RENNES se manifeste pour la hausse des salaires et contre le mal-logement

La majorité de ces manifestants étaient des jeunes. Mais leurs revendications sont multiples et variées: hausse des salaires pour certains, repas et logements pour d’autres, ou fin des restrictions sanitaires

Ils étaient, ce jeudi 27 janvier, des milliers d’étudiants, enseignants, professeurs et élèves à s’adresser contre les policiers, dans le Centre Ville de Rennes. De 10h30 à 13h00, les dérapages n’ont pas tardé. Les policiers ont dû utiliser la force pour les repousser.

Revendications multiples

La majorité de ces manifestants étaient des jeunes. Mais leurs revendications sont multiples et variées: hausse des salaires pour certains, repas et logements pour d’autres, ou fin des restrictions sanitaires trop liberticides pour quelques-uns.

La cible principale était le Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel BLANQUER et la « macronie » pro-patronale qui « annonce la casse de l’université publique avec des années bientôt à plusieurs milliers d’euros comme cela se fait déjà pour les étudiants étrangers »

Lutte de classes dans la présidentielle

A travers tracts et affiches distribués, la plupart ne cachent pas leur détermination de naviguer contre-courant de la majorité. Ils revendiquent, entre autres, « les moyens massifs dans les services publics, un SMIC à 1800€ nets, un revenu étudiant à la hauteur du SMIC…. »

Place de la République(Rennes)

Leur volonté est claire: « inviter la lutte des classes dans la présidentielle »! Ont-ils des moyens adaptés pour le faire dans l’ordre et le respect des autres? Ils questionnent le principe-valeur de la FRATERNITE. Qui leur donnera la bonne réponse? Les candidats sont très attendus.

By P.Protogène BUTERA

L’ANIMAL QUI POUSSE LA TURQUIE A CHANGER DE NOM!

Le pays du détroit du Bosphore ne veut pas être confondu avec l’animal de basse condition qu’on appelle « la dinde » dans la langue de Shakespeare.

La Turquie a demandé à la Communauté Internationale de changer son nom de pays en Anglais. Oui, le pays du Détroit du Bosphore ne veut pas être confondu avec l’animal de basse condition qu’on appelle « dinde » dans la langue de Shakespeare.

Dinde ou turkey
Photo de ASHISH SHARMA sur Pexels.com

En effet, Turquie s’écrit « Turkey » en Anglais, mot qui signifie « dinde »…Pour éviter cette confusion dégradante, le président turc, Recep Tayyip Erdogan recommande d’utiliser le mot « Türkiye » qui, d’après lui, représente et exprime au mieux la culture, la civilisation et les valeurs de la nation turque »

Même si les Nations Unies n’ont pas encore validé cette nouvelle nomenclature, les autorités nationales continuent leur campagne de mobilisation sur tous les réseaux sociaux: « La Türkiye est le nom utilisé pour le pays en Turc, et le pays veut maintenant porter ce nom à l’international ».

Désormais, dans votre Anglais, habituez-vous à utiliser Türkiye à la place de TURKEY, sinon vous pourrez prouver où est le dindon! Mais, ne paniquez pas. Ce sera facile comme Eswatini a fait tomber Swaziland dans l’oubli par la seule volonté du Roi Mswati III(2018). Vive le passé glorieux!

Sources: Cnews

By P.Protogène BUTERA

COMMENT ILS VEULENT DECOUVRIR LE RWANDA……

Par la diversité des paysages, verdoyants et vallonnés, par la grandeur et l’accueil des églises, la foi des chrétiens, et tout particulièrement le sanctuaire de KIBEHO…ils sauront si c’est vraiment un pays aux mille collines!

C’est par un pèlerinage spirituel et touristique. Ah, comment ça? Ils vous l’expliquent: Voulez-vous découvrir ce magnifique pays de l’Afrique de l’Est ??
Alors venez en pèlerinage – voyage avec le Diocèse de Rennes …

Vous serez séduits par la joie de vivre de tous les habitants, par la diversité des paysages, verdoyants et vallonnés, par la grandeur et l’accueil des églises, la foi des chrétiens, et tout particulièrement le sanctuaire de KIBEHO, lieu d’apparitions mariales…Pèlerinage aux Mille Collines

Tout se prépare pour l’été 2022: du 9-19 juillet. L’esprit dans l’air, le prix dans le temps. Ca ne tardera pas. Chaussez-vous pour les montagnes, BIPEL arrange les ailes! Vous êtes prêts? C’est parti…Grace à Notre Dame de Kibeho.

Rédaction

Covid-RWANDA: Ces gens qui fuient la vaccination obligatoire!

