Côte d’Ivoire-30 Octobre: Disons Bienvenue, la Vie!

Le 30 octobre, c’est la Journée mondiale de la Vie et nous fêtons la Saint Bienvenue. C’est pourquoi il est juste de dire: Bienvenue la Vie! Oui, célébrons la Vie!

Et c’est depuis 2008 que cette journée est fêtée par plus de 40 pays au monde: Côte d’Ivoire, Bénin, France, Norvège, Haïti…

Que faire en cette journée?

C’est la seule journée d’inspiration africaine qui a pris une portée mondiale. Elle a commencé dans la ville d’Abidjan, Capitale de la Côte d’Ivoire. Mais, parce qu’elle n’est pas encore reconnue par l’ONU, on n’en parle pas comme d’une journée internationale.

Pourtant, ses deux actions devraient l’inscrire dans le concert de toutes les nations, car chaque pays se bat pour préserver et améliorer la vie de ses citoyens et de tous les vivants. Voici ces actions:

La promotion des valeurs de la vie

  • conférences sur les droits de l’homme, la santé mentale, la nutrition, la sécurité routière.
  • organisation du don de sang géant.
  • consultations médicales et soins gratuits dans plus de 10 disciplines médicales.
  • défilé des vivants, sur le thème de la préservation de la vie,  notre bien le plus précieux.
  • concerts de la Vie avec de nombreux artistes locaux de tous les horizons.

Une minute d’acclamation

Une chaine planétaire a été lancée depuis quelques années; elle consiste à organiser partout dans le monde une minute mondiale d’acclamation. Et de quoi s’agit-il ?

Chaque 30 octobre, à 13 h 00 GMT précises, l’humanité tout entière est appelée à observer 1 minute d’acclamation en l’honneur de la Vie. Et ce vaste mouvement laisse libre cours à de nombreuses formes d’expression selon les cultures locales.

Cette minute a fait son chemin et a déjà été observée jusqu’à Hawaï aux U.S.A. Elle permet à chacun de se rendre compte qu’être en vie est un privilège et que cela se fête.

Voilà une belle occasion de célébrer et de fructifier ce don de la vie, quelques jours avant les fêtes de la Toussaint et de tous les Défunts. Ah! Oui! Que « la culture de la vie » remporte sur « la culture de la mort. »

Appréciez la vie à juste titre sans en faire un objet de culte. Faites ensemble du bruit dans le bourg et au village selon les expressions de votre culture. Chantez, sautez, criez même! Une minute seulement pour éviter toute nuisance sonore et perturbation du bon voisinage.

Journée de la vie au Norvège
Fêtons la vie comme en Norvège

En respectant cette minute, nous accomplissons ce bel enseignement d’Aristote: « La norme de la vie, c’est la respiration. » Ainsi, les vitalistes qui s’inspirent de la Bible diront: « Un cœur calme est la vie du corps  » (Pr14,30).

De la même manière, aujourd’hui, ceux qui croient au Christ ont vraiment leur mot à dire: « En Lui, nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Ac 17,28)

Très bonne fête de la VIE!!Mais comment la vie est fêtée dans votre pays s’il y a beaucoup d’injustices, de violences et de maltraitances?

La Rédaction

Nyanza : Ibibazo byarabarenze bati « Nta kibazo dufite! »

Kimwe n’ahandi hose mu gihugu, AKarere ka Nyanza kagize ukwezi kudasanzwe kwahariwe  umuturage(Nzeli-Ukwakira). Ikibabaje ahubwo ni uko muri uko kwezi, umuturage aribwo yaharenganiye kubera amanama y’urudaca.

Abayobozi bo iyo baturutse iyo ku Karere, ntibaba banatekereza ko muri abo baturage biriwe babicaye imbere, harimo abagomba guca incuro kugira ngo babone icyo bararira. Urwitwazo ngo ni uko nyine amafranga bari gukoresha bajyanye ibibazo byabo ku Karere, bayakoresha ibindi.

Ibibazo birenga 300 byarabajijwe

Tariki ya 8 Ukwakira ni bwo uko kwezi kwashorejwe mu Murenge wa Nyagisozi. Umuyobozi w’Akarere ka Nyanza, Bwana Ntazinda Erasme, yari yitabiriye uwo munsi ari kumwe n’Abanyamategeko ndetse n’inzego zishinzwe umutekano, Polisi n’Igisirikare.

Umuyobozi w’Ishami ry’Imiyoborere myiza yavuze ko ibibazo bisaga 300 byakemuwe. Ariko se ubwo bari bakiriye bingahe? Ese abaturage bazajya bategereza ukwezi kumwe mu mwaka ngo bakemurirwe ibibazo? Ikindi gihe se bazaba bihishe he abo mu Nzego z’Ibanze babitinza?

Abo byarenze bati « Nta kibazo dufite »

Abanyarwanda muri rusange ntibigora. Akenshi bagorwa n’Abayobozi. Iyo abo ba Nyakubahwa baje, ibyihare ni byo bivuga akari i Murore! Abazi gukenga bo ntibirirwa bata igihe. N’ab’i Nyanza na bo ni uko.

Umunyamakuru yashatse kumenya niba hari ibibazo bataboneye umwanya wo kubibwira abayobozi, bati  » Nawe ijisho riraguha! Nta kibazo dufite! » Umugabo wavugaga areba hirya no hino ko batamwumva, ati « Ubu se wakwirirwa wicaye hano ari gusa? Bariya se ko baje ku kazi, nkanjye nintaha ndarya iki? Ibibazo ni byinshi wa muntu we!« 

Gushima biteye amakenga

Hagati aho abashima bari batangiye guhaguruka nk’abatumwe. Abarenga 15 ngo barashima Perezida wa Repubulika ko yabahaye imihanda, ko yabahaye amazi, ko yabahaye umuriro, ko yabahaye...Ibiri amambu, si we wari wakoresheje inama! Ese iyo ahaba yari kwihanganira gukomeza kumva ibintu nk’ibi?

