Utuntu n’utundi

à la Une

Covid-19 ou réussite de la silencieuse diplomatie chinoise?

Chine et mesures de distanciation sociale

Nul n’y résiste point: le port des masques s’universalise. Longtemps portés par les Chinois à cause de la pollution de l’air des mégalopoles,les masques étaient devenus la culture de la gestion de la santé au quotidien.

Aura de la diplomatie chinoise

Dès que Coronavirus est apparu à Wuhan, cette culture a montré son efficacité, et sa valeur a valu de l’or, car l’élément principal et fondateur est devenu fédérateur: le masque. Primitivement, issu de l’art « naïf » des Africains(par opposition aux tragiques ou comiques des Grecs), il a subi les transformations industrielles devenant ainsi la marque prestigieuse.

Retour à ces masques?

Sournoisement, diplomatie médicale et commerciale a rapidement installé sa scène de concert. Et quelle est la star qui a entonné le chant de la victoire? C’est la Chine qui a bien appliqué son deuxième stratagème de l’art de la guerre: « attaquer le Wei pour secourir le Tchao »(Les 36 Stratagèmes), car « il faut savoir éviter les obstacles et profiter des vides; c’est ainsi que les situations bloquées se dénouent d’elles-mêmes. » N’est-elle pas la première à offrir son expertise à tous les continents?

Ces masques qui conquièrent le monde

Occidentaux humiliés

Désarmés, tous les Occidentaux vont se mettre à porter ces masques qui cachent tous les maquillages bigarrés ayant rendu visibles et adorables les grandes célébrités! Humiliés par les pertes de vies humaines considérables, cette situation pourra mettre fin à leurs querelles sur le voile et légitimer même le port du voile intégral standardisé Covid!

Encore que les recherches du vaccin occupent toutes les attentions et que les intentions accusatrices commencent à voir le jour sur le rôle de la Chine dans l’expansion de la terrible maladie, l’accusée est prête à utiliser son quatrième stratagème: « Attendre dispos un ennemi épuisé »(YI YI DAI LAO)

L’Afrique, maillon faible de la chaîne

Tout le monde a pitié des systèmes de santé sur ce continent. Pour essuyer leur honte, nos dirigeants vont pousser à produire gels et masques au lieu d’augmenter les produits de consommation alimentaire(lutter contre la faim et la malnutrition) et d’acheminer l’eau potable, installations sanitaires convenables ainsi que l’accès à l’électricité pour la population qui croupie dans la misère et l’obscurité(son sens plein).

Problème de l’eau en Afrique

Les magnats chinois l’ont compris: Jack Ma (d’Alibaba)va inonder l’Afrique de masques et matériels médicaux, made in CHINE!En guise de remerciement, le continent ne fera que s’endetter pour s’industrialiser(achat des machines fabriquées en Chine)et se réapproprier ce qui lui appartenait et qu’on lui revend à prix coutant. Le problème n’est pas de l’hygiène mais de l’argent et de la politique.

Sinon, ce Covid-19 aurait déjà décimé les camps de réfugiés ou déplacés de guerre(dans plusieurs pays)ainsi que les populations qui peinent à trouver l’eau et le savon!Allez leur dire d’acheter des masques!

« La rechute favorable » n’est plus une théorie.

La Chine recule(récession de 6% du PIB?), chute et se relève.Elle se relève par sa politique de l’amitié et sa diplomatie silencieuse. Grâce à Covid-19, elle a uni tous les ennemis: écologistes et climatosceptiques se sont tus…Les Etats-Unis qui, par leur politique incantatoire, s’étaient retirés de la Convention de Paris sur le Climat(COP 21), ont retrouvé le sens de la solidarité internationale.

Plus encore, et ceci est très important, la Chine aura appris à tous les pays qu’ils peuvent compter sur eux-mêmes en l’absence de ses demandes d’importation. Malheur à ceux qui n’ont pas pu profiter de l’occasion pour valoriser les matières premières et rendre leurs produits finis accessibles au pouvoir d’achat des citoyens. Après le confinement, la rue reprendra ses droits. Qu’à cela ne tienne.

By Protogène BUTERA

à la Une

Journée internationale de la femme: quelle nouveauté?

Une journée pour fêter les actes extraordinaires des femmes et faire front commun pour la promotion de l’égalité des genres.

La Journée internationale de la femme est l’occasion de célébrer chaque femme, de n’importe quelle origine. C’est un cri de ralliement ; l’occasion de réfléchir et progresser vers l’égalité des genres et l’autonomisation de toutes les filles et les femmes.

C’est une journée pour fêter les actes extraordinaires des femmes et faire front commun pour la promotion de l’égalité des genres.women-south-africa3

Cette année, le thème de l’ONU pour la Journée internationale de la femme est « Planète 50-50 d’ici 2030 : Franchissons le pas pour l’égalité des sexes » « les femmes dans un monde du travail en évolution : pour un monde 50-50 en 2030 »., selon unwomen.org
Pour célébrer la Journée internationale de la femme 2017, l’UNESCO met l’accent sur les femmes dans les arts, mettant en vedette le travail de jeunes femmes artistes pour pouvoir discuter de la voie à suivre afin d’atteindre l’égalité entre les genres.

Quels progrès?

En 2016, moins de la moitié des pays avaient atteint la parité entre les femmes et les hommes dans l’éducation (UNESCO)
Deux tiers des 774 millions de personnes analphabètes dans le monde sont des femmes (UNESCO 2013)
Les femmes représentent deux tiers des citoyens les plus pauvres du monde (UNESCO 2014)
Dans certains pays comme au Burundi,les enfants sont mis devant pour célébrer cette journée.2-2-a8158

Ailleurs, comme au Burkinafaso, c’est le pagne qui est mis en honneur dans le but de  souligner l’unité des femmes pour leur combat en marche.femme

Minces espoirs

Si l’on partait du mouvement des femmes russes du 8 mars 1917 qui réclamait du « pain et la paix », cette année ce serait déjà un centenaire de la lutte. Est-ce que cette lutte empêchera  la pauvreté d’être et de se décliner au (genre )féminin si elle reste au singulier?
By P.B
//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({
google_ad_client: « ca-pub-5460330842123990 »,
enable_page_level_ads: true
});

Quatrième dimanche de Pâques: Vocation pour l’Eglise et notre société

Comme cette journée de prière pour les vocations coïncide avec la fête de la Victoire contre la Guerre de 1945(en France), nous comprenons combien être militaire est une vocation presqu’au même titre qu’être chrétien

La résurrection (à Pâques) a été la victoire de Jésus contre l’aiguillon de la mort. Cette résurrection a revêtu d’autorité les disciples dont la parole est d’encourager le reste de la population pour que chacun prenne place dans l’assemblée des croyants.

Face à la jalousie et à l’agitation de certains qui peuvent pousser les autres à déserter ou abandonner le troupeau, l’Eglise puise la force dans « la prière pour les vocations » afin que chaque baptisé n’oublie pas ce à quoi il a été appelé : vivre dans la paix et la joie du Ressuscité, en témoignant de la force et de l’unité que confère Jésus.

Comme cette journée de prière pour les vocations coïncide avec la fête de la Victoire contre la Guerre de 1945(en France), nous comprenons combien être militaire est une vocation presqu’au même titre qu’être chrétien, quoi que à des degrés divers et avec des moyens différents.

