Publicités
Top news

Le musicien sud-africain Johnny CLEGG est mort à 66 ans

Spread the love

Ce mardi 16 juillet 2019,celui qui était surnommé “le zoulou blanc”est décédé du cancer du pancréas diagnostiqué en 2015.Quatre ans de dur combat contre cette terrible maladie, par la musique.

Par la musique,Clegg luttait contre la maladie

Asimbonanga(Nous ne l’avons pas vu,en langue zoulou)est le titre qui a fait de lui le chantre révolutionnaire anti-Apartheid en Afrique du Sud.C’était en 1987.Entonné comme un cri,avec une longue pause entre les deux premières syllabes et les trois dernières,il symbolise le début et la fin de la vie de prison de Nelson Mandela.

Né en 1953 au Royaume-Uni d’un père britannique et d’une mère zimbabwéenne, chanteuse de jazz de cabaret, Johnny Clegg débarque à l’âge de 7 ans dans une Afrique du Sud où la minorité blanche règne en maître absolue sur la majorité noire.

Initié aux cultures locales par son beau-père journaliste, Johnny Clegg assure que son refus de l’apartheid n’a rien de politique.”Je n’étais pas motivé politiquement mais culturellement. J’aime la musique et la danse“, expliquait-il simplement.

Les yeux ouverts dans un pays borgne, il se glisse dès 15 ans dans les foyers de travailleurs noirs, au mépris des interdits. Là, il découvre les danses et les mélodies zoulou et s’invite secrètement pour danser avec les troupes traditionnelles.

Ces paroles du Prix Nobel de la paix,Nelson Mandela,seront la marque de la mémoire que le” Pays d’Arc-en-Ciel”gardera de Johnny Clegg: “C’est la musique et la danse qui me mettent en paix avec le monde” L’Afrique du Sud suivra-t-il son héritage d’un pays sans mépris racial?

By Protogène BUTERA


Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de

Découvrez ici tous nos livres/ Shakira hano ibitabo byacu, uhereye ku gisohotse vuba: "LA JOIE DU PAUVRE. Thérapie ou témoignage? Éditions LA CROIX DU SALUT" Ignorer

wpDiscuz