France-MACRON: ERE nouvelle ou RECUL de l’enthousiasme?

Les partisans de l’anarchie ne tarderont pas d’occuper les espaces de l’abstention(28%)pour exprimer leurs colères et désaccords.

Ce dimanche 24 avril 2022, Emmanuel MACRON a été réélu président de France pour 5 ans supplémentaires. Avec 42% de voix, Marine LE PEN a failli d’être la première femme présidente de la République française.

Emu mais sans enthousiasme, le président Macron qui n’a recueilli que 58% des voix(8 de moins qu’en 2017)a prononcé un discours très bref comme s’il pressentait lui-même que sa présidence risque d’être raccourcie par les mécontentements de tout bord.

Francetvinfo.fr

Les partisans de l’anarchie ne tarderont pas d’occuper les espaces de l’abstention(28%)pour exprimer leurs colères et désaccords. Le feront-ils de façon honorable en passant par les législatives en juin? Certainement pas. Ils rempliront sans cesse les rues et se mesureront aux forces de l’ordre.

Mais, pourquoi à 44 ans, le plus jeune président, Emmanuel Macron ne parvient pas à mobiliser les jeunes et les enthousiasmer? Lui qui appelle de ses voeux d’être au service de la jeunesse, ces 5 ans vont lui coûter très cher. A moins de trouver rapidement le truc pour que ça marche mieux…

P.B

UKRAINE ET POUTINE: Le salut d’un ROI n’est pas dans son armée!

Le malheur de Poutine est d’avoir voulu être l’empereur de l’Orient face à l’Occident. Il était malade de voir son empire se réduire…

L’échec de l’armée russe en Ukraine a surpris tout le monde. Finalement, la Russie n’est plus une puissance militaire à craindre, vraiment. Les Ukrainiens avaient une grande raison de combattre: défendre leur pays. Les Russes se croyaient être les sauveurs mais ils ont été reçus en agresseurs. Encerclée, Kiev s’est rapidement libérée grâce à l’appui des alliés et des Etats-Unis d’Amérique.

Zélensky, le seul président qui sait ce qu’il faut faire

Habile, Zélensky, président de l’Ukraine, s’adresse à tous les Chefs d’Etats comme à ses gouverneurs qui sont ses délégués prêts à punir les malfaiteurs que sont les Russes et à reconnaitres les mérites des gens de bien que sont les Ukrainiens. Il prend la posture d’un président qui sait ce que tout le monde doit faire pour le peuple sous sa houlette.

Dans son habileté de manier le verbe là où son adversaire se fie à la gâchette, le comédien président s’est transformé en vrai dramaturge. Des images de l’horreur, il a su créer des effets de compassion. Il est devenu le héros qui donne des leçons même au Pape François sur les dangers de la réconciliation entre Russes et Ukrainiens.

Poutine, un empereur malheureux

Le malheur de Poutine est d’avoir voulu être l’empereur de l’Orient face à l’Occident. Il était malade de voir son empire se réduire au profit de l’OTAN, bientôt ses ennemis le verront agonisant comme le Cyclope qui perdit sa vigeur quand ses deux yeux ronds furent crevés par le pieu flamboyant d’Ulysse et ses compagnons.

En ce dimanche de la Miséricorde Divine qui est aussi dimanche de Pâques pour l’Eglise Orthodoxe, le Patriarche Kirill devrait méditer avec le Chef du Kremlin, ce Psaume 33,16-17:

Le salut d’un roi n’est pas dans son armée, ni la victoire d’un guerrier, dans sa force. Illusion que des chevaux pour la victoire: une armée ne donne pas le salut »

Chars pulversés(UOL)

Ce ne sont plus des chevaux qui sont terrassés mais des chars réduits en poussière. La menace du nucléaire suffira-t-elle pour freiner l’escalade et éviter l’humiliation de l’un ou de l’autre des belligérants?

Bonne chance à ceux qui sont portés à soutenir les efforts de la guerre par des milliards de dollars en oubliant ceux qui meurent de faim alors qu’ils n’avaient besoin que de quelques millions…Voilà la guerre qui justifie les injustices, d’autant que l’affaiblissement militaire de la Russie sera la fierté de sa rivale: les Etats-Unis.

P.B

Comment PAQUES alimente votre ESPERANCE…

Et si l’espérance était comme cette maladie devenue pandémie,tant elle se répand si sournoisement et silencieusement?

Fêter Pâques tout en guerre

Ou encore dans la tourmante

Est-ce un élément qui alimente

Votre espérance?

Pour certains, c’est du leurre;

Nul n’a point de confiance

D’hommes et de femmes

Tout autant.

A la maison vous avez raison

De rester zen, tranquillement…

Mais si l’espérance

Ressemblait à cette maladie

Devenue pandémie

Tant elle se répand

Si sournoisement et silencieusement ?

