Mgr d’ORNELLAS: La loi de Bioéthique, un désarroi de plus

Pour quel monde?

Mgr d’Ornellas,archevêque de Rennes,Responsable du Groupe Bioéthique de la CEF

Les crises sociales et les alertes écologiques traduisent une réelle inquiétude, tandis que la pandémie du COVID-19 a révélé notre fragilité humaine et économique. La loi de bioéthique va-t-elle augmenter le désarroi ?


Nous changeons d’époque. Il nous faut penser un nouveau progrès. Il ne se réalisera pas sans une
vision commune de notre humanité et de son indispensable « fraternité ». Celle-ci exige des remises
en question qui nous préservent de la toute-puissance de nos désirs et qui réajustent nos droits et nos
devoirs les uns vis-à-vis des autres.


Si nos inquiétudes pour demain se cristallisent dans la crise écologique, nous assistons heureusement
à une salutaire prise de conscience en vue de la préservation de la planète, notre maison commune. Il
est désormais impossible de rester dans le monde ancien en ne considérant que les solutions
techniques, ce qui aurait un effet dévastateur. Les consensus écologiques dessinent un autre progrès
pour un monde nouveau, celui de la sobriété heureuse et du partage solidaire.
La bioéthique ne saurait rester étrangère à cette transition.

Projet parental du désir
Quel est le statut de cet enfant au centre de tout?

Aujourd’hui, elle est tentée de valider les succès technologiques et le court-terme des profits du marché. Le projet de loi, dans son actuelle mouture, semble s’y enfermer sans avoir conscience que l’être humain en est blessé. Certains plaident faussement qu’ainsi va le sens de l’histoire, ce que contredit le virage écologique qui s’impose à nous !
Ils s’affirment progressistes en ayant une vision étroite du progrès, qui ne considère pas vraiment la
santé publique comme bien commun et qui exclut le respect dû à l’être humain le plus fragile !


La bioéthique aussi a besoin d’une salutaire prise de conscience ! Elle doit entendre ces alertes, dont
certaines sont devenues plus vives en raison de la pandémie :


 Face aux défis liés au vieillissement de concitoyens de plus en plus nombreux, quelle nouvelle
et juste solidarité allons-nous édifier en faveur de nos aînés ?
 Face à une conception gestionnaire des soins selon laquelle un « patient » devient parfois un
« client », comment promouvoir une médecine plus humaine pour tous, soutenue par une
politique de santé davantage reconnaissante envers les soignants ?
 Face à la volonté de tout maîtriser par les techniques biomédicales, comment discerner en
raison les vrais enjeux ? Car les menaces sont réelles : marché des tests génétiques,
robotisation et intelligence artificielle sans contrôle suffisant, expérimentation sur des
embryons chimères, sélection accrue des enfants à naître, filiation sans paternité, maternité
sans gestation
, marchandisation de la procréation.

Ne touchez pas à ses droits

Dans son article publié dans « La Croix du 20 juin »,Mgr d’Ornellas alertait encore sur les dérives de la Loi de Bioéthique en préparation, sur les droits de l’enfant. Il écrivait:

« Tel qu’il sort de la Commission spéciale de l’Assemblée Nationale, le projet de loi prive certains enfants d’avoir un père et une ascendance paternelle. Comment se satisfaire d’une telle discrimination entre les enfants dès leur conception et leur naissance ? La raison y voit une injustice.

Ce projet de loi est donc loin d’être abouti. Il a fallu neuf mois – entre la 1ère lecture à l’Assemblée et
la 2nde lecture en Commission –, pour qu’il soit enfin reconnu que la femme qui accouche était la
mère de l’enfant. Mais alors, pour un couple de femmes, comment établir la filiation pour l’autre
femme ?

Problème de filiation maternelle
Un enfant né de deux femmes!

Bien des questions demeurent insolubles devant la volonté idéologique d’une soi-disant
égalité entre toutes les femmes, quelle que soit la diversité de leur situation vis-à-vis de l’accès à la
PMA. Or la raison discerne que cette volonté est erronée : l’égalité s’applique pour des situations
identiques, comme l’a dit l’ancienne Garde des Sceaux.


Ce projet de loi nous fait passer de l’enfant comme un sujet de droits à la prévalence du « projet
parental » sur lui
de telle sorte que des adultes peuvent lui imposer une privation de certains de ses
droits. La raison y voit une régression. On ne touche pas impunément au droit de la filiation !

Il apparaît urgent d’examiner l’accès de « la PMA pour toutes » dans le cadre d’une réflexion générale
et cohérente du droit de la filiation. Celui-ci est majeur : par sa filiation, chacun entre dans l’histoire… »

Je vous souhaite une très riche lecture qui vous permettra de faire des commentaires et de nous envoyer vos avis qui pourraient être utile à cette conception que l’Eglise a de la Bioéthique,pour la vie et la protection des plus faibles.

By P.Protogène BUTERA

Chargez votre commentaire/ Tanga gitekerezo cyawe

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.