Top news

Journée mondiale des pauvres : leur puissant pouvoir pointé du doigt!

AFP,mai 2019
Spread the love
Publicités

En cette journée mondiale des pauvres, il est difficile d‘évoquer  ce mot complexe et ambigu, parce que  susceptible de stigmatisation. Mais, en tant que chrétiens, grâce à lui  nous nous rappelons les premières paroles de Jésus Christ sur la Montagne quand il vit la foule qui le suivait : « Heureux les pauvres de cœur ! »(Mt 5,3)Comment ne pas bénéficier de ce bonheur qui les habite ? Pourquoi ne pas chercher à puiser sur cette source qui nous parait inaccessible parce que si profonde ?

Indéniablement, c’est une intuition géniale et pleine de sagesse qu’a eue le Pape François. La pauvreté dont il est question est cet enfant de l’inégalité là où la richesse appartient à quelques privilégiés. Aussi son message de cette année(2019) est-il ainsi énoncé : « L’espérance des pauvres ne sera jamais déçue.»

En effet, une telle pauvreté issue des injustices inacceptables est tellement un scandale aux yeux des riches que le pauvre est obligé de s’éloigner, se cacher, disparaître…Il doit, selon le Saint Père, « errer d’une partie de la ville à l’autre, dans l’espoir de trouver un travail, une maison… »Ce que confirme Saint Paul(deuxième lecture) : beaucoup voudraient « travailler dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné »

Le pouvoir des  pauvres

Faute de ne rien trouver ou de ne trouver que des emplois précaires qui les poussent à vivre en dessous du seuil de  pauvreté, « le cœur de nombreuses personnes se ferme et le désir de devenir invisible prend le dessus…ces hommes et ces femmes sont de plus en plus étrangers de nos maisons et marginalisés dans nos quartiers.»

Par contre, le pouvoir du pauvre est d’avoir confiance dans le Seigneur. L’Église l’invite à crier vraiment sa souffrance : « Le pauvre crie, le Seigneur entend » (Ps33, 7) Puisque les hommes sont enclins à construire les murs, le jour du Seigneur, « brûlant comme la fournaise » (première lecture) en fera de la paille.

L’Église se fait donc l’écho de ce cri, parce que « dans sa proximité avec les pauvres, elle découvre qu’elle est un peuple qui, dispersé parmi tant de nations, a pour vocation de ne faire sentir à personne qu’il est étranger ou exclu, car tout le monde est impliqué dans un chemin commun de Salut…

Dans ce sens, la promotion sociale des pauvres n’est pas un engagement extérieur à la proclamation de l’Évangile. Au contraire, elle montre le réalisme de la foi chrétienne et sa valeur historique. « L’amour qui donne vie à la foi en Jésus ne permet pas à ses disciples de se replier dans un individualisme asphyxiant, caché dans des segments d’intimité spirituelle, sans aucune influence sur la vie sociale »

Une journée, source d’espérance

L’engagement des chrétiens, à l’occasion de cette Journée mondiale, et surtout dans la vie de tous les jours, ne consiste pas uniquement en des initiatives d’assistance qui, bien que louables et nécessaires, doivent viser à renforcer en chacun l’attention maximale qui est due à chaque personne en détresse dont le remède est l’espérance.

L’espérance se communique aussi à travers la consolation, qui se réalise en accompagnant les pauvres, non pas pour quelque moment chargé d’enthousiasme, mais avec un engagement qui dure dans le temps. Les pauvres acquièrent de l’espérance réelle non pas quand ils nous voient gratifiés pour leur avoir donné un peu de notre temps, mais lorsqu’ils reconnaissent dans notre sacrifice un acte d’amour gratuit qui ne cherche pas à être récompensé.

Le mérite des bénévoles et la bonté des pauvres

Aujourd’hui, aux nombreux bénévoles, auxquels il revient souvent le mérite d’avoir senti en premier l’importance de cette attention aux pauvres, je demande, dit le Pape François, de grandir dans leur dévouement. Et à vous tous, chers frères et sœurs, je vous exhorte à chercher, avec chaque personne pauvre que vous rencontrez, ce dont elle a vraiment besoin ; à ne pas vous arrêter à la première nécessité matérielle, mais à découvrir la bonté qui se cache dans leur cœur, en vous faisant attentifs à leur culture et à leurs façons de s’exprimer, pour pouvoir entamer un véritable dialogue fraternel.  Mettons de côté les divisions qui proviennent de visions idéologiques ou politiques, fixons le regard sur l’essentiel qui n’a pas besoin de beaucoup de mots, mais d’un regard d’amour et d’une main tendue.

Les pauvres ont avant tout besoin de Dieu, de son amour rendu visible par des personnes saintes qui vivent au côté d’eux, lesquelles, par la simplicité de leur vie, expriment et font émerger la force de l’amour chrétien. Dieu se sert d’innombrables routes et instruments pour atteindre le cœur des personnes.

Bien sûr, les pauvres nous approchent aussi parce que nous leur distribuons de la nourriture, mais ce dont ils ont vraiment besoin va au-delà du plat chaud ou du sandwich que nous proposons. Les pauvres ont besoin de nos mains pour se relever, de nos cœurs pour ressentir à nouveau la chaleur de l’affection, de notre présence pour vaincre la solitude. Ils ont simplement besoin d’amour.

Le regard sur l’essentiel

Parfois, il faut peu de choses pour redonner espérance : il suffit de s’arrêter, sourire, écouter. Pendant un jour, laissons de côté les statistiques ; les pauvres ne sont pas des chiffres attrayants pour se vanter de nos œuvres et de nos projets. Les pauvres sont des personnes à rencontrer ; jeunes ou âgés, à inviter à la maison pour partager un repas ; hommes, femmes et enfants qui attendent une parole amicale. Les pauvres nous sauvent parce qu’ils nous permettent de rencontrer le visage de Jésus-Christ.

La condition, pour que les disciples du Seigneur Jésus soient des évangélisateurs cohérents, est de semer des signes tangibles d’espérance. À toutes les communautés chrétiennes et à tous ceux qui ressentent l’exigence d’apporter espérance et réconfort aux pauvres, je leur demande de travailler pour que cette Journée mondiale renforce chez beaucoup, la volonté de collaborer efficacement afin que personne ne se sente privé de proximité et de solidarité. »

En vue de cette collaboration, nous avons jugé bon de réunir toutes les personnes chargées des affaires sociales(Mairies ) et le Secours catholique afin de donner à celles et ceux que nous accompagnons, cette parole d’encouragement du Christ:  » C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie », car le risque de la perdre est grande.

Très bon dimanche!

P.Protogène BUTERA

Publicités

Chargez votre commentaire/ Tanga gitekerezo cyawe

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de

Découvrez ici tous nos livres/ Shakira hano ibitabo byacu, uhereye ku gisohotse vuba: "LA JOIE DU PAUVRE. Thérapie ou témoignage? Éditions LA CROIX DU SALUT" Ignorer

wpDiscuz