Are siblings more important than parents?

Positive interactions with siblings during adolescence foster empathy, prosocial behavior, and academic achievement.When a sibling relationship is bad, however, it can be really bad…

Christopher DELORENZO

We don’t choose our siblings the way we choose our partners and friends. Of course, we don’t choose our parents either, but they usually make that up to us by sustaining us on the way to adulthood. Brothers and sisters are just sort of there. And yet, when it comes to our development, they can be more influential than parents. This holds whether they are older and cool, or younger and frustrating; whether we follow in their footsteps, or run screaming in the other direction.

Siblings
Siblings influence

Part of siblings’ sway has to do with their sheer presence. Eighty-two percent of kids live with a sibling (a greater share than live with a father), and about 75 percent of 70-year-olds have a living sibling. For those of us who have brothers or sisters, our relationships with them will likely be the longest of our life.

Whether these relationships make our life better or worse is a more complicated question. On the upside, positive interactions with siblings during adolescence foster empathy, prosocial behavior, and academic achievement. This effect can be complicated by a full house, however. Kids with more siblings (a larger “sibship,” to use the industry term) do worse in school—although the universality of this finding has been challenged by studies of Mormons and the entire population of Norway.

When a sibling relationship is bad, however, it can be really bad—as in messing-up-your-life bad. Tense sibling relationships make people more likely to use substances and to be depressed and anxious in adolescence. Moreover, sibling bullying makes a kid more likely to engage in self-harm as a teen and to become psychotic by age 18.

Whether a person models herself after her siblings or tries to distinguish herself has particularly important consequences. One study found that siblings who felt positively about each other tended to achieve similar education levels, while those who spent unequal time with their dad and perceived unequal parental treatment had diverging educational fortunes.

Not that divergence is necessarily bad: Research suggests that as siblings’ relationships with their parents grow more different over time, their relationship with each other may become warmer. And emulating your sibling can be a mistake, depending on what she’s up to: Girls are more likely to get pregnant in their teens and teenagers are more likely to engage in risky behavior if an older sibling did so first. Younger siblings also may have sex earlier than older ones (partly because their big brothers and sisters introduce them to more experienced potential partners).

One way or another, sibling influence is lasting. A study of more than 1 million Swedes found that one’s risk of dying of a heart attack spikes after a sibling dies of one, due not only to shared DNA but also to the stress of losing such a key figure. Which makes sense: Most of us are different people than we’d have been if our brothers or sisters were never born. Siblings seem like they’re just there only until they aren’t.

See more:Sibling influence

Why are Americans still uncomfortable with atheism?

By Casey CEP

It is very important to know what unbelievers(atheists)in America, believe when they use the terms like « God bless you » or « In God we Trust »(Constitution) while some believers use atheism to discredit other minority of thinkers.

At the beginning

Daniel Seeger was twenty-one when he wrote to his local draft board to say, “I have concluded that war, from the practical standpoint, is futile and self-defeating, and from the more important moral standpoint, it is unethical.” Some time later, he received the United States Selective Service System’s Form 150, asking him to detail his objections to military service. It took him a few days to reply, because he had no answer for the form’s first question: “Do you believe in a Supreme Being?”

Unsatisfied with the two available options—“Yes” and “No”—Seeger finally decided to draw and check a third box: “See attached pages.” There were eight of those pages, and in them he described reading Plato, Aristotle, and Spinoza, all of whom “evolved comprehensive ethical systems of intellectual and moral integrity without belief in God,” and concluded that “the existence of God cannot be proven or disproven, and the essence of His nature cannot be determined.” For good measure, Seeger also used scare quotes and strike-throughs to doctor the printed statement he was required to sign, so that it read, “I am, by reason of my ‘religious’ training and belief, conscientiously opposed to participation in war in any form.”