Gushima si bibi ariko iyo bikabije bitera amakenga. Uwatangaje ni umukecuru wari wambaye incurikirane nyamara agahamya ko yiteje imbere abikesha Nyakubahwa Prezida wa Repubulika! Ati « Umwaka ushize navuye muri Viyupi none ubu mfite miliyoni 3 kuri konti » Abari aho bose baraseka, bati « Koko , Mukecu, ayo mafranga uyafite muri Banki cyangwa ari munsi ya matora? »

Umukecuru si ukuzamura ijwi yivayo. Ati  » Na matora ndayifite, ariko ni iyo kuryamaho mwana wa! Igihe cy’ubujiji cyarashize. » Ako kanya ahita akora mu gasakoshi ke, ati « N’IKOFI ngiyi irimo bitanu, mufite ikihe kibazo? Ni bangahe, abagabo bafite nk’iyi? Abagabo bose barebanaho. Inama irangira ityo. Byari urwenya gusa! Ni ibibazo…

By Kayijuka Erasme/Nyanza

Homélie du 30° dimanche: Quand la prière a atteint son but

En prolongement du message du dimanche dernier sur la nécessité de toujours prier sans se décourager, aujourd’hui c’est le but ou la finalité de la prière qui est en jeu.

Or, le but de toute prière est la gloire de Dieu et la reconnaissance des mérites des autres. C’est ce que souligne la prière sur les offrandes: « Permets, Seigneur, que notre célébration contribue d’abord à ta gloire. » Et Saint Paul l’affirme de façon merveilleuse: « Le Seigneur me remettra sa récompense comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire.« 

En revanche, ce qui peut empêcher la prière d’atteindre son but, c’est l’orgueil et le mépris des autres mais surtout l’orgueil en tant que sentiment de domination: « Parce que, dit le Pharisien, je ne suis pas comme les autres hommes, ou comme ce Publicain. »

Pourtant, les deux hommes étaient sortis pour prier. S’ils diffèrent de part leurs statuts et leurs dispositions, quelque chose les unit: non seulement le désir de prier encore, mais aussi le fait de s’adresser presque à un même Dieu: « Mon Dieu, je te rends grâce », dit l’un; « Mon Dieu, montre-toi favorable », dit l’autre.

Ainsi, dans nos célébrations liturgiques, nous accordons la première place au Publicain par notre demande de pardon(Kyrie, méditation) et nous intégrons aussi ce que le Pharisien a de meilleur: « rendre grâce » par notre gloire à Dieu (manifestation de joie)de façon à être introduits confortablement à la Table de la Parole.

Oh! Qu’il est admirable ce Pharisien! Un bon type qui fait de belles choses que la génération actuelle ne ferait plus: jeûner 2 fois par semaine, verser 10% de son salaire/revenus pour l’entretien du Temple ou de l’Église. Ah! Non. C’est plus que ça. Il est l’homme que cherche cette génération: super-man, star du show, le meilleur gagnant…Grâce à lui, le Seigneur nous remet à l’ordre: « Qui s’élève sera abaissé; qui s’abaisse sera élevé. »

Le Seigneur Jésus lui-même s’est abaissé vers nous pour qu’il soit élevé par nos voix en reconnaissant la puissance de Dieu le Père qui l’a élevé d’entre les morts. C’est le sens de nos Eucharisties où chaque jour/dimanche nous exprimons l’importance de sa présence au milieu de nous. Nous le disons avec Saint Paul: « A lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen »

Très bon dimanche pour la fin de ce mois d’octobre. Allez plus loin dans la méditation des textes du jour.

PREMIÈRE LECTURE
Lecture du livre de Ben Sira le Sage (Si 35, 15b-17.20-22a)
Le Seigneur est un juge
qui se montre impartial envers les personnes.
    Il ne défavorise pas le pauvre,
il écoute la prière de l’opprimé.
    Il ne méprise pas la supplication de l’orphelin,
ni la plainte répétée de la veuve.
    Celui dont le service est agréable à Dieu sera bien accueilli,
sa supplication parviendra jusqu’au ciel.
    La prière du pauvre traverse les nuées ;
tant qu’elle n’a pas atteint son but, il demeure inconsolable.
Il persévère tant que le Très-Haut n’a pas jeté les yeux sur lui,
    ni prononcé la sentence en faveur des justes et rendu justice.

    – Parole du Seigneur.
DEUXIÈME LECTURE
Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée  (2 Tm 4, 6-8.16-18)
Bien-aimé, je suis déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu.
    J’ai mené le bon combat,
j’ai achevé ma course,
j’ai gardé la foi.
    Je n’ai plus qu’à recevoir la couronne de la justice :
le Seigneur, le juste juge, me la remettra en ce jour-là,
et non seulement à moi,
mais aussi à tous ceux qui auront désiré avec amour
sa Manifestation glorieuse.
    La première fois que j’ai présenté ma défense,
personne ne m’a soutenu :
tous m’ont abandonné.
Que cela ne soit pas retenu contre eux.
    Le Seigneur, lui, m’a assisté.
Il m’a rempli de force
pour que, par moi,
la proclamation de l’Évangile s’accomplisse jusqu’au bout
et que toutes les nations l’entendent.
J’ai été arraché à la gueule du lion ;
    le Seigneur m’arrachera encore
à tout ce qu’on fait pour me nuire.
Il me sauvera et me fera entrer dans son Royaume céleste.
À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

    – Parole du Seigneur.
ÉVANGILE
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 18, 9-14)
En ce temps-là,
    à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes
et qui méprisaient les autres,
Jésus dit la parabole que voici :
    « Deux hommes montèrent au Temple pour prier.
L’un était pharisien,
et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).
    Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même :
‘Mon Dieu, je te rends grâce
parce que je ne suis pas comme les autres hommes
– ils sont voleurs, injustes, adultères –,
ou encore comme ce publicain.
    Je jeûne deux fois par semaine
et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’
    Le publicain, lui, se tenait à distance
et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ;
mais il se frappait la poitrine, en disant :
‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’
    Je vous le déclare :
quand ce dernier redescendit dans sa maison,
c’est lui qui était devenu un homme juste,
plutôt que l’autre.
Qui s’élève sera abaissé ;
qui s’abaisse sera élevé. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

By Protogène BUTERA

BURUNDI: Président Pierre NKURUNZIZA poussé à la sortie par le feu des rebelles?

