Yoga ou yogathérapie,quel bénéfice pour la santé?

Le yoga qui est la faculté de diriger les activités du psychisme,attire tous les âges.Actuellement,ils sont nombreux à se mettre à ses pratiques.Peut-être pas pour des mêmes raisons…

Le yoga, une philosophie de vie favorisant la réalisation spirituelle

L’objectif primordial du yoga est de favoriser la réalisation spirituelle de l’individu et non pas de le soigner. Mais la maladie étant considérée comme un obstacle à l’évolution intérieure, il va s’y intéresser. Cette tradition millénaire a les outils physiques, physiologiques, voire psychologiques, pour soulager les « mal-aises » ou les « mal-a-dies » et retrouver un état « d’aise » ou de santé.

Favoriser la réalisation spirituelle de l’individu…

Par la pratique des asanas (postures), des pranayamas (respirations) ou par la méditation, le yoga propose de se côtoyer intérieurement et d’évoluer vers davantage de lucidité sur soi-même et ce, à plusieurs niveaux. Tout d’abord d’un point de vue physique, il nous invite à prendre conscience de notre posture ; d’un point de vue physiologique, de l’état de nos principaux organes ; et enfin, d’un point de vue psychologique, de notre attitude mentale par rapport à notre environnement ainsi que des émotions qui nous traversent.

L’idée est de pacifier l’ensemble, du plus grossier au plus subtil, en unifiant le mental, le souffle et le corps. « Le côté subtil du yoga intervient peu à peu à partir de la matière dense dont nous faisons partie. L’observation de notre corps et de nos réactions nous amène à faire un choix entre une attitude passée, souvent conventionnelle, et une nouvelle façon de voir les choses et d’agir. C’est ainsi que la conscience du Soi s’élève à partir de la matière pour aller vers la conscience du Soi détaché de la matière » explique Martine Fritte, yogathérapeute de l’Institut français de yoga (IFY), à Vallauris.

Le yoga est bien plus qu’une discipline corporelle, il est un art de vivre à part entière. D’ailleurs, dans les Yoga-sûtras de Patanjali (dont on situe l’origine entre le IVe siècle avant JC et le IVe siècle après), livre fondateur, seuls 3 d’entre eux sur 195 sont consacrés à l’aspect physique ! Malheureusement – ou peut-être heureusement ! -, la plupart des Occidentaux l’abordent ainsi. Ce fut mon cas. Le corps m’a permis d’y voir plus clair en pointant des maux plus profonds. Tout d’abord source de souffrance, la maladie m’a permis d’emprunter un chemin, source d’évolution.

Prise de conscience de l’outil mental et notion d’équilibre

Pour vivre en harmonie et en paix, le mental doit être un outil au service de l’Etre et non le contraire. Il ne doit pas être le maître à bord, mais un simple serviteur, comme on le trouve très bien énoncé dans le Yoga-sûtra I 2 (Yoga-sûtra de Patanjali, Miroir de soi) : « Le yoga est la faculté de diriger les activités du psychisme. » A partir du moment où j’ai été capable d’opérer cette distinction entre les principes de conscience et du mental, la voie du discernement s’est ouverte. Le point de référence, la conscience, est immuable, au-delà du temps et de l’espace, alors que le mental, lui, est fluctuant.

Le yoga est la faculté de diriger les activités du psychisme.

Le Yoga-sûtra amène à découvrir les 5 principes personnels (niyamas) : purification, contentement, discipline de vie, étude de soi par les textes sacrés et dévotion à l’Etre omniscient. Premier principe, réduire les toxines et favoriser la rectitude intellectuelle et morale. Le deuxième appelle au contentement. Grâce à un état de paix intérieure, je retiens le côté positif de ma vie. Le troisième est l’ascèse du juste milieu. Je veille à équilibrer les énergies pour éviter les excès préjudiciables à mon corps et à ma tête : nourriture, travail, activités physiques, loisirs, sommeil… Quatrième et avant-dernier principe, l’étude de soi par les textes sacrés. Enfin, la dévotion : en reconnaissant mes limites, je m’en remets à une force plus élevée, dans l’humilité la plus totale.

On voit aussi apparaître cette notion d’équilibre et de modération dans les cinq principes relationnels du yoga (yamas), qui sont par ordre d’importance : non violence, véracité, honnêteté, tempérance et non convoitise. Ces qualités sont requises dans la relation à l’autre et à soi-même. Ne pas faire souffrir autrui, avoir des relations harmonieuses, dire la vérité de manière agréable, ne pas gaspiller son énergie inutilement, respecter ce qui appartient à mon voisin, ne pas rechercher la possession de biens superflus… sont autant de principes à avoir pour mettre en place un cercle vertueux de pensées et d’actions.

