TCHAD: Le président Idriss Deby ITNO tué avant sa nouvelle prise de pouvoir!

Le maréchal président est mort les armes dans main! Quel déshonneur! Le président tchadien Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, est mort mardi 20 avril des suites de blessures reçues au front ce week-end, a annoncé le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l’antenne de TV Tchad. Il venait d’être réélu pour un sixième mandat avec 79,32% des voix . Voici ce que dit ce communiqué:

“Le président de la république, chef de l’État, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad. ”

Qui gouverne le Tchad?

Au risque de sombrer dans le chaos , l’un de ses fils, général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle, Mahamat Idriss Déby Itno, dirigera un conseil militaire chargé de remplacer le défunt président, a annoncé l’armée à la radio d’État.

« Un conseil militaire a été en mis en place dirigé par son fils, le général Mahamat Idriss Déby Itno », a déclaré le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l’antenne de la Radio nationale. « Le conseil s’est aussitôt réuni et a promulgué la charte de transition », a-t-il ajouté.

Dans la foulée, l’armée a annoncé la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale et la mise en place d’une transition.

Celle-ci sera dirigée pour une durée de dix-huit mois par un conseil militaire, dont Mahamat Idriss Déby a pris la tête. Ce dernier, fils d’Idriss Déby Itno, est général de l’armée tchadienne et dirigeait depuis de nombreuses années la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), dont fait partie la garde présidentielle.

Qui sont ces rebelles qui ont eu la peau du Maréchal!

Les rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (Fact), que l’armée avait assuré avoir défaits dans les combats, avaient affirmé dans un communiqué que Idriss Déby avait été blessé, mais l’information n’avait pas été confirmée de source officielle.  

Tout le monde s’attendait au pire. Depuis quelques jours, le pouvoir faisait face à cette rébellion lancée le jour du scrutin présidentiel, le 11 avril. L’armée tchadienne avait affirmé, lundi, avoir tué plus de 300 rebelles, fait 150 prisonniers et perdu cinq militaires dans des combats, le pouvoir assurant que la situation était sous contrôle.

Samedi, le gouvernement avait affirmé même que l’offensive, dans les provinces du Tibesti et du Kanem, avait « pris fin ». Mais des combats avaient repris dimanche en fin d’après-midi. Et comme les militaires perdaient le terrain, le chef suprême des armée s’est senti obligé d’y aller lui-même!

Voilà que le Maréchal qui a été vainqueur du scrutin ne l’a pas été des rebelles dans cette région du Kanem. Ne sont-ils pas eux aussi Tchadiens? Vont-ils pleurer ou dire amen? Une leçon pour les présidents qui s’appuient davantage sur l’épée que sur le dialogue.

By P.Protogène BUTERA

TCHAD: Idriss Déby, le dernier maréchal empereur d’Afrique

Né le 18 juin en 1952, Idriss Déby ITNO est devenu président du Tchad le 2 décembre 1990. Depuis cette date, il est réélu tous les 5 ans jusqu’au 11 avril 2021 où il veut entamer son 6ième mandat.

Ascension politique d’un colonel

Promu colonel en 1982 par Hissène Habré qui chassa le président Goukouni Oueddei au pouvoir, il échoua un coup d’Etat contre son mentor le 1 avril 1989 et se réfugia en Libye sous la protection du colonel Mouamar Khadafi.

En mars 1990, il quitta la Libye pour le Soudan de Bachir où il créa une rébellion, Mouvement Patriotique du Salut(MPS). Celui-ci, soutenu par les services de renseignements français, la Libye et le Soudan, chassa Hissène Habré et s’installa sur N’Djamena le 1 décembre 1990.

Du président général au Marechal

Un an après son investiture et la promulgation de la nouvelle constitution du 14 avril 1994, il est promu général des armées en 1995. Mais dix ans plus tard(2005), après avoir supprimé la limitation du mandat présidentiel(jusqu’alors limité à deux), il subit des revers de plusieurs rebelles déterminés à le renverser. Il survit toujours grâce à l’aide militaire de la France.

Meilleur allié de la France et des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme de Boko Haram au Sahel, Idriss Début s’est révélé un stratège incontournable dans les questions de sécurité extérieure. Entre temps, le taux de pauvreté est tellement accru dans la population tchadienne que le pays occupe la 187ième place (2019)de l’indice de développement humain avant la République Centrafricaine(188)et le Niger(189).

Il est donc légitime de se poser ces questions: où est partie la manne pétrolière exploitée depuis 2003 en raison de 150 milliards de dollars pour les sociétés étrangères(Glencore)? Est-elle seulement dépensée dans les efforts de guerre pour se maintenir au pouvoir?

Pour un clan qui ne s’éteindra pas!

Fils de berger Zaghawa, le président tchadien a renforcé son clan, tant militairement qu’économiquement et compte parmi les chefs d’Etats mieux rémunérés en 2021avec un pactole de 145 millions d’euros!

Vrai musulman entouré d’une quinzaine de femmes dont il a eu plusieurs enfants, il a confié tous les postes juteux de commandement militaire et d’exploitation pétrolière à ses seuls famille et belle-famille de l’actuelle première dame, Hinda Déby Itno. L’ONG Suissaid parle de Tchad S.A!

Avec ses deux fils gradés colonels(Hassan Idriss Déby Itno, Abdelkerim Idriss Déby Itno)et 3 généraux (Mahamat Kaka Idriss Déby Itno, Zakaria Idriss Déby Itno, Adam Idriss Déby Itno), le patriarche de la république ne pouvait qu’être au-dessus de tout. C’est pourquoi le 11 aout 2020 il a été sacré Maréchal du Tchad, titre qui était disparu sur le continent avec le roi du Zaïre: Maréchal Mobutu Sese Seko!

Idriss Déby devient Maréchal du Tchad

C’est vraiment le retour des dinosaures ou des bouffons dirigeants! Il ne lui reste que de s’affubler d’empereur pour apaiser le courroux des démons de Jean-Bedel Bokassa(Centrafrique)ou d’Idi Amin Dada(Ouganda). Et d’ailleurs les termes de son uniforme le soulignent:  » …casquette avec coiffe démontable, un sabre lame forgée et un bâton de maréchal de couleur noire, modèle empire« 

Peut-être son dernier stratagème pour se faire craindre pour qu’un jour il ne soit massacré comme Mouamar el Khadafi qui était resté colonel! La suite à vérifier après les élections de ce 11 avril…

By P.Protogène BUTERA