RED-Tabara veut la peau de Pierre Nkurunziza. Lui-même ex-rebelle devenu président de la République du Burundi depuis 19 aout 2005 après 11 années de rébellion(1994-2005)au sein du CNDD-FDD(parti au pouvoir fondé le 24 septembre 1994), ses adversaires sont prêts à lui appliquer cet adage: « Qui a tué par l’épée, périra par l’épée. »

RED= Résistance pour un État de Droit

Évangéliste convaincu et pratiquant, le président Pierre Nkurunziza se croit protégé par une force surnaturelle qu’il ne serait pas ébranlé par une centaine de maquisards qualifiés de « criminels » venant perpétuer leurs exactions contre les civils pour s’enfuir dans la forêt de Kibira. Dieu Tout-puissant les punira!

Pierre Nkurunziza Et Sa Femme Denise
Pierre Nkurunziza Et Sa Femme Denise

Attaques incessantes des rebelles

Depuis son troisième mandat contesté (2015), le Burundi connait un cycle permanent d’insécurité. Trois ou quatre fois par an, il y a des incursions des rebelles. La récente date du mardi 22 octobre 2019. C’est la Province de BUBANZA, frontalière de la République Démocratique du Congo qui a été attaquée par un groupe d’une centaine de personnes portant des uniformes de l’Armée et de la Police nationales.

De ces combats, le bilan a été lourd en pertes humaines: 14 assaillants tués selon le Gouvernement, et une dizaine de militaires, selon les Rebelles. En tout état de cause, cette attaque est un test de plus de la puissance de déstabilisation de l’opposition et une menace grave du processus électoral devant conduire à des législatives, sénatoriales, locales et présidentielle prévues en mai, juillet et aout 2020.

Incompréhension ou malentendus?

En 2018, Pierre Nkurunziza a déclaré qu’il ne sera pas candidat dans les élections de 2020 alors que la nouvelle Constitution de 2018 le lui permet. A-t-il été incompris? Il n’est pas impossible que ces attaques dont le but serait de le pousser à la sortie, le confirment plutôt dans ses convictions d’être le Guide Suprême de la Nation et le Garant de la sécurité nationale.

Président Nkurunziza Du Burundi
Président Pierre Nkurunziza Du Burundi

Déjà, ce 21 octobre, Journée nationale de Commémoration de l’assassinat de Melchior Ndadaye, premier président démocratiquement élu au Burundi, le CNDD-FDD demandait  » aux politiciens burundais de se défaire de l’usage de la force pour accéder au pouvoir et d’adopter la culture démocratique en acceptant le verdict des urnes, afin de prévenir les éternels conflits post électoraux. »

S’agit-il de mesures d’anticipation pour balayer toute forme de malentendus qui ont empêché le dialogue (national) avec l’opposition d’aboutir? L’œil vigilant s’inquiète de ce brouillard dans le ciel du Burundi qui risque d’être illuminé par le feu des Rebelles! Que deviendra Pierre Nkurunziza après sa présidence? Silencieux comme Joseph Kabila de RD-Congo?

La Rédaction

Dore ibyiza bya divayi wanywereye ku rugero!

Abakunda agahiye bakavuga imyato, barenza kakabavugisha. Abandi bagahera aho ngo « Soma gake, divayi itera gukubagana. » Hari n’abahisemo kwinywera amazi cyangwa icyayi byonyine ngo batazagwa muri uwo mutego. Bakibagirwa ko Ikirahure cya divayi cyongera amahirwe yo kubaho!

Nyamara iyo barwaye, hari ubwo bagera kwa muganga akabandikira imiti irimo ka « alcool » nibura 10% kugira ngo bakire! Mu by’ukuri, abaganga bazi neza ko umubiri ukeneye « alcool. » Ikibazo ni uko abenshi bayirenza nk’abaca agahigo.

Aha ni ho Ijambo ry’Imana ritubwira ibyiza bya divayi wanywereye ku rugero. Reka tubyumve mu ijwi rya Mwene Siraki:

« Ntukavuge ko Divayi nta cyo yagutwara, kuko divayi yishe benshi.

Uko iziko rishegesha icyuma mu bushyuhe bwaryo, ni na ko divayi igenzereza abasinda bakirata.

Divayi ni ubuzima ku muntu, iyo uyinyoye mu rugero.

Ubuzima bumariye iki umuntu utagira divayi? Kandi yararemewe gushimisha abantu!

Divayi unywereye mu gihe ukayihaga, inezeza umutima.

Divayi wanyoye ukarenza urugero, kubera intego cyangwa ushotorana, igushengura umutima.

Ubusinzi bwongera umujinya w’igicucu, kugeza ubwo gikoze ishyano, bugabanya imbaraga, bugakurura inguma.

Niba mu birori mwanyweye divayi cyane, ntugatonganye mugenzi wawe, ntuzamusuzugurire ko yanezerewe, ntuzamubwire amagambo amutoneka, cyangwa ngo umuhungabanye umwishyuza. » (Sir 31, 25-31)

Buri wese yakuramo ibimureba, akamenya ibyo yakosora. Uwo  Divayi cyangwa Manyinya yagize imbata yakitegeza inguma ahorana nk’uwarwaye igicuri!Ugasoma asabana n’abandi cyangwa akarenza ku ifunguro rye rya buri munsi, tumwifurije kwizihirwa no gukomeza kuryoherwa.Naho ukararira akakiririrwa, we ni akumiro! Hari icyo yakura muri iyi nyigisho yibera wenyine? Naho se abo itera akanyamuneza bagasabagizwa n’ibyishimo?

Ibyiza Bya Divayi
Ibyiza Bya Divayi

Ubwo turi mu mpera z’ukwezi kandi, ntibitangaje ko hari abo kasize mu madeni, ejo bundi bakazahembwa bishyura. Ntibazibagirwe gufata ingamba zo kudahera muri urwo, dore ko hari igihe abo mu rugo bo bataba bazi n’uko gahumura!

By Protogène BUTERA

Umutagatifu twibuka: Sainte Céline,umurinzi w’umubano mu bantu

Uyu munsi tariki ya 21 Ukwakira abahisemo iri zina rya Selina cyangwa bakaryitwa n’ababyeyi babo umunsi wa Batisimu, biteguye guhabwa indabo cyangwa se kubona twa messages/Sms tubabwira ngo « Umunsi mwiza! » Ariko se bazi impamvu y’iryo zina cyangwa icyo uwo rikomokaho yakoze?

