?

By P.Protogène BUTERA

France-Pédophilie: L’Eglise propose une contribution financière aux victimes

Après plusieurs années d’écoute, de discussions et de réflexions, les évêques de France ont pris conscience de la gravité des conséquences de la pédophilie et de l’abus sexuel dans l’Eglise et sur les victimes de façon particulière.

Ainsi, ces réflexions nourries de l’écoute des personnes victimes et de quelques experts, enrichies des contributions de la Commission financière et du Conseil pour les questions canoniques, conduisent à proposer une contribution financière aux personnes victimes qui en exprimeraient le besoin pour leur permettre de se reconstruire.

Publicités

Cette contribution serait soit fonction des besoins exprimés, soit d’un montant forfaitaire, et dans une limite qui seront déterminés avec l’instance indépendante d’assistance qui aura la charge d’examiner les demandes et de décider des attributions, dans la limite de la capacité du fonds.

Les personnes victimes pourront transmettre leur demande soit à l’évêque après avoir été informées par celui-ci des différents volets de la démarche globale de reconnaissance, soit directement à l’instance indépendante d’assistance. Celle-ci s’assurera alors que la personne concernée s’est fait connaître du diocèse et que celui-ci la considère bien comme faisant partie des personnes victimes.

Le principe guidant la mise en place de ce dispositif est la communion de toute l’Église. Il appelle un geste de fraternité pour aider les personnes victimes à se relever de leur épreuve.

Un dispositif mis en place

Les évêques, au nom de l’Église, réunis en assemblée, conscients de la communion de toute l’Église lorsqu’un membre souffre (cf. 1 Co 12, 26), ayant adopté en novembre 2019 le principe d’un versement aux personnes victimes, se sentent responsables de contribuer à l’apaisement et à la restauration des personnes victimes agressées par des ministres de l’Église, au sein de celle-ci, et adoptent le dispositif suivant :

– une contribution financière sera versée à chaque personne victime qui la sollicitera pour faire face aux frais nécessaires à sa reconstruction, cette contribution étant soit individualisée en fonction des besoins détaillés par la personne concernée, soit d’un montant forfaitaire si cette personne ne souhaite pas ou ne peut pas détailler ses besoins de soins ; ceci dans la limite d’un plafond à déterminer ;

– cette contribution sera accessible à chacune des personnes victimes ayant préalablement contacté les diocèses et ayant été reconnues comme faisant partie des personnes victimes par l’évêque en lien avec la cellule d’écoute mise en place ; les procédures civiles et canoniques étant arrivées à terme ;

– l’attribution et le montant de cette contribution seront décidés, dans la limite du plafond déterminé, par l’instance nationale indépendante d’assistance, présidée par une personnalité qualifiée nommée par la Présidence de la CEF. Cette personnalité constituera son équipe en y associant un ou des représentants de personnes victimes, désignés par leurs associations ;

– cette contribution sera financée par et dans les limites d’un fonds de dotation ad hoc constitué pour assumer toutes les dépenses de mise en œuvre de l’ensemble de la démarche de reconnaissance. A cette fin, le fonds collectera l’ensemble des participations volontaires des évêques, des prêtres, des diacres, des fidèles et de toutes les personnes qui s’associeront à cette démarche de reconnaissance, par la solidarité et la fraternité à l’égard des victimes au sein de l’Église.

Fonds de dotation

Pour rendre possible la mise en œuvre de ces différentes résolutions, un fonds de dotation doit être constitué. Il permettra de recueillir les dons des évêques, des prêtres, des fidèles et de toute personne qui voudra y participer. Les évêques sont conscients qu’ils ne peuvent pas utiliser les dons des fidèles à des fins que ceux-ci n’ont pas choisies.

Publicités

Pour permettre à tous les baptisés de manifester leur fraternité et leur solidarité aux personnes victimes dans l’Église, ils constituent un fonds de dotation auxquels ils apporteront leur participation personnelle. Ce fonds de dotation permettra de financer les contributions à verser aux personnes victimes et les autres réalisations nécessaires pour faire de l’Église ‘une maison sûre’.

