Fête du Christ Roi de l’univers,signet de notre sacerdoce royal

Quiconque est baptisé en Jésus Christ, est devenu prêtre, roi et prophète.Si l’Église a institué la fête du Christ Roi,ce n’est pas seulement pour rappeler au monde  la souveraineté de notre Seigneur, mais aussi pour nous donner l’occasion de fêter notre sacerdoce royal en rapport avec le sacerdoce éternel du Christ Jésus.Les lectures de ce 34° dimanche(année  B)le soulignent largement

A travers ces lectures,nous saisissons que Jésus n’est pas un roi de la vision de Pilate:un roi sans services de sécurité et de protection n’en est pas un;il est impensable.Dans certaines circonstances,cette question que Pilate pose à Jésus « Alors,tu es roi? »,peut être posée à chacun sous une autre forme: » Alors,tu es chrétien?…. »Un dialogue qui génère quelques leçons.

Discussion de Pilate et Jésus sur la royauté
Pilate et Jésus

Si Pilate aide Jésus à préciser sa situation ,son statut et sa mission,Jésus aide Pilate aussi à penser autrement la notion de royauté:non pas la royauté de la domination du monde de la jungle où règne les animaux les plus forts et féroces sur terre et dans le ciel comme le lion,le léopard et l’aigle;non plus la royauté messianique où le messie est attendu seulement par les Juifs et leur nation.

La royauté de Jésus est tout autre et inclusive.Tout autre,car même Pilate en fait partie,nonobstant sa question moqueuse « Est-ce que je suis juif,moi? » Inclusive,car « tous les peuples,toutes les nations et les gens de toutes les langues le servent »(première lecture:Dn7,14)

Comme si la vérité de ce royaume était sur le banc des accusés,Jésus en a explicité les raisons: « Moi,je suis né,je suis venu dans le monde pour ceci:’rendre témoignage à la vérité ». Vrai ou faux? Vous, mes témoins,dites-le à ceux qui jugent du dehors.C’est aussi le message de la deuxième lecture: »A vous,la grâce et la paix de la part de Jésus Christ,le témoin fidèle,le premier-né des morts,le prince des rois de la terre »

Ainsi,au Christ roi de l’univers, nous fêtons un royaume qui n’est pas de ce monde mais de celui qui a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père. »En même temps,nous commençons à préparer sa naissance pour attester(le temps de l’Avent)que nous reconnaissons vraiment comment il est né et venu.

Puisque nous appartenons à Lui,nous ne cessons pas d’écouter sa voie dans la prière qu’il nous a donnée.Puissions-nous,aujourd’hui,nous arrêter un moment sur ces 4 mots: »QUE TON RÈGNE VIENNE ». Que vienne ton règne de vie dans ce monde insatisfait de morts.Que vienne ton règne de justice dans ce monde assombri d’injustices.Que vienne ton règne d’amour dans ce monde comblé de haine.Que vienne ton règne de paix,dans ce monde défiguré par la violence et la terreur.

A ce moment nous comprendrons complètement que tu es réellement le Dieu de l’Amen car tu dis: »Moi,je suis l’Alpha et l’Oméga,Celui qui est,qui était et qui vient,le Souverain de l’univers. » Oui! Amen!

Voici les lectures pour ce dimanche:

Première lecture:

 Sa domination est une domination éternelle » (Dn 7, 13-14)

Lecture du livre du prophète Daniel

Moi, Daniel,
    je regardais, au cours des visions de la nuit,et je voyais venir, avec les nuées du ciel,comme un Fils d’homme ;il parvint jusqu’au Vieillard,et on le fit avancer devant lui.
    Et il lui fut donné
domination, gloire et royauté ;
tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues
le servirent.Sa domination est une domination éternelle,qui ne passera pas,et sa royauté,
une royauté qui ne sera pas détruite.

    – Parole du Seigneur.

PSAUME

(Ps 92 (93), 1abc, 1d-2, 5)

R/ Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence.
 (Ps 92, 1ab)

Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence,
le Seigneur a revêtu sa force.

Et la terre tient bon, inébranlable ;
dès l’origine ton trône tient bon,
depuis toujours, tu es.

Tes volontés sont vraiment immuables :
la sainteté emplit ta maison,
Seigneur, pour la suite des temps.

