Si c’est pour rien que vous êtes devenus croyants

Le soir, ils étaient à table. Ils mangeaient dans un calme de mort. De façon inattendue, il esquissa un sourire de tendresse; ce qu’il ne faisait pas souvent. D’une âme égale, il relança sa préoccupation. Il disait: « En fait, ce matin, quand vous avez acheté ces légumes, j’ai compris qu’on est agriculteur pour se nourrir ou pour vendre ses récoltes…

Au catéKillian est un jeune de 13 ans. Il a été baptisé quand il était petit-enfant, puis c’est tout. Ses parents ne lui avaient jamais parlé ni de Dieu, ni de l’Église, ni de son baptême.

Il a eu le malheur d’avoir les copains chrétiens. Un jour, ceux-ci l’ont invité au Caté. Pendant les ateliers, il posait beaucoup de questions. Il s’étonnait que ses copains connaissent autre chose que les leçons d’école. Les jours suivants, il venait de lui-même.

Quand il parlait de sa vie, tout le monde était suspendu sur ses lèvres. On l’écoutait assidûment. Cela lui manquait à la maison. Il apprit aussi à écouter les autres. Mais il n’était pas inscrit. L’animateur lui conseilla d’en parler à ses parents.

L’occasion se présenta. Ils avaient l’habitude de manger des légumes et des fruits frais. C’est un agriculteur qui les leur livrait. Et ils en parlaient à tout venant. Killian en profita pour introduire sa demande d’inscription au Caté. La réponse fut surprenante et unanime: «  On n’a pas de temps pour ça! »

Le soir, ils étaient à table. Ils mangeaient dans un calme de mort. De façon inattendue, il esquissa un sourire de tendresse; ce qu’il ne faisait pas souvent. D’une âme égale, il relança sa préoccupation. Il disait: « En fait, ce matin, quand vous avez acheté ces légumes, j’ai compris qu’on est agriculteur pour se nourrir ou pour vendre ses récoltes; ce n’est pas pour rien ».

Et alors? demandèrent les parents. « Vous aussi, leur répondit-il, ne me conduisaient pas au Caté si c’est pour rien que vous êtes croyants... » Les voyant interloqués, il se mit à faire cette lecture, à la place du Roman prévu:

 » Frères,
je vous rappelle la Bonne Nouvelle
que je vous ai annoncée ;
cet Évangile, vous l’avez reçu ;
c’est en lui que vous tenez bon,
c’est par lui que vous serez sauvés
si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ;
autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants.

Avant tout, je vous ai transmis ceci,
que j’ai moi-même reçu :
le Christ est mort pour nos péchés
conformément aux Écritures,
et il fut mis au tombeau ;
il est ressuscité le troisième jour
conformément aux Écritures,
il est apparu à Pierre, puis aux Douze ;
ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois
– la plupart sont encore vivants,
et quelques-uns sont endormis dans la mort –,
ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres.
Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis… »

Subitement, ils lui demandèrent d’arrêter par là. « Nous avons compris »,dirent-ils. « On verra… » Lui, il soupira profondément et les embrassa en disant: « Vous croyez?« 

u catéEt si vous voulez continuer d’apprécier toute la teneur du cadeau de Killian, c’est la deuxième lecture de ce dimanche:1Cor 15,1-8;9-11

Régalez-vous bien à l’approche du Carême(début ce Mercredi des Cendres)

P.B