Birumvikana ko ntawapfa guterura izina ngo aryitwe cyangwa aryite uwe adafite impamvu. Hari abashobora kuba bitwa Céline kubera ko bikundira indirimbo za Céline Dion ariko nta kintu na gito bazi kuri Sainte Céline!Abo rero ni bo ngira ngo twibutse ibya Bazina wabo Mutagatifu.

Uyu mugore yamenyekanye ate?

Céline ubundi ni izina riva ku Kilatini « Caelina », ari byo kuvuga Uw’ijuru cg Uwanyirijuru(Céleste). Selina wabaye Umutagatifu ni umubyeyi wamenyekanye mu kinyejana cya 5 kubera abana be babaye Abepisikopi bakomeye: Principius wa Soissons na Rémi wa Reims(France).

Ibye ni aka wa mugani w’Umunyarwanda ngo  » Ukwibyara bitera ababyeyi ineza. » Ukumenyekana kwa Seline agukesha uyu muhungu we wa kabiri wagizwe n’umutagatifu(Saint Rémi,wavutse muri 437)kuko ari we wabatije Umwami Clovis w’Ubufaransa(kuri Noheli 498)bityo igihugu cyose cyegukira Kristu n’Ivanjili.

Imico yamuranze mu rugo rwe

Selina yari yarashakanye na Emile, Igikomangoma cya Laon(le Compte de Laon). Ngo barakundanaga cyane bitangaje. Kubera ko we yahoranaga urugwiro no kwicisha bugufi, bashoboye kurera abana babo bahuje imitima n’imico ya gikristu.

Mu buzima bwe, yahugukiraga gusenga Imana kandi agakora ibikorwa by’urukundo. Yitabye Imana tariki ya 21 Ukwakira(460), nyamara abantu batangiye kumwiyambaza cyane hashize imyaka 500, ni ukuvuga mu kinyejana cya 10(vers 960).

Ba Céline barangwa n’iki?

Mu buzima busanzwe, ba Céline bahorana ibyishimo(enthousiastes), bagasabana n’abandi(sociables) kandi bakabangukirwa n’ibiganiro(extraverties). Mbese Céline yashingwa iby’itangazamakuru (communication).

Ikindi ngo ni uko babona ibisubizo vuba kandi bifatika(sens pratique), ntibagire n’ikintu kibabera inzitizi mu buzima bwa buri munsi(adaptation au quotidien). Na none kandi ngo bahorana umwete ndetse bashishikaye ku buryo nta gutsindwa ku kazi kabo.

Mu by’urukundo, ba Céline bazi gucunga neza umubano wabo n’abandi babikoranye igitsure(autorité)kitabangamiye ubugwaneza bwabo(caractère agréable)n’umutima uhuza impande zose(conciliantes).

Mwese abafashe iryo zina, tubifurije umunsi mukuru mwiza maze Sainte Céline, umurinzi w’umubano mu bantu, ababere n’ uw’imico myiza muhamagarirwa gukomeraho ngo ibafashe kunoza imibano yanyu n’ibyo mukora.

By Protogène BUTERA

Lesotho: le cannabis c’est de l’or vert sans faire des morts!

Dans certains pays, le cannabis fait des ravages en tant que stupéfiant le plus consommé. Son trafic, quoi que pénalisé(peine de prison maximale de 10 ans ou une amende pouvant atteindre 7 500 000 d’euros)reste encore florissant en France. Cela n’est pas le cas au Lesotho.

Petit royaume d’Afrique australe, le Lesotho a été le premier pays africain à légaliser le cannabis médicinal en 2017. Deux ans plus tard, la récolte des fruits de cet or vert se compte en milliards de dollars. Ainsi légalisé, il fait moins de morts et de règlements de comptes.

Les autorités de ce pays ont su que le cannabis est un produit d’avenir. D’ores et déjà, Maseru est la seule capitale en Afrique à faire de la recherche et le développement sur ce cannabis médical(CDB),une marijuana légale et dépourvue de tout agent psychotrope.

Des bénéfices inéquitables

Plus de cinq compagnies étrangères(des Canadiens ou Américains)ont obtenu la licence de production et d’exploitation de ce cannabis sur tout le territoire. Le Gouvernement espère ainsi en retirer quelques profits pour réduire le chômage qui atteint la majorité des 2,2 millions d’habitants de ce royaume enclavé au cœur de l’Afrique du Sud.

La licence étant très chère(30 000 € par an),les Basotho ne peuvent pas y accéder. Forte de ses découvertes, l’entreprise Medigrow a investi 17,4 millions d’euros et elle est prête à satisfaire le marché colossal de 135 millions d’euros. L’avenir est aux chasseurs des gains!

Dans cette course aux bénéfices inéquitables, c’est l’accomplissement de l’adage: « On ne prête qu’aux riches. » Ah oui! Au Royaume du Ciel de Maseru, habitants et petits agriculteurs gardent les yeux tournés vers le ciel, en attendant que le gouvernement pense également à ses citoyens pauvres mais désireux d’entreprendre.

By Protogène BUTERA

Noma,malédiction ou maladie de la misère?

Ce 17 octobre, c’est la Journée mondiale du refus de la misère ou pour la réduction de la pauvreté. Le thème de cette année 2019 est précis: « Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. »Qui pensent à ceux que le Noma introduit sur le trône de la condamnation?

Oh! Voyez vous-mêmes. Le visage est défiguré. Le nez est déformé. La personne atteinte est méconnaissable. Cette maladie abime les gencives et ravage le visage en détruisant les tissus musculaires et osseux de la face.

Adulte défiguré par Noma

Le noma est vraiment une gangrène de la bouche et la partie du nez.C’est une maladie qui touche principalement les prématurés et enfants malnutris en bas âge(moins de 6 ans).

Généralement, c’est une pathologie qu’on rencontre chez les populations qui vivent dans une extrême pauvreté (Afrique de l’Ouest, du Sahel,Inde…)entrainant malnutrition et moult problèmes d’hygiène.