Deuxième lecture

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

À vous, la grâce et la paix, de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle,le premier-né des morts,
le prince des rois de la terre.

À lui qui nous aime,qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, qui a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père, à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. Amen.
  Voici qu’il vient avec les nuées,
tout œil le verra, ils le verront, ceux qui l’ont transpercé ; et sur lui se lamenteront toutes les tribus de la terre.Oui ! Amen !    Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga,dit le Seigneur Dieu,Celui qui est, qui était et qui vient,le Souverain de l’univers.

    – Parole du Seigneur.

ÉVANGILE

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit :« Es-tu le roi des Juifs ? »
    Jésus lui demanda :« Dis-tu cela de toi-même,ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »Pilate répondit :« Est-ce que je suis juif, moi ?Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
    Jésus déclara :« Ma royauté n’est pas de ce monde ;si ma royauté était de ce monde,j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
    Pilate lui dit :« Alors, tu es roi ? »
Jésus répondit :« C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci :rendre témoignage à la vérité.Quiconque appartient à la vérité ,écoute ma voix. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.


Très bonne fête!

By Protogène BUTERA

Rwanda-Eglise:Mgr Antoine KAMBANDA, nouvel Archevêque de Kigali

Ce lundi 19 novembre 2018, nous avons appris la nomination du nouvel Archevêque de Kigali en la personne de Mgr Antoine Kambanda qui était évêque du diocèse de Kibungo(Est du Rwanda). Il succède à Mgr Thaddée Ntihinyurwa qui a atteint l’âge canonique de 75 ans.

Qui est Mgr Antoine KAMBANDA?

Nouvel Archeveque de Kigali
Nouvel Archevêque de Kigali

Mgr Antoine KAMBANDA est né le 10 novembre 1958 à Nyamata(diocèse de Kigali). Ses études primaires et secondaires ont été faites au Burundi, en Uganda et au Kenya. C’est dans ce dernier pays qu’il a commencé le grand séminaire et qu’il a terminé à Nyakibanda(BUTARE-RWANDA).

Il a été ordonné prêtre le 8 septembre 1990 par le Pape Jean Paul II lors de sa visite pastorale au Rwanda. De 1993-1999, il était aux études à l’Université Pontificale alphonsianum de Rome d’où il a obtenu le doctorat en Théologie morale. Il a été Directeur de la Caritas diocésaine de Kigali(1999-2005)et Recteur du Grand Séminaire Kabgayi-Nyakibanda(2005-2013).

Le 8 mai 2013, il a été nommé le 4ème évêque du diocèse de Kibungo par le Pape François et intronisé le juillet 2013 ayant comme devise: « Ut vitam habeant »(Qu’ils aient la vie, Jn 10,10)?Voici qu’après 5 ans seulement, le Pape fait de lui l’Archevêque de Kigali, son diocèse d’origine.

Mgr Thaddée NTIHINYURWA et sa renonciation

Archeveque démissionnaire de Kigali
Archevêque démissionnaire de Kigali

Le Code de Droit canonique stipule que « L’Évêque diocésain qui a atteint soixante-quinze ans accomplis est prié de présenter la renonciation à son office au Pontife Suprême(le Pape) qui y pourvoira après examen de toutes les circonstances »(Can.401,§1)

Quant à son statut après la démission,le même Code note que « L’Évêque dont la renonciation à l’office a été acceptée garde le titre d’Évêque émérite de son diocèse et,s’il le désire,conserve sa résidence dans le diocèse,à moins que,dans certains cas et en raison de circonstances particulières,le Siège apostolique n’y pourvoie autrement »(Can.402,§1).

Mgr Thaddée NTIHINYURWA a donc atteint cette limite d’âge, car il est né le 25 septembre 1942 à Kibeho(diocèse de Gikongoro).Premier évêque du Diocèse de Cyangugu(1981-1997),il était Archevêque de Kigali depuis le 3 décembre 1994.

Selon fr.zenit.org,c’est ce 19 novembre 2018,que le Pape François a accepté sa renonciation au gouvernement pastoral de l’archidiocèse de Kigali et a nommé directement son successeur:Mgr Antoine KAMBANDA, très content de cette ascension fulgurante.