By the time Seeger submitted his form, in the late nineteen-fifties, thousands of conscientious objectors in the U.S. had refused to fight in the two World Wars. Those who belonged to pacifist religious traditions, such as Mennonites and Quakers, were sent to war as noncombatants or to work as farmers or firefighters on the home front through the Civilian Public Service; eventually, so were those who could prove their own independent, religiously motivated pacifism. Those who could not were sent to prison or to labor camps. But while Selective Service laws had been revised again and again to clarify the criteria for conscientious objection, they still did not account for young men who, like Seeger, refused to say that their opposition to war came from belief in a Supreme Being.

Over time, draft boards came to resemble freshman philosophy seminars in their attempts to decide who did and did not qualify for C.O. status. A Jewish socialist who ran an engraving business did not, but a pulp artist and atheist who appealed to the idea of secular humanism did; some members of the Ethical Culture Society qualified, but not others; Jehovah’s Witnesses initially did not, on the theory that someone willing to fight the Devil during Armageddon ought to be willing to fight America’s enemies during a war; a writer turned financial consultant who belonged to no church but had read “philosophers, historians, and poets from Plato to Shaw” was granted C.O. status after two contradictory close readings of his antiwar play.

Different boards reached very different conclusions, various appeal boards upheld and reversed those decisions without much consistency, and, inevitably, some of those appeals ended up before federal courts. When Seeger’s local board was unmoved by his argument, he took it all the way to the Supreme Court, where, in 1965, the Justices found unanimously that a draftee did not need to believe in God in order to have a conscience that could object.

Clear conscience of Americans

Seeger’s victory helped mark a turning point for a minority that had once been denied so much as the right to testify in court, even in their own defense. Atheists, long discriminated against by civil authorities and derided by their fellow-citizens, were suddenly eligible for some of the exemptions and protections that had previously been restricted to believers. But, in the decades since U.S. v. Seeger, despite an increase in the number of people who identify as nonbelievers, their standing before the courts and in the public sphere has been slow to improve.

Americans, in large numbers, still do not want atheists teaching their children, or marrying them. They would, according to surveys, prefer a female, gay, Mormon, or Muslim President to having an atheist in the White House, and some of them do not object to attempts to keep nonbelievers from holding other offices, even when the office is that of notary public. Atheists are not welcome in the Masonic Lodge, and while the Boy Scouts of America has opened its organization to gays and to girls, it continues to bar any participant who will not pledge “to do my duty to God.”

Such discrimination is both a cause and an effect of the crude way in which we parse belief, which has barely changed since Daniel Seeger completed his C.O. Lack of belief in God is still too often taken to mean the absence of any other meaningful moral beliefs, and that has made atheists an easy minority to revile. This is especially true in America, where an insistence on the idea that we are a Christian nation has tied patriotism to religiosity, leading to such strange paroxysms as the one produced by President Trump at last year’s Values Voter Summit: “In America, we don’t worship government—we worship God.”

No separation between church and state

As you remark it, the one wall the current Administration does not want to build is the one between church and state. The most evident manifestation of this resurgence of Christian nationalism has been animosity toward Muslims and Jews, but the group most literally excluded from any godly vision of America is, of course, atheists. Yet the national prejudice against them long predates Daniel Seeger and his draft board. It has its roots both in the intellectual history of the country and in a persistent anti-intellectual impulse: the widespread failure to consider what it is that unbelievers actually believe.

American antipathy for atheism is as old as America. Although many colonists came to this country seeking to practice their own faith freely, they brought with them a notion of religious liberty that extended only to other religions—often only to other denominations of Christianity. From John Locke they inherited the idea that atheists cannot be good citizens and should not be brought into the social contract; in “A Letter Concerning Toleration,” Locke had written, “Those are not at all to be tolerated who deny the being of a God.”

Atheism, however, is not a single identity, ideology, or set of practices, and to speak of it that way is as reductive as speaking of “religion” rather than of Judaism, Buddhism, or Christianity—or, even more usefully, of Reform Judaism, Mahayana Buddhism, or Pentecostalism. “Atheisms” is a more precise concept, as the philosopher John Gray demonstrates in his new book, “Seven Types of Atheism” (Farrar, Straus & Giroux), and one that could help Americans move beyond their intractable fight over the existence of God.