Les évêques, réunis en assemblée, pour réaliser concrètement les mesures qui s’imposent et en particulier apporter leur contribution au chemin de reconstruction des personnes victimes, décident de lancer et de soutenir la constitution d’un fonds de dotation autonome chargé de collecter des dons pour financer l’ensemble des mesures adoptées. Ils chargent le Conseil permanent de la CEF, en lien avec la Commission financière, d’achever la constitution de ce fonds auquel ils apporteront leur participation volontaire et personnelle.

Outre les dons des évêques, ce fonds recueillera les dons des prêtres, des diacres, des fidèles et de toutes les personnes qui voudront y participer. Administré par le conseil de ses fondateurs, le fonds de dotation agira en lien direct avec l’instance indépendante d’assistance. Lisez ici tout le message des évêques:

Allemagne-colonisation: Prêter ou restituer les œuvres volées à l’Afrique?

Plusieurs trésors culturels africains ont été pillés pendant la colonisation. Leur restitution est déclenchée timidement par sélection. Les anciennes puissances coloniales attendent encore que les frais de décolonisation soient entièrement couverts!

Ce jeudi 30 avril, la secrétaire d’Etat à la Culture Monika Grütters a créé la surprise en annonçant que l’Allemagne avait prévu de rendre au Nigeria les plaques de bronze du Bénin, issues des pillages lors de la période coloniale.

Après une réunion initiée par Monika Grütters, et réunissant des experts de musées, des responsables politiques nationaux et régionaux, la décision a finalement été convenue. Et «les premières restitutions sont prévues pour l’année 2022», a précisé la membre de la CDU (Union Chrétienne Démocrate).

Avec cette restitution, l’Allemagne souhaite «contribuer à la compréhension et à la réconciliation avec les descendants de ceux dont les trésors culturels ont été dérobés pendant la colonisation», a expliqué Monika Grütters dans un communiqué rapporté par l’AFP. D’ici au 15 juin prochain, les musées auront donc pour mission de publier une liste complète recensant l’ensemble des bronzes en leur possession. Par la suite, une nouvelle réunion sera organisée fin juin, afin d’organiser un calendrier des restitutions.

Objets à restituer à l'Afrique
Œuvres d’art pillées à l’Afrique(photo Cnews.fr)

Jusqu’à présent, le Forum Humboldt est en possession d’environ 530 objets historiques dont plus de 400 bronzes provenant de l’Etat d’Edo. Il s’agit de la collection la plus importante du genre juste après celle du British Museum de Londres. Le 16 décembre 2020, la réouverture virtuelle du Forum sur la célèbre île aux Musées avait alors suscité une vive réaction de la part de l’ambassadeur du Nigeria en Allemagne, Yusuf Tuggar. À cette occasion, ce dernier avait lancé un appel à la restitution. 

Un butin des expéditions punitives

Pour rappel, après l’invasion de l’empire britannique lors de «l’expédition punitive» du 18 février 1897, les soldats avaient saccagé la ville de Bénin, désormais appelé Bénin City, dans l’état d’Edo au Nigeria. Les trésors de l’Oba, l’ancien dirigeant du royaume, avaient été volés et emportés en guise de souvenir. Mais pour couvrir les frais de cette expédition, les britanniques avaient choisi de vendre leur butin sur les marchés de l’art de différents pays.

C’est pourquoi aujourd’hui, plus de 2.500 bronzes du Bénin se trouvent répartis aux quatre coins du monde dont certains seraient même perdus. Ces plaques de bustes et sculptures en laiton fabriquées entre le XVIème et le XVIIIème siècle, qui décoraient autrefois le palais du Royaume du Bénin, figurent désormais parmi les trésors les plus réputés de l’art africain

Pour le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, cette décision est «un tournant dans notre rapport à notre histoire coloniale», a-t-il indiqué dans un communiqué. Cette volonté fait d’ailleurs écho au programme d’échange et de formation «TheMuseumsLab» qui débutera ce mois-ci. Il s’agit d’une initiative qui a pour but «de mettre en avant l’apprentissage mutuel entre l’Afrique et l’Europe». Avec cet échange, l’Allemagne souhaite «faire avancer le travail de mémoire sur son histoire coloniale grâce à des échanges culturels». 