Là où l’un utilise les armes de la foi, l’autre recourt aux armes de la dissuasion…Mais pour tous les deux, à la sortie de la grande épreuve, les yeux sont ouverts à l’importance de l’unité et aux sources de la vie qu’il faut entretenir: tous, gardiens de la paix(nationale) ou de l’espérance (de tous les peuples croyants en Dieu qui essuiera toutes larme de leurs yeux)

C’est un point commun que le Pape François a souligné dans son message pour cette journée en disant que « Toute vocation dans l’Eglise, et plus largement dans la société,contribue à un objectif commun : faire résonner parmi les hommes et les femmes cette harmonie des dons nombreux et divers que seul l’Esprit Saint peut susciter »

Qu’il soit loué le Dieu de Jésus Christ qui fait de nous des artisans de paix en entretenant en nous l’esprit d’écoute et en convertissant les cœurs de ceux qui sont malmenés par l’esprit belliqueux qui les fourvoie dans les voies sans issue.

Avec Marie, Reine de la Paix, nous pensons à toutes les nations qui ont tant soif de paix à cause des conflits ou des divisions qui accroissent souffrances et misères de plusieurs peuples. C’est pour cela que pendant ce mois de mai dédié à Marie, nous pourrons nous adresser à Notre Dame de Marioupol, qui intercédera pour la fin des guerres dans plusieurs villes et cités du monde,à l’exemple de Marioupol d’Ukraine.

Oui, par les grâces reçues dans l’Eucharistie, nous serons capables de répondre à l’appel du Psalmiste : « Acclamez le Seigneur terre entière, servez le Seigneur dans l’allégresse ; oui, le Seigneur est bon, éternel est son amour. »

Très bon dimanche du Bon Pasteur et des Vocations

P.B

Troisième dimanche de Pâques: Le Dieu de nos pères, toujours bon à suivre?

En ce troisième dimanche de Pâques, nous comprenons pourquoi Jésus multiplie les apparitions : ressuscité, les disciples ne parviennent pas à le reconnaitre…

Troisième dimanche, troisième apparition et troisième question choc de Jésus ; éléments qui nous permettent de comprendre qu’il ne suffit pas d’être seulement tous ensemble pour réussir, si Jésus n’est pas là.

En ce troisième dimanche de Pâques, nous comprenons pourquoi Jésus multiplie les apparitions : ressuscité, les disciples ne parviennent pas à le reconnaitre. Par contre, c’est grâce à la multitude de poissons que Pierre le reconnait comme le Seigneur.

La tentation est grande de nous satisfaire des statistiques (grand nombre de baptêmes ou de mariage=le filet est plein de poissons parce que jeté au bon endroit !) ; dans le cas contraire, la tentation est de nous sentir découragés compte tenu des fruits attendus : s’il y a beaucoup de jeunes parents non-pratiquants alors qu’ils sont éduqués par les parents très pratiquants, que deviendront ces enfants baptisés par les non-pratiquants ? Heureusement que Jésus a promis d’être avec nous jusqu’à la fin des temps !

Lui-même, en leur partageant le pain, il redonne à ses disciples le signe qui leur permettra de proclamer encore partout son nom, tellement qu’ils pourront l’affirmer avec autant de confiance : « Nous sommes les témoins de tout cela avec l’Esprit Saint donné à ceux qui lui obéissent… »(première lecture)

Esprit Saint qui renouvelle vieux et jeunes pour exalter le Seigneur et repartir avec force dans la joie, en se sentant dignes de ne pas taire le Nom de Jésus. Oui, comme ces êtres vivants et anciens dans le concert des anges, et qui entourent l’Agneau Immolé, nous pouvons glorifier Dieu car chacun sera capable de dire comme le Psalmiste : « Je t’exalte, Seigneur, tu m’as relevé »

Pour que sa présence (de Jésus) continue de nourrir toutes ses brebis, il veut se rassurer que notre amour soit enraciné en Lui ou si l’enseignement reçu de nos parents nous a conduits à l’aimer vraiment. C’est le sens de cette triple question de Jésus : « Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu, vraiment » ?

Alors qu’au début, il s’adresse aux disciples en ces termes simples : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger » ? à notre tour, nous pouvons nous poser cette question : que faire pour que les enfants de la génération actuelle participent activement à l’œuvre de Jésus dans le monde qui est le nôtre ?

En même temps, pensons aux jeunes dont l’envie est de faire ce qu’ils veulent de sorte que les parents s’en trouvent désarmés quand ils voient que ces jeunes n’ont pas envie de suivre Jésus faute de ne pas avoir la foi.

Ainsi, en ce mois de mai, nous prions avec le Pape François, pour la foi des jeunes : « Prions pour que les jeunes, appelés à une vie en plénitude, découvre en Marie l’écoute, la profondeur du discernement, le courage de la foi et le dévouement au service »

Plus encore, en cette fête du Travail, que Saint Joseph intercède pour nous afin que l’œuvre de chacun contribue au bonheur et au bien-être du genre humain. Pour ce faire, puisse l’Eglise continuer d’entretenir tous les dons qui sont à l’origine du suprême bonheur pour que le peuple des rachetés s’épanouisse dans celui qui a été établi Prince et Sauveur : à lui, gloire , honneur et louange éternellement.

Très bon dimanche!

P.B

France-MACRON: ERE nouvelle ou RECUL de l’enthousiasme?

Les partisans de l’anarchie ne tarderont pas d’occuper les espaces de l’abstention(28%)pour exprimer leurs colères et désaccords.

Ce dimanche 24 avril 2022, Emmanuel MACRON a été réélu président de France pour 5 ans supplémentaires. Avec 42% de voix, Marine LE PEN a failli d’être la première femme présidente de la République française.

Emu mais sans enthousiasme, le président Macron qui n’a recueilli que 58% des voix(8 de moins qu’en 2017)a prononcé un discours très bref comme s’il pressentait lui-même que sa présidence risque d’être raccourcie par les mécontentements de tout bord.

Francetvinfo.fr

Les partisans de l’anarchie ne tarderont pas d’occuper les espaces de l’abstention(28%)pour exprimer leurs colères et désaccords. Le feront-ils de façon honorable en passant par les législatives en juin? Certainement pas. Ils rempliront sans cesse les rues et se mesureront aux forces de l’ordre.

Mais, pourquoi à 44 ans, le plus jeune président, Emmanuel Macron ne parvient pas à mobiliser les jeunes et les enthousiasmer? Lui qui appelle de ses voeux d’être au service de la jeunesse, ces 5 ans vont lui coûter très cher. A moins de trouver rapidement le truc pour que ça marche mieux…

P.B

UKRAINE ET POUTINE: Le salut d’un ROI n’est pas dans son armée!

Le malheur de Poutine est d’avoir voulu être l’empereur de l’Orient face à l’Occident. Il était malade de voir son empire se réduire…

L’échec de l’armée russe en Ukraine a surpris tout le monde. Finalement, la Russie n’est plus une puissance militaire à craindre, vraiment. Les Ukrainiens avaient une grande raison de combattre: défendre leur pays. Les Russes se croyaient être les sauveurs mais ils ont été reçus en agresseurs. Encerclée, Kiev s’est rapidement libérée grâce à l’appui des alliés et des Etats-Unis d’Amérique.