See more: American antipathy for atheism

France-Orléans: Encore un suicide de prêtre accusé d’agression sexuelle

Soupçonné d’agression sexuelle sur mineurs,le père Pierre-Yves Fumery(38 ans),s’est suicidé dans son presbytère,diocèse d’Orléans.

Après le diocèse de Rouen,c’est Orléans qui vit le choc d’un suicide de prêtre.Pierre Yves Fumery s’est suicidé vendredi 19 octobre 2018. Son évêque, Mgr Jacques Blaquart, a donné une conférence de presse ce lundi 22 et est revenu sur ce geste qui endeuille de nouveau l’Église de France.


Le corps pendu du père Pierre-Yves Fumery,  responsable des paroisses du Giennois, a été retrouvé samedi 20 octobre dans les locaux du presbytère de Gien.Selon Mgr Blaquart, des paroissiens avaient alerté la cellule «d’écoute des blessures» du diocèse le 7 septembre.

Ces paroissiens auraient, selon lui, été témoins de «comportements inappropriés envers des adolescents de 13- 14 ans», notamment une «proximité physique», un «comportement pas ajusté avec une jeune fille qu’il a prise dans ses bras et raccompagnée plusieurs fois en voiture».


Le procureur de Montargis, Loïc Abrial a, de son côté, confirmé qu’une enquête préliminaire pour «suspicion d’agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans» a été ouverte le 21 septembre après des «informations préoccupantes». «Plusieurs auditions ont eu lieu (…), et le prêtre a été entendu le 15 octobre en qualité de témoin», en l’absence d’infraction pénale matérialisée, précise le magistrat.

Ordonné prêtre en 2014, après des études de droit,le père Pierre-Yves Fumery n’avait que 38 ans comme le fut Jean-Baptiste Sèbe de Rouen qui s’est suicidé le 18 septembre.

Peut-être qu’il n’a pas voulu subir le même sort que Pierre de Coye de Castelet, ancien curé de Lorris qui, accusé d’agressions sexuelles sur des mineurs, comparaîtra le 30 octobre 2018 devant le tribunal correctionnel d’Orléans.

A cette date aussi et au même tribunal, Mgr André Fort, ancien évêque d’Orléans,y comparaîtra pour non-dénonciation d’agressions sexuelles.Que pensent les chrétiens de ce diocèse en tourmente?Que ressent l’évêque qui doit entendre les victimes et ses prêtres?C’est le moment de la prière intense de purification.

Par Protogène BUTERA

France- Saint Malo: Le papa qui a violé sept membres de sa famille

À Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, un sexagénaire est soupçonné d’avoir violé sept membres de sa famille.Selon Le Télégramme, la chambre de l’instruction de Rennes a décidé de le placer en détention provisoire. Après la plainte de sa fille pour des viols remontant à une vingtaine d’années, six autres victimes, également membres de la famille, se sont signalées aux enquêteurs.

Le 20 août 2018, la fille du sexagénaire, âgée de 30 ans, a décidé de se rendre au commissariat de Saint-Malo pour dénoncer son père des faits dont elle aurait été victime dans son enfance, entre 5 et 15 ans.

Ce dernier achetait son silence en la menaçant de « tuer ses frères et sœurs » si elle parlait. La jeune femme s’est finalement décidée lorsque son fils, 10 ans, lui a confié que son grand-père l’avait caressé.

Par la suite, six autres membres de la famille sont venus dénoncer des faits similaires : la sœur de la première victime présumée, deux cousines, une demi-sœur mais aussi la belle-sœur du sexagénaire. Pour trois des victimes présumées, les faits sont prescrits, ce qui n’est pas le cas pour les quatre autres.