Une pratique personnalisée et régulière visant à l’autonomie

« La prise du pouls, qui requiert des années d’apprentissage, est un outil précieux qui permet d’avoir une idée de ce qu’il se passe à l’intérieur d’une maison sans y rentrer : humide, sec, aéré, renfermé, chaud, froid… En fonction de ces renseignements, toutes les postures s’imposent d’elles-mêmes et la séance se dessine. La yogathérapie, qui a toujours existé dans la tradition du yoga, a pour but de favoriser le processus de guérison de l’individu ou de prévenir la maladie.

cfr:https://jack35.wordpress.com/2017/01/12/se-soigner-grace-a-la-yogatherapie-video/

Egypte: un prêtre assassiné dans la rue du Caire

L’Égypte des Pharaons devient de plus en plus la terre des fanatiques religieux.Ce 12 octobre 2017,un de ces fanatiques a assassiné un prêtre copte en pleine rue du Caire.Ce n’était pas la nuit.

Le Père Samaan Shehata, âgé de 51 ans,a succombé sous les coups d’un extrémiste musulman à El-Salam City,tandis que son confrère, Ezbet Girgis, gravement blessé,est transporté à l’hôpital.

D’après kath.ch, le tueur,Ahmed Saeed a également blessé le Père Bayman Moftah qui les accompagnaient.Tous les trois étaient en train de collecter des aides pour les pauvres de leur paroisse de Beni Suef.

Voilà le prix de la solidarité qui met au piédestal la valeur de l’unité entre chrétiens et musulmans dans cette partie du Moyen-Orient.

By P.B

Umutagatifu w’umunsi: Sainte Thérèse d’Avila

Umugore wa mbere washyizwe mu rwego rw’abigisha ba Kiliziya(Docteur de l’Eglise),Tereza yavutse tariki ya 28 Werurwe 1515,yitaba Imana ku wa 15 Ukwakira 1582.
Umuryango w’Ababikira b’Abakarumeli yinjiyemo ari muto,yawuhaye isura nshya(Carmel réformé).Bagenzi be yabashishikarizaga kwita cyane kuri muntu w’imbere iyo(l’homme ou intériorité)ufasha mu isengesho ribwira Imana nk’umukunzi(Oraison)musangira ibyicaro(demeures.)
Yakundaga kuvuga ati(citations):

« S’il y a beaucoup de demeures au ciel,il y a beaucoup de chemins pour y arriver. »

« Ceux qui ont déjà commencé à faire oraison,ont compris l’importance ,pour eux, de ne pas en rester aux premières Demeures.Mais souvent,ils ne sont pas encore assez déterminés à ne pas y rester,ils ne s’éloignent pas encore des occasions,ce qui est fort dangereux. »

« Dans ce travail spirituel,celui qui pense le moins et veut le moins ,obtient plus;ce que nous devons faire,c’est demander comme le font de pauvres nécessiteux devant un grand et riche empereur;ensuite baisser les yeux et attendre humblement. »

« Que rien ne te trouble
Que rien ne t’effraie
Tout passe
Dieu ne change pas
La patience tout obtient;
Celui qui a Dieu ne manque de rien
Dieu seul suffit. »

Nadufashe gutegura neza Umunsi wa Nyagasani kandi natwe dusabire  Avila,umujyi wamuhaye kubona izuba.

By P.B

 

Afrique du Sud: Malades mentaux entre la rue et la mort

Ils sont nombreux à être abandonnés à leur triste sort.Comme dans la majorité des pays africains,ces malades manquent de soins adéquats.Ils dorment dans les rues ou dans les caniveaux faute de lieux adaptés.

Là où ils existent,les hôpitaux psychiatriques sont mal équipés.Mais en Afrique du Sud,cela ne devrait pas arriver si ce n’était pas pour le souci de faire des économies.Il en fut ainsi dans « Life Esidimeni Hospital ».Afrique du Sud

La fermeture de cet hôpital a conduit au grand scandale de l’année.Les malades mentaux ont été transférés vers d’autres centres situés à Johannesburg ou Pretoria.Avec des moyens limités,118 patients y sont morts de faim ou de déshydratation.

Les familles des victimes pleurent les leur.Mais depuis 2016,c’est l’oubli qui est en train de gagner.

Même si le rapport ne le précise pas,les mesures prises par le département de santé de la province de Gauteng sont jugés irresponsables.De surcroit,cette maladie semble être raciste, car elle atteint quasiment les Noirs. Pourquoi en est-il ainsi?

By P.B

Mauritanie: Le système éducatif au bas de l’échelle

Malgré un passé et un présent glorieux dans la maîtrise des sciences islamiques, le système éducatif en Mauritanie demeure un sujet de vive préoccupation.

Illustration avec un rapport récent du Forum Economique Mondiale pour l’Afrique, classant le pays du million de poètes au bas de l’échelle.Selon ce rapport, le système éducatif mauritanien reste toujours au creux de la vague, malgré ou à cause de plusieurs réformes entreprises au cours des 50 dernières années.

Tous les pouvoirs qui ont tenu durablement les commandes de la Mauritanie  ont tenté de faire face « au monstre » de la baisse de niveau des élèves et étudiants.Cette baisse était illustrée par les piètres résultats   enregistrés à l’occasion des examens et concours.

