Top news

Qui est Alois Alzheimer dont la terrible maladie porte le nom?

Spread the love
Publicités

Jeudi 14 juin 1864 en Allemagne, est né Alois Alzheimer, médecin neurologue et psychiatre qui a été le premier à décrire la maladie qui porte désormais son nom: Alzheimer.
A la fin de ses études médicales à Berlin, Tübingen et à Würzburg il a fait sa thèse sur les « Les glandes productrices du cérumen »(1887). En 1894, il se maria avec Cecille Simonette Geisnheimer(1860-1901) dont il eut 3 enfants.

Dans sa carrière de médecin, il s’intéressait particulièrement à la démence d’origine dégénérative ou vasculaire. Partant du cas d’une patiente Auguste D.dont il a fait l’autopsie du cerveau après la mort, Alois est parvenu à décrire la terrible maladie qui poussait la patiente à « accuser les soignants de vol, éviter tout contact social, donner des mêmes réponses à des questions différentes ou écrire des choses dans un désordre anormal ».

Cela apparait clairement dans son article de 1907 intitulé « Une maladie caractéristique grave du cortex cérébral ». Et sans nommer le nom de la patiente, elle la présente ainsi: « parmi les premiers symptômes de sa maladie, un fort sentiment de jalousie envers son mari. Elle montra très vite des signes de dégradation importante de la mémoire; elle était désorientée, elle déplaçait les objets n’importe où dans son appartement et les cachait. »

En 1912, Alzheimer est nommé directeur de la clinique psychiatrique de l’université Freidreich-Wilhelm de Breslau (aujourd’hui Wroclaw, en Pologne). Mais, durant un trajet à Breslau en août 1912, il tomba malade et développa une endocardite sub-aiguë3.

Petit à petit, sa santé se détériora et il décède le 15 décembre 1915(à l’âge de 51 ans) suite à cette affection dégénérative ainsi qu’à des complications rénales et cardiaques d’un rhumatisme articulaire aigu.

C’est le Professeur Emil Kraepelin(son collègue psychiatre) qui, après l’étude d’autres cas semblables à celui d’Auguste D. proposa d’appeler ce type de démence, « maladie d’Alzheimer », reconnaissant de la sorte les observations concises et les travaux du Docteur Alois Alzheimer.

En fêtant l’anniversaire de ses 154 ans, il est opportun de penser à tous ceux qui portent le poids de cette terrible maladie et à la détresse de toutes leurs familles réciproques.

Sources: medarus.org

By Protogène BUTERA

Publicités


Chargez votre commentaire/ Tanga gitekerezo cyawe

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de

Découvrez ici tous nos livres/ Shakira hano ibitabo byacu, uhereye ku gisohotse vuba: "LA JOIE DU PAUVRE. Thérapie ou témoignage? Éditions LA CROIX DU SALUT" Ignorer

wpDiscuz