The sexual abuse scandals: accountability in the Catholic church?

By

Stephanie Ann Puen

The recent release of the sex abuse grand jury report in Pennsylvania that details the systemic sexual abuse and cover up by the Catholic church hierarchy has been overwhelming, horrible, shameful, and criminal. Many are outraged—and after the initial wave of emotions, the question is, what do we do now?

One of the things that this situation concretely demands for is accountability. Fasting and prayer are only one part of what we can and ought to do. The Catholic Church is still a human organization—a “community composed of men [and women]” as the Second Vatican Council pointed out.[1] As a human organization, there is a need for a certain code of ethics that emphasizes accountability. The Catholic Church has often understood this accountability as more of a vertical accountability, where the laity are accountable to the priests, the priests are accountable to the bishops, and the bishops are accountable to the pope. Hardly is it ever the other way around—that is, the pope is accountable to the bishops, the bishops to the priests, and the priests to the laity. And while the Catholic church always seeks to contribute towards the common good of society, not much is also said about the accountability we have towards society when church teaching harms people rather than contributes to the common good. It is the latter two forms of accountability that also need to be emphasized in reforming Catholic church structure. An accountability where it is not only the laity that are responsible and accountable to the hierarchy, but also the other way around—the hierarchy as responsible and accountable to the laity, and the whole church accountable to the wider society.

What would this accountability look like? The first point is that this accountability means that being loyal and faithful to God and God’s people cannot be reduced to being loyal and faithful to the institutional church. Protecting the institutional church and people within it should not come at the cost of people’s lives or at the cost of the gospel. Accountability means being able to take a long hard look at the church and to see whether or not church teaching has truly served the common good—or if it has actually done violence to people. If it has done violence to people, accountability means admitting the mistakes of church teaching and moving towards church teaching that is actually life-giving rather than death-dealing. Restorative justice should play a role in rehabilitating those who have caused violence.

A key principle in organization development is transparency and accountability, as these create an atmosphere of trust while also creating a process where people know how to raise dialogue points or air grievances in decision-making situations where not everyone has the same amount of power in the group.[2] These processes help people manage and articulate conflicts and issues in order to help resolve them.

The sexual abuse scandals are not just about the teachings on sex and gender in the Catholic church. They also have a lot to do with power—who has it and how it is being used, in this case, in the realm of sexual ethics and norms. This should serve as a wake up call for the Catholic church, especially the hierarchy. It should be a time for remorse, but also a time for action, to ensure that these abuses are put to an end.

Read in detail: Accountability in the Catholic Church?: A Call for Greater Organizational Ethics

Église et pédophilie: Conséquences de ce recours du Pape François au PEUPLE DE DIEU

Ce lundi 20 aout 2018, le Pape a donné suite au rapport sur les abus sexuels sur les mineurs en Pennsylvanie. Son message est intitulé:  « Lettre du Pape François au Peuple de Dieu. »  D’emblée, on peut penser que le Successeur de Pierre est dépassé par les événements,qu’il est à la tête d’une institution freinée par ses propres règles de façon qu’elle n’est plus capable de trouver des solutions fiables aux problèmes si graves.

Voici ce qu’il dit:

 » Considérant le passé, ce que l’on peut faire pour demander pardon et réparation du dommage causé ne sera jamais suffisant. Considérant l’avenir, rien ne doit être négligé pour promouvoir une culture capable non seulement de faire en sorte que de telles situations ne se reproduisent pas mais encore que celles-ci ne puissent trouver de terrains propices pour être dissimulées et perpétuées. »

Semblable à un aveu d’échec ou d’incapacité, la démarche du Pape François est pertinente comme tous les législateurs qui recourent à la voix du peuple pour le changement de certains articles de la Constitution par REFERENDUM, et pour avancer sur les points importants d’avenir. Ici, le Pape agit comme un Chef d’État(le Vatican)qui s’adresse à tous les citoyens(baptisés):

« Il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu. Plus encore, chaque fois que nous avons tenté de supplanter, de faire taire, d’ignorer, de réduire le peuple de Dieu à de petites élites, nous avons construit des communautés, des projets, des choix théologiques, des spiritualités et des structures sans racine, sans mémoire, sans visage, sans corps et, en définitive, sans vie »

Par contre, cette lettre du Pape ne montre pas clairement les voies nouvelles par lesquelles le peuple de Dieu devra remédier adéquatement et efficacement à ce mal, si ce ne sont pas celles habituelles de prière et de conversion:

« La pénitence et la prière nous aideront à sensibiliser nos yeux et notre cœur à la souffrance de l’autre et à vaincre l’appétit de domination et de possession, très souvent à l’origine de ces maux. Que le jeûne et la prière ouvrent nos oreilles à la douleur silencieuse des enfants, des jeunes et des personnes handicapées. Que le jeûne nous donne faim et soif de justice et nous pousse à marcher dans la vérité en soutenant toutes les médiations judiciaires qui sont nécessaires. Un jeûne qui nous secoue et nous fasse nous engager dans la vérité et dans la charité envers tous les hommes de bonne volonté et envers la société en général, afin de lutter contre tout type d’abus sexuel, d’abus de pouvoir et de conscience. »