Comme l’a fait savoir l’avocate générale, »il y a un risque de renouvellement majeur des infractions et l’enquête, qui démarre tout juste, doit permettre de déterminer s’il y a d’autres victimes » . Aussi la chambre de l’instruction a-t-elle décidé de maintenir le suspect en détention provisoire.

Âgé de 66 ans,ce père qui est mis en examen et qui a des problèmes de santé, aurait voulu « rentrer chez lui, inquiet pour son épouse » atteinte d’une maladie. Cette dernière avait également été placée en garde à vue, soupçonnée de ne pas avoir porté assistance aux victimes.

C’est vraiment un drame familial. On dirait que le viol et l’inceste sont mêlés.Quel sera le remède?Comment la justice va rétablir le lien familial cassé par ces accusations?

Sources: Le Télégramme du 19-10-2018

Par Protogène BUTERA

Rwanda -Francophonie ou le retour de l’enfant prodigue

KABALISA Yves KIMENYI,Gasabo District

Quelle n’a été la victoire diplomatique pour le Rwanda! Proposée en anglais par le président Paul Kagame au poste de la présidence de la Francophonie,Louise Mushikiwabo a mis à profit son statut de Ministre des Affaires Étrangères depuis près de 10 ans.

Si son élection a été consensuelle et unanime par des présidents et des chefs des gouvernements,elle n’a pas fait que des heureux.C’était inconcevable que la France soutienne le Rwanda qui avait tourné le dos au Français en faveur de l’Anglais et du Commonwealth.

Fêter le retour de l’enfant prodigue

Emmanuel Macron a su le prix de l’indulgence.Il a reconnu les pas et la voix de l’enfant prodigue.A ses détracteurs qui ne comprenaient pas le sens de son soutien à la candidature rwandaise,le président français adresse le message de la miséricorde évengélique: « Il fallait festoyer et se réjouir,car mon fils que voilà est revenu à la vie;il était perdu,il est retrouvé »(Luc 15,32)

Quels seront les signes de ces festivités pour l’avenir?Les deux pays s’y préparent,sans doute.Est-ce que ceux qui se considèrent comme « fils aîné » respectueux des ordres,seront-ils apaisés?

A Kigali,les Francophones retrouvent le sourire

Avant,pour faire savant,il fallait parler anglais.Pour un mot de français,on était considéré comme un type perdu ou ignorant.Maintenant,ce sont les francophones qui retrouvent le sourire à Kigali.

Vive Erevan(Arménie) qui a permis cette reconquête à notre Louise Mushikiwabo. Même les Congolais de Bukavu et de Goma qui font leur business au Rwanda ne seront plus frustrés de ne pas parler Anglais.Tout le monde va gagner en communication et en compréhension.

Écoles et portails retourneront au français

C’était une contradiction notoire de voir figurer le Français dans la Constitution comme la troisième langue officielle alors qu’elle n’est utilisée sur aucun portail public ou gouvernemental.

Même sur le site du Ministère des Affaires Étrangères,il n’y a que des Tweets qui,dès le 12 octobre,pilulent en Français!Nous espérons que c’est un bon départ,car tout le reste était en Anglais;pas même une fenêtre pour le Kinyarwanda,langue nationale!

Ceux qui affirment que le Français n’était pas abandonné,à eux de le prouver!En tout cas,sur le site du Ministère de l’Éducation, la vérité est toute nue: n’y cherchez rien en Français!Là, vous voyez quelle est notre langue de l’Éducation.

La joie des parents

Nous, les parents,c’est avec joie que nous avons accueilli la nouvelle.Le français était devenu un cours supplémentaire dans les écoles privées qui sont très chères. Quand le président montrera au monde qu’il est capable, lui aussi,quand il le veut,de parler français,toutes les écoles se remettront au Français et nous aurons enfin, des informations dans cette langue de Molière qui nous manquait beaucoup.

