OUEST DU RWANDA : Éruption de NYIRAGONGO et attaque de BWEYEYE, quelle coïncidence?

Au Nord-Kivu, toute la région a été tellement touchée que l’on serait tenté de parler de malheur ou de malédiction même!!Il s’agit surtout de la région de l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) se trouvant au Nord-Ouest du Rwanda , là où il y a une chaine de volcans dont deux sont encore en activité(NYIRAGONGO et NYAMURAGIRA)

Dès Samedi 22 mai 2021, le danger est venu de l’éruption du Volcan NYIRAGONGO qui a fait plus de 30 victimes, plus de 100 000 enfants séparés de leurs parents qui sont exilés au Rwanda (dans la Province de l’Ouest, District RUBAVU)ou dans d’autres régions voisines de Goma(Sake…)

Les conséquences sont multiples de l’autre côté du Rwanda! Les laves qui sont sorties du chemin, coulent jusqu’aux champs rwandais et endommagent des plantations.

Pire encore, l’éruption de ce Volcan est suivi d’une fréquence terrible de tremblements de terre qui nous arrivent aussi bien à Kigali qu’à Rasano. Ces tremblements ont aussi causé les grandes fissures du sol : les routes, les hôtels ,les écoles , les maisons sont détruites . ..

BWEYEYE attaqué?

Comme si le malheur appelle le malheur, une autre mauvaise nouvelle s’en est ajoutée: dans la nuit de dimanche 23 mai, une dizaine de rebelles ont attaqué le Secteur BWEYEYE, dans la Cellule NYAMUZI (l’une de 5 Cellules de BWEYEYE dont fait partie RASANO) tout près du Parc National de Nyungwe . Ils provenaient de la forêt de KIBIRA ,prolongation de Nyungwe , du côté du Burundi(Commune MABAYI) .

Tout lire sur: sourireauxmillecollines.com/ouest-du-rwanda-eruption-volcanique-de-nyiragongo-et-attaque-militaire-de-bweyeye/

Rwanda:Abatwa ni Abasangwabutaka cyangwa ni « Abasigajwe inyuma n’amateka »?

Mu gihugu cy’Uburundi,bakomejwe kwitwa Abatwa,nk’uko hariho Abahutu,Abatutsi n’Abaganwa.Mu Rwanda ho ngo ni « Abasigajwe inyuma n’amateka »,kuko muri icyo gihugu nta bwoko bukibaho.

Ese uku kunyuranya mu nyito biterwa n’iki ?Guhabwa iryo zina ry’Abasigajwe inyuma n’amateka » (niba ari izina ryari rikwiye kwandikwa mu ijambo rimwe:Abasigajwinyumateka!)byaba bishaka kuvuga ko bo batari nk’abandi Banyarwanda? Ese ni ikivugo cyabo, cyangwa ni akabyiniriro kiyongera ku izina ryabo ry’ukuri?

Bo se ubwabo babivugaho iki? Ko rimwe na rimwe bahitamo kwitwa « Abasangwabutaka » ntabwo bafite,ntibaba bashaka kumvikanisha ko na bo babukeneye? Uburebure bw’iyo nyito iharawe, »Abasigajwinyumanamateka« , ntibwaba buhuje n’uburemere bw’ikibazo cyabo?

Imibereho yabo n’ubuzima barimo bishobora gutuma bibona muri gahunda za Leta z’iterambere? Ese ikibazo cyabo kirumvikana neza koko ku buryo gihabwa igisubizo gikwiye? None se ni ngombwa ko umwuga wabo w’ububumbyi usimbuzwa uw’ubuhinzi cyangwa ubworozi?

Imvo n' »Imvano ya BBC Gahuza » yarabaganirije birambuye.Bamwe bati: »Ni ko batwita,ariko ntibyari bikwiye! » Abandi bati »Nabaho ntabaho,ni uko;nta kundi nabigenza » Kubera iki?Reka tubyumve:

Ariko buriya bashonje bahishiwe!Tuzabigarukaho

By Protogène BUTERA

Ruanda-Urundi:Même indépendance du 1 juillet?

C’était le 1 juillet 1962.Ruanda-Urundi cessaient d’être un territoire belge.L’indépendance a permis à ces deux pays quasi jumeaux,d’être deux Républiques autonomes:le Rwanda et le Burundi.Carte du Ruanda-Urundi avant l'indépendance

RDC les a précédés…

Le Congo belge a précédé ces deux pays à acquérir son indépendance: le 30 juin 1960.Est-ce la Belgique qui a voulu garder et marquer l’unité de ses anciennes colonies par les dates aussi proches des indépendances de ces trois pays?Serait-elle une simple coïncidence?

La République Démocratique du Congo a célébré ses 57 ans dans la méditation et sur fond de tensions incessantes.Il n’y a pas eu ni défilé militaire ni discours présidentiel.La fête a pris les couleurs du deuil national,parce qu’il n’a connu de progrès que dans l’insécurité.

Même date et célébrations opposées…

En plus de la date,les deux pays ont gardé la même dénomination de la monnaie:Franc(burundais ou rwandais). Mais comme leur économie n’est pas au même niveau ,la célébration de l’indépendance n’a pas la même signification non plus.