Ce n’est pas seulement vers le Congo-Kinshasa qu’ils fuient. Douze Rwandais composés de six hommes, cinq femmes et un bébé de dix mois viennent de passer plus de cinq jours sur la colline de Nyakarama, zone de Kiyonza en commune de Bugabira (province de Kirundo, nord du Burundi)

Les citoyens rwandais qui fuient la vaccination imposée par les autorités compétentes de leur pays sont identifiés depuis plusieurs jours en territoire d’Idjwi dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo.

Selon Dunia Muhigirwa, enseignant à Idjwi, ces Rwandais, parmi lesquels se trouvent des femmes et des enfants, disent en effet « fuir le vaccin » contre le Covid-19. Ils sont en cours d’identification dans les villages de Lemera et Nyereji où, selon l’enseignant, « la majorité vit pour le moment dans des familles d’accueil »

Fuir la vaccination forcée contre le Covid-19, c’est la seule déclaration qu’ils ont jusqu’à présent. Certains, grâce à leurs relations ici à Idjwi, dit Dunia, sont reçus par leurs semblables dans des familles d’accueil. Comme nombreux sont des adventistes, « ils sont dans des organisations des adventistes. Nous en avons identifiés à peu près 120 »

Ils sont venus par petits groupes en pirogues dans le sud de l’île d’Idjwi, située sur le lac Kivu, frontalier du Rwanda et de la RDC, où les autorités cherchent toutefois à identifier formellement leur profil et les raisons de leur venue.

C’est ce qu’indique également l’administrateur de ce territoire, Karongo Kalaja Kabiyo contacté par nos confrères de 7SUR7.CD ce mercredi . Selon lui , il s’agit d’une centaine de ces réfugiés rwandais qui sont reçus par leurs semblables dans des familles d’accueil, adventistes comme eux .

« 101 de ces personnes avaient été recensées mardi par la chefferie (entité administrative) de Ntambuka », a précisé Idée Bakalu, président honoraire de la mutualité des ressortissants d’Idjwi vivant à Bukavu, chef-lieu de la province congolaise du Sud-Kivu. Esther Muratwa, présidente de la société civile d’Idjwi, a chiffré leur nombre à 123.

La population d’idjwi qui les voit arriver se dit très inquiète et craint, dans les jours à venir, la détérioration de la situation sécuritaire dans leur milieu suite à l’arrivée en masse de ces sujets Rwandais.

Des Rwandais continuent de fuir aussi vers le Burundi

Ce n’est pas seulement vers le Congo-Kinshasa qu’ils fuient. Douze Rwandais composés de six hommes, cinq femmes et un bébé de dix mois viennent de passer plus de cinq jours sur la colline de Nyakarama, zone de Kiyonza en commune de Bugabira (province de Kirundo, nord du Burundi). Ils disent avoir fui la campagne de vaccination obligatoire en cours au Rwanda.

Le gouverneur de Kirundo a décidé leur refoulement vers le Rwanda. Jeudi dernier, neuf autres ressortissants rwandais avaient été rapatriés vers leur pays par les autorités de Kirundo. Ils avaient aussi fui la campagne de vaccination obligatoire dans cette nation des Grands-Lacs d’Afrique. 

 Dans une réunion de sécurité tenue par le gouverneur de Kirundo, Albert Hatungimana a signalé ce mardi qu’il ne peut pas cautionner des personnes qui n’adhèrent pas au programme de riposte du gouvernement burundais contre le Covid-19. Notamment en ce qui concerne le dépistage et le respect des gestes barrières. Qu’ils soient Burundais ou étrangers.

Ces ressortissants rwandais ont refusé le dépistage ainsi que d’autres mesures prises par Gitega pour éviter la propagation de la pandémie, selon notre reporter sur place. « Par exemple, ils disent que jamais ils ne porteront de masque, qu’ils ne prendront jamais de médicaments s’ils se retrouvaient avec le Coronavirus. Comme le groupe rapatrié la semaine passée, ils disent que leurs croyances ne les autorisent pas à se faire vacciner, dépister […] », a révélé une source administrative à Bugabira.

Le gouverneur de la province de Kirundo a donc pris la décision d’expulser tout ressortissant rwandais qui quitte son pays pour fuir la vaccination invoquant une croyance. Il a ordonné aux autorités compétentes de ne plus laisser de tels individus franchir la frontière.

« Et celui qui prendra le risque d’héberger une personne venue dans de telles conditions sera considéré comme ennemi du pays », a annoncé M. Hatungimana.

Les 12 personnes ont été sommées de préparer leur retour au Rwanda ce mercredi. Signalons que neuf autres rwandais ont été acheminés à la frontière de Kanyaru Bas, jeudi passé.  Les concernés avaient traversé la frontière en passant par le marais de la rivière Kanyaru (séparant le Burundi et le Rwanda ), côté province de Kirundo.