Merci à la Francophonie!Peut-être que Louise Mushikiwabo favorisera cet engouement. Nous verrons si ce remaniement ministériel,suite à son départ, portera des effets escomptés en ce sens.

Par Kabalisa Yves Kimenyi/District Gasabo.

Parole de Saint Ignace d’Antioche

Évêque d’Antioche,Ignace n’a pas eu peur de subir le martyre pour sa foi au Christ.C’est vers l’an 107 qu’il est conduit à Rome pour y être livré en pâture aux bêtes sauvages.L’empire romain de Trajan voulait donner un signe de dissuasion aux conversions et un frein à l’expansion du christianisme.

Ce fut le contraire,car sur son chemin,il encourageait les chrétiens à l’unité et à la persévérance.C’était le but de ses 7 lettres aux églises (Ephésiens, Magnésiens, Tralliens,Philadelphiens,Smyrniens,Romains et à Polycarpe, évêque de Smyrne.

Il disait,par exemple, aux Philadelphiens:

« Dieu n’habite pas là où règnent la division et la colère »

« N’agissez jamais par l’esprit de querelle,mais selon l’enseignement du Christ »

Et aux Ephésiens,il adressait cette exhortation:

« Efforcez-vous de vous réunir plus fréquemment pour rendre à Dieu action de grâces et de louange.Car,quand vous vous rassemblez souvent,les puissances de Satan sont abattues et son œuvre de ruine détruite par l’unanimité de votre foi.Rien ne surpasse la paix,qui triomphe de tous les assauts que nous font les puissances célestes et terrestres. »

Quant à Polycarpe,il disait:

« Justifie ta dignité épiscopale par une entière sollicitude de chair et d’esprit ; préoccupe-toi de l’union, au-dessus de laquelle il n’y a rien de meilleur. Porte avec patience tous les frères comme le Seigneur te porte toi-même ».

« Tous, peinez ensemble les uns avec les autres, ensemble combattez, luttez, souffrez, dormez, réveillez-vous, comme des intendants de Dieu, comme ses assesseurs, ses serviteurs ».


Fêté le 17 octobre par l’Église catholique et le 20 décembre par l’Église orthodoxe,Ignace d’Antioche permet aux chrétiens de garder et d’affirmer courageusement leur identité.

Par Protogène BUTERA

Canonisation de Mgr ROMERO,reconnaissance de la voix des sans voix

Archevêque de San Salvador,Mgr Oscar Romero a été assassiné le 24 mars 1980 par les escadrons de la mort pendant qu’il célébrait la messe dans la chapelle de la Divine-Providence, dans la capitale salvadorienne.Par sa canonisation avec 7 autres bienheureux dont le Pape Paul VI,Mgr Romero devient le premier saint de l’Église salvadorienne.

Le Salvador a beaucoup souffert de la terrible guerre civile. De 1980 à 1992, plus de 70 000 personnes ont été tuées et un million déplacées. Malgré les accords de paix signés à Chapultepec au Mexique, qui mirent un terme au conflit, le Salvador est encore gangrené par la violence, celle en particulier des bandes criminelles.

Romero était la voix des sans voix

La voix de Mgr Romero qui voulait être celle «des sans voix» a donc toujours un fort écho dans le petit pays d’Amérique centrale.Lui qui a toujours lutté contre les récupérations politiques,était accusé de chantre de la Théologie de la libération,alors qu’il est pour les autres « le prophète de l’espérance ».

Les prêtres portaient les reliques de leur saint évêque.

Chaque partie peut trouver des preuves ,pour ou contre, dans son orientation pastorale:« le monde des pauvres nous apprend que la libération arrivera non seulement quand les pauvres seront les destinataires privilégiés des attentions des gouvernements et de l’Église, mais bien quand ils seront les acteurs et les protagonistes de leur propre lutte et de leur libération en démasquant ainsi la dernière racine des faux paternalismes, même ceux de l’Église »(discours de Louvain)

De plus,s’adressant au Pape Jean Paul II,il ne mâchait pas ses mots: »En moins de trois ans, plus de cinquante prêtres ont été attaqués, menacés ou calomniés. Six qui ont été assassinés méritent d’être considérés comme martyrs. Certains ont été torturés, d’autres expulsés du pays. Des sœurs ont été également persécutées….