Zélensky, le seul président qui sait ce qu’il faut faire

Habile, Zélensky, président de l’Ukraine, s’adresse à tous les Chefs d’Etats comme à ses gouverneurs qui sont ses délégués prêts à punir les malfaiteurs que sont les Russes et à reconnaitres les mérites des gens de bien que sont les Ukrainiens. Il prend la posture d’un président qui sait ce que tout le monde doit faire pour le peuple sous sa houlette.

Dans son habileté de manier le verbe là où son adversaire se fie à la gâchette, le comédien président s’est transformé en vrai dramaturge. Des images de l’horreur, il a su créer des effets de compassion. Il est devenu le héros qui donne des leçons même au Pape François sur les dangers de la réconciliation entre Russes et Ukrainiens.

Poutine, un empereur malheureux

Le malheur de Poutine est d’avoir voulu être l’empereur de l’Orient face à l’Occident. Il était malade de voir son empire se réduire au profit de l’OTAN, bientôt ses ennemis le verront agonisant comme le Cyclope qui perdit sa vigeur quand ses deux yeux ronds furent crevés par le pieu flamboyant d’Ulysse et ses compagnons.

En ce dimanche de la Miséricorde Divine qui est aussi dimanche de Pâques pour l’Eglise Orthodoxe, le Patriarche Kirill devrait méditer avec le Chef du Kremlin, ce Psaume 33,16-17:

Le salut d’un roi n’est pas dans son armée, ni la victoire d’un guerrier, dans sa force. Illusion que des chevaux pour la victoire: une armée ne donne pas le salut »

Chars pulversés(UOL)

Ce ne sont plus des chevaux qui sont terrassés mais des chars réduits en poussière. La menace du nucléaire suffira-t-elle pour freiner l’escalade et éviter l’humiliation de l’un ou de l’autre des belligérants?

Bonne chance à ceux qui sont portés à soutenir les efforts de la guerre par des milliards de dollars en oubliant ceux qui meurent de faim alors qu’ils n’avaient besoin que de quelques millions…Voilà la guerre qui justifie les injustices, d’autant que l’affaiblissement militaire de la Russie sera la fierté de sa rivale: les Etats-Unis.

P.B

Comment PAQUES alimente votre ESPERANCE…

Et si l’espérance était comme cette maladie devenue pandémie,tant elle se répand si sournoisement et silencieusement?

Fêter Pâques tout en guerre

Ou encore dans la tourmante

Est-ce un élément qui alimente

Votre espérance?

Pour certains, c’est du leurre;

Nul n’a point de confiance

D’hommes et de femmes

Tout autant.

A la maison vous avez raison

De rester zen, tranquillement…

Mais si l’espérance

Ressemblait à cette maladie

Devenue pandémie

Tant elle se répand

Si sournoisement et silencieusement ?

Sitôt déclarée dans un pays

Sitôt contaminant tous les habitants

Sitôt reconnue imparable

Sitôt l’univers se réveille

Conférences virtuelles et palabres

Mutuelles et assurances

Préparent les feuilles de paye.

Regards sont tournés vers laboratoires

Entraînés aux jeux de la compétition

Où le palme de la victoire

Revient au premier offrant.

Vous pensez que tests et vaccins

Sont totalement gratuits.

Même à un prix modique

Importe que mesures bien s’appliquent.

Or, dans la foi rien n’est à vendre

Tout est à reprendre et réapprendre

Vivre avec ou sans masques

Pour l’expérience du visage

Défiguré ou fatigué

Qui change avec l’âge

Dans ce corps qui a connu

Les crachats et les claques.

Le rachat est attendu pour Pâques

Le temps de déstockage

De la maison intérieure

Où la Paix sera la bienvenue

Pour un monde si meilleur

Si demain vous savez

Dans quelle main sera

Ce qu’en commun vous avez.

Très bientôt!!!

P.B

DIMANCHE DE LA PASSION DU SEIGNEUR: NOS RAMEAUX EN MAIN

Dit de la Passion du Seigneur, ce dimanche nous introduit à la compréhension de 3 réalités de nos vies que nous avons de la peine à garder ensemble unies ou liées : la table, la croix et le tombeau ouvert…à la joie.

Nous commençons la célébration de ce dimanche par la bénédiction de nos rameaux en main, signe de notre dispersion mais aussi de l’entretien que nous faisons de celui que nous recevons dans nos mains pour qu’il porte du fruit en nous.

Dit de la Passion du Seigneur, ce dimanche nous introduit à la compréhension de 3 réalités de nos vies que nous avons de la peine à garder ensemble unies ou liées : la table, la croix et le tombeau ouvert. Pour comprendre cela, chacun peut se demander : Qu’est-ce que j’aime ? Réponse : Manger ou donner à manger ; accueillir les amis ; en un mot : la convivialité ! Résultat ? Les gens diront : c’était chouette ce que tu nous as préparé… ! Avec ça, la vie est belle…

La deuxième question est celle-ci : qu’est-ce que je déteste ? La souffrance, les épreuves…C’est insupportable. Pourtant, cette pandémie qui a arrêté la convivialité, a été supportable avec le temps parce que c’est tout le monde qui était concerné.

La troisième question s’articule ainsi : Qu’est-ce qui m’inquiète ? La mort,sans doute ! Voyez combien les chiffres font monter la pression ou l’adhésion à la cause. Le nombre de morts ou de cercueils révèle l’horreur dont il faut déterminer le responsable à punir. Les uns s’unissent contre les autres…

La conséquence évangélique de ces 3 réalités est annoncée dans les 3 reniements de l’apôtre Pierre :

  1. « Non, je ne le connais » : n’est-il pas reconnu par la fraction du pain ? N’a-t-il pas dit de faites ceci en mémoire de moi ? Quelle mémoire de quelqu’un que l’on n’a pas connu ? (Réflexion des athées.)
  2. « Je ne le suis pas » : galiléen ou chrétien, je ne le suis pas. Je suis non pratiquant ou je ne suis pas pratiquant.
  3. « Je ne sais pas » : Qu’est-ce que les veulent dire quand ils parlent de Dieu ? Je ne sais pas…Je suis agnostique. Lacune que veut combler la question de la foule : « Si tu es le Christ, dis-le-nous »

C’est pour parfaire cette compréhension que la semaine Sainte se termine par le TRIDUUM PASCAL : Jeudi Saint, Vendredi Saint, Samedi Saint et Dimanche. Pendant ce temps(de la Semaine Sainte), nous apprenons à maîtriser le langage des disciples que le Seigneur nous donne (1ière lecture) : imaginez les gens à table qui ne s’écoutent pas, se donnent des piques ou se critiquent ! Ne risquent-ils pas de renverser la table et de jeter par terre tous les meilleurs plats ?

Pendant ce temps, la croix sera un service réussi pour l’homme en souffrance car comme le Seigneur l’a dit par Isaie, « Mon serviteur réussira, il s’élèvera, il sera exalté » (Is 52,13). Ton épreuve peut donc être un miracle pour un plus grand comme Hérode qui, en voyant Jésus, « espérait lui voir faire un miracle » (Evangile). Nous aussi nous voulons des miracles plutôt que la croix.