QU’EN EST-IL DES AUTRES PAYS D’EUROPE ? 

L’annonce de l’Allemagne fait suite au débat relancé l’année dernière (2020)concernant les trophées rapportés par les anciennes puissances coloniales d’Europe. Notamment du Royaume-Uni dont le British Museum détient de nombreuses oeuvres qui appartenaient autrefois au Royaume du Bénin, devenu depuis le sud-ouest du Nigeria.

Pour le moment, le British Museum n’entend pas céder, et a seulement accepté de «prêter» certaines oeuvres au Nigeria. Le pays d’Afrique de l’Ouest souhaite construire un nouveau musée dans lequel les précieuses plaques de bronze seraient exposées. Le projet, dont une partie des 3,4 millions d’euros est financée par le British Museum, devrait voir le jour en 2024 à Benin City (Etat d’Edo). 

Œuvres que la France veut restituer au Bénin
Œuvres d’art africaines en France(Musée du quai Branly, photo lepoint.fr)

Pour sa part, la France a autorisé en décembre 2020 «la sortie des collections nationales et le transfert de propriété de plusieurs oeuvres». 26 d’entre elles sont des pièces pillées en 1892 par le Général Dodds, et elles devront être transférées au cours de cette année, à la République du Bénin.

Général Dodds, 1842-1922(photo Wikipédia)

D’après Le point, l’université d’Aberdeen, en Écosse va, elle aussi, rendre un « bronze du Bénin » pillé par les Britanniques en 1897. C’est « un bronze du Bénin », du nom de cette sculpture d’un buste noir, si symbolique, représentant un oba, c’est-à-dire un roi, qui va retrouver sa terre natale. Sa particularité ? C’est l‘une des centaines de pièces pillées par les Britanniques lors de la prise de l’ancienne ville d’Edo en 1897, alors capitale du royaume du Benin, aujourd’hui Benin City au Nigeria. Elle avait été acquise par l’université d’Aberdeen, en Écosse en 1957 lors d’une vente aux enchères. Cette dernière vient d’annoncer qu’elle allait la restituer à son pays d’origine, dans un contexte actuel de réflexion en Europe sur la restitution des trésors culturels aux ex-pays colonisés.

Tête d'OBA(roi)du Bénin, cachée en Ecosse
Bronze du Bénin(photo LeMonde.fr)

C’est un geste de repentance, car comme l’a déclaré  le professeur George Boyne, président de l’université d’Aberdeen, « Il n’aurait pas été juste de conserver un objet d’une telle importance culturelle qui a été acquis dans des circonstances aussi répréhensibles. Nous avons donc décidé qu’un retour inconditionnel était la mesure la plus opportune ».

Quant à Lai Mohammed, ministre nigérian de l’Information et de la Culture, il a salué « un pas dans la bonne direction ». « D’autres détenteurs d’antiquités nigérianes devraient imiter cela », a-t-il ajouté dans le même communiqué.

C’est vraiment une bonne chose de renouer avec ce septième commandement de Dieu, « Tu ne voleras point » (Ex 20, 15)pour mettre fin à une telle spoliation transformée en droit de propriété! Ne faudra-t-il pas réparer financièrement aussi les préjudices historiques et culturels de ces peuples punis injustement?

By P.Protogène BUTERA

HAITI: Les RELIGIEUX catholiques enlevés ont été LIBERES

D’après RFI, les derniers membres du groupe de dix personnes en captivité ont été libérées ce vendredi 30 avril, a annoncé la Société des prêtres de Saint-Jacques sans préciser si une rançon avait été versée. Les ravisseurs avaient en effet réclamé un million de dollars.