[…]il est important de remarquer pourquoi l’Église est persécutée : Ce n’est pas tous les prêtres ou n’importe lequel d’entre eux. Ce n’est pas toutes les institutions ou n’importe laquelle de ces institutions. Est attaquée ou persécutée cette partie de l’Église qui s’est mise aux côtés du peuple et se pose en défenseur du peuple. Ici aussi, se trouve la même clé d’explication de la persécution de l’Église : les pauvres. »

Une canonisation qui fait danser tout le pays

Par ses homélies et ses prises de paroles,Mgr Romero a largement marqué l’histoire du Salvador et celle de l’Église entière.A Rome, près de 1 000 Salvadoriens étaient présents place Saint-Pierre, parmi lesquels Cecilia Rivas, dont la guérison miraculeuse a permis cette canonisation.

Cecilia Rivas,miraculeuse de Romero

Quelques jours avant,l’agence Cath.ch avait annoncé ce temps de fête:Devant la cathédrale métropolitaine de San Salvador, la cérémonie sera diffusée sur écrans géants. Au moment où le Pape François prononcera la formule de canonisation et le nom de Mgr Romero, des feux d’artifice seront tirés, des ballons seront lâchés et un millier de guitaristes joueront une chanson pour l’évêque martyr.

Il est clair qu’à l’occasion de cette canonisation, tout le Salvador dansait de joie mais priait aussi pour que la violence cesse dans le pays.La visite du Pape François renforcera sans doute cette espérance.

Par Protogène BUTERA

Deux évêques chiliens réduits à l’état laïc par le Pape François

Deux évêques chiliens ont été réduit à l’état laïc par le Pape François.C’est la nouvelle rendue publique par le Bureau de presse du Saint-Siège,ce samedi 13 octobre 2018.

Cette Semaine missionnaire commence avec des mauvaises nouvelles pour l’Église du Chili.Le problème de pédophilie et d’abus sexuels continue d’en faire tomber des têtes.Deux évêques ont été réduits à l’état laïc par le Pape François. La nouvelle est rendue publique par le Bureau de presse du Saint-Siège, ce samedi 13 octobre 2018.

Une telle décision sans appel, précise la note. Francisco José Cox Huneeus(84 ans), archevêque émérite de La Serena, membre de l’Institut des Pères de Schoenstatt, et Marco Antonio Órdenes Fernández(53 ans), évêque émérite d’Iquique, tous deux accusés d’agressions sexuelles sur mineurs, ont donc été réduits à l’état laïc, en vertu de l’article 21 § 2, 2° du Motu proprio Sacramentorum Sanctitatis Tutela.

C’est une nouvelle sanction adoptée par le Souverain Pontife concernant l’Église chilienne, secouée depuis des mois par d’importants scandales d’abus sexuels. En septembre dernier, c’est Fernando Karadima, ancien prêtre prédateur, qui avait été démis de l’état clérical de son archidiocèse de Santiago.

La Congrégation pour la Doctrine de la foi a informé les principaux intéressés de la décision du Pape par l’intermédiaire de leurs supérieurs respectifs. Francisco José Cox Huneeus continuera à faire partie de l’Institut des Pères de Schoenstatt.

Démission de l’état clérical pour être rendu à l’état laïc,voilà une sanction la plus sévère et la peine maximale que prévoit l’Église contre les abus manifestes commis sur des mineurs.Est-ce un moyen suffisant de réparation pour les victimes?

Ne s’agirait-il pas des sanctions disciplinaires(pour faute professionnelle ou déontologique)qui n’impliquent pas nécessairement une responsabilité pénale et civile(à cause de la prescription des faits)? Le chemin est encore long.

