Homélie du 30° dimanche: Quand la prière a atteint son but

Le But De La Prière

En prolongement du message du dimanche dernier sur la nécessité de toujours prier sans se décourager, aujourd’hui c’est le but ou la finalité de la prière qui est en jeu.

Or, le but de toute prière est la gloire de Dieu et la reconnaissance des mérites des autres. C’est ce que souligne la prière sur les offrandes: « Permets, Seigneur, que notre célébration contribue d’abord à ta gloire. » Et Saint Paul l’affirme de façon merveilleuse: « Le Seigneur me remettra sa récompense comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire.« 

En revanche, ce qui peut empêcher la prière d’atteindre son but, c’est l’orgueil et le mépris des autres mais surtout l’orgueil en tant que sentiment de domination: « Parce que, dit le Pharisien, je ne suis pas comme les autres hommes, ou comme ce Publicain. »

Pourtant, les deux hommes étaient sortis pour prier. S’ils diffèrent de part leurs statuts et leurs dispositions, quelque chose les unit: non seulement le désir de prier encore, mais aussi le fait de s’adresser presque à un même Dieu: « Mon Dieu, je te rends grâce », dit l’un; « Mon Dieu, montre-toi favorable », dit l’autre.

Ainsi, dans nos célébrations liturgiques, nous accordons la première place au Publicain par notre demande de pardon(Kyrie, méditation) et nous intégrons aussi ce que le Pharisien a de meilleur: « rendre grâce » par notre gloire à Dieu (manifestation de joie)de façon à être introduits confortablement à la Table de la Parole.

Oh! Qu’il est admirable ce Pharisien! Un bon type qui fait de belles choses que la génération actuelle ne ferait plus: jeûner 2 fois par semaine, verser 10% de son salaire/revenus pour l’entretien du Temple ou de l’Église. Ah! Non. C’est plus que ça. Il est l’homme que cherche cette génération: super-man, star du show, le meilleur gagnant…Grâce à lui, le Seigneur nous remet à l’ordre: « Qui s’élève sera abaissé; qui s’abaisse sera élevé. »

Le Seigneur Jésus lui-même s’est abaissé vers nous pour qu’il soit élevé par nos voix en reconnaissant la puissance de Dieu le Père qui l’a élevé d’entre les morts. C’est le sens de nos Eucharisties où chaque jour/dimanche nous exprimons l’importance de sa présence au milieu de nous. Nous le disons avec Saint Paul: « A lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen »

Très bon dimanche pour la fin de ce mois d’octobre. Allez plus loin dans la méditation des textes du jour.

PREMIÈRE LECTURE
Lecture du livre de Ben Sira le Sage (Si 35, 15b-17.20-22a)
Le Seigneur est un juge
qui se montre impartial envers les personnes.
    Il ne défavorise pas le pauvre,
il écoute la prière de l’opprimé.
    Il ne méprise pas la supplication de l’orphelin,
ni la plainte répétée de la veuve.
    Celui dont le service est agréable à Dieu sera bien accueilli,
sa supplication parviendra jusqu’au ciel.
    La prière du pauvre traverse les nuées ;
tant qu’elle n’a pas atteint son but, il demeure inconsolable.
Il persévère tant que le Très-Haut n’a pas jeté les yeux sur lui,
    ni prononcé la sentence en faveur des justes et rendu justice.

    – Parole du Seigneur.
DEUXIÈME LECTURE
Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée  (2 Tm 4, 6-8.16-18)
Bien-aimé, je suis déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu.
    J’ai mené le bon combat,
j’ai achevé ma course,
j’ai gardé la foi.
    Je n’ai plus qu’à recevoir la couronne de la justice :
le Seigneur, le juste juge, me la remettra en ce jour-là,
et non seulement à moi,
mais aussi à tous ceux qui auront désiré avec amour
sa Manifestation glorieuse.
    La première fois que j’ai présenté ma défense,
personne ne m’a soutenu :
tous m’ont abandonné.
Que cela ne soit pas retenu contre eux.
    Le Seigneur, lui, m’a assisté.
Il m’a rempli de force
pour que, par moi,
la proclamation de l’Évangile s’accomplisse jusqu’au bout
et que toutes les nations l’entendent.
J’ai été arraché à la gueule du lion ;
    le Seigneur m’arrachera encore
à tout ce qu’on fait pour me nuire.
Il me sauvera et me fera entrer dans son Royaume céleste.
À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

    – Parole du Seigneur.
ÉVANGILE
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 18, 9-14)
En ce temps-là,
    à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes
et qui méprisaient les autres,
Jésus dit la parabole que voici :
    « Deux hommes montèrent au Temple pour prier.
L’un était pharisien,
et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).
    Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même :
‘Mon Dieu, je te rends grâce
parce que je ne suis pas comme les autres hommes
– ils sont voleurs, injustes, adultères –,
ou encore comme ce publicain.
    Je jeûne deux fois par semaine
et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’
    Le publicain, lui, se tenait à distance
et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ;
mais il se frappait la poitrine, en disant :
‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’
    Je vous le déclare :
quand ce dernier redescendit dans sa maison,
c’est lui qui était devenu un homme juste,
plutôt que l’autre.
Qui s’élève sera abaissé ;
qui s’abaisse sera élevé. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

By Protogène BUTERA