Mgr Archevêque Antoine Kambanda
Mgr Antoine Kambanda

Qu’il soit ce bon pasteur que toute la Capitale du Rwanda attend de lui ainsi que l’Église catholique de façon particulière. Jour et dates de célébration de cet événement vous seront communiqués.

By Protogène BUTERA

Japon-Santé: Ces jeunes qui préfèrent le suicide

Plus de 500 enfants japonais se suicident chaque année.Ils étaient 250 jeunes de moins de 20 ans à se donner la mort en 2017.Ce taux de suicide est le plus élevé depuis 1986.La plupart sont encore à l’école primaire ou secondaire.Il importe de savoir pourquoi ces jeunes préfèrent vraiment le suicide à la vie.

Pour les psychologues et les services concernés(ministère de l’éducation),les raisons sont nombreuses:problème familial,incertitude sur leur avenir,la tyrannie de la réussite ou l’intimidation de l’excellence qui laisse peu de place aux loisirs.

C’est parmi la population adulte que le Japon bat le record des suicides:34500 en 2013 et 21 000 en 2017.Si les efforts de réduction sont visibles,le phénomène reste énorme et inquiétant.Partant de ces chiffres,les Japonais sont 18,5 sur 100 000 habitants à se donner la mort ,alors qu’ils sont 15,1 en France.

Suicide à la japonaise

Dans ce pays de 127 millions d’habitants(2017) et qui compte moins de natalité au monde,le cas de figure de suicide parmi les plus jeunes est très alarmant.

Se suicider comme un Samouraï

Pour certains,le suicide à la japonaise peut trouver son sens dans les représentations collectives et valeurs traditionnelles d’héroïsme.Et quel est le visage que laisse derrière lui,celui qui se suicide de la sorte,si jeune de surcroit?

Que cela soit des temps des Samouraï ou des Kamikazes,il faut être un héros pour accepter un tel sacrifice.En revanche,quand on ne peut pas être un héros comme le veut la société,le suicide devient l’arme suprême de l’honneur.

By Protogène BUTERA

Grèce- Église: Le pays ne paiera plus les 10 000 prêtres

L’État grec déboursait plus de 400 millions d’euros pour les salaires des prêtres et évêques orthodoxes.Dans ce pays où l’orthodoxie est la religion officielle,tous les prêtres et dignitaires sont des fonctionnaires rémunérés par l’État à travers le Ministère de l’Éducation et des Cultes.

Le gouvernement d’Alexis Tsipras ne veut pas garder ce statu quo.L’Église est amenée à perdre certains privilèges alors que la place dominante lui était accordée par la Constitution: »La religion dominante en Grèce est celle de l’Église Orthodoxe orientale du Christ. »

Orthodoxie grecque

C’est dans ce sens que le 6 novembre 2018,le Premier Ministre A.Tsipras et Mgr Hieronymos II,archevêque d’Athènes et Primat de Grèce ont signé un accord de réforme qui doit être validé par les autorités religieuses,le conseil des ministres et le parlement.

Même si elle juge l’Église très riche(2è propriétaire foncier du pays)et dépendante de l’État,la population qui est 97% orthodoxe n’acceptera pas facilement ce changement qui diminuerait l’influence de leur institution.

La peur est grande qu’en accordant plus d’autonomie à l’Église on ne se dirige vers le Concordat à la française où l’Église et l’État sont totalement séparés, menant des relations teintées d’hostilités.

La fin de la domination de l’État sur l’Église n’a pas encore sonné, car il continuera de verser une somme stable de 200 millions d’euros chaque année,gérée par l’Église,peu importe le nombre de popes ou de prêtres.

Peut-être que par cette séparation dont les contours sont à préciser davantage,l’État gagne dans la réduction de ce poids que constituaient ces salaires.

By Protogène BUTERA

Ndibariza:Jenoside YAKOREWE ABATUTSI na NDUMUNYARWANDA bihuriye kuki?

KAYINAMURA Bernard

Muri iyi minsi,amanama yose yongeye kubura ibintu bya « Ndi Umunyarwanda » ku buryo bitangiye kudutera ikibazo.Umuyobozi wese ufashe ijambo agomba gukora uko ashoboye ngo adataha adasohoye mu kanwa ke « Jenoside yakorewe Abatutsi ».Rimwe na rimwe aho twicaye tukibaza icyo ibi bintu bihatse n’uko bizaba bimeze mu kwezi kwa kane!Ese byombi bihuriye kuki?