Même si le traitement médical(antibiotiques) et chirurgical(reconstruction et réparation)existe, la maladie cause des déformations de la partie atteinte et laisse les séquelles faciales énormes. Chez l’adulte mal soigné, c’est une catastrophe.

Maladie ou malédiction?

Dans certains pays comme Niger,de nombreuses victimes du noma sont rejetées par leur communauté car la maladie y est considérée comme une malédiction. Les enfants ayant survécu, sont sujets à une anxiété, un sentiment de culpabilité et un repli sur eux-mêmes.

Ce sentiment vient s’ajouter aux difficultés fonctionnelles de nutrition, de langage et de respiration.Quant au regard,c’est la perte de toute beauté et les qualités d’une vie hautement digne.

Noma au Niger

Pourtant, si le taux de mortalité atteint 80 à 90%, la guérison en a autant(80 à 90%). Ce qui veut dire que le Noma n’est pas inguérissable.Il est important de mettre en place des mesures de prévention et l’acquisition suffisante des connaissances avérées dans la médecine plastique et reconstructrice.

Non contagieuse ni transmissible, cette maladie ne devrait pas être un obstacle au droit à la belle image du visage. Merci aux Associations qui luttent pour le « nonoma » ou « pour-vaincre-noma. » Il reste à savoir si les États concernés sont prêts à donner satisfaction à cette santé inexorablement publique.

By Protogène BUTERA

Événement: pour un « Economy of Francesco » du Pape François avec les jeunes entrepreneurs

Le Pape François invite les jeunes entrepreneurs du monde entier à deux journées de réflexion sur une nouvelle économie qu’il espère plus efficace, solidaire et responsable.

Ce sera à Assise. C’est en effet là que François se dépouilla de toute mondanité pour choisir Dieu comme étoile du berger de sa vie, en se faisant pauvre avec les pauvres, frère universel. De son choix de pauvreté est également née une vision de l’économie qui reste très actuelle.

Celle-ci peut donner de l’espérance à notre lendemain, au bénéfice non seulement des plus pauvres, mais de toute l’humanité. Elle est même nécessaire pour le destin de toute la planète, notre maison commune, «notre sœur la Mère Terre», comme l’appelle François dans son Cantique de Frère Soleil. »

Le pape François et les jeunes du Kénya

Je vous écris,dit le Pape, pour vous inviter à une initiative que j’ai tant désirée: un événement qui me permette de rencontrer ceux qui, aujourd’hui, se forment et commencent à étudier et pratiquer une économie différente, qui fasse vivre et non pas mourir, qui inclut et n’exclut pas, qui humanise et ne déshumanise pas, qui prenne soin de la création sans la piller.

Un événement qui nous aide à être ensemble et à nous connaître, et qui nous conduise à faire un «pacte» pour changer l’économie actuelle et donner une âme à l’économie de demain.

Participez à cet « Economy of Francesco »

Le nom de cet événement — «Economy of Francesco» — fait clairement référence au saint d’Assise et à l’Évangile qu’il vécut en totale cohérence également sur le plan économique et social. Il nous offre un idéal et, d’une certaine manière, un programme. Pour moi, qui ai pris son nom, il est une source d’inspiration permanente.

Le Pape François et les entrepreneurs italiens

Avec vous, et pour vous, je ferai appel à quelques-uns des meilleurs experts et expertes de la science économique, ainsi qu’à des entrepreneurs et entrepreneuses qui, aujourd’hui, sont déjà engagés au niveau mondial pour une économie cohérente avec ce cadre idéal.

J’ai confiance dans le fait qu’ils répondront. Et j’ai surtout confiance en vous les jeunes, capables de rêver et prêts à construire, avec l’aide de Dieu, un monde plus juste et plus beau.

Un rendez-vous à ne pas rater

Voici ce que le Pape vous demande de noter dans vos Agendas: « Le rendez-vous est pour les journées du 26 au 28 mars 2020. Avec l’évêque d’Assise, dont le prédécesseur Guido accueillit dans sa maison le jeune François dans le geste prophétique de son dépouillement il y a huit siècles, je compte vous accueillir moi aussi. Je vous attends et dès à présent je vous salue et je vous bénis ».

By Protogène BUTERA

Source: Vaticanews:Aux jeunes économistes, entrepreneurs et entrepreneuses du monde entier

The Nobel Peace Prize for 2019 to Ethiopian Prime Minister Abiy Ahmed,good news?

The Norwegian Nobel Committee has decided to award the Nobel Peace Prize for 2019 to Ethiopian Prime Minister Abiy Ahmed Ali(43 age) for his efforts to achieve peace and international cooperation, and in particular for his decisive initiative to resolve the border conflict with neighbouring Eritrea. The prize is also meant to recognise all the stakeholders working for peace and reconciliation in Ethiopia and in the East and Northeast African regions.

Ethiopian PM Abiy Ahmed and President of Erythrea,Isaias Afwerki

In Ethiopia, even if much work remains, Abiy Ahmed has initiated important reforms that give many citizens hope for a better life and a brighter future. He spent his first 100 days as Prime Minister lifting the country’s state of emergency, granting amnesty to thousands of political prisoners, discontinuing media censorship, legalising outlawed opposition groups, dismissing military and civilian leaders who were suspected of corruption, and significantly increasing the influence of women in Ethiopian political and community life. He has also pledged to strengthen democracy by holding free and fair elections.

Ethiopia is a country of many different languages and peoples. Lately, old ethnic rivalries have flared up. According to international observers, up to three million Ethiopians may be internally displaced. That is in addition to the million or so refugees and asylum seekers from neighbouring countries.

As Prime Minister, Abiy Ahmed has sought to promote reconciliation, solidarity and social justice. However, many challenges remain unresolved. Ethnic strife continues to escalate.No doubt some people will think this year’s prize is being awarded too early. The Norwegian Nobel Committee believes it is now that Abiy Ahmed’s efforts deserve recognition and need encouragement.

The Norwegian Nobel Committee hopes that the Nobel Peace Prize will strengthen Prime Minister Abiy in his important work for peace and reconciliation. Ethiopia is Africa’s second most populous country (105 millions) and has East Africa’s largest economy. A peaceful, stable and successful Ethiopia will have many positive side-effects, and will help to strengthen fraternity among nations and peoples in the region.