Certains passages peuvent même mettre en question la gestion de ces abus par les services du Vatican:

« Bien qu’on puisse dire que la majorité des cas appartient au passé, la douleur de nombre de ces victimes nous est parvenue au cours du temps et nous pouvons constater que les blessures infligées ne disparaissent jamais, ce qui nous oblige à condamner avec force ces atrocités et à redoubler d’efforts pour éradiquer cette culture de mort, les blessures ne connaissent jamais de « prescription ». La douleur de ces victimes est une plainte qui monte vers le ciel, qui pénètre jusqu’à l’âme et qui, durant trop longtemps, a été ignorée, silencieuse ou passé sous silence…. »

Mais, pour tous les baptisés de bonne foi, cette lettre peut être aussi l’occasion de s’exprimer ouvertement et librement(car l’Esprit rend libre!), comme le Pape le souhaite:

« Que l’Esprit Saint nous donne la grâce de la conversion et l’onction intérieure pour pouvoir exprimer, devant ces crimes d’abus, notre compassion et notre décision de lutter avec courage. »

Serait-il être courageux d’aller jusqu’à signer des pétitions de démission des évêques comme le propose ce prêtre Pierre VIGNON à l’égard du Cardinal BARBARIN?

« Monsieur le Cardinal,…puisque notre Pape en appelle à toute l’Eglise pour intervenir dans cette crise, pour ma part, afin de ne pas être considéré comme votre complice, je me lève pour affirmer ouvertement ce que je pense déjà depuis longtemps et dont je vous avais fait part de façon privée. Je vous demande donc publiquement et sans détour de donner votre démission de cardinal et d’archevêque de Lyon dans les plus brefs délais…L’appel du Pape est clair. Le Peuple de Dieu doit réagir et je suis donc dans mon droit de l’appeler à le faire. C’est une question d’honneur. Nous sommes à une de ces heures cruciales de l’histoire où de grands actes s’imposent…. Donner votre démission de cardinal et d’archevêque serait bien sûr une mort sociale, mais quelle assomption personnelle en retour ? Vous seriez enfin à la hauteur de l’évènement….J’invite mes confrères à signer cette pétition ainsi que tous les membres de l’Eglise conscients de l’importance du mal fait aux victimes d’abus de toutes sortes. Que chacun le fasse en étant conscient de sa responsabilité à répondre à l’appel du pape François… »

Lisez vous-mêmes tout le message du Pape:[embeddoc url= »https://kubahonet.files.wordpress.com/2020/01/bf22a-lettre-du-saint-pc3a8re-au-peuple-de-dieu-20-aoc3bbt-2018-_-franc3a7ois.pdf » viewer= »google »]

Le 15 aout: Assomption ou Dormition de Marie?

La fête de l’Assomption de Marie, c’est la raison de plus de croire à la résurrection de la chair comme nous le proclamons dans le Credo: »Je crois à la résurrection de la chair« . Mais la deuxième lecture prévue par la liturgie de ce jour, peut plaider aussi en faveur de la Dormition: »Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis« (1Co15,20).

Sans se contredire,l’Église,par l’Assomption de Marie,réaffirme la première place dans l’œuvre du salut,de celle qui est « bénie entre toutes les femmes. » C’est un exemple éloquent pour comprendre ce que sera notre résurrection. Mais, dit Isaïe, « si vous ne croyez pas,vous ne pourrez pas comprendre »(Is7,9).

Fête dans l’incompréhension

Le 15 aout,les Catholiques et les Orthodoxes célèbrent la même fête sous des termes différents.Dormition pour les Orthodoxes et Assomption pour les Catholiques.Plutôt que de l’incompréhension,il s’agit de différence de niveau.

Les Orthodoxes parlent de Dormition car,pour eux,Marie est morte d’une mort naturelle,comme tout être humain;son âme a été reçue par le Christ à sa mort et son corps a été ressuscité le troisième jour après son repos et emporté au paradis.

C’est pour compléter cette vision tout à fait logique,que l’Église catholique a déclaré le dogme de l’Assomption(Pape Pie XII,1 novembre 1950):« L’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours vierge,après avoir achevé le cours de sa vie terrestre,a été élevée en corps et en âme  à la gloire céleste. »

Vu que le but de ce dogme est de présenter Marie comme la Préférée de Dieu sans faire d’elle une idole, le Concile Vatican II ajoute ceci(1964):

« La Vierge Immaculée, préservée de toute tache de la faute originelle, au terme de sa vie terrestre, fut élevée à la gloire du ciel avec son âme et son corps, et elle fut exaltée par le Seigneur comme Reine de l’univers afin de ressembler plus parfaitement à son Fils, Seigneur des seigneurs et Vainqueur du péché et de la mort »(Lumen Gentium,n°59)

A ce niveau(de préférence), les Catholiques sont en accord parfait avec ce qui est écrit dans les lectures de ce jour(à lire), mais surtout dans l’épitre aux Philippiens:

« Nous, nous avons notre Cité dans les cieux, d’où nous attendons comme Sauveur le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux, avec la puissance active qui le rend même capable de tout mettre sous son pouvoir »(Ph3,21)

A quoi bon l’Assomption pour nous?

