9 décembre,fête ou journée de la laïcité à la française!

La France est plus chrétienne qu’elle ne le pense.En célébrant la journée de la laïcité,elle se rapproprie ce que l’Église catholique appelle depuis longtemps « apostolat des laïcs »

Si la République part de la loi du 9 décembre 1905 portant séparation des Églises et de l’Etat,l’Eglise rappelle le Décret sur l’Apostolat des laïcs promulgué le 18 novembre 1965 pour faire entendre la parole du laïc par rapport au discours du clerc.

Sous le manteau des malentendus

Le mot laïcité est parfois brandi par les politiques de tout bord comme une arme contre tous les maux de la République. Cette utilisation devient source de moult malentendus dont « l’Observatoire de laïcité » a voulu enlevé le menteau: »La laïcité ne peut être invoquée pour résoudre tous les problèmes sociétaux qui peuvent être liés à la situation économique et sociale, au contexte urbain ou aux problèmes de l’intégration ».
Ainsi,dans sa note Rappel à la loi,il est indiqué les garanties de la laïcité:

a.La laïcité garantit à chacun la liberté de conscience, ce qui inclut la liberté de croire ou de ne pas croire.
b. La laïcité garantit le droit d’exprimer publiquement ses convictions, quelles qu’elles soient, dans la limite du respect de l’ordre public et de la liberté d’autrui.
c. La laïcité garantit la neutralité de l’État, condition de l’impartialité de l’État et des services publics vis-à-vis de tous les citoyens, quelles que soient leurs croyances et leurs convictions.
d. Au titre de la laïcité, la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte(Article 2 de la loi du 9 décembre 1905,portant sur séparation des Eglises et de l’Etat), ce qui implique qu’aucune religion ou conviction puisse être, ni privilégiée ni discriminée.
e. La laïcité repose sur la séparation des Églises et de l’État, ce qui implique que les religions ne s’immiscent pas dans le fonctionnement des pouvoirs publics et que les pouvoirs publics ne s’ingèrent pas dans le fonctionnement des institutions religieuses.
f. La République laïque garantit l’exercice de tous les droits civils quelles que soient les convictions ou les croyances de chacun.
g. Au titre de la laïcité, la République garantit un enseignement public neutre, dans le respect des programmes.

Une autre religion au culte nouveau

Erigée en principe absolu,la laïcité ne peut que devenir une autre religion avec son rituel contraignant et renforcé par les interdits.Dans ces circonstances,le fait religieux, quand il n’est pas toléré comme quelque chose de privé,il est agaçant et digne d’être réduit au néant.
Par rapport à cette laïcité,toutes les autres religions appelées « grandes » apparaissent comme marginalisées.Leur discours est soigneusement scruté comme si elles sont sources de dérives.Chère laïcité sur le qui-vive? Sois sans crainte!Tu es protégée.

Et la laïcité chrétienne?

Le Concile Vatican II a été très clair:

« Les laïcs rendus participants de la charge sacerdotale,prophétique et royale du Christ,assument dans l’Eglise et dans le monde leur part dans ce qui est la mission du peuple de Dieu tout entier.

Ils exercent concrètement leur apostalat en se dépensant à l’évangélisation et à la sanctification des hommes; il en est de même quand ils s’efforcent de pénétrer l’ordre temporel desprit évangélique et travaillant à son progrès de telle manière que,en ce domaine,leur action rendent clairement témoignage au Christ et serve au salut des hommes.

Le propre de l’état de laïcs étant de mener leur vie au milieu du monde et des affaires profanes,ils sont appelés par Dieu à exercer leur apostolat dans le monde à la manière d’un ferment,grâce à la vigueur de leur esprit chrétien. »(A.A,chap 1,n°2)

 

Cela est vrai car,

« le laïc,qui est tout ensemble membre du peuple de Dieu et de la cité des hommes,n’a qu’une conscience chrétienne.Celle-ci doit le guider sans cesse dans les deux domaines »(A.A,Chap 2,n°5).

Cette conscience aura-t-elle le même poids que les guides de laïcité répandus par l’Observatoire?

By Protogène BUTERA