Pendant ce temps, nous saurons où chercher Jésus ressuscité et les mesures à prendre pour le trouver. Comme Marie-Madeleine et les deux apôtres, nous voilà partis, à ciel ouvert. Ce sera joyeuses Pâques pour nous, dès aujourd’hui.

Belles démarches vers Pâques.

P.Protogène BUTERA

Troisième dimanche de Carême: Qu’apprenons-nous des événements violents?

Est-ce que la souffrance nous rapproche de Dieu ou nous éloigne de Lui ?Ne voulons-nous pas l’écarter de notre vie?

Les lectures de ce 3°dimanche de Carême, nous permettent de nous poser ces questions : comment trouver Dieu et que fait-on quand on l’a rencontré ? Qu’apprenons-nous des événements violents qui s‘abattent sur les autres quand bien-même ils seraient de bons priants ou pratiquants ? Est-ce que la souffrance nous rapproche de Dieu ou nous éloigne de Lui ?Ne voulons-nous pas l’écarter de notre vie?

La Parole de Dieu est une opportunité pour nous afin de trouver des réponses. Oui, dans la Parole de Dieu, nous y trouvons des exemples, des avertissements et des moments de consolation. Comme nous le lisons dans la deuxième lecture, « ces événements devaient nous servir d’exemples pour nous empêcher de désirer ce qui est mal »

Moïse est l’exemple de tout et chacun qui cherche Dieu, parfois par des chemins de détour. Et ce Dieu se révèle tel qu’Il est : le Seigneur qui accompagne son peuple dont Il entend les cris et voit la misère. Il n’est pas indifférent. L’ayant rencontré, Moïse accepte la mission de Dieu qui l’envoie en lui révélant ses desseins de voir les gens faire mémoire de lui comme le Dieu des vivants.

Or ce Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob s’est manifesté pleinement dans le Christ. Pour les gens du temps de Jésus, Dieu aurait dû agir envers Pilate (qui a massacré des Galiléens) comme Il l’a fait envers Pharaon ; Il devrait même arrêter tous les désastres et accidents (chute de la tour de Siloé), autrement, Il est coupable ou impassible.

Les baptisés qui ont bâti leur vie sur le Christ, vrai rocher, reconnaissent que le Seigneur est « la source de toute bonté et de toute miséricorde »(prière d’ouverture). Ce qui nous demandé comme à ses auditeurs, c’est la conversion des pensées et des actions, car Il attend de chacun un fruit à l’avenir comme sur ce figuier qu’il ne serait pas bon de laisser épuiser le sol mais auquel il accorde une année de plus.

Le Carême ce n’est pas seulement quarante jours , mais c’est aussi une année de plus qui nous est accordée par le Seigneur. Que ce temps de Carême nous apprenne à suivre l’exemple de sa bonté, à compter le temps qu’il faudra pour que chacun puisse dire et le redire comme le Psalmiste :  « Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour »

Ainsi purifiés intérieurement vers sa Pâques.

By P.Protogène BUTERA

DEUXIEME DIMANCHE DE CAREME: QUELLE EST LA GLOIRE DE JESUS?

Pour ce deuxième dimanche de Carême, la Liturgie de la Parole de Dieu nous présente les personnages auxquels nous pouvons nous identifier ou que nous pouvons imiter pour le bien de notre âme et de notre salut promis par Dieu dans le Christ Jésus.

Il est possible de cheminer comme Abram jusqu’à avoir foi dans le Seigneur et de continuer à veiller sur cette même foi qui connaîtra le temps d’un sommeil (après votre communion…) au risque d’être cachée par les ténèbres ou d’être dévorée par les rapaces, puisqu’elle est notre offrande préparée pour le Seigneur.

Oui, dans le Seigneur, les ténèbres s’effacent face au salut abondamment irrigué comme ce fut le cas pour l’alliance que le Seigneur conclut avec Abram ; son étendue est signifiée symboliquement du « Torrent d’Egypte jusqu’à l’Euphrate » ,c’est-à-dire du cours d’eau où l’on jette des choses malsaines(esclavage)mais qui devient sec pendant l’été(=inconsistance), et Fleuve qui coule du Jardin d’Eden (=abondance, persévérance).

Dans le Seigneur, on passe de l’inconsistance à la persévérance. Ce passage se voit aussi avec les trois disciples de Jésus qui, « accablés de sommeil », ne voient « la gloire de Jésus » que quand ils ont été éveillés. Mais quelle est cette gloire de Jésus ? Rappelons que le mot « gloire » est à la fois la traduction du grec « doxa », respect, honneur(doxologie), et de l’hébreu, « kabod », ornement, parure, richesse, rayonnement. Nous comprenons que la groire de Dieu est son rayonnement qui inspire respect et honneur..

De même que « la chevelure est la gloire de la femme » (1Cor11,15), que « la force est la gloire des jeunes gens » (Prov20,29), que « les pères sont la gloire des enfants » (Prov17,8), de même la gloire de Jésus c’est l’amour de Dieu à son égard.  Ainsi, quand la voix s’est fait entendre, « celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi, écoutez-le », il n’y avait plus que Jésus seul et les disciples gardèrent le silence.

Pendant le Carême, nous apprenons ou expérimentons le bienfait d’être avec Jésus. Et au lieu de regarder le ciel, nous sommes invités à « regarder bien » ceux qui se conduisent en amis de la Croix du Christ de manière à s’exclamer comme Pierre, « Maitre, il est bon que nous soyons ici »

Parce que vous avez expérimenté ce rayonnement de la prière sur Jésus dont le visage devint autre, et son propre rayonnement sur les disciples, l’Eglise et la Communauté toute entière s’adresse à vous ainsi : « mes frères et sœurs bien-aimés pour qui j’ai tant d’affection, vous, ma joie et ma couronne, tenez bon dans le Seigneur, mes bien aimés » (deuxième lecture). Telle est la gloire de Jésus. Ensemble avec Lui vers Jérusalem, en se préparant à sa passion et sa glorification sur la Croix.

By P.Protogène BUTERA

Message de Mgr d’Ornellas pour le Carême: Comment faire dans un monde en feu?

Le Carême est un temps privilégié pour sortir de l’inquiétude et de la peur.
Cela n’est possible que si nous recevons de Dieu la paix. Choisissons d’être du côté de la paix.

En faisant le tour de la situation du monde et de l’Eglise, Mgr Pierre d’Ornellas a voulu adresser un message d’encouragement et de paix aux chrétiens mais surtout aux fidèles de son diocèse de Rennes en Ille-et-Vilaine.