Sitôt déclarée dans un pays

Sitôt contaminant tous les habitants

Sitôt reconnue imparable

Sitôt l’univers se réveille

Conférences virtuelles et palabres

Mutuelles et assurances

Préparent les feuilles de paye.

Regards sont tournés vers laboratoires

Entraînés aux jeux de la compétition

Où le palme de la victoire

Revient au premier offrant.

Vous pensez que tests et vaccins

Sont totalement gratuits.

Même à un prix modique

Importe que mesures bien s’appliquent.

Or, dans la foi rien n’est à vendre

Tout est à reprendre et réapprendre

Vivre avec ou sans masques

Pour l’expérience du visage

Défiguré ou fatigué

Qui change avec l’âge

Dans ce corps qui a connu

Les crachats et les claques.

Le rachat est attendu pour Pâques

Le temps de déstockage

De la maison intérieure

Où la Paix sera la bienvenue

Pour un monde si meilleur

Si demain vous savez

Dans quelle main sera

Ce qu’en commun vous avez.

Très bientôt!!!

P.B

DIMANCHE DE LA PASSION DU SEIGNEUR: NOS RAMEAUX EN MAIN

Dit de la Passion du Seigneur, ce dimanche nous introduit à la compréhension de 3 réalités de nos vies que nous avons de la peine à garder ensemble unies ou liées : la table, la croix et le tombeau ouvert…à la joie.

Nous commençons la célébration de ce dimanche par la bénédiction de nos rameaux en main, signe de notre dispersion mais aussi de l’entretien que nous faisons de celui que nous recevons dans nos mains pour qu’il porte du fruit en nous.

Dit de la Passion du Seigneur, ce dimanche nous introduit à la compréhension de 3 réalités de nos vies que nous avons de la peine à garder ensemble unies ou liées : la table, la croix et le tombeau ouvert. Pour comprendre cela, chacun peut se demander : Qu’est-ce que j’aime ? Réponse : Manger ou donner à manger ; accueillir les amis ; en un mot : la convivialité ! Résultat ? Les gens diront : c’était chouette ce que tu nous as préparé… ! Avec ça, la vie est belle…

La deuxième question est celle-ci : qu’est-ce que je déteste ? La souffrance, les épreuves…C’est insupportable. Pourtant, cette pandémie qui a arrêté la convivialité, a été supportable avec le temps parce que c’est tout le monde qui était concerné.

La troisième question s’articule ainsi : Qu’est-ce qui m’inquiète ? La mort,sans doute ! Voyez combien les chiffres font monter la pression ou l’adhésion à la cause. Le nombre de morts ou de cercueils révèle l’horreur dont il faut déterminer le responsable à punir. Les uns s’unissent contre les autres…

La conséquence évangélique de ces 3 réalités est annoncée dans les 3 reniements de l’apôtre Pierre :

  1. « Non, je ne le connais » : n’est-il pas reconnu par la fraction du pain ? N’a-t-il pas dit de faites ceci en mémoire de moi ? Quelle mémoire de quelqu’un que l’on n’a pas connu ? (Réflexion des athées.)
  2. « Je ne le suis pas » : galiléen ou chrétien, je ne le suis pas. Je suis non pratiquant ou je ne suis pas pratiquant.
  3. « Je ne sais pas » : Qu’est-ce que les veulent dire quand ils parlent de Dieu ? Je ne sais pas…Je suis agnostique. Lacune que veut combler la question de la foule : « Si tu es le Christ, dis-le-nous »

C’est pour parfaire cette compréhension que la semaine Sainte se termine par le TRIDUUM PASCAL : Jeudi Saint, Vendredi Saint, Samedi Saint et Dimanche. Pendant ce temps(de la Semaine Sainte), nous apprenons à maîtriser le langage des disciples que le Seigneur nous donne (1ière lecture) : imaginez les gens à table qui ne s’écoutent pas, se donnent des piques ou se critiquent ! Ne risquent-ils pas de renverser la table et de jeter par terre tous les meilleurs plats ?

Pendant ce temps, la croix sera un service réussi pour l’homme en souffrance car comme le Seigneur l’a dit par Isaie, « Mon serviteur réussira, il s’élèvera, il sera exalté » (Is 52,13). Ton épreuve peut donc être un miracle pour un plus grand comme Hérode qui, en voyant Jésus, « espérait lui voir faire un miracle » (Evangile). Nous aussi nous voulons des miracles plutôt que la croix.

Pendant ce temps, nous saurons où chercher Jésus ressuscité et les mesures à prendre pour le trouver. Comme Marie-Madeleine et les deux apôtres, nous voilà partis, à ciel ouvert. Ce sera joyeuses Pâques pour nous, dès aujourd’hui.

Belles démarches vers Pâques.

P.Protogène BUTERA

%d blogueurs aiment cette page :