Dans une note de remerciement, la congrégation des prêtres de Saint-Jacques en Haïti annonce que « leur cœur est rempli d’allégresse car ils ont retrouvé leur confrères, les religieuses et les membres de la famille du Père Jean Anel Joseph en bonne santé », rapporte notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Dans son message, la société religieuse remercie les ambassadeurs de France et des États-Unis pour, « leur apport diplomatique discret et efficace ».

Quant à Mgr Dumas, évêque de Nippes, à l’ouest de Port-au-Prince, a donné des nouvelles des otages:

Ils sont en train de se reposer, de prendre des soins et au niveau psychologique, au niveau tout simplement humain, de se retirer un peu parce que ça a été très dur 18 jours entre les mains des ravisseurs.

LeParisien a été plus précis: Libérés! Les religieux captifs depuis le 11 avril en Haïti sont désormais libres. Parmi eux : une sœur et un prêtre français. C’en est fini du calvaire pour sœur Agnès, 80 ans, et le père Michel Briand, 67 ans, ainsi que pour leurs compagnons d’infortune.

Père Michel et Sr Agnès libérés au Haïti
Libération du Père Michel Briand et Sr Agnès

Rappelons que ce kidnapping avait eu lieu à la Croix-des-Bouquets, près de la capitale Port-au-Prince, alors que les personnes se rendaient à l’installation d’un nouveau curé. La police soupçonnait un gang armé actif dans le secteur, baptisé « 400 Mawozo », d’être à l’origine de cet enlèvement. Trois des sept religieux enlevés avaient déjà été libérés il y a une semaine. 

Sauf la grâce de Dieu, rien n’augure pour l’avenir de ce pays. Depuis des années, Haïti est gangréné par l’insécurité, et les enlèvements criminels contre rançon se sont multipliés ces derniers mois à Port-au-Prince comme en province. L’emprise des gangs armés est chaque jour plus importante sur tout le territoire haïtien.

Ainsi, l’archevêque de Port-au-Prince, Mgr Max Leroy Mésidor tout en saluant la libération des religieux, n’a pas mâché ses mots dans un message vocal diffusé sur les réseaux sociaux: «Notre contentement sera plus grand quand on verra que l’on vivra dans un pays où les kidnappings n’existent pas. Notre contentement sera plus grand quand on vivra dans un pays où tout le monde peut circuler où il veut, quand il veut dans le respect de la loi».

Que Dieu délivre Haïti de tous ces démons!

TCHAD: Le président Idriss Deby ITNO tué avant sa nouvelle prise de pouvoir!

Le maréchal président est mort les armes dans main! Quel déshonneur! Le président tchadien Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, est mort mardi 20 avril des suites de blessures reçues au front ce week-end, a annoncé le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l’antenne de TV Tchad. Il venait d’être réélu pour un sixième mandat avec 79,32% des voix . Voici ce que dit ce communiqué:

“Le président de la république, chef de l’État, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad. ”

Qui gouverne le Tchad?

Au risque de sombrer dans le chaos , l’un de ses fils, général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle, Mahamat Idriss Déby Itno, dirigera un conseil militaire chargé de remplacer le défunt président, a annoncé l’armée à la radio d’État.

« Un conseil militaire a été en mis en place dirigé par son fils, le général Mahamat Idriss Déby Itno », a déclaré le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l’antenne de la Radio nationale. « Le conseil s’est aussitôt réuni et a promulgué la charte de transition », a-t-il ajouté.

Dans la foulée, l’armée a annoncé la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale et la mise en place d’une transition.

Celle-ci sera dirigée pour une durée de dix-huit mois par un conseil militaire, dont Mahamat Idriss Déby a pris la tête. Ce dernier, fils d’Idriss Déby Itno, est général de l’armée tchadienne et dirigeait depuis de nombreuses années la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), dont fait partie la garde présidentielle.

Qui sont ces rebelles qui ont eu la peau du Maréchal!