Regard attentif à l’angoisse de la pendémie de Covid-19, au rapport sur les abus sexuels dans l’Eglise, à la guerre en Ukraine, aux élections présidentielles en France, il a eu les mots justes:

Tout cela me fait penser à une exclamation de sainte Thérèse d’Avila :
« Le monde est en feu, ce n’est pas le moment de traiter avec Dieu d’affaires
de peu d’importance ! » Quelles sont donc les affaires dont nous devons traiter
avec Dieu dans la prière et par notre vie ? Diffuser la paix de Dieu, vivre de la
charité du Christ, discerner le plus juste, vivre avec douceur et humilité !
Le Carême est propice pour cela…

Pour un renouveau et sortir de l’inquiétude

Tant de tâches qui nous incombent, tant d’actions à mener et dont le résultat sera un renouveau dans le Christ ressuscité. L’Archeveque de Rennes a été clair: « Le Carême est le temps particulier où Dieu fait miséricorde. Souvenons-nous
qu’Il s’est révélé comme le « miséricordieux », plein de tendresse (cf. Exode 34,6-7)…nous savons que le pardon est là. Allons le recevoir avec joie dans le
sacrement de Réconciliation. »

« Avec le pardon, retrouvons l’élan de vie, de confiance et d’amour qui est au fond de nous et qui ne demande qu’à nous emporter. Détournons-nous du superficiel qui attriste et tournons-nous vers l’essentiel qui réjouit. Il n’est plus temps de se perdre dans de vains discours orgueilleux. »

Le Carême, affirme-t-il, est un temps de grâce pour écouter ces appels du Seigneur Jésus. Comment y répondre concrètement, là où chacun de nous est engagé ? «Cherchez, vous trouverez », dit Jésus (Matthieu 7,8). Voilà le Carême : c’est le temps où Dieu donne sa grâce pour que nous trouvions les meilleures manières de répondre à ses appels, car nous aurons cherché en toute sincérité et humilité.

A la source de notre espérance

Le Carême est un temps privilégié pour sortir de l’inquiétude et de la peur.
Cela n’est possible que si nous recevons de Dieu la paix. Choisissons d’être du côté de la paix. Offrons-la en nos familles, autour de nous, chez nos amis, dans notre commune ou notre quartier, au sein de notre environnement professionnel, dans notre communauté chrétienne.

N’entrons pas dans les passions qui dressent les uns contre les autres. Ne nous laissons pas obnubiler par les conflits qui attristent et font peur. Sachons trouver les mots et les gestes qui réconcilient et apaisent.

Ce qui nous aidera davantage, c’est d’aller à la source de notre espérance. Raison pour laquelle Mgr d’Ornellas formule ce souhait:

« Soyez heureux de vivre ce Carême en vous tournant vers le Christ. Il vous aime. Il est proche de vous. Il habite vos familles, vos communautés. Choisissez-Le comme boussole et ami. Priez-Le. Méditez son Évangile. Du Jeudi Saint à Pâques, nous célébrerons notre bien-aimé Sauveur, mort et ressuscité pour quenous recevions sa paix et pour que nous nous aimions les uns les autres. »

Vous voulez aller plus loin avec lui?

Avec le Christ, vivons ce temps,les yeux tournés vers le Père et vers les frères dans la foi et l’espérance.

By P.Protogène BUTERA

Rwanda-Eglise: Diocèse de BYUMBA a son nouvel évêque,Mgr Papias MUSENGAMANA

Il a terminé ses études de théologie à l’Université catholique d’Afrique centrale – Institut catholique de Yaoundé au Cameroun (1991-1996) où il a obtenu une licence en théologie biblique. Il a été ordonné prêtre le 18 mai 1997.

Selon Agence Fides du 28 février, le Saint-Père François a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du diocèse de Byumba (Rwanda) présentée par Son Excellence Mgr Servilien Nzakamwita pour des raisons de limite d’âge.
En même temps, le Saint-Père a nommé Évêque du même diocèse le Révérend Papias Musengamana, du clergé de Kabgayi, jusqu’à présent recteur du Grand Séminaire Saint Charles Borromée de Nyakibanda.

Twitter CEPR

Qui est ce nouvel évêque?


Son Excellence Mgr Papias Musengamana est né le 21 août 1967 à Byimana, dans le diocèse de Kabgayi. Après avoir fréquenté l’école primaire de Mwendo (1974-1982), il entre au Petit Séminaire Saint Léon de Kabgayi (1982-1988). Il a fréquenté le Séminaire Propédeutique de Rutongo (1988-1989) et le Grand Séminaire de Philosophie de Kabgayi (1989-1991).

Il a terminé ses études de théologie à l’Université catholique d’Afrique centrale – Institut catholique de Yaoundé au Cameroun (1991-1996) où il a obtenu une licence en théologie biblique. Il a été ordonné prêtre le 18 mai 1997.

Depuis son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : Secrétaire de l’Évêque (1997-1999) ; doctorat en théologie biblique à l’Albert-Ludwigs-Universität Freiburg en Allemagne (1999-2005) ; Vicaire paroissial à Kamonyi (2005-2006) ; économe diocésain (2006-2013) ; vicaire général de Kabgayi (2013-2017) et depuis 2018 jusqu’à présent, il est recteur du Grand Séminaire Saint Charles Borromée à Nyakibanda.

Rédaction

Méditation du dimanche: Pour ne pas regretter vos éloges

Qu’il soit loué Dieu qui a mis sur nos routes des gens de bien dont le jugement du cœur est un trésor pour le monde

Ce huitième dimanche du temps ordinaire clôt le mois de février et nous prépare également à entrer dans le temps du Carême(2 mars!) en nous donnant des outils pour évaluer nos actions et mesurer nos éloges à l’égard de ceux que nous aimons ou que nous jugeons.

Peut-être que nous avons pu déterminer les déchets du langage à recycler ou à rejeter grâce à de meilleurs filtres… Peut-être que ce temps qui vient nous permettra de mettre en place des mesures efficaces afin de cesser le bavardage inutile.

Pour y arriver, il est important de suivre son maître, son modèle qui aide à être ferme et s’assurer que l’on est dans une bonne voie, que l’on ne marche pas à l’aveuglette.

Chrétiens, nous avons un seul maître, Jésus Christ notre Seigneur par qui Dieu nous donne la victoire sur les ténèbres qui engloutissent nos vies dans la mort (jugements hâtifs portés sur les uns et sur les autres) ou font pourrir les fruits, faute de soleil.

Ressuscité, il est la lumière de nos pas, et sa parole nous forme à vaincre la peur pour être nous-mêmes la lumière du monde. Il l’a dit clairement de quelle manière: « Le disciple, n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître » (Evangile)

Or, Lui, il n’est pas venu pour juger le monde, mais le sauver. Qu’il nous aide à ne pas regarder les petites erreurs de l’autre en faisant fi des nôtres plus grosses encore. De l’autre côté, qu’il soit loué Dieu qui a mis sur nos routes des gens de bien dont le jugement du cœur est un trésor pour le monde, même plus tard après la mort suivant les sentiments(sympathie ou animosité)ou le mémoire que nous avons gardés d’eux.

Heureuses et heureux êtes-vous si vous tenez bon sur cette voie, et que dans votre bouche une parole de vie ouvre largement une place au pain de la vie de sorte que votre intérieur déborde de force dans votre faculté de juger et de participer activement à l’œuvre du Seigneur.

Ainsi nous continuerons de porter du bon fruit pour la gloire de notre Dieu, et malgré la peine, chacun saura pourquoi il est bon d’annoncer dès le matin son amour et de ne pas regretter les éloges intelligemment formulés.

Je vous souhaite un très bon dimanche.

