Img de RFI

Eglise-Burkina Faso: attaques répétées,signe de défaillance de l’État?

Publicités
Envoyé par Richard Ouedraogo

Le Burikina Faso devient une nouvelle terre du Djihad à côté du Nigeria et du Niger infectés par Boko Haram.Que les églises soient la cible,c’est une question à poser. Les attaques qui s’étaient intensifiées pendant le Ramadan peuvent-elles avoir d’autre sens que de supprimer les prières des chrétiens afin d’instaurer la Charia dans tout le pays?

Eglise de Dablo incendiée par les assaillants

Dimanche 26 mai, des hommes armés ont ouvert le feu contre des paroissiens d’ une église catholique à Toulfé, un village au nord du pays, situé dans le diocèse de Ouahigouya. Selon des témoins, 8 assaillants, lourdement armés sont venus à moto pendant que les fidèles participaient à la messe dominicale, les ont fait sortir de l’église avant de tirer sur eux à l’extérieur.

Le bilan de cette nouvelle attaque terroriste a été lourd : au moins quatre morts, trois paroissiens et un catéchiste à la retraite. L’attaque a également fait deux blessés graves. Le village de Toulfé avait déjà été visé par des assaillants. Fin avril, des individus armés avaient incendié un restaurant et emporté trois motocyclettes.

Le 12 et le 13 mai, les attaques semblables avaient eu lieu à Dablo, Zimtenga et Silgadji. Mais c’était Dablo qui avait payé le plus grand tribut: 6 morts dont un prêtre,Siméon Sawadogo Yampa ,assassiné à 34 ans pendant qu’il présidait la messe.

Le Père Siméon YAMPA assassiné le 12 mai 2019

Révélateur de la défaillance de l’État?

Ces 5 premiers mois de l’ année 2019 ont donc été fort macabres pour l’Église au Burkina Faso,surtout dans les régions du Nord tellement exposées aux attaques terroristes venant du Sahel.

Compte tenu de la gravité et de l’intensité de ces attaques, il est temps de se poser quelques questions pour l’avenir de ce pays: les assaillants, probablement issus des groupes djihadistes, veulent-ils semer un climat de peur généralisé,de manière à faire vider de tout le pays, les chrétiens déjà minoritaires?

Ces violences ne seraient-elles pas un signe révélateur de la défaillance ou de la faiblesse de l’État et du gouvernement,ce qui pousserait les assaillants à promouvoir l’installation de l’État islamique censé être le plus fort?

Prière de la fin du Ramadan. Image de Burkina24.com

Au niveau politique,il est possible d’y voir un clin d’œil fait au président Roch Marc Christian KABORE(catholique!),l’invitant à initier le processus de réconciliation avec l’ancien président déchu, Blaise Compaoré, afin de mater tout esprit de revanche, grâce à l’intégration des partisans de ce dernier.

De plus ,nous savons clairement que la fête de l’Aïd El Fitr( fin du Ramadan)célébrée ce mardi 4 juin, est toujours précédée par une « nuit de paix »(Lailat al quadr)ou la nuit du destin. Peut-on espérer que les mois à venir seront des jours de paix parce que les priants auraient tourné le dos à l’esprit mauvais et privilégié le « destin commun »,en termes de cohésion et d’harmonies qui nous ont toujours marqués,malgré nos différences?

By Richard Ouedraogo

Publicités