Si nous attendons,à quoi bon, pour nous, cette fête de l’Assomption?Nous trouvons la réponse dans la première lecture(Apocalypse):

« Un grand signe apparut dans le ciel:une Femme,ayant le soleil pour manteau,la lune sous les pieds,et sur la tête une couronne de douze étoiles… »

Comment ne pas penser à toutes les apparitions qui ont eu lieu en cette date,partout dans le monde?Comment ne pas penser à tous les sanctuaires qui rassemblent les foules en liesse grâce à Marie et les conversions au Christ qui s’en suivent?

Oui!Vraiment. Nous fêtons la grandeur de cet arche de la Nouvelle Alliance, Marie, couronnée par son Fils. Pourquoi ne pas danser de joie dans la louange et l’exaltation comme David sans se soucier du mépris de certains?Voici le récit:

« David, vêtu d’un pagne de lin,dansait devant le Seigneur,en tournoyant de toutes ses forces. Lui et tout le peuple d’Israël firent monter l’Arche du Seigneur parmi les ovations,au son du cor.Or,comme l’arche du Seigneur entrait dans la Cité de David, Mikal, fille de Saül, se penchant par la fenêtre: elle vit le roi David qui sautait et tournoyait devant le Seigneur. Dans son cœur, elle le méprisa »(2S6,14-16)

Ce faisant(comme David), sera réalisé le souhait même de Marie:« Désormais, toutes les générations me diront bienheureuse ». La raison nous est donnée par Elisabeth: « Bienheureuse celle qui a cru. »

Dans notre prière aujourd’hui,louons Dieu qui nous a donné Marie comme signe de notre espérance,parce que,comme le disait Benoit XVI(in « Deus Caritas »), « c’est sur le visage de ses enfants que nous reconnaissons qui est Dieu. »

Lectures de la Parole de Dieu pour ce jour:
Apocalypse 11,19a;12,1-6a.10ab
Psaume:44
1 Corinthiens 15,20-27a
Luc 1,39-56

Très bonne fête à tous!

Par Protogène BUTERA

Rwanda:TUBURA mu bahinzi si amashyirahamwe y’abacancuro n’abambuzi?

Par

KAMANAYO Ezéchiel/Gasabo District

Baje batubwira ngo bagiye kudufasha kongera umusaruro no kwivana mu bukene. Ngo ni yo mpamvu izina ry’ikigo cyabo ari TUBURA!Nyamara umuhinzi iyo agezemo ni bwo amenya neza ibyo bintu ibyo ari byo.

Umuntu ajyamo yiruka ngo umusaruro ugiye gutubuka, bugacya asanga watubye maze n’agasambu bakagateza kugira ngo biyishyure. Njye mbimazemo imyaka 3, ariko bisa n’aho ntacyo byamariye pe!Muti gute?

Tubura y’inyongeramusaruro ntayo nabonye

Kuri bo,gukorera mu matsinda yari intego yo gufasha abakene kubona inyogeramusaruro mu buryo bw’ubwisungane. Twe twibwiraga ko TUBURA ituzaniye inyongeramusaruro(ifumbire mvaruganda) ngo twikure mu bukene.

Bigitangira muri 2006, inkunga ya Leta yari 50%. Ninjiyemo muri 2014 ngira ngo ni ibintu bizima.Ibyago byanjye ni uko muri 2017 iyo nkunga yashyizwe kuri 25%. Ubu gahunda ni uko ngo abahinzi ari twe tugomba kwitangira ayo 75% asigaye.
Twibaza impamvu icyo kintu cya TUBURA cyateretswe hagati y’umuhinzi na Leta kidafite ubushobozi bwo kuyunganira?Ese ubifitemo inyungu ni nde?

Amashyirahamwe y’abambuzi n’abacancuro

Aho iyo nkunga ya Leta igabanirijwe, abafite amafranga menshi babonye uburyo bwo kwikorera ubucuruzi. Ubu ni bo basigaye bishyira hamwe bakagura inyongeramusaruro(ifumbire)mu izina ry’abahinzi kugira ngo bayigurishe ku kilo n’abafite ubushobozi buke ariko bumvise akamaro k’icyo kintu(besoin créé).

Aba rwose (nanjye ndimo)bari gusubira ku kabo.Ese iyo mirima twari twaramenyereje imvaruganda izihanganira imborera yonyine? Nsigaye ndeba ukuntu henshi umusaruro watangiye kugabanuka, bikanyobera.

Nawe mbwira:Abahinzi b’abakene ni nde uzabakura mu nzara(griffes) z’abo bambuzi n’abacancuro? Cyangwa ni bya Byanditswe Byera bibuzurizwaho ngo « Ufite azongererwa… »?!Ahaaa! Nzaba mbarirwa, singiye guca urwa Nzabandora!

Byanditswe na KAMANAYO Ezéchiel/GASABO