Par Protogène BUTERA

Cameroun: Elections pour mettre fin à la guerre des langues coloniales ?

C’est comme si, dans ce pays,  Anglophones et Francophones ne sont pas Camerounais. L’unité ne leur parle plus. Ils préfèrent se séparer et marquer leurs différences par les langues coloniales. Ne peuvent-ils pas faire autrement, vraiment? Pourtant,il est supposé que Français et Anglais,en tant que colonisateurs, sont partis depuis le temps des indépendances!(1960)

Séparatisme ou crise anglophone?

Aux revendications séparatistes des Anglophones,le gouvernement de Yaoundé se contente de mener la guerre et de publier le nombre croissant d’insurgés tués,comme signe de la victoire.

Cette guerre qui indique et identifie les citoyens comme ennemis est absolument abominable.Est-il prouvé que le sang fasse partie des matières de construction de l’harmonie d’un pays?Les antagonistes luttent-ils pour un État-de guerre ou un État de droit?

Le droit de l’homme est bafoué

En tout état de cause,toute sorte d’hostilités donnent raison à l’autre partie de fourbir ses armes contre son adversaire ou contre un régime devenu sanguinaire.A moins que croître le nombre de veuves et d’orphelins ne soit un moyen de se faire des amis!

Élections sur fonds de crise des langues

Pour énième fois,la population va élire son président,ce dimanche 7 octobre 2018.Est-elle prête au changement?Sinon,président quasi à vie, aux manettes depuis 6 novembre 1982,Paul Biya va dépasser Robert Mugabe(Zimbabwe)en termes de longévité au pouvoir d’autant plus que  personne ne pourra le détrôner.

Les militaires au service de Biya?
Militaires prêts à tout!

Il reste à savoir si le « paulbiyanisme »du Cameroun uni ne laissera pas derrière lui un flou politique comme le fut le « mobutisme » du Grand Zaïre.Gageons si ces élections sur fonds de crise des langues vont réellement aboutir à la paix comme le promet le parti au pouvoir!

Pourquoi pas une autre langue plus unitaire?

La situation qui prévaut au Nord et Sud Ouest montre qu’entre anglophones et francophones,il n’y a ni amis ni ennemis.S’il y en a qui sont considérés comme ennemis,la réponse se trouve dans la Bible puisque le Cameroun est majoritairement chrétien et que la loi a été incapable de résoudre ce conflit indigne.

Ainsi,à la partie de ceux qui sont chrétiens,le Christ ordonne ceci: »Aimez vos ennemis »Et si les deux langues continuent de les diviser alors qu’ils sont imbibés dans le langage biblique,qu’ils adoptent l’Arabe pour que le Coran leur inspire l’esprit de paix et d’unité!

Les femmes camerounaises et le combat pour l’unité

Quant à nous,à ce peuple que nous chérissons et admirons,nous adressons cet appel:n’imitez pas la voie de séparation comme le fit le Soudan du Sud pour plonger le peuple dans les guerres interminables et la misère infernale.Élections ou non,vous ne méritez pas ça.

By Protogène BUTERA

5 Octobre:Que faites-vous pour la Journée mondiale du Sourire?

Premier vendredi du mois d’octobre,c’est le temps du sourire.Inventée par l’artiste Harvey BALL(USA,1963),cette journée est fêtée depuis 1999 pour vaincre le pessimisme ambiant dans le monde.

Harvey BALL(1921-2001)

Mais,c’est un journaliste français Franklin LOUFRANI(1972) qui reprit l’idée,la transforma et la diffusa partout dans la presse en fondant la société « Smile World ».

Si l’inventeur est mort en 2001,à l’âge de 80 ans, « Harvey Ball Smile Foundation » continue de soutenir cette Journée mondiale du Sourire en rappelant son slogan : « Améliorons ce monde au travers d’un sourire. »

Vous le faites comment?Sur internet et dans vos messages quand vous utilisez les émoticônes ou emojis de Smile. Sachez donc leur origine.Mais ces petits dessins si mignons ne doivent pas remplacer votre sourire!