With the provisions of Alfred Nobel’s will firmly in mind, the Norwegian Nobel Committee sees Abiy Ahmed as the person who in the preceding year has done the most to deserve the Nobel Peace Prize for 2019.

Prime Minister Abiy Ahmed becomes the 24th African to win the prestigious award and joins a growing Nobel Laureates roll of honour that includes Kenya’s Wangari Maathai (2004), Liberia’s Ellen Johnson Sirleaf and Leymah Gbowee (2011), Egypt’s Mohamed ElBaradei (2005) and former UN Secretary General, the late Koffi Annan who won it in 2001 among others.

Dr Dennis Mukwege of the Democratic Republic of Congo won the Nobel Peace Prize last year for his efforts to end the use of sexual violence as a weapon of war and armed conflict.

Congratulatory messages from everywhere

Among the leaders of countries and international leaders who sent congratulatory is Japanese  Prime Minister Shinzo Abe who said ” … I have been deeply impressed by his (Abiy Ahmed’s) outstanding leadership in such efforts as the re-establishment of diplomatic relation with Eritrea after 20 years of severance, mediation in the processes in South Sudan and in Sudan, as well as his domestic reform efforts in Ethiopia.”

Ethiopian PM Abiy Ahmed and Kenyan President,Uhuru Kenyatta

President Uhuru Kenyatta of Kenya, in his congratulatory statement said PM Ahmed deserves the international recognition noting that the Ethiopian leader is outstanding in his pursuit for peace, reconciliation and stability in Ethiopia, the Horn of Africa region and the entire continent.

“I am delighted for my brother Prime Minister Abiy Ahmed and the people of the Federal Democratic Republic of Ethiopia for the 2019 Nobel Peace Prize Award. Prime Minister Ahmed fully deserves the recognition,” he pointed out.

“Prime Minister Ahmed stands out as a relentless champion for peace, stability and prosperity of his country, our region and the entire African continent,” Kenyatta stated.

Similarly, President George Weah of Liberia, Nigerian President Mohamed Buhari, Crown Prince of the Emirate of Abu Dhabi and Deputy Supreme Commander of the United Arab Emirates Armed Forces Mohammed bin Zayed congratulated the Ethiopian Prime Minister.

Hope and happiness for all the country

President of Ethiopia ,Sahlework Zewdie, in her briefing to the media in connection with the Nobel Peace Prize awarded to PM Abiy, said it shows the hope the international community places on Ethiopian.
The prize given to the prime minister demonstrates international recognition for his great achievements, she noted.

The president stated that the PM, above all, has made huge effort to end the more than two decades of stalemate between Ethiopia and Eritrea and put legacy of Ethiopia’s civilization that transcends generations.

According to her, Abiy has also exerted maximum efforts in resolving problems between neighboring countries in the east Africa region and encouraging mutual cooperation.

She further noted that Ethiopians can benefit a lot from unity and the premier has shown us that working devotedly can in a short period of time enable to get international recognition.

Saviez-vous d’où vient le mot « bonnet »?

Certainement que la chaleur de l’été vous a poussés à déposer quelque part votre bonnet. Vous le reprendrez quand le froid reviendra pour l’hiver.Mais saviez-vous l’origine de ce mot dont l’usage a tellement évolué?

Bonnet d'hiver
Un bonnet d’hiver

Du bonnet phrygien, devenu symbole de liberté des révolutionnaires français(1789) au bonnet de police(pour les services d’ordre)ou au bonnet rouge de 2013 en Bretagne-porté par ce qu’on a appelé « Mouvement des Bonnets rouges » menant la contestation des mesures fiscales injustes contre agriculteurs, les expressions sont variées.

Bonnet rouge des Bretons

Bonnet rouge, symbole et expression des revendications sociales en Bretagne.

Le Docteur expliqua: « Cela vient de ‘bonum est’ , bon est; voilà qui est bon, parce qu’il garantit des catarrhes et fluxions. »

Tous ceux qui ont pris leurs bonnets n’avaient-ils pas réfléchi à ces origines pour exprimer la portée de leur malaise?Ont-ils obtenu la garantie de ce qu’ils revendiquaient par ce symbole?Ne serait-il pas par jalousie de résultats que l’on a changé le » bonnet » en « gilet »?

Oh! Çà! C’est simple à dire et entendre comme bonjour, car le bonnet on l’enlève selon les saisons mais le « gilet jaune »on le garde avec soi pour question de sécurité et de visibilité! Si vous hésitez, revisitez la scène VI du Barbouillé!

By Protogène BUTERA

Pourquoi le Pape François instaure un DIMANCHE DE LA PAROLE DE DIEU?

Ce 30 septembre 2019 en la fête de Saint Jérôme,lui qui a contribué à la vulgarisation de la Bible en la traduisant en Latin(Vulgate), le Pape François a institué le Dimanche de la Parole de Dieu.

Par sa lettre apostolique en forme de « Motu Proprio »c’est-à-dire un Décret, « Aperuit illis »(il leur ouvrit l’intelligence), le Pape explique la raison de l’ instauration d’un tel dimanche.

Il dit: « Consacrer de façon particulière un dimanche de l’Année liturgique à la Parole de Dieu permet, par-dessus tout, de faire revivre à l’Église le geste du Ressuscité qui ouvre également pour nous le trésor de sa Parole afin que nous puissions être dans le monde des annonciateurs de cette richesse inépuisable« 

Quand et comment faire ce dimanche?

C’est la question à laquelle le Pape ne pouvait ne pas répondre. Par cette institution, il déclare, en effet: « 

J’établis donc que le IIIe Dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu. Ce dimanche de la Parole de Dieu viendra ainsi se situer à un moment opportun de cette période de l’année, où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens. « 

Le Saint Père n’a pas choisi ce dimanche par hasard car il survient après la semaine pour l’unité des chrétiens et la conversion de Saint Paul. Aussi,affirme le Pape, « il ne s’agit pas d’une simple coïncidence temporelle : célébrer le Dimanche de la Parole de Dieu exprime une valeur œcuménique, parce que l’Écriture Sainte indique à ceux qui se mettent à l’écoute, le chemin à suivre pour parvenir à une unité authentique et solide ».