Umwana yarantunguye!

Mu gihe narinkibitekerezaho mu mutima wanjye,natunguwe n’uko abana bo bateye intambwe yo kubyibazho beruye.Ubwo twari ku meza tunumva amakuru,umwana umwe yarateruye ati: »Mama,kuki kuri Radiyo bavuga ‘Jenoside yakorewe Abatutsi’ kandi mu ishuri batwigisha ko nta moko abaho?Ese Abatutsi si ubwoko cyangwa ni bwo bwoko bwonyine bubaho?Niba nta bwoko bubaho se,’Jenoside yakorewe abatutsi yakozwe na ba nde? »
Nanjye nti : »Baza so ni we wabimenya! »Umwana ati: » Na we ndamubaza ibye kuri Ndi Umunyarwanda. » Ahita ahindukira amureba ati, »Ngaho mbwira nawe,papa:ko mwarimu yadusabye ko ababyeyi bajya batuganiriza kuri Ndumunyarwanda,ubundi imaze iki kandi dusanzwe turi bo,twaranavukiye no mu Rwanda?Cyangwa buriya ireba abantu nka Marume Minani watahutse ava Tanzaniya na Tante Zayinabu wavuye i Burundi?

Bucura wacu yahise atanguranwa ati, »Papa,njyewe ndabizi:ni ukugira ngo tudakomeza kwitwa ABAROKOTSE babeshejweho no gufashwa kandi Ndi Umunyarwanda ari ukwihesha agaciro. » Twahise turebanaho tubura iyo dukwirwa.Nuko tuti, »Ibyo bibazo birakomeye, mureke dusenge turye,ubundi tubiragize Imana ni yo izatanga igisubizo.

None rero nanjye ndibariza

Ibibazo by’aba bana n’ubwo twabiburiye igisubzo,nanjye byanteye kwibaza byinshi.Umugore we yabijyanye mu masengesho,numva bidahagije.Akaba ari yo mpamvu nanditse ngo ababishoboye bamfashe kubiganiraho kuri uru rubuga kuko mu nama zisanzwe, tujyayo gutega amatwi gusa. Icyo mbaza ni iki:Umuntu utavuze Jenoside yakorewe Abatutsi,aba akoze icyaha koko?Kubyitsaho cyane(insister)ntibisobanuye ko hari indi yakorewe abandi batavugwa?Ikindi:niba Abatutsi ari Abanyarwanda(keretse haba hari ubihakana),kuki hatakoresha « Jenoside nyarwanda »bityo bikumvikana neza ko yakorewe Abanyarwanda,ikozwe n’Abanyarwanda bityo Ndumunyarwanda ikaba umuti w’ibikomere n’inzira y’ubwiyunge nk’imwe yo muri Gacaca Nkirisitu(Diyosezi ntibuka neza): »Sinzongera kwibagirwa ko uri umuvandimwe wanjye »

Niba mubinyemereye,kimwe n’ubuyobozi bw’uru rubuga,ibitekerezo byanyu nzabisanga muri cya gice cya « commentaires ».Kandi ndabizeye kuri ibyo bisubizo,n’ubwo nzi neza ko bamwe badashaka gutekereza(penser librement)bazahita bahanantura ibitutsi n’ibirego byo « guhakana »no « gupfobya »;na bo nzabakira kandi tuganire.

By Kayinamura Bernard/Kimironko

[products columns= »3″ ids= »45814″ orderby= »date » order= »DESC »]

WHY YOU WILL MARRY THE WRONG PERSON

By Alain de BOTTON

When you get married…

IT’S one of the things we are most afraid might happen to us. We go to great lengths to avoid it. And yet we do it all the same: We marry the wrong person.

Partly, it’s because we have a bewildering array of problems that emerge when we try to get close to others. We seem normal only to those who don’t know us very well. In a wiser, more self-aware society than our own, a standard question on any early dinner date would be: “And how are you crazy?”