Du coup, souriez et le monde vous sourira…Histoire de garder le sourire sans souffrir de vos rides!Comme l’a bien souligné Henri BERGSON:

« Le rire est simplement l’effet d’un mécanisme monté en nous par la nature,ou,ce qui revient à peu près au même,par une très longue habitude de la vie sociale.

IL part tout seul,véritable riposte du tac au tac.IL n’a pas le loisir de regarder chaque fois où il touche.Le rire châtie certains défauts à peu près comme la maladie châtie certains excès » (Le Rire,p.183)

Très bonne fête à tous ceux qui peuvent prendre ce temps…ou ont les mots pour rire,pas seulement quand les affaires leur sourient.

Par Protogène BUTERA

Saint François d’Assise,hymne de la paix et de la création

C’est à 23 ans,en prière devant le crucifix que Francesco change de vie luxueuse de fils des nobles en une vie simple et humble pour la  réparation des églises abandonnées et la paix des hommes désespérés parce que pauvres.

Patron des écologistes(1979) et des louveteaux(scoutisme), il est ami de la nature, des animaux et de tous les hommes,sans distinction de religions, sous le regard du respect. Sa ville natale fait partie de la vie de cet homme, saint François d’Assise.

Fêté le 4 octobre, c’est un saint qui inspire et trouve la paix et la confiance en Jésus. Ainsi, à un jeune qui l’appelait « le saint », il répondit: « Tu crois que je suis un saint?Mais tu ne sais donc pas que ce soir même je pourrais coucher avec une prostituée si le Christ ne me soutenait pas! »

Diacre, à quelqu’un qui lui demandait s’il fallait manifester du respect aux sacrements administrés par un prêtre vivant en concubinage, saint François répondit:


« Ses mains ont touché le Seigneur. Qu’elles soient ce qu’elles veulent, elles ne peuvent ni rendre impur mon Seigneur ni diminuer Sa Force. Par respect pour le Seigneur, j’honore son ministre. Celui-ci peut être mauvais pour lui-même, mais pour moi, il est bon »

En cette fête de ce saint mort à 44 ans, redisons la belle prière qu’il nous a laissée, pour la paix du monde et de l’Église:

https://kubahonet.wordpress.com
Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix;
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

Plus encore, n’oublions pas son merveilleux Cantique à la Créature, en l’honneur d’ une écologie intégrale.



Loué sois tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement messire frère Soleil,
par qui tu nous donnes le jour, la lumière :
il est beau, rayonnant d’une grande splendeur,
et de toi, le Très Haut, il nous offre le symbole.

Loué sois tu, mon Seigneur, pour sœur Lune et les étoiles :dans le ciel tu les as formées,claires, précieuses et belles.

Loué sois tu, mon Seigneur, pour frère Vent,
et pour l’air et pour les nuages,
pour l’azur calme et tous les temps :
grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

Loué sois tu, mon Seigneur, pour sœur Eau qui est très utile et très humble précieuse et chaste.

Loué sois tu, mon Seigneur, pour frère Feu
par qui tu éclaires la nuit :
il est beau et joyeux,
indomptable et fort.

Loué sois tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la Terre,
qui nous porte et nous nourrit,
qui produit la diversité des fruits,
avec les fleurs diaprées et les herbes.

Loué sois tu, mon Seigneur, pour ceux
qui pardonnent par amour pour toi ;
qui supportent épreuves et maladies :
Heureux s’ils conservent la paix,
car par toi, le Très Haut, ils seront couronnés.

Loué sois tu, mon Seigneur,
pour notre sœur la Mort corporelle,
à qui nul homme vivant ne peut échapper.

Bonne fête à tous les Franciscains et les amis de la nature.

By Protogène BUTERA