Une nouveauté: célébrer le ministère du lectorat

Ce dimanche voulu par notre Pape François, comprend plusieurs nouveautés dont la principale est l’instauration du ministère du lectorat en lien étroit avec la liturgie entière.

Ainsi, déclare le Pape, « en ce dimanche, de façon particulière, il sera utile de souligner sa proclamation et d’adapter l’homélie pour mettre en évidence le service rendu à la Parole du Seigneur. Les Évêques pourront, en ce dimanche, célébrer le rite du lectorat ou confier un ministère similaire, pour rappeler l’importance de la proclamation de la Parole de Dieu dans la liturgie ».

Alors que dans nos paroisses ou dans les églises locales, nous avons l’habitude de prendre à la volée , le premier arrivé pour faire des lectures sans avoir le sens de la proclamation, le Pape François prescrit ceci: « Il est fondamental, en effet, de faire tous les efforts nécessaires pour former certains fidèles à être de véritables annonciateurs de la Parole avec une préparation adéquate, comme cela se produit de manière désormais habituelle pour les acolytes ou les ministres extraordinaires de la communion. « 

Pour aller plus loin,  » les prêtres en paroisse pourront trouver la forme la plus adéquate pour la remise de la Bible, ou de l’un de ses livres, à toute l’assemblée, afin de faire ressortir l’importance d’en continuer la lecture dans sa vie quotidienne, de l’approfondir et de prier avec la Sainte Écriture, se référant de manière particulière à la Lectio Divina ».

Changement: se reconnaître comme peuple de foi

Dans l’Église catholique, il est dangereux de séparer la table de la Parole avec celle du Sacrifice. Les deux ne font qu’un. Ainsi, « la fréquentation constante de l’Écriture Sainte et la célébration de l’Eucharistie rendent possible la reconnaissance entre personnes qui s’appartiennent. En tant que chrétiens, nous sommes un seul peuple qui marche dans l’histoire, fort de la présence du Seigneur parmi nous qui nous parle et nous nourrit. »

A ceux qui penseraient que ce dimanche est un ajout de plus, sinon inutile, le Pape rappelle que « ce jour consacré à la Bible veut être non pas « une seule fois par an », mais un événement pour toute l’année, parce que nous avons un besoin urgent de devenir familiers et intimes de l’Écriture Sainte et du Ressuscité, qui ne cesse de rompre la Parole et le Pain dans la communauté des croyants. »

Il est important de savoir que « l’Écriture et les Sacrements sont donc inséparables. Car lorsque les sacrements sont introduits et illuminés par la Parole, ils se manifestent plus clairement comme le but d’un chemin où le Christ lui-même ouvre l’esprit et le cœur pour reconnaître son action salvifique.

C’est pourquoi nous avons besoin d’entrer constamment en confiance avec l’Écriture Sainte, sinon le cœur restera froid et les yeux resteront fermés, frappés comme par d’innombrables formes de cécité. »

Sources: vaticannews.va

La Rédaction.

RDC: Les enseignants ont besoin d’être rassurés

Ce 5 octobre 2019, c’est la Journée mondiale des Enseignantes et Enseignants dont le but est qu’ils soient sans cesse honorés et distingués par tous.Ne constituent-ils pas les piliers de l’éducation?Et si enseigner, c’est ouvrir les portes d’un monde meilleur, il faut que ce monde soit à la portée de leur main.

Or, en République Démocratique du Congo(RDC), depuis 27 ans, les parents ont eu à supporter tout le système éducatif en prenant en charge les enseignants mal payés. C’est un système qui « a avili l’enseignant » depuis le temps de Mobutu, et qui continue de conduire tout l’enseignement « dans un abîme infini ».

Un enseignant doit gérer une centaine d’élèves

Récemment, le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba a annoncé que le salaire réévalué des enseignants et les indemnités de logements et de transports seraient payés plus tôt que prévu, dès le mois de septembre.

Cela a été confirmé par Willy Bakonga, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), « À partir du mois de septembre, le réajustement qui a été annoncé sera fait. Nous sommes en train de trouver des moyens. Le Premier ministre a donné des instructions pour que tout ce qu’on a dit par rapport à la paie des enseignants, par rapport au fonctionnement, des frais de logement et de transports. Il faut que tout cela soit résolu.« 

Hélas! Les enseignants, eux, ne sont pas d’accord: « Nous avons, disent-ils, l’impression que cette gratuité-là n’est pas bien définie au niveau de la hiérarchie politique. Certains enseignants sont déjà payés. Il n’y a rien qui a été donné en plus ; alors que l’État disait qu’il y aurait une paie additionnelle, majorée. » RDC dans la rue pour la gratuité de l’enseignement

Et voici une réponse quasi réaliste des Autorités: « Quand la décision a été prise de ramener les avantages accordés aux enseignants dans le cadre de la mise en œuvre de la gratuité du mois d’octobre au mois de septembre, à ce moment-là, la paie ordinaire était déjà engagée. Ces avantages-là, pour le compte du mois de septembre, vont être donnés au moyen d’une paie complémentaire », a expliqué Jean-Marie Mangobe.

Mr Jean-Marie Mangobe

M. Mangobe, Secrétaire Général de l’EPSP, a tenu à rassurer les enseignants sur la paie complémentaire qui, d’après lui , va se faire bientôt: « Le SECOPE a finalisé ce travail. Cette paie complémentaire va être exécutée dans les jours qui viennent », dit-il. Mais, c’est quand, précisément? Un mystère.

Lors de l’Assemblée générale à l’ONU, le président Félix Tshisekedi est revenu ce jeudi 26 septembre à New-York sur les priorités sociales de son mandat. Le chef de l’État a notamment réaffirmé sa détermination de rendre effective la gratuité de l’enseignement primaire dans le secteur public.

Les enseignants qui ne manifestent pas n’ont pas d’élèves!