Perhaps we have a latent tendency to get furious when someone disagrees with us or can relax only when we are working; perhaps we’re tricky about intimacy after sex or clam up in response to humiliation. Nobody’s perfect. The problem is that before marriage, we rarely delve into our complexities. Whenever casual relationships threaten to reveal our flaws, we blame our partners and call it a day. As for our friends, they don’t care enough to do the hard work of enlightening us. One of the privileges of being on our own is therefore the sincere impression that we are really quite easy to live with.

Marriage ends up as hopful

Our partners are no more self-aware. Naturally, we make a stab at trying to understand them. We visit their families. We look at their photos, we meet their college friends. All this contributes to a sense that we’ve done our homework. We haven’t. Marriage ends up as a hopeful, generous, infinitely kind gamble taken by two people who don’t know yet who they are or who the other might be, binding themselves to a future they cannot conceive of and have carefully avoided investigating.

For most of recorded history, people married for logical sorts of reasons: because her parcel of land adjoined yours, his family had a flourishing business, her father was the magistrate in town, there was a castle to keep up, or both sets of parents subscribed to the same interpretation of a holy text. And from such reasonable marriages, there flowed loneliness, infidelity, abuse, hardness of heart and screams heard through the nursery doors. The marriage of reason was not, in hindsight, reasonable at all; it was often expedient, narrow-minded, snobbish and exploitative. That is why what has replaced it — the marriage of feeling — has largely been spared the need to account for itself.

Marriage of feeling

Du blog »La mariée en colère »

What matters in the marriage of feeling is that two people are drawn to each other by an overwhelming instinct and know in their hearts that it is right. Indeed, the more imprudent a marriage appears (perhaps it’s been only six months since they met; one of them has no job or both are barely out of their teens), the safer it can feel. Recklessness is taken as a counterweight to all the errors of reason, that catalyst of misery, that accountant’s demand. The prestige of instinct is the traumatized reaction against too many centuries of unreasonable reason.

But though we believe ourselves to be seeking happiness in marriage, it isn’t that simple. What we really seek is familiarity — which may well complicate any plans we might have had for happiness. We are looking to recreate, within our adult relationships, the feelings we knew so well in childhood. The love most of us will have tasted early on was often confused with other, more destructive dynamics: feelings of wanting to help an adult who was out of control, of being deprived of a parent’s warmth or scared of his anger, of not feeling secure enough to communicate our wishes. How logical, then, that we should as grown-ups find ourselves rejecting certain candidates for marriage not because they are wrong but because they are too right — too balanced, mature, understanding and reliable — given that in our hearts, such rightness feels foreign. We marry the wrong people because we don’t associate being loved with feeling happy.

We make mistakes, too, because we are so lonely. No one can be in an optimal frame of mind to choose a partner when remaining single feels unbearable. We have to be wholly at peace with the prospect of many years of solitude in order to be appropriately picky; otherwise, we risk loving no longer being single rather more than we love the partner who spared us that fate.

Marriage with less ingredient

Finally, we marry to make a nice feeling permanent. We imagine that marriage will help us to bottle the joy we felt when the thought of proposing first came to us: Perhaps we were in Venice, on the lagoon, in a motorboat, with the evening sun throwing glitter across the sea, chatting about aspects of our souls no one ever seemed to have grasped before, with the prospect of dinner in a risotto place a little later. We married to make such sensations permanent but failed to see that there was no solid connection between these feelings and the institution of marriage.

Indeed, marriage tends decisively to move us onto another, very different and more administrative plane, which perhaps unfolds in a suburban house, with a long commute and maddening children who kill the passion from which they emerged. The only ingredient in common is the partner. And that might have been the wrong ingredient to bottle.

The good news is that it doesn’t matter if we find we have married the wrong person.

See more: Agitation around marriage

By Alain de BOTTON

Nouvelle-Calédonie:Le Référendum c’est nickel pour la France

Collectivité sui generis car disposant d’une large autonomie, et de statut,à la fois,de pays et de territoire d’outre-mer(PTOM)de l’Union européenne,la Nouvelle-Calédonie permet à la France de rayonner dans le Pacifique.Grâce à la France aussi,ce cinquième producteur de nickel se prévaut de la nationalité française.

Quoi qu’éloignée de la Métropole de 16 740 km,la Nouvelle-Calédonie relève de la souveraineté française depuis 1853.Les 175000 votants vont procéder au référendum qui devrait normalement être nickel pour la France.