Un sursaut d’unité pour le Burundi

Croulant sous les sanctions internationales,les tensions politiques et l’insécurité économique et alimentaire,la célébration du 55°anniversaire de l’indépendance a été fêtée ,à Bujumbura,au son du patriotisme national et de l’amitié internationale.Le Président Pierre Nkurunziza décore l'Ambassadeur de la Chine au Burundi
Dans ce sens,plusieurs personnalités politiques,militaires et ambassadeurs ont été décorés et honorés pour leur soutien inconditionnel au pays pendant ses moments difficiles.

Et dans son discours,le Président Pierre Nkurunziza n’a pas omis de tourner les regards vers les élections de 2020.Un compte est ouvert dans la Banque Nationale.Cette fête est ainsi présentée comme un sursaut d’unité pour le Burundi en renforçant l’héritage de Rwagasore.

Indépendance honteuse pour le Rwanda

Au Rwanda,c’est tout le contraire.Le jour de l’indépendance attire moins d’attention.Les médias en parlent rarement.Certains intellectuels, comme Antoine Mugesera,dans « The New Times »,l’appellent « Sham independence. »

Plutôt que de célébrer cette « indépendance honteuse »,la priorité est donnée au Jour de la Libération/Liberation Day,le 4 juillet.C’est ce qui ressort même des « Décisions du Conseil des Ministres et du Gouvernement »de ce 30 juin 2017,où l’on a prôné la célébration du 4 juillet sans aucune mention de l’indépendance.A Kigali, la Fête est à venir.

By P.B

Le Rwanda et le Burundi,deux voisins à couteaux tirés

L’attentat contre Willy Nyamitwe n’est pas seulement un signe d’insécurité qui persiste au Burundi mais aussi la tension encore vive avec son voisin,le Rwanda.

La tentative d’assassinat de Willy Nyamitwe,porte-parole du président Pierre Nkurunziza du Burundi, a ravivé les tensions entre les deux pays voisins.C’était ce lundi 28 novembre 2016 vers 21h30.

Ce proche conseiller du président burundais rentrait de la réunion à la Présidence.Il a été blessé par les assaillants qui l’attendaient à l’entrée de chez lui,lourdement armés.Un de ses gardes du corps y a laissé la vie et un autre blessé.

Coup des criminels basés à Kigali!

Un caporal du nom de Jean-Claude Nduwimana, a été arrêté et a avoué d’exécuter ces assassinats en connivence avec certains réfugiés burundais se trouvant au Rwanda.Pierre Nkurikiye signale que c’est le troisième attentat manqué contre le conseiller Nyamitwe.
Selon ce commissaire,il s’agit d’un groupe de criminels basés à Kigali.En ciblant Willy Nyamitwe,ce serait une façon de lui faire payer ses déclarations du 26 octobre concernant le rôle du Rwanda dans le chaos qui règne au Burundi.

Le Rwanda,directement accusé

Le Rwanda continue d’être la véritable bête noire du pouvoir burundais qui l’accuse d’être à l’origine de tous ses maux.Dans ce sens,le porte-parole du ministère burundais de la Sécurité Publique,Pierre Nkurikiye, a accusé mardi le gouvernement rwandais « d’être derrière » les assassinats de hauts responsables burundais ces derniers temps.

Appels multiples à la retenue

Dans leur communiqué de presse du 29 novembre 2016,les États-Unis,par la voix de leur Ambassade à Bujumbura, appellent au calme et à la retenue pour que toutes les parties s’attèlent au dialogue inclusif.

Si l’Union Européenne(UE)a déclaré inadmissible cet attentat,elle a déploré cet indice de la persistance d’un climat de violence au Burundi et dit vouloir maintenir son soutien pour une solution politique qui restaurerait un climat vraiment apaisé.Et si cette solution politique était l’assassinat du Président Pierre Nkurunziza?

By P.B

Quand les Etats-Unis accusent le Rwanda d’allumer le feu au Burundi

S’agit-il d’accusations injustifiées ou d’un sincère avertissement d’un ami? Quoiqu’il en soit, la logique de l’accusé prouve le contraire: ceux qui ne soutiennent pas ces réfugiés, qu’ils les accueillent chez eux! Kigali ne voudraient-il plus de ces Burundais?

Ce mercredi 10 février 2016, les États-Unis ont accusé le Rwanda de chercher à déstabiliser le Burundi voisin. D’après RFI, Washington accuse Kigali d’être impliqué dans des activités déstabilisatrices pour le Burundi.

S’agit-il d’accusations injustifiées ou d’un sincère avertissement d’un ami? Quoiqu’il en soit, la logique de l’accusé prouve le contraire: ceux qui ne soutiennent pas ces réfugiés, qu’ils les accueillent chez eux! Kigali ne voudraient-il plus de ces Burundais?

Quels sont les pays partenaires qui vont les accueillir? Et si les violences continuent au Burundi, le Rwanda va-t-il fermer ses frontières comme la Turquie et la Syrie pour maintenir les réfugiés sur leur sol qui brûle?

Burundi refugees

Sans espérer des réponses justes et humaines, les 75000 réfugiés burundais installés au Rwanda attendent avec incertitude mais sans surprise, les conséquences de la menace. Mais non! Diplomatie et relations internationales joueront le jeu d’apaisement.
By P.B

%d blogueurs aiment cette page :