France-Orléans: Encore un suicide de prêtre accusé d’agression sexuelle

Soupçonné d’agression sexuelle sur mineurs,le père Pierre-Yves Fumery(38 ans),s’est suicidé dans son presbytère,diocèse d’Orléans.

Après le diocèse de Rouen,c’est Orléans qui vit le choc d’un suicide de prêtre.Pierre Yves Fumery s’est suicidé vendredi 19 octobre 2018. Son évêque, Mgr Jacques Blaquart, a donné une conférence de presse ce lundi 22 et est revenu sur ce geste qui endeuille de nouveau l’Église de France.


Le corps pendu du père Pierre-Yves Fumery,  responsable des paroisses du Giennois, a été retrouvé samedi 20 octobre dans les locaux du presbytère de Gien.Selon Mgr Blaquart, des paroissiens avaient alerté la cellule «d’écoute des blessures» du diocèse le 7 septembre.

Ces paroissiens auraient, selon lui, été témoins de «comportements inappropriés envers des adolescents de 13- 14 ans», notamment une «proximité physique», un «comportement pas ajusté avec une jeune fille qu’il a prise dans ses bras et raccompagnée plusieurs fois en voiture».


Le procureur de Montargis, Loïc Abrial a, de son côté, confirmé qu’une enquête préliminaire pour «suspicion d’agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans» a été ouverte le 21 septembre après des «informations préoccupantes». «Plusieurs auditions ont eu lieu (…), et le prêtre a été entendu le 15 octobre en qualité de témoin», en l’absence d’infraction pénale matérialisée, précise le magistrat.

Ordonné prêtre en 2014, après des études de droit,le père Pierre-Yves Fumery n’avait que 38 ans comme le fut Jean-Baptiste Sèbe de Rouen qui s’est suicidé le 18 septembre.

Peut-être qu’il n’a pas voulu subir le même sort que Pierre de Coye de Castelet, ancien curé de Lorris qui, accusé d’agressions sexuelles sur des mineurs, comparaîtra le 30 octobre 2018 devant le tribunal correctionnel d’Orléans.

A cette date aussi et au même tribunal, Mgr André Fort, ancien évêque d’Orléans,y comparaîtra pour non-dénonciation d’agressions sexuelles.Que pensent les chrétiens de ce diocèse en tourmente?Que ressent l’évêque qui doit entendre les victimes et ses prêtres?C’est le moment de la prière intense de purification.

Par Protogène BUTERA

France- Saint Malo: Le papa qui a violé sept membres de sa famille

À Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, un sexagénaire est soupçonné d’avoir violé sept membres de sa famille.Selon Le Télégramme, la chambre de l’instruction de Rennes a décidé de le placer en détention provisoire. Après la plainte de sa fille pour des viols remontant à une vingtaine d’années, six autres victimes, également membres de la famille, se sont signalées aux enquêteurs.

Le 20 août 2018, la fille du sexagénaire, âgée de 30 ans, a décidé de se rendre au commissariat de Saint-Malo pour dénoncer son père des faits dont elle aurait été victime dans son enfance, entre 5 et 15 ans.

Ce dernier achetait son silence en la menaçant de « tuer ses frères et sœurs » si elle parlait. La jeune femme s’est finalement décidée lorsque son fils, 10 ans, lui a confié que son grand-père l’avait caressé.

Par la suite, six autres membres de la famille sont venus dénoncer des faits similaires : la sœur de la première victime présumée, deux cousines, une demi-sœur mais aussi la belle-sœur du sexagénaire. Pour trois des victimes présumées, les faits sont prescrits, ce qui n’est pas le cas pour les quatre autres.

Comme l’a fait savoir l’avocate générale, »il y a un risque de renouvellement majeur des infractions et l’enquête, qui démarre tout juste, doit permettre de déterminer s’il y a d’autres victimes » . Aussi la chambre de l’instruction a-t-elle décidé de maintenir le suspect en détention provisoire.

Âgé de 66 ans,ce père qui est mis en examen et qui a des problèmes de santé, aurait voulu « rentrer chez lui, inquiet pour son épouse » atteinte d’une maladie. Cette dernière avait également été placée en garde à vue, soupçonnée de ne pas avoir porté assistance aux victimes.

C’est vraiment un drame familial. On dirait que le viol et l’inceste sont mêlés.Quel sera le remède?Comment la justice va rétablir le lien familial cassé par ces accusations?

Sources: Le Télégramme du 19-10-2018

Par Protogène BUTERA