Que Dieu entende leurs prières.

By Protogène BUTERA

Rwanda-Covid: La vaccination, une arme pour la discrimination?

C’est vraiment une faute contre l’humanisme d’agir comme si la vaccination était déjà réalisée à 100 % de la population, et de pourchasser les gens pour les vacciner contre leur gré comme si c’étaient des animaux menacés d’extinction, qu’il faut protéger à tout prix.

Au début du mois de décembre, seulement 36% de la population était vaccinée. Le but du Gouvernement rwandais était d’atteindre 40% à la fin de décembre 2021. Pari réussi? Le variant Omicron a poussé l’accélération de la cadence. On vaccine à tout vent pour atteindre, coûte que coûte, 70% à la fin de 2022!

Alors que la Constitution établit la liberté de la conscience, l’état sanitaire a aboli le respect de la constitutionnalité. A partir du 20 décembre, les non-vaccinés sont interdits d’accéder à tout lieu ouvert au public! Interdiction renouvelée pour le 10 janvier 2022!

C’est vraiment une faute contre l’humanisme d’agir comme si la vaccination était déjà réalisée à 100 % de la population, et de pourchasser les gens pour les vacciner contre leur gré comme si c’étaient des animaux menacés d’extinction, qu’il faut protéger à tout prix.

A titre d’exemple, regardons cette vielle dame qui refusait catégoriquement ce vaccin. Comme elle le dit elle-même, quand elle avait faim, personne n’est venu la voir; quand elle a été malade, nul n’est venu la visiter ou lui apporter des médicaments. Maintenant qu’elle peut marcher en s’appuyant sur sa canne, tout le monde court derrière elle, au nom de ce machin de vaccin qu’on lui impose de force!

Dans sa fugue, telle était sa seule demande: « Laissez-moi en paix« . Pourquoi n’est-elle pas entendue? La réponse est connue: la santé publique. Et la PERSONNE?

La femme qui voulait se suicider au lieu de se faire vacciner par force(correspondant kubahonet.com)

Testez-vous tous les jours, c’est moins cher!

Outre cet acharnement, il y a une autre aberration qui ne dit pas son nom: le prix du Test PCR. Vacciné ou non, on doit se faire tester à un prix exorbitant :30 000frw(30€)actuellement(2022), contre 47 000frw avant décembre 2021. Le slogan est aussi curatif: testez-vous tous les jours, c’est moins cher que la réanimation. Bien sûr que oui!

Mais, même à ce prix diminué, c’est toujours au-dessus d’un salaire mensuel pour la majorité des Rwandais! Que cela soit pour les clubs de sport qui doivent le faire 3 fois par semaine ou les mariés dont les invités doivent être testés, c’est une mesure financièrement insupportable.

Une autre forme de discrimination

L’article 11 de la Constitution rwandaise(2008)stipule ce qui suit: « 

Toute discrimination fondée notamment sur la religion ou croyance, l’opinion.. sur toute autre forme de discrimination est prohibée et punie par la loi »

Or, sous prétexte de l’urgence vaccinale, certaines autorités s’en prennent à un petit nombre d’ Adventistes du Septième Jour à cause de leur croyance de ne recevoir des médicaments/vaccins qu’au moment où leur conscience est suffisamment éclairée au-dessus de tout soupçon.

Même en dehors de la religion, il n’est pas interdit d’avoir une opinion différente de la doctrine officielle. N’est-il pas autant injuste qu’illégal d’instaurer un délit d’opinion sur un sujet de vaccins pour lesquels on demande pourtant un consentement? A quoi ça sert le formulaire à signer, si l’on ne peut pas dire non? Un consentement signé par force est-il effectivement voulu parce que éclairé?

Peut-être que nos chefs locaux ou nationaux ignorent ce que dit la Constitution:

« tout citoyen est délié du devoir d’obéissance, lorsque l’ordre reçu de l’autorité supérieure constitue une atteinte sérieuse et manifeste aux droits de la personne et aux libertés publiques »(art.48, alinéa b.)

Exemples d’atteinte sérieuse aux libertés publiques? Si pour entrer dans une église, dans un temple ou dans une mosquée, dans un bus, dans un bar et même au marché, il faut être vacciné, n’est-il pas vrai qu’il y aura au moins 30% de la population qui sera exclus de la circulation?

Plus qu’une atteinte, n’est-ce pas là une autre forme de discrimination qui est prohibée et punie par la loi? Mais que faire quand celui qui a le droit de punir est également le maitre de la prohibition?

Point de liberté d’aller et venir

L’enfreinte à cette liberté d’aller et venir a commencé avec le port de masque et les amendes injustifiées pour les personnes toutes seules ou en plein air. Mais la résistance prend forme parfois par la voix des plus petits.