P.Protogène BUTERA

Un pèlerinage des BRETONS pour découvrir le RWANDA

BIPEL(Bureau Interdiocésain des Pèlerinages)a fait le pari de la découverte-réponse. De RENNES avec Air France-KLM, les pèlerins resteront 10 jours pour explorer un peu ce pays

Il y en a qui veulent vérifier si le Rwanda est le pays des Mille Collines, vraiment! Curiosité géographique et intéret spirituel sont mêlés. Est-ce qu’il fait aussi chaud comme partout en Afrique?Est-il vrai que la Vierge Marie y est apparue à KIBEHO comme à LOURDES?Sur quoi se base la résilience du peuple rwandais? Autant de questions qui sont posées

Nyina wa Jambo
Photo Protos

BIPEL(Bureau Interdiocésain des Pèlerinages)a fait le pari de la découverte-réponse. De RENNES avec Air France-KLM, les pèlerins resteront 10 jours pour explorer un peu ce pays du Centre(Ruhango, chez Jésus Miséricordieux),au Sud( SAVE,première paroisse des Missionnaires Pères Blancs, et Musée National de BUTARE, Sanctuaire de KIBEHO)à l’Ouest(Diocèse de Cyangugu, Centre Le Secret de la Paix, les plages du Lac KIVU à KIBUYE), à L’Est(Parc National de l’Akagera et sa faune très variée) et KIGALI, la Capitale.

Bien sûr! il y aura aussi de bonnes surprises. L’été sy prête bien. En juillet, ne râtez rien. Inscrivez-vous plus tôt ou offrez un cadeau de vacances à votre ami.e. Ce sera inoubliable à jamais.

L’esprit dans l’air, les pieds seront bien sur terre.

Bientôt.

P.Protogène BUTERA

IKINYARWANDA, Ururimi Gakondo rudakoreshwa IBUKURU!

Gukoresha uru rurimi Gakondo biracyari inzozi! Imbuga zose za MINISTERI zikoresha ICYONGEREZA(English) ku buryo uvuga IKINYARWANDA gusa byamugora kubona amakuru

Kuri uyu munsi mukuru mpuzamahanga w’Ururimi Gakondo(journée mondiale de la Langue Maternelle)nagize amatsiko yo kureba umwanya IKINYARWANDA gifite mu ikoreshwa ryacyo nk’ururimi Gakondo.

Mpereye ku nsanganyamatsiko y’uyu mwaka mu Rwanda(2021) yagiraga, iti »Tubungabunge Ikinyarwanda, Umusingi w’Ubumwe n’Agaciro by’Abanyarwanda« , nashatse kumenya niba ababishishikariza abandi na bo barabigize ibyabo!

Bitewe kandi n’uko ngo « Umwera uturutse ibukuru bucya wakwiriye hose »nibajije niba Abanyarwanda babona ako GACIRO mu ikoreshwa ry’Ikinyarwanda ibukuru? Ni yo mpamvu nazengurutse ku mbuga zose za Ministeri uko ari 20 kugira ngo ndebe ahaboneka IKINYARWANDA nk’ururimi rw’IBANZE cyangwa se rwa KABIRI. Nabaye nk’ukubiswe n’inkuba!

Ikinyarwanda gikoreshwa hanze y’inzego nkuru za Leta

Gukoresha uru rurimi Gakondo biracyari inzozi! Imbuga zose za MINISTERI zikoresha ICYONGEREZA(English) ku buryo uvuga IKINYARWANDA gusa cyangwa uwashaka amakuru muri urwo rurimi nta handi yayakura uretse kuri Radio!!Reka duhere ahangaha:

Aha ni nko ku IREBERO! Ariko se uvuga IKINYARWANDA hari icyo yahabona?

No kwa Ministri w’Intebe, Icyongereza ni cyo gifite icyicaro.

No mu zindi Ministeri bikaba uruhererekane

Na Ministeri y’Urubyiruko n’Umuco yatengushye UMUCO!

Hari nka Ministeri zagombaga gukoresha cyane IKINYARWANDA ku mbuga zazo bitewe n’abo zireberera kandi bazigana: ubuzima, ubuhinzi n’ubworozi, ubutabera, ibikorwa-remezo, umurimo…

Ururimi ni ikimenyetso cy’Ubwigenge, Ubuhake cyangwa Ubukoloni

Biragaragara ko kwanga gukoresha Ikinyarwanda bitari ibyo mu Nzego z’Ibanze gusa aho abayobozi bihangishaho indimi z’amahanga bashaka kwemeza abaturage ko bize!Yewe si n’ibyo kwa Muganga(Ibitaro n’Ibigo Nderabuzima)aho ibintu hafi ya byose biba byanditse mu Cyongereza kandi abarwayi bahunyeza mu Kinyarwanda.

CHUK.rw

Abashishoza bazi neza ko nta gihugu kigenga by’ukuri kandi kiyubashye uzasanga abayobozi bakoresha indimi ntirano haba mu mbwirwaruhame cyangwa ku mbuga(web sites) zabo. Baba banga kwitesha agaciro no gupfobya iby’iwabo.

Kuri bo, ururimi Kavukire ni ishema ry’igihugu n’ubukungu ntagereranywa ku buryo uwinjiye mu gihugu cyabo aba agomba kwiga urwo rurimi yanze akunze. Ingero ni nyinshi: Ubudage, Ubutaliyani, Uburusiya, Ubushinwa, Ubufaransa…

Uretse no gutuma abanyamahanga barukunda(kabone n’iyo byaba ku ngufu), gukoresha Ururimi Gakondo bitanga n’akazi ku bize iby’isobanurandimi(interprètes). Kuki abangaba bo babuzwa ayo mahirwe?

Ku rundi ruhande ariko, ururimi burya ni ikimenyetso cy’ubuhake. Ntushobora kuvuga ko wigobotoye Gashakabuhake, ukirwana no kuvuga ururimi rwe nk’aho ari we uguha ijambo cyagwa uri kumwereka ko ibyo yakwigishije wabifashe.

Njye mbona igitego cy’Ubukoloni ari icyo kutwumvisha ko indimi Gakondo ari « ingirwandimi »(dialectes)n’ubwo zaba zivugwa n’amamiliyoni akangari y’abantu. Kandi koko hari n’ibihugu abaturage badashobora kumvikana badakoresheje ururimi rw’umukoloni(Icyongereza, Igifaransa, Igiporutigari, Icyesipanyori…)kimwe n’uko hari n’ubukoloni bushya twikururira muri urwo rurimi rushya rukomeza kutubera umurunga utuziritse.

Dutandukanye Ururimi Gakondo n’Ururimi Kavukire

Hari abantu bakomeza kuvuga izo ndimi twita ko ari iz’amahanga kandi kuri bo ari « Kavukire »kuko bavukiye iyo mu mahanga batavukiye mu Rwanda. Ururimi kavukire ni urw’aho hantu yavukiye akanaharererwa.

Naho Ururimi Gakondo rwo ni urujyanjye n’inkomoko, igisekuru(des origines). Ni rwa rundi bamwe musangiye ubwenegihugu(nationalité) bakubaza ngo « ururimi rw’iwanyu ni uruhe »? « Gira icyo utubwira mu rurimi rw’iwanyu? »

Iyo watangiye guhura n’ibyo bibazo ni bwo utera intambwe yo gukunda ururimi Gakondo kandi ukarukomeraho. N’ibisubizo biraza maze wowe na bo rukababera iteme ribahuza mu bwuzuzanye kuko basanga nawe hari ibindi ubarusha.