Les rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (Fact), que l’armée avait assuré avoir défaits dans les combats, avaient affirmé dans un communiqué que Idriss Déby avait été blessé, mais l’information n’avait pas été confirmée de source officielle.  

Tout le monde s’attendait au pire. Depuis quelques jours, le pouvoir faisait face à cette rébellion lancée le jour du scrutin présidentiel, le 11 avril. L’armée tchadienne avait affirmé, lundi, avoir tué plus de 300 rebelles, fait 150 prisonniers et perdu cinq militaires dans des combats, le pouvoir assurant que la situation était sous contrôle.

Samedi, le gouvernement avait affirmé même que l’offensive, dans les provinces du Tibesti et du Kanem, avait « pris fin ». Mais des combats avaient repris dimanche en fin d’après-midi. Et comme les militaires perdaient le terrain, le chef suprême des armée s’est senti obligé d’y aller lui-même!

Voilà que le Maréchal qui a été vainqueur du scrutin ne l’a pas été des rebelles dans cette région du Kanem. Ne sont-ils pas eux aussi Tchadiens? Vont-ils pleurer ou dire amen? Une leçon pour les présidents qui s’appuient davantage sur l’épée que sur le dialogue.

By P.Protogène BUTERA

Algérie: La FRANCE l’a pillée et rendu sa population analphabète!

Les mots sont durs: « En colonisant l’Algérie, la France a rendu sa population analphabète. » C’est ce qu’a estimé Abdelmadjid Chikhi, le directeur des Archives nationales de l’autre côté de la Méditerranée.

Cité par plusieurs médias locaux, celui qui est également conseiller pour les questions mémorielles du président algérien Abdelmadjid Tebboune a assuré qu’au début de la colonisation française, en 1830, «tous les Algériens lisaient et écrivaient». Citant, sans les nommer, «les historiens», il a expliqué que «le taux d’analphabétisme n’approchait pas les 20% de la population».

Abdelmadjid Chikhi, qui s’exprimait samedi lors d’une «Journée du savoir», organisée au centre des archives à Alger, a ensuite développé son propos. «Pendant les trente premières années de colonisation, la France avait éliminé les personnes qui lisaient et qui écrivaient. Il s’en est suivi l’ère du pillage», a-t-il déclaré

Selon Cnews.fr, ces déclarations promettent d’alimenter encore un peu plus les tensions entre Paris et Alger, nées de la remise en janvier dernier d’un rapport de l’historien Benjamin Stora à l’Elysée. Censé amorcer une «réconciliation des mémoires» entre la France et l’Algérie, celui-ci avait été froidement accueilli par Alger.

Emmanuel MACRON, pas pour la repentance

Lors d’un entretien au Figaro, dimanche 18 avril, le président français Emmanuel Macron a qualifié d »inacceptable » la déclaration du ministre algérien du Travail, Hachemi Djaaboub, qui a affirmé que la France était « l’ennemi traditionnel et éternel » des Algériens alors qu’il y a « une volonté partagée de réconciliation des mémoires entre Français et Algériens. »

En revanche, s’il reconnait l’existence de « quelques résistances  » en Algérie, il est convaincu que tout le monde n’est pas non plus d’accord en France:

« Ne vous y trompez pas, derrière le sujet franco-algérien il y a d’abord un sujet franco-français« , affirme-t-il au Figaro. « Au fond, nous n’avons pas réconcilié les mémoires fracturées ni construit un discours national homogène (…) La mémoire fracturée, c’est celle des pieds-noirs, celle des harkis, celle des appelés du contingent, celle des militaires français, celle des Algériens venus ensuite en France, celle des enfants de cette migration, celle des binationaux… ».
« Je ne suis ni dans la repentance ni dans le déni. Je crois dans une politique de la reconnaissance qui rend notre nation plus forte », ajoute-t-il.

Que sera la suite? Réconciliation sans repentance sera-t-elle complète? A scruter les différents discours qui seront tenus le jour de l’indépendance: le 5 juillet, après 132 ans de colonisation(1830-1962).

By Protogène BUTERA