Ces derniers jours, le rapport du Forum Economique Mondial pour l’Afrique- World Economic Forum, cité par la BBC, classe le pays historiquement réputé pour son savoir en matière de sciences islamiques, qu’il a propagé et partagé dans tout l’espace ouest africain, au 129é rang sur un total de 130 pays étudiés.

C’est vraiment honteux.Conscientes de cette triste réalité, les autorités au plus haut niveau, envisagent des mesures de correction à partir de la prochaine rentrée scolaire.Ne sont-elles pas des promesses politiques?

A lire: Le système éducatif est toujours un casse tête

By Cheikh Sidya/Nouakchott

Ubuzima bw’abatagatifu: Saint François d’Assise,umuririmbyi wa Nyiribiremwa

Se,Pierre Bernardone ni Umutaliyani,naho nyina Dame Pica akaba Umufaransa-kazi.Aba babyeyi be bari abacuruzi bakomeye(marchands)mu mujyi wa Asizi.

Ubwo yari afite imyaka 25,ni bwo yumvise ijwi rya Kristu rimuhamagarira kuzahura Kiliziya abicishije mu bakene.

Yasanze ishingiro rya byose ari Ijambo ry’Imana nk’Inkuru Nziza mu bantu.Kugira ngo igere kuri benshi,yashinze urwego rw’abavandimwe bato bigisha(Ordre des frères prêcheurs mineurs,Ofpm ou Franciscains).N’abagore ntiyabaheje kuko yafatanije na Claire bagatangiza Ordre des Dames Pauvres(Clarisses).

Ku myaka 44 ni bwo yitabye Imana mu 1226.Nyuma y’imyaka 2 gusa yari yemejwe nk’umutagatifu(canonisation).
Na n’ubu,abaharanira amahoro bamwibonamo,abarwanya akarengane gakorerwa abakene bakamwibonamo,abakunda umubano mwiza mu bantu badahungabanya n’ibindi biremwa,bose na  bakamwibonamo.
Ni yo mpamvu Papa François yifuje ko uyu munsi waba uwo kuzirikana ku mahoro no ku biremwa byose. Kandi koko abakunda inyigisho z’uyu mutagatifu bamwibuka nk’umuririmbyi wa Nyiribiremwa wabigaragazaga no mu mikorere.Akenshi yarababwiraga ngo(citations):

« Commence par faire le nécessaire,puis fais ce qu’il est possible de faire et tu réaliseras l’impossible sans t’en apercevoir. »

« Pour commencer,nous allons faire les petites choses faciles.Petit à petit,nous nous attaquerons aux grandes.Et quand les grandes choses seront faites,nous entreprendrons les choses impossibles. »

« Que sont les serviteurs de Dieu,sinon comme ces jongleurs qui doivent élever les cœurs des hommes et les émouvoir de la joie spirituelle? »

« Celui qui travaille avec ses mains est un ouvrier,celui qui travaille avec ses mains et sa tête est un artisan,celui qui travaille avec ses mains ,sa tête et son cœur est un artiste. »

 

Mu kubizirikana, aba adusabira. Abamwiyambaza tubifurije umunsi mukuru mwiza w’amahoro.

By P.B

Les bienfaits du curcuma pour notre santé

Il est connu comme épice parmi tant d’autres.Pourtant,outre sa capacité à colorer d’un magnifique jaune doré les plats d’ici et d’ailleurs, le curcuma(turmeric) a de nombreux atouts et bienfaits pour notre santé.

Ce composant principal du curry est extrêmement antioxydant,anti-cancer(inhibition des tumeurs),anti-inflammatoire.Son activité est comparable à celle des vitamines C et E et les études ont montré son rôle essentiel dans la lutte contre les maladies neurodégénératives.

Pour les chercheurs chinois et indiens,l’extrait de curcuma augmente la sécrétion d’acides biliaires de plus de 100 % ainsi que la solubilité des sels biliaires. En stimulant les fonctions hépatiques et en accélérant la contraction de la vésicule biliaire, permettant une meilleure évacuation de la bile dans l’intestin, il nous aide à mieux digérer.

 

Le curcuma protégerait également l’estomac : des chercheurs thaïlandais ont observé une régression complète des ulcères duodénaux et gastriques chez 75 % des sujets à qui on avait donné 3 g de curcuma par jour, répartis en 5 prises durant 4 à 12 semaines. Ils ont émis l’hypothèse que cette propriété anti-ulcéreuse peut être due à l’activité antihistaminique et antibactérienne du curcuma, une bactérie étant souvent à l’origine des ulcères.

Stimulant digestif,il soutient ainsi les foies paresseux en apportant un véritable confort gastrique et intestinal.Est-il question de la simple phytothérapie?Essayez 1 cuillère par jour ou 3 bols en raison de 2 cuillerées à café,et vous verrez.

By P.B