Nigeria-Eglise: Deux nouveaux prêtres tués, dimanche !

Le père Christopher Odia, prêtre catholique en poste dans le diocèse d’Auchi, dans l’État d’Edo (sud-ouest du Nigeria) a été tué par des hommes armés ce dimanche 26 juin. Agé de 41 ans, il avait été ordonné prêtre en 2012.

Ce dimanche 26 juin 2022, l’Eglise catholique a subi de nouvelles massacres au Nigeria. Deux prêtres ont été froidement assassinés lors qu’ils s’apprêtaient à aller céléber la messe.

D’après Vatican News, le père Christopher Odia, prêtre catholique en poste dans le diocèse d’Auchi, dans l’État d’Edo (sud-ouest du Nigeria) a été tué par des hommes armés ce dimanche 26 juin. Agé de 41 ans, il avait été ordonné prêtre en 2012. Il était l’administrateur de l’église catholique Saint-Michel du village d’Ikabigbo, et le directeur du collège catholique Saint-Philipe, à Jattu.

Le père Odia a été enlevé alors qu’il sortait de son presbytère pour se rendre à la messe dominicale, et tué quelques heures après son enlèvement. Selon un média nigérian, un serviteur de la messe et un vigile local ont également été abattus lors de cet enlèvement.

La tragique nouvelle a été confirmée ce lundi 27 juin dans un communiqué du diocèse d’Auchi. «Le cœur lourd mais avec une soumission totale à la volonté de Dieu, nous annonçons le décès de notre prêtre, le révérend père Christopher Odia, qui a été tué par ses ravisseurs après avoir été enlevé ce matin, 26 juin 2022, vers 6h30 dans son presbytère», a exprimé le père Peter Egielewa, directeur des communications sociales du diocèse.

Un prêtre assassiné à Kaduna

L’assassinat du père Christopher Odia intervient au lendemain de celui d’un autre prêtre catholique, le père Vitus Borogo, dans l’État de Kaduna (centre du Nigeria). Ce dernier, âgé de 50 ans, a été exécuté samedi 25 juin à Prison Farm dans la ville de Kujana, dans la zone de gouvernement local de Chikun.

Le père Borogo était l’aumônier de la communauté catholique de l’école polytechnique de l’État de Kaduna, et le président de l’Association des prêtres diocésains catholiques nigérians (NCPDA), section de l’État de Kaduna. L’annonce de son décès a été confirmée par une déclaration du diocèse le 26 juin. En mai 2022, un autre prêtre, le père Joseph Bako, a été assassiné dans le même État, sous la garde de ses ravisseurs.

Jusques à quand ces attaques tragiques?

Dans ce pays majoritairement musulman, les chrétiens ne cessent d’être secoués par des attaques tragiques. Le 5 juin 2022, une quarantaine de fidèles ont perdu la vie lors de l’assaut contre l’église Saint-François-Xavier d’Owo, dans l’État d’Ondo, au sud-ouest du Nigeria.

A ce jour, note Agence Fides, 900 chrétiens ont été assassinés entre janvier et mars. Le pays d’Afrique de l’Ouest est aux prises avec une vague de violence perpétrée par des bandes armées, surtout Boko Haram, qui commettent souvent des meurtres et des enlèvements contre rançon, principalement dans des communautés rurales non protégées.

Il est également apparu que quelques jours avant l’attaque de l’église catholique de St Francis Xavier, des hommes armés avaient attaqué la Celestial Church of Christ, une paroisse d’Oshofa, dans l’État d’Ogun.
Par la suite, de nouvelles attaques se sont soldées par des morts et des enlèvements le 19 juin, dans l’église catholique de St. Moses, et dans l’église baptiste de Maranatha dans la zone de gouvernement local de Kajuru (LGA), toutes deux dans l’État de Kaduna.

Nul doute que le président Buhari et les services de sécurité du pays ont été dépassés par la situation. Les Nigerians vont-ils apprendre à sortir armés comme les Américains pour pouvoir se défendre contre les bandits et les criminels?

By P.Protogène BUTERA

%d blogueurs aiment cette page :