Référendum ou décolonisation ?

Un référendum sous le fond de la division entre Kanaks(autochtones) et Caldoches(européens)ne pourra pas déterminer un avenir commun.Sans la France,la Grande Terre serait nulle et vide de sa substance.Il est impossible de se défaire de la domination de la puissance européenne.

Pourtant,selon les Accords de Nouméa, « l’Etat(France)reconnaît la vocation de la Nouvelle-Calédonie à bénéficier,à la fin de cette période de référendum,d’une complète émancipation ».

Cela veut dire que la décolonisation va aboutira?Ce n’est pas sûr.A regarder de près,la voie de la pleine souveraineté est loin d’être tracée et convenablement suivie.

Quid de ces accords de Nouméa?

Signés le 5 mai 1998 entre la France de Lionel Jospin et les représentants de l’Archipel,ces accords sont toujours en lien avec ceux de Matignon(juin 1988)qui,mettant fin « au mépris et à la violence » contre les Kanaks,ne cèdent pas les compétences régaliennes(justice,ordre public,sécurité,défense et affaires étrangères).

Par contre,ce point important  y est souligné: « Le résultat de cette consultation(référendum)s’appliquera globalement pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie.Une partie ne pourra accéder seule à la pleine souveraineté ou conserver seule des liens différents avec la France,au motif que les résultats de la consultation électorale y auraient été différents du résultat global. »

Portée de la consultation du 4 novembre

Lors de ce Référendum,la population devra répondre à cette question: »Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante? »
La réponse sera OUI ou NON.Combien pourront-ils y répondre adéquatement? Européens,Calédoniens et Kanaks ont-ils le même besoin de souveraineté et d’indépendance?

Sur cette question,les Accords de Nouméa sont précis: « La consultation portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes(dans le cas du OUI),l’accès à un statut international de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyenneté en nationalité »

Pas encore capable d’autodétermination

Ceux qui voteront NON auront raison de prouver que les Néo-calédoniens ne sont pas encore capables de porter ces lourdes responsabilités dévolues à une nation indépendante.Leur raison sera de dire non à la République bananière dont les dirigeants ne sont ni formés ni préparés à cette noble tâche.

Quant aux partisans du OUI,ils ne revendiquent pas autre chose: « leur droit à disposer d’eux-mêmes » en gardant la France comme partenaire privilégié.Ainsi,ils pourront relever le défi du seuil de pauvreté et de chômage les plus élevés qu’en métropole et le problème de la vie la plus chère au monde.

C’est le moment de faire les choses autrement et d’élargir les espaces de développement.Tout le monde est d’accord qu’il est beau de marcher sur le Caillou mais pas pour toujours!

By Protogène BUTERA

[ebook_store_buy ebook_id= »196314″]

A LA TOUSSAINT, ON DIT QUOI ?

en vue de cette fête, j’ai sélectionné  dix dictons dignes du 1 novembre, à la Toussaint. Vérifiez si c’est encore vrai! En effet, on disait:

 Quand d’octobre vient la fin,Toussaint est au matin.

 A la Toussaint,tout vin est sain.

 Vent de Toussaint,terreur de marin.

 Autant d’heures de soleil à la Toussaint, autant de semaines à souffler dans tes mains.

De la Toussaint à la fin de l’Avent, jamais trop de pluie ou de vent.

 S’il fait chaud le jour de la Toussaint, il tombe toujours de la neige le lendemain.

 Entre la Toussaint et l’Avent, attends-toi à pluie et vent.

Quand il tonne entre Toussaint et Noël, l’hiver est en retard.

Le mois de novembre est malsain, il fait tousser dès la Toussaint.


Les morts ont de la chance:ils ne voient leur famille qu’une fois par an, à la Toussaint.

Vous connaissez peut-être d’autres dictons semblables. Partagez-les nous.
Mais, pour bien célébrer cette fête, pensez aussi à votre Saint Patron; ce qu’on disait de lui/elle, et ce qu’on dira de vous après votre mort!

On dit quoi, aujourd’hui? Concrètement, voyez si la fin de l’Évangile lu aujourd’hui vous est applicable: « Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux« (Mt 5,12).

By Protogène BUTERA

%d blogueurs aiment cette page :