C’est l’exemple de cette jeune fille qu’on qualifiait de folle(umusazi). Elle a une raison que les plus raisonnables n’ont pas. Mais, elle doit payer pour ses petits mouvements de chez elle!

Elle a une autre opinion sur le port de masque…

Un jour, les constitutionnalistes reconnaitront que « tout citoyen rwandais a le droit de se déplacer et de se fixer librement sur le territoire national« (article 23).. que « la liberté de pensée , d’opinion et de conscience est garantie par l’Etat« (article 33)au lieu d’être bafouée par lui.

Attraper les petits-poissons par les lumières

Il est incompréhensible que la haine et l’agression viennent des vaccinés. J’ai envie de leur dire: « Si ça marche, vous serez nombreux à être sauvés; si ça ne marche pas, le petit nombre s’occupera de vous. Question de précaution et de prudence »

Pêche des petits-poissons du Kivu

Ceux qui ont l’expérience de la pêche des petits-poissons(surtout dans le lac Kivu)le savent: ces derniers sont attrapés grâce à la force des lumières dans la nuit des eaux apparemment tranquilles.

Il est dangereux de miser sur une seule lumière: le vaccin. N’omettez pas d’autres lumières. Lesquelles? Que les vaccinés soient autorisés à aller aux stades soutenir leurs clubs, aux cinémas ou aux concerts regarder leurs stars en respectant les mesures barrières mais sans contraintes de dépenses de plus(TESTS, TESTS, TESTS…).

Vous verrez. Il y aura du monde à se faire vacciner pour ne pas rater ces belles occasions de divertissement. Ils le feront pour le plaisir de vibrer de vie, et ce sera bénéfique pour tous.

L’idée n’est pas bonne de considérer les citoyens comme les animaux que l’on conduit à l’abattoir pour la santé des consommateurs. Non plus celle de penser que les bons citoyens doivent agir comme des robots obéissant à la commande de la technique ou des tireurs des ficelles.

Comme le dit ARISTOTE, « Il est inconséquent d’abuser de sa force contre les faibles« (Ethique à Nicomaque,IV,3,§§22)

By Protogène BUTERA

LA MERE DE DIEU ET LE NOUVEL AN

En cette fête de la Mère de Dieu, nous pensons aux « orphelins spirituels » qui, certes, n’ont pas eu de cadeaux désirés mais surtout n’ont personne capable de leur parler de la foi, de Dieu et de la lumière qui éclaire l’intelligence, la raison et la conscience.

Il est de bonne augure de commencer l’année avec Marie qui dit à ses amis et connaissances : « Regardez mon fils ! Celui-ci est vraiment mon fils ! Jésus que vous connaissez bien est mon fils ». Avec cet échange, tout change.

L’Église a vu juste de rappeler aux croyants que celle qui a donné naissance au Maître du temps et de l’univers est toujours là pour nous indiquer le moment précieux du passage du Maître afin de l’accueillir, le saluer et lui parler.

Il n’y a de plus précieux moment que le début de l’année où les enfants commencent à comparer les cadeaux reçus des uns et des autres. Parfois c’est la maman qui les aide à garder le plus important dont elle leur redonne le sens, avec douceur et tendresse.

En cette fête de la Mère de Dieu, nous pensons aux « orphelins spirituels » qui, certes, n’ont pas eu de cadeaux désirés mais surtout n’ont personne capable de leur parler de la foi, de Dieu et de la lumière qui éclaire l’intelligence, la raison et la conscience.

Rendons grâce également pour les parents qui ont connu des évènements heureux de leurs enfants ou petits-enfants leur permettant de reprendre les énergies renouvelables d’allégresse, de paix et d’espérance.

Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

Avec Marie, Mère de l’Espérance et de l’Église, nous sommes entrainés par l’Esprit Saint à l’École de Jésus, lui qui fait briller l’œuvre de Dieu, le Père, de manière à l’admirer avec engouement, l’adorer avec piété et l’annoncer aux autres avec ferveur.

                      Sainte Marie, Mère de Dieu ; priez pour nous

                     Sainte Marie, Splendeur du Monde ; priez pour nous

                     Sainte Marie, Modèle des épouses ; priez pour nous

                     Reine de la paix et de la réconciliation ; priez pour nous

 Pour une année paisible et prospère en toutes sortes de grâces à recevoir gratuitement dans le Christ Jésus notre Seigneur, l’Emmanuel dans nos vies, que la bénédiction de notre Dieu descende sur chacun et lui fasse porter tous les fruits.

Je vous souhaite une année de paix et de bienfaits.

P.Protogène BUTERA

%d blogueurs aiment cette page :