Dukunde kandi tuvuge ururimi rwacu rw’IKINYARWANDA, duhere ku bakuru n’aho bakorera kugira ngo n’abato baberwe n’icyo kirezi.

By P.Protogène BUTERA

Méditation du dimanche: Miséricordieux comme Dieu?

Prions pour ceux qui font l’éloge du sang quand ils revendiquent le nombre d’ennemis tués dans la guerre orchestrée au nom du bien ou ceux qui cherchent toujours la confrontation plutôt que le compromis et la paix

Pour l’impératif d’être miséricordieux comme l’est notre Dieu, la Liturgie de ce septième dimanche du Temps ordinaire nous annonce la manière pratique d’exercer cet impératif dans notre vie quotidienne et chrétienne.

Quotidienne, car pour être miséricordieux, il suffira de ne faire à personne ce que nous n’aimons pas pour nous : « Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux ». C’est un désir universel du Bien.

En cela, David (première lecture) a été un exemple. Il a fait preuve de bonté, d’innocence et de magnanimité à l’égard de Saül qui s’était transformé en ennemi mais que lui continuait de considérer comme « celui qui a reçu l’onction du Seigneur » ou le « messie du Seigneur »

En ne mettant pas la main sur Saül, David se montre « homme de bien » et confirme même le sens de son nom : « Bien-aimé ». Aimé, il cherche du bien à celui qui le poursuivait. Ce faisant, son message est clair : « devenu roi, je ne veux pas être tué par mon ennemi ». Ainsi, ce dicton ne pourra etre appliqué sur lui: « Qui a tué par l’épé, périra par l’épé »

Prions pour ceux qui font l’éloge du sang quand ils revendiquent le nombre d’ennemis tués dans la guerre orchestrée au nom du bien ou ceux qui cherchent toujours la confrontation au lieu de passer sur l’autre versant de la montagne, se mettre à une bonne distance et appeler à un compromis pour la paix.

C’est à ce niveau (de recherche de compromis)que la vie chrétienne marque les points dans la pratique de la miséricorde (ce que fait la Communauté Sant Egidio,par exemple) car la vie chrétienne reconnait la force de la grâce divine qui soutient la fragilité humaine héritée d’Adam et la puissance du don de la vie que nous avons dans le Christ Jésus(deuxième lecture)

En Lui et par Lui, nous sommes capables de faire du bien à ceux qui nous haïssent, de souhaiter du bien à ceux qui nous maudissent et de prier pour nos calomniateurs.

Puissent les biens spirituels que nous recevons et partageons, nous aider à progresser dans la recherche inlassable du bien pour le salut de tous et l’unité parfaite de notre chère Eglise qui en a tant besoin compte tenu du nombre d’adversaires ou d’ennemis déclarés en son sein.

Dieu soit loué pour tant de femmes et d’hommes qui se laissent illuminer par sa lumière à tel point qu’ils parviennent à témoigner de sa tendresse, Lui qui est « bon pour les ingrats et les méchants ». Vous le faites tous les jours quand vous vous dites: « Pardon, chéri.e! Pardon, mon amour! » Pardonnés, c’est l’allégresse et action de grâce en tout.

P.Protogène BUTERA

France-Prostitution: Elles se vendent pour maximiser leur capital-séduction!

Il y en a qui se lancent dans la prostitution à cause de ses aspects positifs, à leurs avis: autonomie financière, besoin d’affection, le sentiment de reprendre le contrôle sur leur vie

La fête de Saint Valentin peut être l’occasion de réfléchir sur la question de prostitution. Cette fête n’est-elle pas susceptible d’encourager ces jeunes qui sont à la recherche des amoureux ou des amis en empruntant la voie rapide mais sans issue: la prostitution?

Vous le savez bien! Ce n’est pas seulement dans des pays pauvres où les jeunes mineur.e.s se prostituent pour soubvenir à leurs besoins ou à ceux de leurs familles ou de leurs petits-frères.

La plupart des filles abandonnent l’école une fois pour toutes, quand elles tombent enceintes. C’est le cas en Côte d’Ivoire pour 4000 enfants de 9 à 14 ans, et au Kenya-Nairobi pour 13 000 filles de 10 à 16 ans…A qui la faute?

La famille sur le banc des accusés

En France, par exemple, un couple a été condamné à une peine de prison pour avoir forcé une adolescente de 15 ans à se prostituer dans plusieurs départements de la région parisienne.

Hamidou, 25 ans, a écopé de quatre ans de prison, dont trois ferme par le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Sa complice, âgée de 23 ans, a, quant à elle, été condamnée à deux ans qu’elle purgera avec un bracelet électronique. 

Selon le Parisien, la justice soupçonnait ce couple d’avoir prostitué l’adolescente, entre mai et juin, dans des hôtels et appartements de Seine-Saint-Denis, d’Essonne et du Val-d’Oise. 

Les enquêteurs du commissariat de Gagny (Seine-Saint-Denis) ont retrouvé la victime dans une chambre d’hôtel à Eaubonne (Val-d’Oise), le 24 juin dernier. Elle a alors assuré qu’elle était forcée de recevoir une quinzaine de clients par jour. 

Les investigations, menées par les policiers du service départemental de police judiciaire de la Seine-Saint-Denis ont mené à l’arrestation d’Hamidou et d’Emilie, sa complice. Lors de son interrogatoire, cette dernière a reconnu qu’elle louait des voitures pour conduire l’adolescente sur les lieux de prostitution. 

La suite de l’enquête a permis d’identifier plusieurs locations de logements Airbnb qui ont servi à accueillir des clients. Ces derniers pouvaient prendre rendez-vous avec l’adolescente via des annonces postées sur des sites spécialisés. 

D’après Cnews.fr, Hamidou est bien connu de la justice. Le dimanche 22 août 2021, le jeune homme a été interpellé en flagrant délit. Il aurait forcé une femme de 20 ans à se prostituer. Jugé le 24 août, il avait été relaxé par les juges. Quel sera l’avenir de cette jeune fille? Est-ce qu’elle arrêtera d’elle-même, après?

Prostitution à l’ère du numérique

Les jeunes filles de 15 à 17 ans sont la proie du proxénétisme sur les réseaux sociaux. Selon franceinter.fr, entre 7000 et 10 000 mineur.e.s se prostituent de cette façon, en France.

Le numérique leur permet de s’initier à des comportements pré-prostitutionnels n’impliquant pas directement des contacts physiques avec les clients. La pandémie de Covid a créé d’autres voies de rencontres: l’envoi des photos dénudées au lieu de se donner rendez-vous dans la rue!

Un besoin d’affection et d’affirmation

Il y en a qui se lancent dans la prostitution à cause de ses aspects positifs, à leurs avis: autonomie financière, besoin d’affection, le sentiment de reprendre le contrôle sur leur vie et d’échapper ainsi au contrôle parental.

Franceculture.fr

Pour d’autres, c’est le besoin de s’affirmer et d’être considérées comme adultes en contournant la loi qui les protège en tant que mineures. Si, à l’origine, il y a des blessures et des traumatismes de tout genre(ruptures ou précarités familiales), le chemin est encore long pour les dissuader.

Qui pourra mettre fin à l’activité des proxénètes qui leur proposent de l’argent facile quoi que sale? Qui peut empêcher ces jeunes d’exploiter leur capital-séduction en maximisant le résultat de leurs choix libres?