Il s’est exprimé ainsi: « Les grandes priorités sociales de mon mandat sont définies comme suit : premièrement, rendre effective la gratuité de l’éducation primaire dans l’enseignement public tel que l’exige la constitution de mon pays. Cet engagement est effectif depuis le début de ce mois sur toute l’étendue du territoire national. Il portera en une année la part des dépenses d’éducation de 8% à près de 20% du budget de l’Etat, soit un niveau proche des standards commandés par l’UNESCO. « 

Pour bien remplir leur mission qui leur demande tant de sacrifices, les enseignants congolais ne vivront ni de promesses ni de paroles. Ils veulent être rassurés de leur juste salaire leur permettant de subvenir à leurs besoins et de vivre dans la dignité pour être des modèles à faire rêver les enfants.

La Rédaction

Le Saint du jour: François d’Assise,le roi de la jeunesse

Né à Assise au foyer de Pierre Bernardone et de Dame Pica, François vit d’abord une jeunesse folle. Participant à la guerre entre Assise et Pérouse, il est fait prisonnier. Plus tard, parti pour une autre guerre, il entend une voix lui dire: « Pourquoi sers-tu le serviteur et non le maître? »

C’est pour lui le début d’une nouvelle existence. Rentré à Assise, « le roi de la jeunesse » se tourne vers les pauvres et les lépreux. Il a 24 ans. Dans la chapelle de Saint Damien, il entend le grand crucifix lui dire: « Répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruines. » Le voilà transformé en maçon.

Pour réparer la chapelle, il dépense l’argent de son père qui l’assigne devant l’évêque. Il se dépouille alors de tous ses vêtements en déclarant qu’il n’a d’autre père que celui qui est aux cieux.

Un matin, il entend l’évangile de l’envoi en mission des disciples. Appliquant l’Évangile à la lettre, il parcourt la campagne, pieds nus et une corde pour ceinture, en annonçant: « Que le Seigneur vous donne sa paix. » Des compagnons lui viennent et il leur rédige une Règle faite de passages d’Évangile. Quand ils seront douze, ils iront à Rome la faire approuver par le Pape Innocent III.

Pour les laïcs, il fonde un troisième Ordre, appelé aujourd’hui « la Fraternité séculière. » Il envoie ses frères de par le monde et lui-même rencontre le sultan à Damiette pour faire cesser la guerre entre chrétiens et musulmans.

A son retour, il trouve l’Ordre en grandes difficultés d’unité. Il rédige une nouvelle Règle et se retire, épuisé, sur le mont Alverne où il reçoit les stigmates du Christ en croix. Il connaît ainsi dans son coeur l’infini de l’amour du Christ donnant sa vie pour les hommes.

En 1226, au milieu de très grandes souffrances, il compose son « Cantique des Créatures » et le 4 octobre, « nu, sur la terre nue », il accueille « notre sœur la mort corporelle. »

Patron des louveteaux, de l’écologie et de la non-violence, le saint italien évoque un art de vivre et une manière d’être chrétien. Sur les routes, jusqu’en Terre sainte, il prêcha à tous l’amour de Dieu, cherchant par sa parole et ses gestes à suivre le mieux possible le Christ.

C’est pour cela que depuis 1220,un an après la rencontre de François avec le Sultan Malik Al-Kamil, les Frères Mineurs sont les gardiens officiels des lieux saints à Jérusalem(Custodie franciscaine de Terre Sainte). Préparons-nous à fêter les 800 ans de leur présence en pensant au Poverello qui leur disait:

Rappelez-vous que lorsque vous quittez cette terre, vous n’emportez rien de ce que vous avez reçu-uniquement ce que vous avez donné. »

François d’Assise

Heureux qui persévèrent dans la paix, car c’est le Très-Haut qui les couronnera. »

François d’Assise

Sources: nominis.fr

P.Protogène BUTERA

Eglise-Gabon: Le Jubilé de 175 ans pour reverdir l’Église dans tout le pays

Dimanche 29 septembre, a été clôturé le Jubilé marquant les 175 ans de l’Évangélisation du Gabon, Jubilé qui avait débuté en septembre 2018. L’événement s’est tenu au Palais des Sports de Libreville, qui a une capacité d’accueil de 5.000 personnes et qui était presque plein. Il s’est agi d’une bonne participation de la part de fidèles provenant non seulement de Libreville mais aussi de tous les Diocèses du pays.

Une foule immense au Palais des Sports de Libreville

C’était le 29 septembre en 1844, en la fête de l’Archange St Michel et de ses compagnons St Gabriel et St Raphaël que la première messe a été célébrée en cette gabonaise par le biais des missionnaires.

D’une importance particulière a été l’ordination de 16 nouveaux prêtres provenant de tous les Diocèses du Gabon, certains étant religieux – Spiritains (Pères de la Congrégation du Très Saint Esprit) ou clarétains (Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de Marie) ».

De ces prêtres,7 sont du Diocèse de Libreville, 2 du Diocèse de Mouila, 3 du Diocèse de Port-Gentil, 3 des Missionnaires spiritains et 1 des Missionnaires Claretains.

Après la Messe, lors de la rencontre de courtoisie avec le Premier Ministre, celui-ci a annoncé que l’important boulevard de Libreville qui portait le nom de Mgr Bessieux, Père spiritain ayant fondé l’Eglise au Gabon, et qui avait été débaptisé reprendra son nom originaire pour honorer sa mémoire.

Pour Mgr Escalante Molina, Nonce apostolique au Gabon et en République du Congo, la conclusion de l’Année jubilaire a constitué un ravivage de l’Église au Gabon, accompagné par un approfondissement de la part des fidèles du sens de l’Évangélisation et de la Mission. L’ implication des communautés locales a été très forte.

Le Jubilé a été donc un événement qui a ouvert aussi le Mois Missionnaire extraordinaire car les chrétiens ont pris conscience d’être « Baptisés et envoyés » pour porter ensemble la responsabilité missionnaire avec tous les prêtres,surtout les nouveaux.

A cette cérémonie qui a duré quatre heures, étaient également présents des Évêques d’Europe, comme celui de Toulouse et deux Évêques de Sardaigne.Il y avait aussi le Légat du Pape,Mgr Giampietro DAL TOSO,Secrétaire général de Cor Unum des Œuvres pontificales.Une très belle occasion pour reverdir l’Église dans ce pays de 2 millions d’habitants dont 10% de Musulmans, 20% de Protestants et 70% de Catholiques.