Saint VALENTIN,visite-les et aide-les.

Rédaction

Dimanche: Quel est le bonheur des pauvres?

Les malheureux se réjouiront de plus en plus dans le Seigneur, et les pauvres feront du Saint d’Israel, le sujet de leur allégresse

La méditation des textes de ce dimanche suscite en nous cette question à laquelle il est bon de répondre: Quel est le bonheur des pauvres? Peut-être que vous avez une bonne réponse!

Mais en écoutant ou en lisant l’Evangile que la Liturgie a prévu, il est tentant de considérer Jésus comme opposé aux riches ou cynique par rapport aux pauvres. Son message est pourtant tout autre : le bonheur est là où nous regardons le moins. Nous nous focalisons sur les choses que nous possédons et nous sommes inquiets de les perdre.

Nous pensons que ceux qui n’en ont pas autant sont pauvres et malheureux. Pour éviter d’être comme eux, nous nous préoccupons d’en avoir davantage, engranger plus de bénéfices, et parfois sur leur dos.

Par contre, le bonheur de ces pauvres est leur solidarité entre eux ; le malheur des riches réside dans la perte de confiance des pauvres dès que leur conscience est réveillée.

En saint Luc, Jésus n’a fait qu’accomplir la prophétie d’Isaie : « Les malheureux se réjouiront de plus en plus dans le Seigneur, et les pauvres feront du Saint d’Israel, le sujet de leur allégresse » (Is29,19). Jésus est venu changer le regard des riches et des pauvres car c’est à tous que la parole de Dieu c’est adressé : « C’est vous qui êtes des fils des prophètes et de l’Alliance que Dieu a conclue avec vos pères quand il disait à Abraham : ‘en ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre » (Ac 3,25)

Et comme les fils imitent quelques fois leur père, Jésus n’a pas omis d’envoyer les prophètes : « Vous donc, mettez le comble à la mesure de vos pères…voici que moi j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes ; vous tuerez et crucifierez les uns, vous en flagellerez les autres. » (Mt 23,32.34) Mais que fait un prophète pour qu’il soit ainsi traité ? « Celui qui prophétise, dit saint Paul, parle pour les hommes : il est constructif, il réconforte, il encourage » (1 Cor14,3)

Pour Jésus, tous sont heureux, ces gens dont la vie a poussé ses racines vers la source qui leur permet de produire des fruits. C’est pourquoi ses yeux ne sont pas levés vers le ciel mais sur ses disciples.

Eux qui ont cru dans sa mort et dans sa résurrection auront la mission d’aider leurs frères à mettre leur espoir dans le Seigneur dont la bonté et la tendresse n‘ont pas de limites.

Heureux êtes-vous les pauvres parce que disciples du Christ. Vous serez nombreux à   le redire avec raison : « Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, et dont le Seigneur est la confiance »

Louange à Dieu pour ce dimanche et toute la semaine qui vient.

Père Protogène BUTERA

SENEGAL, CHAMPION D’AFRIQUE: QUELLE HISTOIRE!

Les Egyptiens qui étaient rompus aux tirs aux buts n’ont pas résisté à la détermination des Sénégalais

CAN 2022 est remportée par le Sénégal face à l’Egypte. Ce 6 février, Sadio MANE a fait entrer son équipe dans l’histore du foot africain. Oui, à Yaoundé(Cameroun), les Lions ont terrassé les Pharaons! Mohamed SALAH a laissé à son coéquipier de Liverpool de gouter aux saveurs de la première victoire continentale.

Les deux géants du foof africain se sont neutralisés jusqu’à la prolongation(0-0). Mais les Egyptiens qui étaient rompus aux tirs aux buts n’ont pas résisté à la détermination des Sénégalais dont la soif était de succéder aux Algériens sur le parmalès.

Avec ces 4-2 buts , les Lions de la Téranga auront la force de quadriller davantage les Pharaons lourds de leurs 7 couronnes, et les lionceaux auront appris la leçon de bien faire la chasse au plus fort .

Salut à MANE qui a raté un penalty au début du match, mais en a marqué un autre pour la victoire. La revanche de SALAH pour la coupe du monde?

Rédaction

VOILA POURQUOI NOUS CROYONS!

Il est salutaire de s’imprégner de la Parole de Dieu afin de se conformer aux Ecritures mais surtout accueillir Jésus chez soi, dans notre milieu (familial ou professionnel) avec cette attitude humble de Pierre qui tombe aux genoux du Maître pour lui parler.

Les textes de ce cinquième dimanche du Temps ordinaire nous rappellent le fondement de notre espérance s’inscrivant dans la pleine Alliance du salut promis par Dieu et dans les saintes Ecritures qui nous éclairent.

Catholiques, quand nous chantons le Sanctus qui relie la Table de la Parole et la Table de l’Eucharistie, nous exprimons de quelle manière le Nouveau et l’Ancien Testament sont liés en une Alliance éternelle annoncée par la même voix qui sanctifie le Nom de Dieu en reconnaissant la puissance de la mission reçue et acceptée comme la marche triomphale du Dieu vainqueur.

Les conséquences de l’absence de ce lien sont soulignées par Luther(fondateur du Protestantisme) quand il parle de la messe : « On dit de nombreuses messes, et pourtant la communion entre chrétiens qui devrait y être prêchée, exercée et pratiquée à l’exemple du Christ disparait totalement ;cela va si loin que nous ne savons plus du tout à quoi sert ce sacrement, ni comment on doit en user, et que par nos nombreuses messes nous en arrivons même souvent à détruire la communauté en faisant tout de travers »(De la cène, XII). Cela donne raison aux croyants non-pratiquants.

Or, cette communion ou ce lien renforcé, est une mission qui devient la bonne nouvelle chaque fois qu’il y a une personne qui répond soit, comme Isaie, « Me voici, envoie-moi »(première lecture), soit comme Paul, « Ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce venant en moi, n’a pas été stérile » (deuxième lecture)

Pour que cette mission soit durable dans le temps et s’étende suffisamment, il est salutaire de s’imprégner de la Parole de Dieu afin de se conformer aux Ecritures mais surtout accueillir Jésus chez soi, dans notre milieu (familial ou professionnel) avec cette attitude humble de Pierre qui tombe aux genoux du Maître pour lui parler(Evangile).

De par sa présence même, les foules apprennent à l’écouter, Pierre lui met aussi la barque à la disposition et les jeteurs des filets deviennent ses disciples. Rendons grâce à Dieu qui transforme notre faiblesse en puissance et rend utile ce qui ne l’était pas.

Oui, « voilà ce que nous croyons. » Croyants, nous recevons cette Eucharistie qui soutient notre fragilité et nous donne la joie de porter du fruit en devenant des messagers de ce Dieu dont la tendresse est immense. Non, ce n’est pas pour rien que nous sommes devenus croyants ! Que la grâce de Dieu chasse en nous la crainte et l’effroi.

Heureux ceux qui mettent à contribution leur foi pour que leurs peines de chaque jour ne soient cause ni de malheurs ni de leur perte mais plutôt source de louange pour Dieu qui donne vie et invite à avancer au large.

Je vous souhaite un très bon dimanche et une belle semaine, prêts pour l’embarquement avec Jésus.

P.Protogène BUTERA

%d blogueurs aiment cette page :